Jeux olympiques d'hiver de 1940

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeux olympiques de 1940.

Les Jeux olympiques d'hiver de 1940, qui auraient dû être les 5e de l'ère moderne, ne se sont jamais tenus et ont été annulés à cause de la Seconde Guerre mondiale.

À l'origine, les jeux de 1940 ont été attribués à la ville de Sapporo au Japon dès juin 1937. Cependant, l'éclatement de la seconde guerre sino-japonaise fait qu'en 1938, le Japon annonce son incapacité à pouvoir tenir l'évènement[1],[2],[3].

Le Comité international olympique décide alors de transférer l'organisation de la compétition à la ville de Saint-Moritz en Suisse, mais des désaccords entre le comité olympique et la fédération suisse ont raison de la décision. En effet, les Suisses insistent pour que les instructeurs de ski ne soient pas considérés comme des professionnels et qu’ils puissent, de ce fait, participer aux compétitions, ce que le comité olympique refuse catégoriquement. C'est ainsi que Saint-Moritz se désiste à son tour en juin 1938[1],[4].

Finalement, les Jeux olympiques sont attribués à Garmisch-Partenkirchen en Allemagne, 3 mois avant l'éclatement de la Seconde Guerre mondiale, qui entraîne l'annulation définitive des Jeux olympiques d'hiver de 1940 en novembre 1939[1],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (fr) ?, « Historique des Jeux olympiques d'hiver ; 1940 - Sapporo, Japon », sur Réseau des sports,‎ ? (consulté en 23 août 2012)
  2. (fr) ?, « Histoire des Jeux Olympiques », sur L'Internaute,‎ ? (consulté en 23 août 2012)
  3. (fr) Yosaku Harada, « Communiqués et brèves nouvelles - Jeux Olympiques - 1972 », sur LA84foundation,‎ ? (consulté en 23 août 2012)
  4. (fr) Équipe de Perspective Monde, « 29 juillet 1948 : Ouverture des Jeux olympiques de Londres », sur Université de Sherbrooke,‎ ? (consulté en 23 août 2012)
  5. (en) ?, « 1940 Olympiade Garmisch-Partenkirchen Helsinki Oltmpics Advertising Card », sur http://www.germanpostalhistory.com,‎ ? (consulté en 23 août 2012)