Jeux olympiques d'été de 1972

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jeux olympiques de Munich)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeux olympiques de 1972.
Jeux olympiques d'été de 1972
Logo
Localisation
Pays hôte Drapeau : République fédérale d'Allemagne RFA
Ville hôte Munich
Date Du 26 août au 11 septembre 1972
Ouverture officielle par Gustav Heinemann
Président fédéral
Participants
Pays 121
Athlètes 7 134
(6 075 masc. et 1 059 fém.)
Compétition
Nouveaux sports Handball, judo et tir à l'arc
Nombre de sports 21
Épreuves 195
Symboles
Serment olympique Heidi Schüller
Athlète allemande
Flamme olympique Günter Zahn
Athlète allemand
Mascotte Waldi, le chien
Précédent 1968 Les cinq anneaux olympiques de cinq couleurs différentes 1976 Suivant

Les Jeux olympiques d'été de 1972, jeux de la XXe Olympiade de l'ère moderne, ont été célébrés à Munich, en République fédérale d'Allemagne, du 26 août au 11 septembre 1972. En marge des épreuves sportives, ces Jeux olympiques de 1972 furent marqués par la prise d'otages et l'assassinat de onze athlètes israéliens par un groupe de terroristes palestiniens.

Trente-six ans après les jeux de Berlin, Munich, capitale de la Bavière, souhaite effacer des mémoires le souvenir de la propagande nazie des jeux de 1936. Pour cet évènement, la ville de Munich est transformée et le complexe sportif qui abritera les jeux sera l'un des plus denses et l'un des plus modernes de l'époque.

121 nations et 7 134 athlètes (dont 1 059 femmes) prirent part à 195 compétitions sportives dans 21 sports. Le héros de ces jeux est le nageur américain Mark Spitz et ses sept titres olympiques.

Élection de la ville hôte[modifier | modifier le code]

En 1965, Willi Daume, président du Comité national olympique allemand propose la candidature d’une ville allemande aux Jeux olympiques d'été de 1972. Selon lui, de nombreux membres du Comité international olympique seraient prêts à s’engager en sa faveur. La ville de Munich est naturellement désignée par le comité national, en dépit d’une quasi-absence d’infrastructures. Le dossier de candidature est remis officiellement au CIO le 20 janvier 1966.

Le 26 avril 1966, lors de sa 64e session tenue à Rome, le CIO confie à la ville de Munich l’organisation des Jeux d’été de 1972. La cité allemande devance, à l’issue du second tour de scrutin, Madrid (Espagne) de 15 voix et Montréal (Canada) de 18 voix. Détroit (États-Unis), quatrième ville finaliste, est éliminée dès le premier tour.

Résultats officiels du scrutin
Villes Pays Tour 1 Tour 2
Munich Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest 29 31
Madrid Flag of Spain (1945 - 1977).svg Espagne 16 16
Montréal Drapeau du Canada Canada 6 13
Détroit Drapeau des États-Unis États-Unis 6 -

Organisation[modifier | modifier le code]

Emblèmes[modifier | modifier le code]

L'emblème des Jeux olympiques de Munich représente une couronne de rayons de lumière (« le soleil lumineux »). Ce logo, imaginé par le designer Otl Aicher, symbolise l'esprit des jeux de 1972 : lumière, fraîcheur et générosité[1].

Pour la première fois, une mascotte officielle fait son apparition aux jeux. Il s'agit du teckel nommé « Waldi ». Cet animal très populaire en Bavière a été choisi par ses qualités indispensables aux athlètes : la résistance, la ténacité et l'agilité. Ses couleurs pastels représentent la gaieté et l'engouement de la fête olympique[2]. Les jeux de 1972 marquent également l'introduction de pictogrammes dessinés pour les différents sports au programme. Ils furent également l'œuvre d'Otl Aicher.

Sites des compétitions[modifier | modifier le code]

Le stade de Munich au sein du parc olympique.
Le village olympique.

Plus de 481 millions d’euros sont investis dans la construction de nouvelles installations sportives et du village olympique. Les lieux de compétition se situent en grande majorité dans la région de Munich. La construction des différents sites s'étend de 1968 à 1972. Le «Parc olympique», construit sur un immense terrain de 300 hectares, fut imaginé par l’architecte allemand Günter Behnisch. Il comprend notamment le village olympique, le village de presse, ainsi que les différents sites de compétitions (dont le stade olympique). Une tour de télévision de 280 mètres est érigée spécialement pour l’événement. 43 km de routes et 32 ponts sont créés pour faciliter les moyens de transport.

Le cœur des Jeux de 1972 est le stade olympique de Munich (Olympiastadion). D’une capacité de 77 000 spectateurs, il est le siège de toutes les compétitions d’athlétisme, de quelques rencontres de football, d’épreuves d’équitation, ainsi que des cérémonies d’ouverture et de clôture. Le complexe nautique (Schwimmhalle), d’une capacité de 9 182 places, accueille la natation, le plongeon et le water polo. Le vélodrome (Radstadion), le Hall de boxe (Boxhalle), la salle des sports olympique (Sporthalle), le terrain de hockey (Hockeyanlange) et la salle de volley-ball (Volleyballhalle) sont également construits pour l’occasion.

En dehors du parc olympique sont situés le Hall de basket-ball (basket-ball), le « Messegelände » (escrime, haltérophilie, judo et lutte), la piscine « Dantebad » (water-polo), le centre de tir d’Hochbrück, et de tir à l’arc d’Englischer Garten. Les centres de Riem et de Nymphenburg accueillent les épreuves équestres. D’autres villes allemandes sont également choisies pour abriter des compétitions. La commune de Schleissheim devient le centre d’aviron, les régates de voile sont disputés au large de Kiel. Par ailleurs, des matchs préliminaires du tournoi olympique de football se déroulent à Nuremberg, Ratisbonne, Passau, Ingolstadt et Augsbourg. Quelques rencontres de handball sont disputées à Ulm, Göppingen et Böblingen.

Cérémonie d'ouverture[modifier | modifier le code]

L'Allemagne étant encore divisé en deux nations depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la délégation de l'Allemagne de l'Est défile avec son propre drapeau comme une nation étrangère.

La cérémonie d'ouverture se déroule le 26 août 1972 sous la présence de Gustav Heinemann président de la République fédérale d'Allemagne et d'Avery Brundage, président du Comité international olympique.

Les derniers porteurs de la flamme olympique sont cinq athlètes représentant les cinq continents. L'Australien Clayton, le Japonais Kimiharu, l'Américain Jim Ryun et l'Africain Keino accompagnent Günther Zahn, champion d'athlétisme junior allemand, pour allumer la vasque olympique du stade olympique de Munich.

Prise d'otages par des terroristes palestiniens[modifier | modifier le code]

L'immeuble du village olympique où se déroula la prise d'otages.

Ces jeux de Munich furent frappés par une attaque terroriste. Le matin du 5 septembre 1972, un groupe de terroristes palestiniens du mouvement Septembre noir s'introduit dans le village olympique et prit neuf athlètes israéliens en otage pour exiger la libération de 200 prisonniers palestiniens. Deux athlètes israéliens furent exécutés.

Le Comité international olympique décida alors de suspendre temporairement les jeux alors que des discussions de pourparlers furent entamées par les autorités allemandes. Le président du CIO, Avery Brundage, déclara : « La paix a été rompue par un assassinat commis par des terroristes criminels. L'ensemble du monde civilisé condamne ce crime barbare. En signe de profond respect pour les victimes et de sympathie pour les otages encore détenus, les compétitions sportives de cet après-midi seront arrêtées[3]. »

Dans la soirée, un drame[4] se joue à l'aéroport de Munich où les terroristes devaient s'envoler pour Le Caire avec leurs otages suite aux pourparlers. Au cours d'une tentative de sauvetage ratée par la police allemande, tous les otages israéliens sont tués. Quatre d'entre eux ont été abattus par l'un des terroristes palestiniens, tandis qu'un autre fait exploser une grenade à l'intérieur de l'hélicoptère dans lequel se trouvaient les otages. Le bilan de cette prise d'otages est de onze athlètes israéliens assassinés un policier allemand tué ainsi que cinq des huit terroristes [5].

Après avoir renoncé à annuler les Jeux olympiques, le CIO organisa dans le stade olympique de Munich une cérémonie funèbre à la mémoire des victimes innocentes, qui rassembla 80 000 personnes. Le 2e mouvement Marche funèbre de la Symphonie héroïque de Beethoven fut interprété lors de cette cérémonie. Avery Brundage prononcera une phrase historique : « The Games must go on »[3] (« les Jeux doivent continuer »).

Effectivement, les Jeux olympiques reprirent mais sans grand enthousiasme et conviction de la part des compétiteurs[réf. nécessaire]. Mark Spitz, le nageur américain a fait l'objet d'une protection particulière par le FBI du fait de ses origines juives[réf. nécessaire].

En mai 2012, Jacques Rogge président du Comité international olympique s'oppose à la commémoration, par une minute de silence durant la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'été de 2012 des 40 ans de l'assassinat de onze athlètes israéliens. Le rejet de cette demande de commémoration formulée par Israël, la Maison-Blanche, le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, et de nombreux parlements et personnalités à travers le monde a suscité une vive polémique et de nombreuses critiques.

Article détaillé : Jeux olympiques d'été de 2012.

Nations participantes[modifier | modifier le code]

Pays participants en 1972.
  •      Pays participant pour la première fois.
  •      Pays ayant déjà participé.

121 nations sont présentes à Munich, soit un nouveau record de participants. 11 d'entre elles font leur première apparition à des Jeux d'été : l'Albanie, l'Arabie saoudite, le Dahomey, la Corée du Nord, le Gabon, la Haute-Volta, le Lesotho, le Malawi, la Somalie, le Swaziland et le Togo. L'Allemagne est scindée en deux délégations : l'Allemagne de l'Est et l'Allemagne de l'Ouest.

Deux ans avant ces jeux olympiques, le comité international olympique décida de voter l'exclusion de l'Afrique du Sud du mouvement olympique en raison de sa politique d'Apartheid. Mais l'invitation[6] faite à un autre pays africain, la Rhodésie du Sud[7], comme celle faite à l'Afrique du Sud quatre ans plus tôt suscita une vague de protestation d'un grand nombre de pays d’Afrique noire, bien que la Rhodésie se soit conformée aux exigences du comité international olympique en se présentant avec une équipe multiraciale.

En 1968, la Rhodésie n'avait pas été autorisée à participer aux jeux de Mexico après que l'assemblée générale des Nations unies eut déclaré illégal le régime de Salisbury et imposa des sanctions internationales contre cette ancienne colonie britannique, qui avait déclaré unilatéralement son indépendance en 1965 et qui était accusée de pratiquer une politique de ségrégation raciale identique à celle de l’Afrique du Sud. Devant la menace de boycott des pays africains, soutenus entre autres par le Pakistan, la Yougoslavie et les Antilles, le CIO décida après six jours de négociations de retirer l'invitation à la Rhodésie[8] (36 voix contre 31 et 3 abstentions).

Les 121 délégations participantes
(Le nombre d'athlètes engagés est indiqué entre parenthèses)
Afrique Amériques Asie Europe Océanie
30 pays 31 pays 26 pays 31 pays 3 pays

Compétition[modifier | modifier le code]

Sports et résultats[modifier | modifier le code]

Le judo, qui a fait une première apparition en 1964, et le tir à l'arc, disparu depuis 1920, reviennent au programme des Jeux olympiques tandis que le handball, sous sa forme actuelle, devient un sport olympique (aux jeux de 1936, le handball se disputait en extérieur et à 11 joueurs). Au total, ce sont 21 sports et 195 épreuves qui figurent au programme de ces jeux de 1972. Le badminton et le ski nautique sont en démonstration.

  • Swimming pictogram.svg Sports aquatiques
Swimming pictogram.svg Natation (29)
Diving pictogram.svg Plongeon (4)
Water polo pictogram.svg Water-polo (1)

Calendrier[modifier | modifier le code]

Calendrier des Jeux olympiques de 1972
Août et septembre 1972 26 27 28 29 30 31 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 Spectateurs
Cérémonie d'ouverture 62 592
Athlétisme 2 2 5 5 3 7 2 3 9 1 081 834
Aviron (sport) 7 109 914
Badminton (démonstration) 3 970
Basket-ball 1 139 125
Boxe 11 145 246
Canoë-kayak 2 2 7 72 272
Cyclisme 1 1 1 1 2 1 39 609
Équitation 2 1 1 1 1 202 517
Escrime 1 1 1 1 1 1 1 1 26 181
Football 1 556 582
Gymnastique 1 1 2 4 6 99 268
Haltérophilie 1 1 1 1 1 1 1 1 1 33 623
Handball 1 123 204
Hockey sur gazon 1 78 020
Judo 1 1 1 1 1 1 51 813
Lutte 10 10 72 821
Natation 4 4 5 3 3 5 4 6 161 089
Pentathlon moderne 2 25 353
Ski nautique (démonstration) 450
Tir 2 1 1 2 2 20 600
Tir à l'arc 1 1 8 469
Voile 6 32 655
Volley-ball 1 1 103 346
Cérémonie de clôture 62 712
Août et septembre 1972 26 27 28 29 30 31 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 Spectateurs

Faits marquants[modifier | modifier le code]

Athlétisme
Résultats détaillés
Les États-Unis sont en déclin en ne remportant que 6 titres olympiques (contre 15 à Mexico quatre ans plus tôt). Le soviétique Valeriy Borzov remporte le titre olympique du 100 et du 200 mètres. Le finlandais Lasse Virén réalise le doublé sur 5 000m et sur 10 000m où il chuta à mi-parcours avant de battre le record du monde. Les coureurs d'Afrique noire John Akii-Bua (Ouganda) et Kipchoge Keino (Kenya) remportent respectivement le 400 m haies et le 3 000 m steeple.

Aviron
Résultats détaillés

Basket-ball

Résultats détaillés
Dans la confusion la plus totale, l'URSS remporte le titre olympique en battant les États-Unis à la toute fin du match. Les Américains menaient d'un point à trois secondes de la fin quand les soviétiques réussirent un panier à la dernière seconde par Aleksandr Belov. La fin du match fut houleuse et les Américains refusèrent de recevoir leur médailles d'argent.

Boxe
Résultats détaillés

Canoë-kayak
Résultats détaillés
L'épreuve du slalom en canoë est inscrite pour la première fois au programme des Jeux olympiques.

Cyclisme
Résultats détaillés

Équitation
Résultats détaillés
Liselott Linsenhoff devint la première cavalière à remporter une médaille d’or dans une épreuve individuelle d'équitation (dressage).

Escrime
Résultats détaillés

Football
Résultats détaillés

Gymnastique
Résultats détaillés
La gymnaste soviétique Olga Korbut remporte quatre médailles dont trois d'or. Le Japonais Sawao Kato remporte également trois titres olympiques assortis de deux médailles d'argent. Ces deux nations dominent les compétitions avec 16 podiums chacun.

Haltérophilie
Résultats détaillés

Handball
Résultats détaillés

Hockey sur gazon
Résultats détaillés

Judo
Résultats détaillés
Le Néerlandais Wim Ruska devient le premier judoka à décrocher deux médailles d'or lors d'une même olympiade. Le Japon remporte la moitié des titres mis en jeu.

Lutte
Résultats détaillés
L'Américain Dan Gable remporte le titre olympique des poids légers sans avoir concédé le moindre point de toute la compétition.

Pentathlon moderne
Résultats détaillés

Natation
Résultats détaillés
À Munich, le nageur américain âgé de 22 ans Mark Spitz réalise l'un des plus grands exploits de l'histoire des Jeux olympiques en remportant sept médailles d'or en sept jours et sur sept courses. Son exploit est d'autant plus grand qu'il bat le record du monde pour chaque épreuve. Spitz s'impose sur le 100 m et le 200 m nage libre, sur le 100 m et 200 m papillon, et sur trois course de relais des équipes américaines (sur le 4 × 100 m et 4 × 200 m nage libre et sur le 4 × 100 m 4 nages). Mark Spitz avait déjà remporté deux médailles d'or aux Jeux olympiques de Mexico en 1968. Sa performance de Munich restera dans les annales de l'olympisme puisque qu'elle constitue le record du nombre de titres remportés par un athlète lors de la même olympiade. Le nageur fait par ailleurs partie des quatre athlètes ayant remporté neuf médailles d'or au cours de leur carrière[9]. Après avoir remporté sa septième et dernière course, Spitz annoncera la fin de sa carrière sportive, avant de revenir à tort sur sa décision vingt ans plus tard.

Sur un plan général, 24 records du monde de natation sont battus lors de ces Jeux de Munich. Les compétitions sont dominées par les États-Unis qui remportent 43 médailles dont 17 d’or. L’Allemand Roland Matthes décroche les titres du 100 m et 200 m dos. L’Australienne Shane Gould, âgée alors de 15 ans seulement, réalise le triplé sur 200 m et 400 m nage libre ainsi que sur le 200 m 4 nages. Les américaines Sandra Neilson et Melissa Belote s’imposent à trois reprises en individuel et en relais. Pour la première fois, un nageur est contrôlé positif lors de Jeux olympiques. L’Américain Rick DeMont est en effet disqualifié trois jours après sa victoire sur le 400 m nage libre.

Tir
Résultats détaillés

Tir à l'arc
Résultats détaillés

Voile
Résultats détaillés

Volley-ball
Résultats détaillés

Records de médailles[modifier | modifier le code]

Sportifs les plus médaillés aux Jeux de Munich 1972
Athlète Pays Sport médaille d'or, Jeux olympiques médaille d'argent, Jeux olympiques médaille de bronze, Jeux olympiques Total
Mark Spitz Drapeau des États-Unis États-Unis Natation 7 0 0 7
Sawao Kato Drapeau du Japon Japon Gymnastique 3 2 0 5
Shane Gould Drapeau de l'Australie Australie Natation 3 1 1 5
Olga Korbut Drapeau de l'URSS Union soviétique Gymnastique 3 1 0 4
Melissa Belote Drapeau des États-Unis États-Unis Natation 3 0 0 3
Sandra Neilson Drapeau des États-Unis États-Unis Natation 3 0 0 3

Tableau des médailles[modifier | modifier le code]

Tableau des médailles officiel[10]
Rang Pays / Équipe médaille d'or, Jeux olympiques médaille d'argent, Jeux olympiques médaille de bronze, Jeux olympiques Total
1 Drapeau de l'URSS Union soviétique 50 27 22 99
2 Drapeau des États-Unis États-Unis 33 31 30 94
3 Flag of East Germany.svg Allemagne de l'Est 20 23 23 66
4 Drapeau de l'Allemagne Allemagne de l'Ouest 13 11 16 40
5 Drapeau du Japon Japon 13 8 8 29
6 Drapeau de l'Australie Australie 8 7 2 17
7 Drapeau : Pologne Pologne 7 5 9 21
8 Drapeau de la Hongrie Hongrie 6 13 16 35
9 Drapeau : République populaire de Bulgarie Bulgarie 6 10 5 21
10 Drapeau de l'Italie Italie 5 3 10 18
11 Drapeau de la Suède Suède 4 6 6 16
12 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 4 5 9 18
13 Drapeau : Roumanie Roumanie 3 6 7 16
14 Drapeau de la Finlande Finlande 3 1 4 8
Drapeau de Cuba Cuba 3 1 4 8
16 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 3 1 1 5
17 Drapeau : France France 2 4 7 13
18 Drapeau de la Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie 2 4 2 8
19 Drapeau du Kenya Kenya 2 3 4 9
20 Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie 2 1 2 5
21 Drapeau de la Norvège Norvège 2 1 1 4
22 Drapeau de la Corée du Nord Corée du Nord 1 1 3 5
23 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 1 1 1 3
24 Drapeau de l'Ouganda Ouganda 1 1 0 2
25 Drapeau du Danemark Danemark 1 0 0 1
26 Drapeau de la Suisse Suisse 0 3 0 3
27 Drapeau du Canada Canada 0 2 3 5
28 Drapeau de l'Iran Iran 0 2 1 3
29 Drapeau de la Grèce Grèce 0 2 0 2
Drapeau de la Belgique Belgique 0 2 0 2
31 Drapeau de l'Autriche Autriche 0 1 2 3
Drapeau de la Colombie Colombie 0 1 2 3
33 Drapeau de l’Argentine Argentine 0 1 0 1
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 0 1 0 1
Drapeau du Liban Liban 0 1 0 1
Drapeau du Mexique Mexique 0 1 0 1
Drapeau de la Mongolie Mongolie 0 1 0 1
Drapeau du Pakistan Pakistan 0 1 0 1
Drapeau de la Tunisie Tunisie 0 1 0 1
Drapeau de la Turquie Turquie 0 1 0 1
41 Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie 0 0 2 2
Drapeau du Brésil Brésil 0 0 2 2
43 Flag of Spain (1945 - 1977).svg Espagne 0 0 1 1
Drapeau du Ghana Ghana 0 0 1 1
Drapeau du Nigeria Nigeria 0 0 1 1
Drapeau du Niger Niger 0 0 1 1
Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 0 0 1 1
Drapeau de l'Inde Inde 0 0 1 1

Contrôles anti-dopage[modifier | modifier le code]

Plus de 2 000 athlètes furent soumis à des contrôles anti-dopage durant ces Jeux olympiques de Munich. Sept cas de dopage seront avérés. Les sportifs suivants furent disqualifiés et déchus de leur médaille éventuelle[11] :

  • Bakhaavaa Buidaa (Mongolie, judo) : Éphedrine
  • Miguel Coll (Porto Rico, basket-ball) : Éphedrine
  • Rick DeMont (États-Unis, natation) : Éphedrine
  • Jaime Huelamo (Espagne, cyclisme)  : Coramine
  • Walter Legel (Autriche, haltérophilie) : Amphétamine
  • Mohamad Nasehi Arjomond (Iran, haltérophilie) : Éphedrine
  • Aad van der Hoeck (Pays-Bas, haltérophilie) : Coramine

Spectateurs et médias[modifier | modifier le code]

Ces jeux de Munich furent un véritable succès populaire en termes de fréquentation des différents sites. À la veille de l'ouverture, 3 millions de billets, sur les 3,8 millions disponibles, étaient déjà vendus.

Par ailleurs, on estime à 850 millions le nombre de téléspectateurs ayant suivi les Jeux olympiques de 1972 à la télévision. Au total, quatre cents heures d'émission seront proposées. Un film tourné pendant les jeux est réalisé par dix grands metteurs en scène, parmi eux le Français Claude Lelouch et le Tchécoslovaque Miloš Forman.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]