Jeux olympiques d'hiver de 2022

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jeux olympiques d'hiver de 2022
Localisation
Pays hôte -
Ville hôte -
Date Du - au -
Ouverture officielle par -
Participants
Pays --
Athlètes -
(- masc. et - fém.)
Compétition
Nombre de sports -
Nombre de disciplines -
Épreuves --
Symboles
Serment olympique -
-
Flamme olympique -
-
Mascotte -
Précédent 2018 Les cinq anneaux olympiques de cinq couleurs différentes 2026 Suivant

Les Jeux olympiques d'hiver de 2022, officiellement appelés les XXIVes Jeux olympiques d'hiver, seront célébrés dans une ville qui sera élue en juillet 2015 lors de la 127e session du Comité international olympique (CIO). Trois villes sont candidates pour l'organisation de ces Jeux : Oslo (Norvège), Almaty (Kazakhstan), et Pékin (Chine).

Échéancier de sélection[modifier | modifier le code]

Le calendrier de sélection de la ville organisatrice a été présenté aux comités nationaux olympiques (CNO) dans une lettre circulaire qui leur a été envoyée en octobre 2012. L'élection de la ville hôte devrait se tenir en juillet 2015 à Kuala Lumpur.

  • Mai 2013 - Le CIO invite les CNO à soumettre les noms de leur ville requérante respective et publie le questionnaire aux villes requérantes 2022.
  • 14 novembre 2013 - date limite de soumission des noms des villes requérantes par les CNO
  • 4 - 6 décembre 2013 - Séminaire des villes requérantes à Lausanne.
  • 7 - 23 février 2014 - Programme d'observateurs des villes requérantes - Sotchi 2014
  • 14 mars 2014 - Soumission des dossiers des villes requérantes.
  • 7 juillet 2014 - Choix des villes candidates par la Commission exécutive du CIO
  • 7 janvier 2015 - Soumission des dossiers de candidature et des lettres de garantie
  • Février-mars 2015 - Visites de la commission d'évaluation du CIO
  • Mai-juin 2015 - Rapport de la commission d'évaluation / Réunions d'information des membres du CIO par les villes candidates
  • 31 juillet 2015 - Élection de la ville hôte des Jeux olympiques d'hiver de 2022 lors de la Session du CIO à Kuala Lumpur

Villes candidates[modifier | modifier le code]

Le 15 novembre 2013, le CIO annonce la liste des six villes requérantes[1]. Cependant, en 2014, trois d'entre elles se retirent successivement : Stockholm la première le 17 janvier, puis Cracovie le 26 mai et enfin Lviv le 30 juin[2]. Finalement, le 7 juillet, après la période d'évaluation des dossiers, le Comité international olympique annonce que les trois villes restantes requérantes sont retenues[3] :

En juin 2012, le conseil de ville d'Oslo a débloqué des fonds pour lancer une candidature[4]. L'essentiel des épreuves aurait lieu à Oslo, mais des sports comme le ski alpin ou le bobsleigh réutiliseraient les installations des Jeux olympiques d'hiver de 1994 à Lillehammer. Après le succès du référendum organisé début septembre 2013 auprès de la population, la ville continue le processus de candidature[5].
Cette ville du Kazakhstan n'a pas été retenue comme ville candidate pour les Jeux olympiques d'hiver de 2014 et présente une nouvelle candidature[6].
Pékin, qui était la ville hôte des Jeux olympiques d'été de 2008, a annoncé le mardi 5 novembre 2013 par la presse officielle chinoise une candidature pour 2022[7]. Les épreuves de neige auraient lieu dans la ville de Zhangjiakou.

Candidatures abandonnées[modifier | modifier le code]

Candidatures envisagées[modifier | modifier le code]

Le maire de Nice, Christian Estrosi, a des discussions exploratoires concernant une candidature[12]; cette réflexion suit l'échec de Nice à devenir la ville candidate française pour les Jeux de 2018. Par contre, le président du Comité national olympique et sportif français n'est pas enthousiaste à repartir sur une nouvelle candidature hivernale[13] et favoriserait davantage une candidature pour les Jeux olympiques d'été de 2024.
Le maire de Brașov a exprimé son intérêt à soumettre une candidature s'il juge que le déroulement du Festival olympique de la jeunesse européenne dans sa ville en 2013 est un succès[14].
Munich, qui était ville candidate pour les Jeux olympiques d'hiver de 2018, après avoir réfléchi à une nouvelle candidature pour 2022. Munich ne sera pas candidate faute d'avoir réuni suffisamment de suffrages lors d'une consultation populaire. Ce choix a été annoncé le dimanche 10 novembre 2013 par le maire de la ville, Christian Ude [15].
Québec avait d'abord été intéressé à une candidature pour 2022, mais en septembre 2011, le maire de Québec Régis Labeaume a décidé d'abandonner préférant se concentrer sur la venue d'une équipe de Ligue nationale de hockey[16],[17].
Le maire de Québec et le premier ministre du Québec Jean Charest avaient visité Vancouver pendant les Jeux olympiques d'hiver de 2010 pour annoncer que la ville prépare une candidature ambitieuse pour les Jeux d'hiver de 2022[18],[19]. Marcel Aubut, ancien propriétaire des Nordiques de Québec et à présent président du Comité olympique canadien est très intéressé par l'obtention d'un événement sportif majeur à Québec après l'échec de la candidature aux Jeux de 2002 face à Salt Lake City et le choix de Vancouver de préférence à Québec comme candidat du Canada pour les Jeux de 2010[20].
Lors du lancement de la candidature en 2010, le principal obstacle à toute candidature crédible demeurait l'absence d'une piste de ski avec une dénivelée totale d'au moins 800 mètres, ce qui est l'exigence minimale pour la descente hommes des Jeux. La piste ayant la plus forte dénivelée dans la région est au Massif avec 677 mètres. En 2010, le maire de Lake Placid, Craig Randall, a demandé à Québec d'envisager Whiteface Mountain pour les seules épreuves de ski. Whiteface Mountain est une des trois station de ski de l'est des États-Unis à offrir des pistes ayant une dénivelée de plus de 800 mètres (les autres sont Killington dans le Vermont et Sugarloaf dans le Maine), et est d'ailleurs celle ayant la dénivelée la plus élevée. Randall a aussi déclaré au quotidien Le Soleil que Lake Placid ne prévoit aucune future candidature pour les Jeux Olympiques[21].
Les villes de Reno, Denver et Salt Lake City avaient toutes trois exprimé leur intérêt à poser une candidature. Le Comité national olympique des États-Unis a finalement annoncé en juillet 2012 qu'il n'y aura pas de candidature américaine pour 2022[22], envisageant plutôt une candidature pour les Jeux olympiques d'été de 2024, voire les Jeux olympiques d'hiver de 2026.
En novembre 2010, le Comité national olympique (CNO) suisse approuve le principe d'une candidature pour les Jeux olympiques d'hiver de 2022. Lors de cette décision, il est spécifié que la candidature ne sera mise en œuvre que si la ville coréenne de Pyeongchang est élue ville hôte des Jeux de 2018 de préférence à Annecy et Munich. Après la victoire de Pyeongchang, le CNO suisse donne son accord final à la candidature suisse en novembre 2011. Joerg Schild, président du CNO suisse déclare : « Les représentants du sport suisse ont très clairement affirmé aujourd'hui qu'ils étaient intéressés par l'idée d'avoir les Jeux Olympiques d'hiver dans notre pays »[23].
Le 24 janvier 2011, le CNO suisse annonce que cinq zones à travers la Suisse avaient indiqué leur intérêt pour une candidature aux Jeux Olympiques de 2022[24]: Genève, le Valais, les Grisons, Lucerne/Suisse centrale et Berne.
Finalement, le choix se résume à Genève, Vaud et le Valais contre les Grisons. Le canton des Grisons, avec Saint-Moritz et Davos, est choisi le 11 août 2011 par 8 voix contre 4[25].
Le 3 mars 2013, une votation populaire a lieu dans le canton des Grisons. Une majorité de votants des communes de Saint-Moritz (61 %) et Davos (56,2 %) sont favorables aux Jeux, mais le non l'emporte par 52,66 % sur l’ensemble du canton, ce qui met fin à la candidature grisonne[26].
Le maire de Barcelone, Jordi Hereu, a annoncé le 13 janvier 2010 que la ville souhaitait organiser les Jeux Olympiques de 2022. L'organisation des Jeux à Barcelone se ferait en deux noyaux[27],[28]. Les cérémonies d'ouverture et de clôture ainsi que la remise des médailles et les sports en salle auraient lieu à Barcelone, tandis que les sports d'extérieur seraient organisés dans des stations des Pyrénées[29], telles que La Molina155 km de Barcelone)[30]. Barcelone a déjà accueilli les Jeux d'été de 1992 et en cas de succès elle aurait pu devenir la première ville à accueillir les Jeux d'été et d'hiver.
Le 16 octobre 2013, Barcelone renonce à se présenter.

Candidatures carnavalesques et publicitaires[modifier | modifier le code]

Saint-Urcize, commune cantalienne au coeur de l'Aubrac a annoncé au printemps 2013, sa candidature à l'organisation des premiers JO bio et de développement durable[31]. La station associe ses voisines de l’Aubrac à sa candidature : Brameloup (Aveyron) pour l’organisation du biathlon, Aubrac (Aveyron) pour les épreuves de patinage, Laguiole (Aveyron) pour le tremplin, Nasbinals (Lozère) pour le bobsleigh. Saint-Urcize propose une nouvelle discipline olympique en démonstration : l'hectomètre lancé, inspiré du kilomètre lancé (KL en abrégé) en ski de vitesse.

Droits télévisés[modifier | modifier le code]

Ci-dessous la liste des diffuseurs sélectionnés :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Intérêt croissant pour les Jeux Olympiques d’hiver : six villes se déclarent prêtes à organiser l’édition de 2022 - Comité International Olympique - 15/11/2013
  2. Déclaration du CIO concernant la procédure de candidature à l’organisation des Jeux de 2022 - 30 juin 2014
  3. JO 2022 : Almaty, Oslo et Pékin sont candidats, sur Europe1.fr, le 7 juillet 2014
  4. Oslo To Bid For 2022 Winter Olympics
  5. « JO 2022 : Après le référendum, Oslo présente les prochaines étapes de sa candidature » sur le site sportetsociete.org
  6. JO 2022 : Almaty (Kazakhstan) de nouveau candidate après son échec pour les Jeux de 2014 sur le site http://sportetsociete.org/
  7. China Considers Beijing For Joint 2022 Olympic Winter Games Bid
  8. http://www.ski-nordique.net/jo-2022-oui-pour-stockholm-non-pour-munich.5341016-72348.html
  9. (pl) « Teraz igrzyska olimpijskie: Kraków, Zakopane, Słowacja », Gazeta Krakowska,‎ 4 July 2012 (consulté le 1 August 2012)
  10. (pl) « Kraków oficjalnie przystępuje do walki o zimowe igrzyska », Gazeta Wyborcza,‎ 7 novembre 2013 (consulté le 7 novembre 2013)
  11. http://www.lequipe.fr/Tous-sports/Actualites/Cracovie-renonce/468473
  12. (en) sport24.com, « Nice réfléchit à une candidature », Le Figaro (consulté le 7 juillet 2011)
  13. [1]
  14. (en) « Dacă FOTE 2013 iese bine, urmează Jocurile Olimpice de Iarnă la Braşov » (consulté le 11 July 2012)
  15. Munich Considers 2022 Or 2026 Olympic Bid
  16. « JO: Québec passe son tour », sur lapresse.ca (consulté le 5 août 2012)
  17. http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/national/archives/2011/09/20110927-160616.html
  18. (en) « Quebec’s dream: Olympics host in 2022, Charest says », The Toronto Star,‎ February 16, 2010 (lire en ligne)
  19. (en) « Quebec minds its language, eyes 2022 Olympics », AFP,‎ February 16, 2010 (consulté le 16 février 2010)
  20. (en) Mardi, « Québec candidate pour 2022? », RDS.ca,‎ October 28, 2008
  21. (en) « Montagne pour les Olympiques de 2022 : une piste de solution à Lake Placid ? », Le Soleil,‎ 18 septembre 2010 (consulté le 22 septembre 2010)
  22. [2]
  23. (en) « Bidding for the Games – Swiss Bid; Rome 2020; 2018 Bids on the Move », Aroundtherings.com,‎ November 22, 2010 (consulté le 5 mars 2011)
  24. (de) « Hohe Anforderungen an eine mögliche Schweizer Olympia-Kandidatur », Swissolympic.ch,‎ January 24, 2011 (consulté le 5 mars 2011)
  25. La candidature de Davos/St-Moritz retenue - 11.08.2011 - tsrsport.ch
  26. Agence France-Presse, « JO-2022- La population dit non à une candidature de St-Moritz », Le Matin,‎ 3 mars 2013 (consulté le 3 mars 2013)
  27. Barcelona City council bid information sheet: a two cluster system for Barcelona 2022 (Spanish)
  28. *Barcelona 2022 – City of Barcelona's official website
  29. (es) « Barcelona optará a los Juegos Olímpicos de Invierno 2022 », Publico.es (consulté le 5 mars 2011)
  30. (en) « Zaragoza 2022 vs Barcelona 2022 », Pirineos-olimpicos.blogspot.com,‎ January 14, 2010 (consulté le 5 mars 2011)
  31. [3]
  32. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées forbes.

Liens externes[modifier | modifier le code]