Jeux olympiques d'été de 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jeux olympiques d'été de 2012
Logo
Localisation
Pays hôte Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Ville hôte Londres
Coordonnées 51° 30′ 18″ N 0° 04′ 43″ O / 51.504872, -0.07857 ()51° 30′ 18″ N 0° 04′ 43″ O / 51.504872, -0.07857 ()  
Date Du 27 juillet au 12 août 2012
Ouverture officielle par Élisabeth II
Reine du Royaume-Uni
Participants
Pays 204
Athlètes 10 568
(5 892 masc. et 4 676 fém.)
Compétition
Nombre de sports 26
Épreuves 302
Symboles
Serment olympique Sarah Stevenson
taekwondoïste britannique
Flamme olympique Callum Airlie
Jordan Duckitt
Desiree Henry
Katie Kirk
Cameron MacRitchie
Aidan Reynolds
Adelle Tracey
Mascotte Wenlock et Mandeville
Géolocalisation

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
City locator 4.svg
Londres
Chronologie
Précédent 2008 Les cinq anneaux olympiques de cinq couleurs différentes 2016 Suivant

Les Jeux olympiques d'été de 2012 (Jeux de la XXXe Olympiade de l'ère moderne) ont eu lieu du 27 juillet[1] au 12 août 2012[2] à Londres (voir les lieux d'accueil). Londres est la première ville à accueillir les Jeux olympiques modernes trois fois[3],[4], après ceux de 1908 et de 1948[5],[6].

La ville de Londres a été élue parmi cinq villes candidates lors de la 117e session du Comité international olympique (CIO), le 6 juillet 2005 à Singapour. Sebastian Coe est le chef du comité de candidature puis le président du Comité organisant les Jeux olympiques et les Jeux paralympiques d'été de 2012.

Sélection des villes[modifier | modifier le code]

Au 15 juillet 2003, date limite de clôture des candidatures, neuf villes se déclarent candidates à l'organisation des Jeux olympiques de 2012 : La Havane, Istanbul, Leipzig, Londres, Madrid, Moscou, New York, Paris et Rio de Janeiro[7]. Le 18 mai 2004, et après évaluation de toutes les candidatures, le Comité international olympique annonce les cinq villes finalistes : Londres, Madrid, Moscou, New York et Paris.

Le 6 juillet 2005, à Singapour, le jury désigne Londres comme ville hôte des Jeux olympiques de 2012 au terme de quatre tours de scrutin. Lors du dernier tour, la capitale britannique devance de 4 voix Paris[8].

Résultats du choix de la ville candidate
Ville candidate Pays 1er tour 2e tour 3e tour 4e tour
Londres Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 22 27 39 54
Paris Drapeau de la France France 21 25 33 50
Madrid Drapeau de l'Espagne Espagne 20 32 31 -
New York Drapeau des États-Unis États-Unis 19 16 - -
Moscou Drapeau de la Russie Russie 15 - - -
Total des suffrages exprimés 97 100 103 104

Organisation[modifier | modifier le code]

Lord Coe : directeur des Jeux olympiques de Londres 2012.

Le London Organising Committee of the Olympic Games (LOCOG) est chargé de l'organisation de ces Jeux.

Budget[modifier | modifier le code]

Le budget final des Jeux olympiques 2012 est d'environ 11 milliards d'euros[9].

Ceci représente environ le double de la somme prévue dans le dossier de candidature de 2005[10]. Néanmoins, les officiels se fondent sur le budget de 2007 et non celui de 2005 pour leurs calculs, ce qui a permis, le 13 mars 2012, au président du CIO Jacques Rogge d'estimer que le budget public des Jeux olympiques de Londres sera respecté[11], en dépit des craintes exprimées sur la menace d'un blocage des Jeux[12].

Marketing[modifier | modifier le code]

À l'occasion de cet événement, la compagnie aérienne British Airways décide de repeindre le fuselage entier de neuf appareils Airbus A319 désignés par Pascal Anson[13].

Identité visuelle (logo)[modifier | modifier le code]

Il y a eu deux logos pour Londres 2012 : l'un durant le processus qui porte la candidature de la ville et l'autre en tant que marque durant toute la période des Jeux olympiques eux-mêmes. Ce dernier, dessiné par Woff Olins, a été dévoilé le 4 juin 2007, il a coûté 400 000 livres (soit environ 590 000 euros)[14]. Ce logo est la représentation stylisée du nombre 2012 avec les anneaux olympiques inscrits dans le chiffre zéro ainsi que la représentation des différents pays des îles Britanniques (Irlande du Nord, Irlande du Sud, Écosse, Pays de Galles, Angleterre)[15]. Il est décliné en 4 couleurs et pour la première fois, il est utilisé pour les Jeux olympiques et fait l'objet d'une adaptation pour les les Jeux paralympiques[16].

Les premières réactions tant de la part du public que des experts ont été largement négatives, selon un sondage effectué sur le site web de la BBC plus de 83 % des 16 000 votes lui ont attribué la plus mauvaise note[17]. Une pétition exigeant son retrait a même recueilli 30 000 signatures en moins d’une journée. Le comité d'organisation a alors annoncé que le logo sera repensé au cours des cinq prochaines années[18].

Par ailleurs, une représentation animé représentant le logo en mouvements saccadés très rapides, aurait provoqué des crises comitiales chez des personnes épileptiques à la vu de cette vidéo. Les organisateurs ont rapidement décidé de retirer l’animation de leur site web, qui par ailleurs fut interdites par l'autorité de régulation audiovisuelle britannique, avant que la séquence litigieuse ne soit remontée[19]. Une polémique supplémentaire est survenue en 2011 à l'initiative de l'Iran, qui considère que le logo dissimule le mot « Zion »[20].

Cérémonies[modifier | modifier le code]

Les mascottes olympiques, Mandeville (à gauche) et Wenlock (à droite).

Ouverture[modifier | modifier le code]

La cérémonie d'Ouverture des Jeux olympiques de Londres a débuté le 27 juillet 2012[21] à partir de 21 h, heure locale et s'est terminée vers 1 h, heure locale[22]. L'organisation de la cérémonie d'ouverture a été confiée au réalisateur Danny Boyle[23]. La vasque olympique a été allumée par sept jeunes athlètes britanniques après avoir reçu la flamme des mains de Steve Redgrave[24], le sportif anglais avec le plus beau palmarès. La vasque était originale cette année car elle était composée de plusieurs pétales qui se sont réunis en bouquet de fleurs.

Le 14 mars 2011, à 500 jours de la cérémonie d'ouverture de Londres 2012, les organisateurs et Omega (chronométreur officiel des Jeux de Londres) ont dévoilé le compte à rebours à Trafalgar Square[25].

Horloge du compte à rebours des Jeux olympiques d’été de 2012  (ici à 500 jours).
Horloge du compte à rebours des Jeux olympiques d’été de 2012
(ici à 500 jours).
 
Horloge du compte à rebours des Jeux olympiques d’été de 2012  (ici à 497 jours).
Horloge du compte à rebours des Jeux olympiques d’été de 2012
(ici à 497 jours).

Clôture[modifier | modifier le code]

Les Spice Girls, One Direction, Muse, Nick Mason, George Michael, Taio Cruz, The Who, Ed Sheeran, Take That et Jessie J ont participé à la cérémonie de clôture[26]. La flamme olympique a été éteinte à exactement minuit heure locale.

Le maire de Londres Boris Johnson et le président du CIO Jacques Rogge ont symboliquement remis au maire de Rio de Janiero Eduardo Paes, le drapeau olympique marquant ainsi la fin de ces Jeux olympiques d'été 2012 et le passage vers les futurs Jeux olympiques d'été de 2016.

Environnement[modifier | modifier le code]

La pollution inquiète beaucoup les organisateurs des Jeux de Londres, car celle-ci pourrait nuire aux performances des sportifs eux-mêmes. « Plusieurs études ont montré que l’exposition à l’ozone ou aux microparticules quand on fait du sport réduit la capacité pulmonaire, diminue les performances et surtout augmente le risque d’asthme» explique le Dr Pierre Souvet, président de l’Association santé environnement France[27]. En 1984, aux Jeux de Los Angeles, le coureur de 800 mètres Steve Ovett s'était effondré pendant la finale en raison de problèmes respiratoires liés en partie selon lui à la pollution. En 2008 aux Jeux de Pékin, les autorités avaient réduit la circulation des voitures et fermé des centaines d'usines. À Londres, on craint d'être confronté au même problème[28].

Sécurité[modifier | modifier le code]

24 000 personnes seront employées pour la sécurité. Les forces armées britanniques fourniront 7 000 militaires. Les 17 000 autres seront des employés G4S qui va recruter quelques 10 000 employés temporaires (agents de sécurité, stewards, placiers payés entre 6 £ et 85 £ de l'heure). Le budget de la sécurité sur les sites est passé d'une estimation de 282 millions de livres sterling à l'origine à 553 millions annoncé en janvier 2012, somme à laquelle s'ajoutent 600 millions de £ pour les mesures policières en dehors des emprises sportives[29]. Le 12 juillet 2012, le ministre de la Défense Philip Hammond annonce la mobilisation de 3 500 soldats supplémentaires pour boucler le dispositif de sécurité des JO[30] après la défaillance de la société de gardiennage privée G4S[31]. Le 26 juillet 2012, le préfet de la zone Nord met en place un dispositif permettant de mobiliser un maximum de 1 000 fonctionnaires en même temps dans la région dans le cadre du dispositif de sécurité mis en place pendant les Jeux[32].

Musique[modifier | modifier le code]

Survival, une chanson du groupe Muse, issue de l'album The 2nd Law, a été choisie par le comité olympique pour être la chanson officielle des Jeux. La musique de fond lors de l'annonce des podiums est le thème des Chariots de feu de Vangelis, bande originale du film du même nom (sorti en 1981) qui retraçait l'histoire de deux athlètes britanniques dans leur préparation pour les Jeux olympiques de 1924.

Une très grande partie des chansons diffusées durant la cérémonie d'ouverture sont l'œuvre d'artistes britanniques. Les spectateurs ont ainsi pu entendre des musiques des Beatles, d'Adele, de David Bowie, des Rolling Stones ou encore de Queen et Pink Floyd. De nombreux artistes étaient présents dans le stade, tels Tom Jones, Mike Oldfield, Paul McCartney qui a chanté Hey Jude à la fin de la cérémonie, le groupe Arctic Monkeys qui a interprété plusieurs chansons, les Rolling Stones, les Spice Girls qui ont chanté lors de la cérémonie de clôture, le rappeur Dizzee Rascal ou encore les Sex Pistols. Les artistes présents à la cérémonie d'ouverture des Jeux ont été payés une livre symbolique (soit 1,30 €) chacun pour leurs prestations.

Vue aérienne sur le Parc olympique en avril 2012.

Nations participantes[modifier | modifier le code]

Nombres de participants par pays en 2012.
  •      300+
  •      100-299
  •      30-99
  •      10-29
  •      4-9
  •      1-3

Comme pour les Jeux olympiques d'été de 2008, la seule nation souveraine à n'avoir jamais eu de délégation d'athlètes à cet événement reste le Vatican. À la suite de son indépendance le 9 juillet 2011, le Soudan du Sud envoie son premier athlète, Guor Marial, aux Jeux olympiques lors de l'édition 2012. Cependant ce dernier défile sous les couleurs olympiques, le nouveau pays n'ayant pas encore son propre comité olympique. Il en est de même pour Curaçao et Saint-Martin, qui ont récemment changé de statut (dissolution des Antilles néerlandaises le 10 octobre 2010).

Les 204 délégations participantes aux Jeux de 2012
Afrique Amériques Asie Europe Océanie
53 pays 41 pays 43 pays 49 pays 17 pays



Compétition[modifier | modifier le code]

Sports au programme[modifier | modifier le code]

Lors de la 118e session du Comité international olympique[33], réunie à Singapour, le baseball et le softball ont été exclus de la liste des sports olympiques, réduisant à 26 le nombre de disciplines pour les Jeux de Londres 2012. La liste des sports olympiques d'été n'est plus immuable et sera remise en question après chaque Jeux olympiques, seuls les quotas de compétitions (301) et le nombre d'athlètes (10 500) resteront fixes.

Lors de cette même session, le CIO aurait également rejeté l'entrée de cinq nouveaux sports aux Jeux d'été[34] : le golf, le roller et le rugby à 7 ont été éliminés d'entrée, tandis que le squash et le karaté ont obtenu 51 % des votes, ce qui les rendait éligibles, mais n'ont pas réuni la majorité requise des deux tiers.

Le nombre de sports olympiques, correspondant au nombre de fédérations internationales, est donc fixé à 26 pour ces Jeux de Londres :

Sports/disciplines Hommes Femmes Mixtes Total
Athlétisme Athlétisme 24 23 47
Aviron Aviron 8 6 14
Badminton Badminton 2 2 1 5
Basket-ball Basket-ball 1 1 2
Boxe Boxe 10 3 13
Canoë-kayak Canoë-kayak
Course en ligne
Slalom
11
8
3
5
4
1
16
12
4
Cyclisme Cyclisme
BMX
Piste
Route
VTT
9
1
5
2
1
9
1
5
2
1
18
2
10
4
2
Équitation Sports équestres
Saut d'obstacles
Dressage
Concours complet
6
2
2
2
6
2
2
2
Escrime Escrime 5 5 10
Football Football 1 1 2
Gymnastique Gymnastique
Artistique
Rythmique
Trampoline
9
8

1
9
6
2
1
18
14
2
2
Haltérophilie Haltérophilie 8 7 15
Handball Handball 1 1 2
Sports/disciplines Hommes Femmes Mixtes Total
Hockey sur gazon Hockey sur gazon 1 1 2
Judo Judo 7 7 14
Lutte Lutte
Libre
Gréco-romaine
14
7
7
4
4

18
11
7
Natation Sports aquatiques
Natation
Plongeon
Natation synchronisée
Water-polo
22
17
4

1
24
17
4
2
1
46
34
8
2
2
Pentathlon moderne Pentathlon moderne 1 1 2
Taekwondo Taekwondo 4 4 8
Tennis Tennis 2 2 1 5
Tennis de table Tennis de table 2 2 4
Tir Tir
Carabine
Pistolet
Tir aux plateaux
9
3
3
3
6
2
2
2
15
5
5
5
Tir à l'arc Tir à l'arc 2 2 4
Triathlon Triathlon 1 1 2
Voile Voile 6 4 10
Volley-ball Volley-ball
En salle
Beach-volley
2
1
1
2
1
1
4
2
2
Total (26 sports) 162 132 8 302

Calendrier[modifier | modifier le code]

       Cérémonies        Jour de compétition        Jour de finale    4    Nombre de finales
Calendrier général des Jeux olympiques de 2012[35]
Juillet – août 2012 25 26 27 28 29 30 31 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Cérémonies Olympic rings with white rims.svg O C
Athlétisme Athletics pictogram.svg 2 6 6 5 4 4 5 6 8 1
Aviron Rowing pictogram.svg 3 3 5 3
Badminton Badminton pictogram.svg 1 2 2
Basket-ball Basketball pictogram.svg 1 1
Boxe Boxing pictogram.svg 3 5 5
C
a
n
o
ë
-
k
a
y
a
k
En eau calme Canoeing (flatwater) pictogram.svg 4 4 4
En eau vive / slalom Canoeing (slalom) pictogram.svg 1 1 2
C
y
c
l
i
s
m
e
BMX Cycling (BMX) pictogram.svg 2
Piste Cycling (track) pictogram.svg 2 2 1 1 1 3
Route Cycling (road) pictogram.svg 1 1 2
VTT Cycling (mountain biking) pictogram.svg 1 1
Équitation Equestrian pictogram.svg 2 1 1 1 1
Escrime Fencing pictogram.svg 1 1 1 1 2 1 1 1 1
Football Football pictogram.svg 1 1
G
y
m
n
a
s
t
i
q
u
e
Artistique Gymnastics (artistic) pictogram.svg 1 1 1 1 3 3 4
Rythmique Gymnastics (rhythmic) pictogram.svg 1 1
Trampoline Gymnastics (trampoline) pictogram.svg 1 1
Haltérophilie Weightlifting pictogram.svg 1 2 2 2 2 2 1 1 1 1
Handball Handball pictogram.svg 1 1
Hockey sur gazon Field hockey pictogram.svg 1 1
Judo Judo pictogram.svg 2 2 2 2 2 2 2
Lutte Wrestling pictogram.svg 2 3 2 2 2 2 3 2
N
a
t
a
t
i
o
n
Natation Swimming pictogram.svg 4 4 4 4 4 4 4 4 1 1
Natation synchronisée Synchronized swimming pictogram.svg 1 1
Plongeon Diving pictogram.svg 1 1 1 1 1 1 1 1
Water-polo Water polo pictogram.svg 1 1
Pentathlon moderne Modern pentathlon pictogram.svg 1 1
Taekwondo Taekwondo pictogram.svg 2 2 2 2
Tennis Tennis pictogram.svg 2 3
Tennis de table Table tennis pictogram.svg 1 1 1 1
Tir Shooting pictogram.svg 2 2 1 1 1 1 2 2 1 2
Tir à l’arc Archery pictogram.svg 1 1 1 1
Triathlon Triathlon pictogram.svg 1 1
Voile Sailing pictogram.svg 2 2 2 1 1 1 1
V
o
l
l
e
y
b
a
l
l
Beach-volley Volleyball (beach) pictogram.svg 1 1
Volley-ball Volleyball (indoor) pictogram.svg 1 1
Juillet – août 2012 25 26 27 28 29 30 31 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
       Cérémonies        Jour de compétition        Jour de finale    4    Nombre de finales

Tableau des médailles[modifier | modifier le code]

Les dix premières nations au classement des médailles de leurs athlètes sont :


  •      Pays organisateur (Royaume-Uni)
Rang Nation Or Argent Bronze Total
1 Drapeau : États-Unis États-Unis 46 29 29 104
2 Drapeau : République populaire de Chine Chine 38 27 23 88
3 Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne 29 17 19 65
4 Drapeau : Russie Russie 24 26 32 82
5 Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud 13 8 7 28
6 Drapeau : Allemagne Allemagne 11 19 14 44
7 Drapeau : France France 11 11 12 34
8 Drapeau : Italie Italie 8 9 11 28
9 Drapeau : Hongrie Hongrie 8 4 5 17
10 Drapeau : Australie Australie 7 16 12 35

Athlètes paralympiques aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Deux athlètes qualifiés pour les Jeux paralympiques se qualifient également pour les Jeux olympiques : le sprinteur sud-africain Oscar Pistorius (amputé des deux jambes, courant avec des prothèses) et la pongiste polonaise Natalia Partyka (née sans avant-bras droit)[36]. Il ne s'agit pas d'une première, puisque Natalia Partyka et la nageuse sud-africaine Natalie du Toit avaient déjà participé aux Jeux olympiques en 2008[37].

Participation des femmes[modifier | modifier le code]

Avant les Jeux de 2012, trois pays avaient toujours été représentés exclusivement par des athlètes masculins : l'Arabie saoudite, le Brunei (toujours représenté par un unique athlète), et le Qatar. Le Comité international olympique indiqua qu'il presserait ces trois pays d'inclure des athlètes féminins dans leurs délégations, afin que les Jeux de Londres marquent la fin de l'exclusion des femmes dans toutes les nations du mouvement olympique[38]. En juillet 2010, le Qatar annonça qu'il inclurait des femmes dans sa délégation aux Jeux de Londres[39]. En mars 2012, le Brunei fit de même[40]. Quant à l'Arabie saoudite, Anita DeFrantz, présidente de la Commission Femmes et Sport du CIO, suggéra que le pays soit interdit de participation aux Jeux jusqu'à ce qu'il accepte la participation de femmes saoudiennes[39]. Emmanuelle Moreau, porte-parole du CIO, indiqua toutefois que le Comité « n'imposerait pas aux Saoudiens d'avoir des femmes parmi leurs représentants à Londres », arguant que « le CIO ne donne pas d'ultimatums [...] mais pense plutôt que beaucoup d'avancées se font par le dialogue »[41]. En juillet 2012, le Comité international olympique annonce que deux Saoudiennes participeront pour la première fois aux Jeux olympiques[42].

Ainsi, pour la première fois dans l’histoire des Jeux olympiques, chacune des 204 délégations participantes aux Jeux de Londres 2012 ont envoyé au moins une femme pour prendre part à ce rendez-vous sportif.

Les Jeux de Londres sont également les premiers au cours desquels les femmes sont autorisées à concourir dans la totalité des 26 sports olympiques, avec l'introduction de la boxe féminine[43]. Inversement, la natation synchronisée et la gymnastique rythmique demeurent des épreuves exclusivement féminines.

De nombreuses épreuves féminines sont différentes des épreuves masculines. S'il paraît logique que les catégories de poids soient différentes comme en boxe ou en haltérophilie, certaines épreuves n'existent pas en 2012 pour les femmes comme en lutte la lutte gréco-romaine, en aviron, le quatre sans barreur et le quatre sans barreur (poids légers), en athlétisme le 50 km marche, en voile le dériveur lourd en solitaire (finn) et le dériveur haute performance à deux équipiers (49er) ; d'autres épreuves sont différentes : ainsi en athlétisme l'équivalent du 110 m haies masculin est le 100 m haies féminin, l'équivalent du décathlon masculin est l'heptathlon féminin.

Sur la mixité des sports, sur les 26 sports proposés, seuls trois sports ont des épreuves mixtes. Il y a deux sports avec des équipes mixtes, le badminton et le tennis. Il n'y a aux Jeux olympiques d'été qu'un seul sport où les femmes et les hommes concourent pour la même médaille, l'équitation.

Bilan positif malgré les polémiques et problèmes divers[modifier | modifier le code]

Succès global des Jeux[modifier | modifier le code]

La plupart des commentateurs s'accordent à penser que l'organisation des Jeux par le Royaume-Uni et Londres est un succès. Le président du CIO, Jacques Rogge, a affirmé que ces jeux avaient été « fabuleux, extraordinaires »[44], les « meilleurs Jeux jamais organisés »[45]. Les éloges louent notamment la qualité des transports en commun, la transformation urbaine de l'Est londonien et la réutilisation future des équipements olympiques[45], ainsi que la réussite en matière de sécurité, alors que la crainte d'un attentat était forte[46]. La bonne humeur des volontaires a également été amplement saluée[47].

Commémoration de la prise d'otages des Jeux olympiques de Munich[modifier | modifier le code]

La cérémonie d’ouverture.

En mai 2012, le Comité international olympique avait opposé « une fin de non-recevoir » à une demande israélienne de commémoration, par une minute de silence durant la cérémonie d'ouverture des Jeux, des 40 ans de l'assassinat de onze athlètes israéliens par des membres de l'OLP durant les Jeux olympiques de Munich en 1972 déclarant que « le CIO a régulièrement commémoré la tragédie de 1972 et le fera une nouvelle fois à Londres lors d'une cérémonie qui se déroulera pendant les Jeux, mais il n'y aura pas de minute de silence durant la cérémonie d'ouverture. » Le principe d'une commémoration à l'ouverture des Jeux avait été soutenu début juillet par le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, qui avait écrit au président du Comité international olympique, Jacques Rogge, pour lui demander d'accéder à sa demande. Cette proposition a également été soutenue par la Maison-Blanche. Toutefois, le 21 juillet, le président du CIO a maintenu dans une conférence de presse son opposition, déclarant que « Nous estimons que nous pouvons rendre hommage aux athlètes dans un autre contexte. Les cérémonies d'ouverture n'ont pas une atmosphère qui se prête aux commémorations de ce genre », et ajoutant qu'il « avait bien entendu les avis de plusieurs pays, notamment des États-Unis, favorables à une minute de silence durant la cérémonie d'ouverture mais qu'il ne les suivait pas forcément ». Le présentateur vedette de la chaîne de télévision américaine NBC, Bob Costas, prévoit « de dénoncer à l'antenne lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Londres l'attitude insensible du CIO à l'égard de la prise d'otages sanglante des JO de Munich, il y a 40 ans », expliquant dans une interview au Hollywood Reporter « que beaucoup de gens trouvent ce refus plus insensible que déconcertant[48],[49] ». Cette demande d'observer une minute de silence avait été aussi appuyée par le Sénat américain, le Bundestag allemand, le Parlement du Canada, le Parlement d'Australie, 140 membres du Parlement de la République italienne ainsi que 50 députés au Parlement du Royaume-Uni. Fiamma Nirenstein, vice-présidente de la Commission des affaires étrangères du parlement italien qui a rendu publique la lettre envoyée par les députés italiens à Jacques Rogge, déplore le fait qu'« à tous les Jeux depuis 1976, les membres de la famille des athlètes assassinés ont demandé une minute de silence, mais cela leur a toujours été refusé. Cette année marque le 40e anniversaire du massacre, il aurait été temps pour un moment de compassion pour ces athlètes assassinés et une condamnation ferme du terrorisme[50] ». Jacques Rogge n'a jamais voulu donner d'explications claires concernant le refus de cette minute de silence mais de nombreuses sources sous le couvert de l'anonymat parlent de risques d'attentats par des islamistes ou de boycott de la part de pays arabes influents financièrement[réf. nécessaire].

Le 25 juillet 2012, les veuves d'un athlète et d'un entraîneur israéliens tués aux Jeux de Munich ont remis à Jacques Rogge une pétition de 105 000 signatures dont celle de Barack Obama en faveur de la tenue d'une minute de silence, tandis qu'Hillary Clinton a demandé au président du CIO de revenir sur sa décision et de permettre la commémoration durant la cérémonie d'ouverture des Jeux[51],[52].

Le 6 août 2012, David Cameron rend hommage au cours d'une commémoration aux 11 Israéliens tués lors des Jeux olympiques de 1972[53].

Dopage[modifier | modifier le code]

Le 25 juillet 2012, neuf athlètes (trois Russes, deux Ukrainiennes, une Bulgare, une Grecque, une Turque et une Marocaine) sont suspendus pour dopage à la suite de contrôles effectués en vue de la compétition[54]. L'haltérophile albanais Hysen Pulaku (en) est le premier participant à être exclu durant les Jeux à la suite d'un contrôle positif au stanozolol datant du 23 juillet[55]. La gymnaste ouzbèke Luiza Galiulina (en) est elle aussi exclue après un test positif au furosémide[56], ainsi que la sprinteuse kittittienne Tameka Williams[57].

Le 3 août, la cycliste sur piste russe Victoria Baranova[58] et l'athlète marocain Amine Laalou[59] sont exclus pour dopage.

Le 6 août, le judoka américain Nick Delpopolo[60] et l'athlète italien Alex Schwazer[61],[62] sont exclus pour dopage.

Le 10 août, l'athlète français Hassan Hirt, contrôlé positif à l'EPO, est exclu de sa délégation[63].

Le 11 août, l'athlète syrienne Ghofran Almohamad est contrôlée positive à la méthylhexanamine. Elle est disqualifiée par le CIO[64].

Le 13 août, au lendemain de la clôture des jeux, le CIO annonce avoir contrôlé positivement l'athlète biélorusse Nadzeya Ostapchuk et lui retire en conséquence sa médaille d'or[65].

Le 7 novembre, le lutteur ouzbèke Soslan Tigiev est déchu de sa médaille de bronze remportée dans l'épreuve de lutte libre (moins de 74 kg) après avoir fait l'objet d'un contrôle positif à un stimulant durant la compétition. Le Hongrois Gábor Hatos, initialement cinquième de la compétition, récupère en conséquence la médaille de bronze[66].

Accusations de triche ou de trucage[modifier | modifier le code]

En badminton, 8 joueuses en lice pour le tournoi féminin en double sont exclues le 1er août du tournoi olympique. Ces joueuses sont d'origine chinoise (Yu Yang, Wang Xiaoli), indonésienne (Meiliana Jauhari, Greysia Polii) et sud-coréenne (Jung Kyung-eun, Kim Ha-na et Ha Jung-eun, Kim Min-jung)[67]. La Fédération internationale de badminton les exclut pour « n'avoir pas fait tout leur possible pour remporter la victoire »[68]. Les paires coréennes font appel, mais leur appel est rejeté le 2 août. La paire chinoise ne fait pas appel, et la paire indonésienne retire son appel avant son examen[69].

Lors de l'épreuve de qualification de cyclisme sur piste, le démarreur britannique Philip Hindes chute dès le départ. D'après le règlement officiel, l'équipe doit alors recommencer l'épreuve sans aucune conséquence. Cependant, après l'obtention de la médaille d'or, celui-ci déclare avoir chuté délibérément, ayant pris un mauvais départ[70]. Malgré cet aveu de tricherie, il n'est pas sanctionné et garde le bénéfice de sa médaille.

Le 4 août, une polémique semblable apparaît en aviron sur l'épreuve de deux de couple poids légers hommes : après avoir pris un mauvais départ, le duo Mark Hunter et Zac Purchase cesse sa course au bout de 80 m, entraînant l'arrêt des autres rameurs. Les rameurs britanniques signalent un problème matériel qui est rapidement réparé, et reprennent le départ pour décrocher la médaille d'argent. Le couple français Stany Delayre et Jérémie Azou, qui avait pris un meilleur départ lors de la première course mais a fini 4e, pose réclamation afin de lever le doute sur le respect du règlement. La réclamation est rejetée[71],[72], les arbitres ayant constaté le bris matériel[73] et déclaré qu'aucune règle n'avait été enfreinte[74].

Le 6 août, une autre polémique apparaît après une défaite de l'équipe espagnole de basket-ball face au Brésil (alors que l'Espagne menait pendant les 3 premiers quart-temps, ils perdent le dernier quart-temps 31-16), défaite qui permettait aux joueurs espagnols d'éviter de se retrouver dans la même partie de tableau que les États-Unis, favoris de la compétition[75].

Le 7 août, les boxeurs français Nordine Oubaali et Alexis Vastine sont éliminés de la compétition à la suite de décisions arbitrales. En particulier, la défaite d'Alexis Vastine est contestée par des journalistes[76] et des entraîneurs[77], ainsi que par la Fédération française de boxe, qui porte réclamation pour les combats des deux boxeurs éliminés. L'appel est finalement rejeté par l'AIBA[78]. Dans un autre match de boxe, l'Azerbaïdjanais Magomed Abdulhamidov est donné vainqueur face au Japonais Satoshi Shimizu qui l'a pourtant envoyé trois fois au tapis[79]. Après réclamation, Shimizu obtient néanmoins gain de cause et est réintégré à la place d'Abdulhamidov[79] et un arbitre du Turkménistan est renvoyé par l'AIBA[80]. Le match entre l'Azerbaïdjanais Teymur Mammadov et le Biélorusse Sergey Korneyev et le match entre le Britannique Tom Stalker et le Mongol Erdene Uranchimeg sont aussi signalés comme douteux[81]. Selon L'Équipe, les décisions contestables sont nombreuses dans ce tournoi olympique de boxe et la scoring-machine est pointée du doigt[82].

Le 9 août, le nageur sud-africain Cameron van der Burgh, médaillé d'or sur le 100 m brasse, révèle avoir donné, après le virage aux 50 m, trois mouvements de jambe de type « dauphin » au lieu d'un seul autorisé par le règlement[83].

Incidents diplomatiques[modifier | modifier le code]

Le début du match de football féminin opposant la Colombie et la Corée du Nord a pris une heure de retard à cause d'une erreur des organisateurs. En effet, ceux-ci avaient confondu les drapeaux sud- et nord-coréen sur le tableau d'affichage. En raison des relations tendues entre les deux pays coréens, les joueuses étaient retournées dans les tribunes en attendant les excuses et le retour à la normale[84].

L'athlète Voula Papachristou, représentant la Grèce en triple saut, fut exclue des Jeux olympiques pour propos racistes sur son compte Twitter[85], de même que le footballeur suisse Michel Morganella à la suite d'un tweet injurieux à l'encontre des Sud-Coréens[86].

À l'issue du match pour la médaille de bronze en football masculin, remporté 2-0 par l'équipe sud-coréenne face à l'équipe japonaise, le joueur sud-coréen Park Jong-woo brandit un panneau « Dokdo est notre territoire », ravivant les tensions entre les deux pays, qui revendiquent chacun la souveraineté de l'île. Une procédure disciplinaire est ouverte par la FIFA[87],[88].

Autres[modifier | modifier le code]

Le choix de certaines des entreprises partenaires commanditaires (Dow Chemical, BP) par le CIO est critiqué[89], parce qu'elles sont soupçonnées d'écoblanchiment[90]. De plus, le choix de ces sponsors a remis sur le devant de la scène la catastrophe environnementale de Bhopal causée par Union Carbide en 1984[91]. Or, Union Carbide est devenue une filiale de Dow Chemical en 2001, d'où l'indignation de la délégation indienne. Celle-ci a d'ailleurs failli boycotter les Jeux olympiques, avant de revenir sur sa décision[92]. De même, le choix du Comité olympique britannique de faire de Lakshmi Mittal, PDG milliardaire d'ArcelorMittal, un des porteurs de la flamme olympique fut accueilli avec une certaine indignation[93],[94], dans la mesure où les sites de Liège-Seraing (Belgique), de Florange (France) ou encore de Schifflange-Rodange (au Luxembourg) connaissent des difficultés économiques et des plans de réduction des effectifs[95], alors que pour obtenir une telle récompense, Lakshmi Mittal a dépensé quelque 18 millions d'euros pour la construction de la « Tour Orbit » à l'effigie des Jeux olympiques.

Afin de garantir l'exclusivité pour les sponsors, le London Olympic Games and Paralympic Games Act 2006 (en) permet de faciliter l'application du droit de propriété intellectuelle en interdisant strictement l'utilisation du logo, d'expressions ou le port de vêtements de marques concurrentes des sponsors officiels[96]. En réaction, Nick Symmonds, coureur des États-Unis, a décidé de louer son épaule à un sponsor non officiel, mais sera obligé de poser un sparadrap dessus durant les épreuves[97]. La diffusion de photographies et de vidéos des épreuves sur les réseaux sociaux est en outre interdite aux spectateurs et aux athlètes participants[96].

Une polémique a également éclaté sur le fait que des compétitions se jouaient à guichets fermés, alors que des centaines de rangées de places sont restées vides, privant ainsi certains spectateurs d'accès aux compétitions olympiques. L'affaire prend de l’ampleur à tel point que l’on parle de « Seatgate » mais le LOCOG a immédiatement nuancé ce fait, en assurant que « c'était assez habituel en début de compétition[98] ». Un dimanche du mois de juillet 2012, 3 000 billets ont été remis en vente, et 29 vendeurs de billets au marché noir ont été arrêtés, le lendemain[99],[100]. En attendant, des soldats de l'armée britannique en poste pour assurer la sécurité[101] et des étudiants ont été envoyés remplir les stades pour faire désenfler la polémique. Plusieurs explications ont été données : un allotement de 5 % des places est réservée à la « famille olympique » et aux comités nationaux olympiques, ces invités et délégations ne les utilisant pas systématiquement ; la plate-forme de remise en vente des billets mis en place par le LOCOG interdit leur revente 7 jours avant les épreuves ; l'UK Bribery Act rend les personnes invitées aux Jeux olympiques par les entreprises imposables sur leurs avantages en nature (billets, prestations d'hospitalité) et réglemente sévèrement les cadeaux d'entreprise[102].

Le port du voile a été sujet à controverses, notamment au judo. Le père de la judokate saoudienne Wodjan Ali Seraj Abdulrahim Shahrkhani a exigé que sa fille puisse porter le voile lors de l'épreuve des plus de 78 kg[103]. Finalement, la Fédération internationale de judo et le CIO ont autorisé l'athlète à participer à l'épreuve. Cette décision a suscité des réactions mitigées d'une partie du corps olympique[104].

La chaîne américaine NBC est accusée de racisme à la suite de la diffusion d'un spot publicitaire montrant un singe pratiquant l'épreuve des anneaux après la victoire de Gabrielle Douglas en gymnastique[105].

Le 1er août 2012, un cycliste est tué après avoir été percuté par une navette des Jeux olympiques dans l'est de Londres[106].

Pendant ces Jeux, huit athlètes camerounais[107], trois ivoiriens et quatre congolais ont disparu[108].

Le gouvernement britannique annonce en juillet 2013 que les retombées économiques (estimées à 11,5 milliards d'euros dont 695 millions d'euros de dépenses des touristes étrangers ; 1,1 milliard d'euros de contrats conclus pour les JO et les coupes du monde à venir ; 2,5 milliards d'investissements intérieurs et surtout 6.8 milliards d'euros de ventes de conférences liées aux Jeux) ont dépassé la dépense en argent public (estimée à 10,4 milliards d'euros)[109].

Droits télévisés[modifier | modifier le code]

Audience[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

L'audience relevée dans ce tableau est celle du prime time de la soirée.

Les prime time ont été suivis, en moyenne, par 4 227 529 téléspectateurs.

À la fin de l'événement, le groupe France Télévisions annonce avoir réalisé une part d'audience de 42,6 % sur 15 jours. Plus de 39 millions de téléspectateurs ont regardé au moins une heure les Jeux olympiques. Le pic d'audience a été enregistré pendant la finale du 100 m, avec 9,6 millions de téléspectateurs[125].

Journée Chaîne Téléspectateurs Pic d’audience (heure) Part de marché (%) Position soirée Références
Part de marché Téléspectateurs
Cérémonie d’ouverture (vendredi 27 juillet) TF1 8 651 000 12,6 M (22 h 30) 56,9 1er 1er [126]
1re journée (samedi 28 juillet)
France Télévisions 2 541 000 Pas d’indications 17,8 4e [127]
2e journée (dimanche 29 juillet)
4 577 000 8,2 M (22 h 30) 29,5 1er [128]
3e journée (lundi 30 juillet)
4 189 000 8,8 M (20 h 45) 25 2e [129]
4e journée (mardi 31 juillet)
5 096 000 32 1er [130]
5e journée (mercredi 1er août)
4 468 000 8 M (21 h 30 et 22 h 15) 27,5 2e [131]
6e journée (jeudi 2 août)
3 519 000 6 M (21 h) 23,9 [132]
7e journée (vendredi 3 août)
4 663 000 7,3 M (22 h 40) 31 1er [133]
8e journée (samedi 4 août)
3 445 000 Pas d’indications 25,1 [134]
9e journée (dimanche 5 août)
5 400 000 10 M (22 h 50) 34,8 [135]
10e journée (lundi 6 août)
3 768 000 Pas d’indications 24,2 2e 3e [136]
11e journée (mardi 7 août)
3 815 000 6,3 M (22 h 55) 25,2 1er 2e [137]
12e journée (mercredi 8 août)
3 657 000 7,6 M (21 h 30) 27 [138]
13e journée (jeudi 9 août)
4 555 000 9,7 M (22 h) 31,7 1er [139]
14e journée (vendredi 10 août)
5 063 000 8,9 M (22 h 30) 36,1 [140]
15e journée (samedi 11 août)
4 309 000 6,8 M (22 h 05) 33,2 [141]
16e journée et cérémonie de clôture (dimanche 12 août)
France Télévisions puis à 21 h 50, TF1 4 031 000 6,5 M (22 h 35) 20,8 [142]

Légende :

  •      les plus hauts chiffres d'audience.
  •      les plus bas chiffres d'audience.

International[modifier | modifier le code]

Ce tableau représente l'audience de la cérémonie d'ouverture. L'audience de la cérémonie d'ouverture est estimée à plus d'un milliard de téléspectateurs[143].

Pays Chaîne(s) Téléspectateurs Part d’audience (%) Références
Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne BBC1 23 500 000 82,3 [143]
Drapeau : France France TF1 8 700 000 56,9
Drapeau : Allemagne Allemagne ZDF 7 600 000 43,5
Drapeau : Espagne Espagne La 1 5 600 000 46,1
Drapeau : Italie Italie Rai 1 5 500 000 42,6
Drapeau : République populaire de Chine Chine CCTV-1, CCTV-5 et CCTV News 22 200 000 48,5
Drapeau : États-Unis États-Unis NBC 40 700 000 38 [144]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La cérémonie d'ouverture officielle a lieu le 27 juillet mais les épreuves de football comptant pour les Jeux olympiques débutent deux jours avant.
  2. (en) « Site officiel du Mouvement olympique - Londres 2012 », CIO (consulté le 05 mars 2011)
  3. (en) « Coe promises Olympics to remember », BBC Sport,‎ 06-07-2005 (consulté le 05-03-2011)
  4. Athènes a également été désignée trois fois ville organisatrice des Jeux olympiques en 1896, 1906 et 2004, mais les Jeux olympiques intercalés de 1906 ne sont pas une compétition reconnue par le Comité international olympique.
  5. (en) Mark Barden, « London's first Olympics », BBC Sport,‎ 26-04-2008 (consulté le 05-03-2011)
  6. (en) « The 1948 London Olympics Gallery », BBC History (consulté le 05 mars 2011)
  7. (en) « Olympic bids: The rivals », sur bbc.co.uk,‎ 15 juillet 2003 (consulté le 26 mai 2012)
  8. (en) « London beats Paris to 2012 Games », sur bbc.co.uk,‎ 6 juillet 2005 (consulté le 26 mai 2012)
  9. Les JO de Londres en 10 chiffres, L'expansion, 27 juillet 201
  10. Londres: le coût des J.O. deux fois supérieur au budget annoncé?, RTBF info, 27 juillet 2012
  11. JO de Londres : un budget respecté (CIO), Le Figaro, 14 mars 2012.
  12. JO Londres : la direction ne craint pas de blocage, Le Figaro, 9 mars 2012.
  13. JO : British Airways repeint des avions, Le Figaro, 3 avril 2012.
  14. (en) « London 2012 team defend new logo », BBC News, BBC,‎ 6 mai 2007 (consulté le 5 juin 2007)
  15. (en) « The new London 2012 brand », London 2012,‎ 4 juin 2007 (consulté le 4 juin 2007)
  16. (en) « London 2012 logo to be unveiled », BBC Sport,‎ 4 juin 2007 (consulté le 4 juin 2007)
  17. « BBC poll measuring public reaction to the new London Olympics logo », sur newsvote.bbc.co.uk, BBC News,‎ 5 juin 2007 (consulté le 5 juin 2007)
  18. « Le logo de 2012 sera repensé », sur Sport.be,‎ 5 juin 2007 (consulté le 5 juin 2007)
  19. JO Londres 2012 ; un logo qui provoque des crises d'épilepsie
  20. « Polémique à retardement », Le Figaro, 3 mars 2011.
  21. « La cérémonie d'ouverture des JO de Londres 2012 »
  22. « Jeux olympiques de Londres 2012 »
  23. The Guardian Weekly, 06/08/2010.
  24. Cérémonie d'ouvertures des Jeux olympiques, Stroogee, 28 juillet 2012.
  25. (en) « Londres est dans les temps pour ses Jeux olympiques », Le Figaro,‎ 14 mars 2011 (consulté le 14 mars 2011)
  26. « Les Spice Girls vont chanter lors de la cérémonie de clôture des JO de Londres », jeanmarcmorandini.com, 20 juillet 2012.
  27. http://www.bioaddict.fr/article/etes-vous-un-bio-sportif-a3324p1.html
  28. http://www.guardian.co.uk/environment/2012/jul/16/olympic-athletes-london-pollution
  29. Philippe Chapleau, « J.O de Londres: G4S recrute 10 000 agents de sécurité et stewards », sur Ouest-France,‎ 29 janvier 2012 (consulté le 30 janvier 2012)
  30. JO : 3500 soldats supplémentaires, Le Figaro, 12 juillet 2012.
  31. La «débâcle» de la sécurité privée des JO de Londres, Le Figaro, 17 juillet 2012.
  32. JO : dispositif de sécurité dans le Nord, Le Figaro, 26 juillet 2012.
  33. (en) « Rapport de la 117e session du Comité international olympique », Olympic.org,‎ 17 août 2005
  34. (en) « JO - Le baseball et le softball exclus », L'équipe.fr,‎ 8 juillet 2005
  35. [PDF] (en) « Calendrier des Jeux olympiques d'été de 2012 », sur london2012.com (consulté le 26 mai 2012)
  36. (en) « Paralympian Natalia Partyka wins Olympic table tennis opener », BBC, 29 juillet 2012.
  37. (en) « Natalia Partyka, Olympian and Paralympian, Beijing and London », Fédération internationale de tennis de table.
  38. (en) « IOC to press Saudi Arabia, Qatar, Brunei », Associated Press, 29 juin 2010.
  39. a et b (en) « Qatar decision to send female athletes to London 2012 increases pressure on Saudi Arabia », Inside the Games, 1er juillet 2010.
  40. (en) « Brunei to Send Its First Female Athlete to the Olympics », International Herald Tribune, 21 mars 2012.
  41. (en) « Ban Urged on Saudi Arabia Over Discrimination », The New York Times, 15 février 2012.
  42. saoudite-des-femmes-aux-jo-12-07-2012-1484683_26.php « Première pour l'Arabie saoudite : des femmes aux JO », Le Point, 12 juillet 2012.
  43. « Les anneaux se conjuguent au féminin », londres-2012.sport24.com, 25 juillet 2012.
  44. Florentin Collomp, « Londres s'autocongratule de ses succès », sur Le Figaro,‎ 12 août 2012 (consulté le 22 août 2012)
  45. a et b Isabelle Musy, « Londres 2012, médaille d’or des JO », sur Le Temps,‎ 13 août 2012 (consulté le 22 août 2012)
  46. Pascal Boniface, « JO LONDRES 2012. Un succès politique et sportif pour la Grande-Bretagne », sur Le Nouvel Observateur,‎ 13 août 2012 (consulté le 22 août 2012)
  47. « Volontaires joyeux », sur Dernière nouvelles d'Alsace,‎ 12 août 2012 (consulté le 22 août 2012)
  48. http://www.rtl.fr/actualites/sport/jeux-olympiques/article/jo-2012-le-cio-dit-non-a-une-commemoration-de-munich-1972-7751014665
  49. http://www.eurosport.fr/jeux-olympiques/hommage-pour-munich-1972_sto3354070/story.shtml
  50. (en) http://www.jta.org/news/article/2012/07/13/3100646/italian-lawmakers-join-olympics-moment-of-silence-push
  51. http://www.rtbf.be/sport/londres-2012/detail_les-veuves-des-jo-1972-recues-par-rogge?id=7810665
  52. (en) Matthew Lee, Associated Press
  53. « Hommage aux athlètes tués à Munich », Le Figaro, 6 août 2012.
  54. « JO : 9 athlètes exclus pour dopage », sur lefigaro.fr,‎ 25 juillet 2012 (consulté le 31 juillet 2012)
  55. « JO: l'haltérophile albanais Hysen Pulaku exclu pour dopage », sur tempsreel.nouvelobs.com,‎ 28 juillet 2012 (consulté le 31 juillet 2012)
  56. (en) « Galiulina Suspended from Olympics for Furosemide », sur intlgymnast.com,‎ 29 juillet 2012 (consulté le 31 juillet 2012)
  57. (en) « Olympics-St Kitts sprinter out for using banned drug », sur reuters.com,‎ 29 juillet 2012 (consulté le 31 juillet 2012)
  58. JO : exclusion pour dopage d'une Russe, Le Figaro, 3 août 2012.
  59. JO : le Marocain Laalou exclu pour dopage, Le Figaro, 3 août 2012.
  60. JO : cannabis détecté sur un athlète, Le Figaro, 6 août 2012.
  61. JO : Un Italien retiré pour dopage, Le Figaro, 6 août 2012.
  62. JO : Schwazer reconnaît s'être dopé, Le Figaro, 6 août 2012.
  63. Le Français Hassan Hirt contrôlé positif et suspendu, La Libre Belgique, 10 août 2012
  64. Le CIO disqualifie Ghofran Almohamad, Sport24.com, 11 août 2012
  65. « L'athlète bélarusse Nadzeya Ostapchuk perd son titre olympique pour dopage », La Croix, 13 août 2012.
  66. (en) « IOC strips Uzbek wrestler of London bronze », sur olympic.org,‎ 7 novembre 2012 (consulté le 29 novembre 2012)
  67. Huit joueuses exclues
  68. (en) Badminton World Federation, « Announcements - Four badminton pairs have been disqualified »,‎ 1er août 2012 (consulté le 2 août 2012).
  69. (en) Badminton World Federation, « Announcements - Koreans' appeal rejected; Indonesia's withdrawn »,‎ 1er août 2012 (consulté le 2 août 2012).
  70. « Hindes est tombé “exprès” », sur eurosport.fr,‎ 3 août 2012 (consulté le 3 août 2012)
  71. « Aux JO, encore une polémique sur le fair-play des Anglais », sur rue89.com,‎ 4 août 2012 (consulté le 4 août 2012)
  72. « Tricherie des anglais en aviron ? (JO 2012) », sur rue89.com,‎ 4 août 2012 (consulté le 4 août 2012)
  73. « Aviron : réclamation des Français », sur sport-news.fr,‎ 4 août 2012 (consulté le 4 août 2012)
  74. « Des couacs quand même... », L'Équipe, 13 août 2012.
  75. [1],rue89, 7 août 2012.
  76. « Vastine, une injustice de plus », sur europe1.fr
  77. « Un Canadien voit aussi Vastine vainqueur », sur rmcsport.fr
  78. « L'appel des Français rejeté », sur lequipe.fr
  79. a et b « La boxe frôle le KO », sur Metro
  80. (en) « AIBA further strengthens its commitment for transparency », sur aiba-london2012.com
  81. « L'ombre de la corruption plane sur la boxe olympique », sur marianne2.fr
  82. « Vastine, pas un cas isolé », sur lequipe.fr
  83. « Natation – JO 2012 (Hommes) : Van der Burgh a-t-il triché ? », L'Équipe, 9 août 2012.
  84. Incident diplomatique au football féminin
  85. « L'athlète grecque Papachristou exclue après un tweet raciste », Le Monde, 25 juillet 2012.
  86. « Tweet d'insulte : Michel Morganella est exclu des Jeux », tdg.ch, 30 juillet 2012.
  87. (en) « IOC withhold South Korean's medal over protest sign », Eurosport, 12 août 2012.
  88. « Entre Séoul et Tokyo, un îlot cristallise les rancœurs », Le Figaro, 13 août 2012.
  89. « Londres 2012, les sales petits jeux des sponsors... », L'Humanité,‎ 14 mai 2012 (consulté le 9 juin 2012)
  90. « Jeux olympiques : to be green (or not to be) », Terra Eco,‎ 7 Juin 2012 (consulté le 9 juin 2012)
  91. « La tragédie de Bhopal refait surface et entache les JO de Londres », rfi.fr, 14 décembre 2011.
  92. « JO de Londres : l'Inde menace de boycotter les jeux », rfi.fr, 27 novembre 2011.
  93. Daniel Salvatore Schiffer, « L'horreur économique des Jeux olympiques », sur Mediapart,‎ 26 juillet 2012 (consulté le 27 juillet 2012)
  94. Direct Matin, « ArcelorMittal : les syndicats furieux que Mittal porte la flamme olympique », sur Direct Matin,‎ 24 juillet 2012 (consulté le 27 juillet 2012)
  95. Nicolas Raulot, « ArcelorMittal veut réduire ses effectifs », sur paperJam.lu,‎ 4 juillet 2012 (consulté le 27 juillet 2012)
  96. a et b Calimaq, « Comment la propriété intellectuelle a transformé les Jeux olympiques en cauchemar cyberpunk »,‎ 27 juillet 2012 (consulté le 30 juillet 2012)
  97. Jean-Marc Manach, « ASTUCE – Le tatouage sur l’épaule pour du sponsoring sauvage aux JO », LeMonde.fr,‎ 25 juillet 2012 (consulté le 30 juillet 2012)
  98. « Polémique : places vides et tickets au noir aux JO », lavenir.net, 29 juillet 2012.
  99. « Les Jeux de Londres font-ils vraiment le plein ? », francetv.fr, 30 juillet 2012.
  100. « 29 personnes arrêtées pour vente de billets au marché noir », francetv.fr, 30 juillet 2012.
  101. « JO : 1.200 soldats supplémentaires déployés pour assurer la sécurité », lepoint.fr, 24 juillet 2012.
  102. Laurent Fraoili, « Spécial Jeux olympiques », émission no 22 BFM : Sport Éco, 4 août 2012.
  103. « Menaces du père de la Saoudienne », Le Figaro, 30 juillet 2012.
  104. « Le voile s'invite au judo », lemonde.fr, 31 juillet 2012.
  105. « JO : la chaîne NBC accusée de racisme », Le Figaro, 3 août 2012.
  106. « Un cycliste tué par une navette des JO », Le Figaro, 2 août 2012.
  107. « Sept athlètes camerounais “ont fait défection” », Eurosport, 7 août 2012.
  108. « JO : Quatre Congolais portés disparus », RTBF.be, 13 août 2012.
  109. « Les Jeux olympiques ont été "remboursés", annonce Londres », sur lesechos.fr,‎ 19 juillet 2013
  110. (en) http://www.sportspromedia.com/news/new_broadcast_deals_for_tyc/
  111. (en) http://www.tvtonight.com.au/2007/10/nine-and-foxtel-win-2012-olympics-rights.html
  112. http://www.rtbf.be/sport/londres-2012
  113. (en) http://www.sofiaecho.com/2012/01/27/1754028_olympic-rights
  114. (en) http://www.voilesnews.fr/fr/info_27_24187.html
  115. (en) http://www.olympic.org/news?currentarticlespageipp=50&currentarticlespage=12&articlenewsgroup=-1&articleid=72525
  116. (en) http://www.nytimes.com/2003/06/07/sports/olympics-nbc-s-olympic-run-is-extended-to-2012-with-2-billion-bid.html
  117. (en) http://www.marketingweek.co.uk/analysis/24-hour-olympic-coverage/3024981.article
  118. http://www.olympic.org/olympic-games?articleid=133019
  119. http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-BeIN-Sports.-Al-Jazeera-devoile-son-contenu-[Audio]_6346-2080148-fils-tous_filDMA.Htm
  120. http://www.equidia.fr/JO-2012-le-dossier-special
  121. (en) « http://mail.psmidc.com/_templates_/pages/corporateioc.aspx » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-29 articlenewsgroup=-1&id=30880&epslanguage=en&articleid=54949
  122. (it) http://www.repubblica.it/rubriche/spycalcio/2011/03/17/news/londra_2012_la_rai_sfida_sky_siamo_noi_la_tv_azzurra_-13715148/
  123. (en) http://www.sportbusiness.com/news/166709/japan-consortium-wins-olympic-broadcast-rights
  124. (en) http://www.bbc.co.uk/blogs/rogermosey/2009/09/im_speaking_today_thursday_at.html
  125. « France télévisions a réalisé une part d'audience de 42,6 % sur 15 jours », francetv.fr, 13 août 2012.
  126. « Audiences : TF1 signe un énorme carton avec l'ouverture des J.O. », sur ozap.com,‎ 28 juillet 2012 (consulté le 28 juillet 2012)
  127. « Audiences : TF1, France 2, France 3 et M6 au coude-à-coude ! », sur ozap.com,‎ 29 juillet 2012 (consulté le 29 juillet 2012)
  128. « Audiences : les J.O. sur France 2 écrasent "Bridget Jones" sur TF1, la TNT faible », sur ozap.com,‎ 30 juillet 2012 (consulté le 30 juillet 2012)
  129. « Audiences : les J.O. plombent L'amour est dans le pré, Les Experts et Cold Case », sur ozap.com,‎ 31 juillet 2012 (consulté le 31 juillet 2012)
  130. « Audiences : France 2 écrase la concurrence avec les J.O. de Londres », sur ozap.com,‎ 1er août 2012 (consulté le 1er août 2012)
  131. « Audiences : les J.O. loin devant, "Esprits Criminels" résiste sur TF1, NT1 en forme. », sur ozap.com,‎ 2 août 2012 (consulté le 2 août 2012)
  132. « Audiences : France 2 largement leader avec les J.O., "Profilage" deuxième sur TF1 », sur ozap.com,‎ 3 août 2012 (consulté le 3 août 2012)
  133. « Audiences : "Les Experts : Miami" et "NCIS : LA" ne font pas le poids face aux J.O. », sur ozap.com,‎ 4 août 2012 (consulté le 4 août 2012)
  134. « Audiences : France 3 leader avec les J.O., TF1 et France 2 au coude-à-coude », sur ozap.com,‎ 5 août 2012 (consulté le 5 août 2012)
  135. « Audiences : la victoire d'Usain Bolt aux JO suivie par 10 millions de téléspectateurs ! », sur ozap.com,‎ 6 août 2012 (consulté le 6 août 2012)
  136. « Audiences : "L'Amour est dans le pré" en tête, les JO devancent "Les Experts", France 3 faible », sur ozap.com,‎ 7 août 2012 (consulté le 7 août 2012)
  137. « Audiences : France 3 en tête avec les JO, M6 très faible, TMC et France 2 en forme », sur ozap.com,‎ 8 août 2012 (consulté le 8 août 2012)
  138. « Audiences : les JO puis "Esprits criminels" en tête, M6 faible, NT1 en forme », sur ozap.com,‎ 9 août 2012 (consulté le 9 août 2012)
  139. « Audiences : France 3 leader avec jusqu'à 9,7 millions de téléspectateurs, France 2 faible », sur ozap.com,‎ 10 août 2012 (consulté le 10 août 2012)
  140. « Audiences : les JO largement leaders, "Secret Story" et "NCIS" faibles », sur ozap.com,‎ 11 aaoût 2012 (consulté le 11 août 2012)
  141. « Audiences : les JO largement leaders, TF1 et France 3 faibles », sur ozap.com,‎ 12 août 2012 (consulté le 12 août 2012)
  142. « Audiences : “Les Experts” puis la cérémonie de clôture des JO largement leaders », sur ozap.com,‎ 13 août 2012 (consulté le 13 août 2012)
  143. a et b « Londres, ville hôte de l’audience mondiale »
  144. Bertrand-Régis Louvet (Le Parisien), « La cérémonie d’ouverture des JO de Londres est bien un réel succès mondial », sur brl-tv.blog.leparisien.fr,‎ 2 août 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :