Jeux olympiques d'été de 2008

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jeux olympiques d'été de 2008
Logo
Localisation
Pays hôte Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Ville hôte Pékin
Date Du 8 au 24 août 2008
Ouverture officielle par Hu Jintao
Président de la RPC
Participants
Pays 204
Athlètes 11 028[1]
( masc. et fém.)
Compétition
Nombre de sports 28
Nombre de disciplines 302
Épreuves 302
Symboles
Serment olympique Zhang Yining
Pongiste chinoise
Flamme olympique Li Ning
Gymnaste chinois
Mascotte Les Fuwa
Précédent 2004 Les cinq anneaux olympiques de cinq couleurs différentes 2012 Suivant

Les Jeux olympiques d'été de 2008, Jeux de la XXIXe Olympiade de l’ère moderne, ont eu lieu à Pékin et dans six autres villes chinoises du 8 août (6 août pour le football) au 24 août 2008. 11 028 athlètes provenant de 204 pays différents se sont affrontés dans 28 sports pour décrocher un total de 958 médailles[1].

La ville de Pékin a été élue parmi cinq villes candidates par le CIO le 13 juillet 2001 et la Chine est ainsi devenue le vingt-deuxième pays à accueillir les Jeux olympiques. Le gouvernement chinois a investi près de 44 milliards de dollars américains pour promouvoir les Jeux et construire ou rénover 37 installations sportives. Lors de la cérémonie de clôture, Jacques Rogge, président du CIO, a déclaré que ces Jeux avaient été « vraiment exceptionnels ». Le choix du pays a cependant été critiqué, au moment de l'attribution ainsi que durant le préparation et le déroulement des Jeux, par des hommes politiques et des organisations non gouvernementales, rappelant les problèmes des droits de l'Homme et de la censure en Chine. La Chine a en revanche constamment répété que les Jeux ne devaient pas être politisés.

Les Jeux ont été marqués notamment par les performances de l'athlète jamaïcain Usain Bolt qui a remporté le 100 m, le 200 m et le relais 4 fois 100 mètres, en battant à chaque fois le record du monde, et du nageur américain Michael Phelps qui a remporté huit médailles d'or[2], battant le record détenu précédemment de Mark Spitz avec sept médailles d'or aux Jeux de 1972. Au total, 43 records du monde et 132 records olympiques ont été battus lors de ces Jeux[3].

Comme à chaque édition, les Jeux ont été suivis par les Jeux paralympiques destinés aux athlètes handisport.

Sélection de la ville hôte[modifier | modifier le code]

Résultats officiels du scrutin[4]
Villes Pays Tour 1 Tour 2
Pékin Drapeau de la République populaire de Chine Chine 44 56
Toronto Drapeau du Canada Canada 20 22
Paris Drapeau de la France France 15 18
Istanbul Drapeau de la Turquie Turquie 17 9
Osaka Drapeau du Japon Japon 6 0

Le Comité international olympique confie l'organisation des Jeux olympiques d'été de 2008 à la ville de Pékin lors de la 112e session du 13 juillet 2001 à Moscou. Elle devance après le second tour de scrutin les villes de Toronto, Paris et Istanbul. Osaka, cinquième finaliste est éliminée dès le premier tour[4]. Cinq autres villes posèrent leur candidature mais ne furent pas retenues dans la liste finale : Bangkok, Le Caire, La Havane, Kuala Lumpur, et Séville.

La Chine est désignée pour la première fois pays hôte des Jeux olympiques. En 1993, Pékin avait manqué l'organisation des jeux de l'an 2000, face à Sydney avec 43 voix contre 45[5],[6].

En octobre 2009, Yuan Weimin, ancien ministre chinois des Sports, révèle un accord secret entre les représentants chinois et Jacques Rogge, président actuel du CIO, pour assurer l'attribution des Jeux de Pékin[7]. Cette information a été révélée par le quotidien britannique The Times qui s'est procuré le livre de Yuan Weimin[8].

Organisation et préparation[modifier | modifier le code]

Deng Pufang a assuré le poste de président exécutif du Comité d'organisation des Jeux de la XXIXe Olympiade de Pékin[9].

Sites des compétitions[modifier | modifier le code]

Plan des sites olympiques à Pékin.

Les Jeux de Pékin se sont déroulés sur 37 sites de compétition parmi lesquels douze entièrement construits pour l'occasion, onze rénovés, huit temporaires[10]. D'autres épreuves se sont déroulées en dehors de la capitale chinoise : à Hong Kong pour l'équitation, Qingdao pour la voile et Shanghai, Qinhuangdao, Tianjin et Shenyang pour les épreuves de football. Sur ces sites se sont déroulées, sur 18 jours de compétition, 302 épreuves dans 28 sports déclinés en 38 disciplines, ce qui représente 623 sessions de compétition en tout.

Les plus grandes œuvres architecturales sont le Stade national de Pékin, surnommé « nid d'oiseau », et le Centre national de natation ou « cube d'eau », construits côte à côte au sein du Parc olympique. Parmi les autres nouveaux sites figurent le Palais national omnisports, le Palais omnisports de Wukesong, le Vélodrome de Laoshan et le Parc aquatique olympique de Shunyi.

Le village olympique, d'une superficie de 66 hectares, est situé au nord du Parc olympique. Il compte 42 bâtiments et environ 9 000 chambres. Inauguré le 27 juillet, le village a accueilli environ 17 000 athlètes et officiels[11].

Transports publics[modifier | modifier le code]

Afin d'accueillir de nombreux visiteurs lors des Jeux olympiques, les infrastructures de Pékin ont été grandement améliorées. L'aéroport international a été agrandi et un nouveau terminal, d'une valeur de deux milliards d'euros, a été inauguré. Dessiné par Norman Foster et couvrant une superficie de 98 hectares, le plus grand terminal au monde permet de faire passer la capacité de l'aéroport de 35 millions à 76 millions[12]. Le 1er août 2008, la gare sud de Pékin a été rouverte après deux ans de travaux. Prévue pour être un important nœud d'interconnexion, la nouvelle gare est le point de départ de la nouvelle ligne à grande vitesse reliant Pékin à la ville coorganisatrice de Tianjin, inaugurée le même jour. Avec des trains atteignant la vitesse commerciale de 350 km/h, cette ligne permet de réduire le temps de transport entre les deux villes de 70 minutes à 30 minutes[13],[14].

À Pékin même, le réseau de métro a plus que doublé en taille et en capacité avec la construction de trois nouvelles lignes portant la longueur totale du réseau à 200 km pour un coût de 3,3 milliards de dollars et permettant de rejoindre directement l'aéroport[15]. Des milliers de bus, minibus et voitures officielles ont été mis en place afin de transporter les visiteurs, les athlètes et les officiels entre les différentes installations olympiques[16],[17].

Un système de circulation alternée en fonction de la plaque minéralogique a été mis en place durant les Jeux afin d'améliorer la qualité de l'air. 300 000 véhicules polluants ont également été interdits de circulation dans la ville et l'accès à Pékin a été strictement limité. La circulation alternée a eu pour effet de retirer un million des 3,3 millions de véhicules utilisant les rues de Pékin quotidiennement. Le réseau de transport en commun amélioré a absorbé le surplus de voyageurs ainsi que les touristes se trouvant dans la ville pour les Jeux, pour un total estimé à 4 millions par jour[18].

Budget[modifier | modifier le code]

La somme totale allouée aux Jeux olympiques de 2008 est estimée à 42 milliards de dollars américains et représente le budget le plus élevé de toute l'histoire olympique[19]. Sur cette somme, environ quarante milliards ont été dépensés pour construire ou améliorer les infrastructures de la ville (transports, équipements sanitaires, projets d'urbanisme), deux autres pour la réalisation des installations sportives et enfin deux autres encore ont servi de budget pour l'organisation même des Jeux et l'hébergement des athlètes.

Durant la candidature de Pékin, le budget alloué à l'organisation était estimé par le BOCOG à 1,609 milliard de dollars américains[20] mais a été à plusieurs reprises révisé pour tenir compte des taux de change du yuan et des questions de sécurité (300 millions de dollars[21]) et de santé. Le montant total final s'est monté à près de 2 milliards de dollars[22] et a servi à financer les compétitions, l'hébergement des athlètes et officiels ainsi que tous les événements directement liés aux JO.

Le budget consacré aux équipements sportifs inclut la construction de douze nouvelles installations, la rénovation de onze installations déjà existantes, la construction de huit installations temporaires et la remise à niveau de quarante-cinq sites d'entraînement pour un montant total de 2 milliards de dollars. La moitié de cette somme provient du gouvernement central et des autorités municipales et l'autre moitié provient de diverses contributions et donations[23]. Le coût du parc olympique, du village olympique, du village de presse, du centre national des réunions, de la tour TV polyvalente et du bâtiment digital de Pékin ne sont pas inclus dans ce budget car ces installations ont été financées par des entreprises privées qui décideront elles-mêmes de ce que ces installations vont devenir après les Jeux[24]. La somme de 489 millions de dollars a été dépensée pour la construction du Stade olympique[25] et près de 100 millions ont été dépensés pour les cérémonies d'ouverture et de clôture[26]

Le budget consacré aux infrastructures de la ville de Pékin se monte à près de 40 milliards de dollars. Les dépenses en matière de transport (nouveau terminal de l'aéroport, lignes de métro, infrastructures routières) ont été de 26,2 milliards de dollars. L'effort concernant les infrastructures liées à l'énergie s'est monté à 10 milliards de dollars et 2,37 milliards pour les ressources d'eau. Les divers projets urbains ont coûté un total de 2,53 milliards de dollars[27].

Marketing[modifier | modifier le code]

Le logo officiel des Jeux olympiques a été dévoilé le 3 août 2003 lors d'une cérémonie au Temple du Ciel[28]. Surnommé « Pékin en dansant », il est constitué d'un sceau chinois rouge sur lequel figure le caractère Jing (, signifiant capitale et également deuxième caractère du nom chinois de Pékin, 北京) représentant un athlète. L'inscription calligraphiée en anglais Beijing 2008 et les cinq anneaux du drapeau olympique complètent le logo. Selon ses créateurs, la couleur rouge du logo symbolise le bonheur et la vitalité et transmet les sentiments de bonheur et d'amitié de la ville de Pékin au monde entier[29]. Le président du CIO Jacques Rogge a salué cet emblème comme un des symboles les plus importants de l'histoire olympique, représentant également l'espoir de réussite des Jeux de Pékin[30].

Les mascottes officielles sont les fuwa (福娃 Fúwá - enfant de bonne fortune). Elles ont été présentées le 11 novembre 2005 par la Société nationale des études littéraires classiques chinoises, marquant ainsi le 1000e jour précédant l'ouverture des jeux. Les fuwa sont au nombre de cinq et représentent chacun une couleur olympique : Bèibei (贝贝), Jīngjing (晶晶), Huānhuan (欢欢), Yíngying (迎迎) et Nīni (妮妮). En reprenant la première syllabe de chaque nom, on obtient une prononciation proche de « 北京欢迎你 - Běijīng huānyíng nǐ », c'est-à-dire « Bienvenue à Pékin »[31].

Le slogan des Jeux olympiques, révélé le 26 juin 2005[32], est « Un monde, un rêve » (en anglais : One World, One Dream, en chinois : 同一个世界同一个梦想)[33]. Choisi parmi plus de 210 000 propositions en différentes langues, il a été sélectionné pour « inviter le monde entier à se joindre à l'esprit olympique et à construire un avenir meilleur pour l'humanité ».

La chanson Beijing huanying ni (《北京欢迎你》, Běijīng huānyíng nǐ, « Bienvenue à Pékin »), est la chanson officielle d'accueil des J.O. Elle est interprétée par des célébrités du monde chinois, venues des quatre coins de la Chine. Une autre chanson autour du thème des Jeux olympiques a également été écrite, We Are Ready (Nous sommes prêts en anglais), pour rappeler que la Chine était prête à accueillir les Jeux olympiques[34].

Sept millions de tickets ont été mis en vente pour l'ensemble des épreuves et pour la première fois de l'histoire des Jeux, tous ont été vendus avant la cérémonie d'inauguration[35]. Cependant, un nombre important de faux billets a été vendu sur internet. Le CIO et USOC ont déposé des plaintes en Arizona et en Californie[36].

Couverture médiatique[modifier | modifier le code]

La société Beijing Olympic Broadcasting Corporation (BOBC), créée en 2004, a été chargé d'assurer les retransmissions télévisées[37] des Jeux de 2008 qui ont été les premiers à être entièrement produits et diffusés en haute définition[38],[39]. La BOBC a confié aux équipes de la télévision belge flamande VRT la réalisation des images de plusieurs sports nécessitant des équipes mobiles : cyclisme sur route, marathon, triathlon et marche[40]. La BBC a été la seule agence médiatique britannique à avoir accès aux stades durant les Jeux[41].

Lors de la candidature en 2001, Pékin avait confirmé au Comité d'évaluation olympique qu'il n'y aurait aucune restriction pour les journalistes couvrant les Jeux[42] mais, d'après un reportage du New York Times, ces promesses ont entravées par des règles strictes concernant les visas, des durées administratives allongées et doutes concernant la censure[43]. Le réalisateur finlandais Arto Halonen s'est vu refuser un visa pour la Chine et affirme que sa demande a été rejetée en raison d'un documentaire sur le 17e Karmapa où était dénoncée la situation des droits de l'Homme en Chine et d'un autre documentaire où il décrivait le tournage du film et les demandes de censures par les autorités chinoises[44].

D'après Nielsen Media Research, 4,7 milliards de téléspectateurs ont à un moment ou à un autre suivi les Jeux, soit 20 % de plus que pour les Jeux de 2004 à Athènes[45].

Couverture sur Internet[modifier | modifier le code]

Pour la première fois, le comité d'organisation a mis en place un système de diffusion des Jeux sur certaines plates-formes de partage. Un accord a été signé entre le CIO et YouTube afin de diffuser des images, parfois en exclusivité, de certaines compétitions dans 77 pays qui ne retransmettent pas les Jeux. Ce partenariat a également permis de lutter contre la diffusion, sur ces mêmes plates-formes, d'images piratées et obtenues sans accord[46].

Avant et durant les Jeux, l'accès libre à Internet depuis le sol chinois a représenté un sujet de controverse pour de nombreux journalistes. À l'approche des JO, chaque jour, entre 20 000 et 30 000 cyberpoliciers ont surveillé, bloqué et censuré Internet[47] et à Pékin, 300 000 miliciens bénévoles ont été mobilisés dans un objectif de surveillance et de délation[48]. Malgré les promesses de libre accès à Internet faites par les autorités chinoises[49] lorsque le « Grand Firewall » a été développé, lors des troubles au Tibet en mars 2008[50], l'accès à de nombreux sites, dont ceux du mouvement Fa Lun Gong, de sites pro-tibétains ou d'ONG de défense des droits de l'homme, comme Amnesty International et Reporters sans frontières, ont été bloqués. Des journalistes ont aussi constaté la censure de sites d'informations comme la version chinoise de la BBC, la Deutsche Welle et des quotidiens de Hong Kong.

Flamme olympique et relais[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Relais de la flamme olympique 2008.
La torche olympique.
Parcours de la flamme olympique, qui commence à Olympie.

La torche olympique, de couleur rouge « laque de Chine » et entièrement réalisée en aluminium anodisé, se présente comme un rouleau incurvé, inspirée des rouleaux de papier traditionnels utilisés en Chine. Son extrémité supérieure forme un « nuage de bon augure » (祥云 - Xiangyun). Elle est conçue pour rester allumée par des vents de 65 km/h et sous des pluies de 50 millimètres par heure[51].

Les plans acceptés par le CIO pour le parcours de la flamme olympique ont été dévoilés le 26 avril 2007 à Pékin[52]. Le relais, avec le thème « Un voyage en harmonie » et le slogan « Allume le feu sacré, propage notre rêve », a duré 130 jours et couvert les cinq continents pour une distance totale de 137 000 kilomètres.

L'allumage a été effectué le 24 mars 2008 à Olympie, en Grèce et a été marqué par l'intervention de membres de Reporters sans frontières brandissant des banderoles appelant au boycott des jeux. La télévision chinoise, qui retransmettait cet événement en léger différé, a alors interrompu sa transmission[53]. La flamme a ensuite traversé la Grèce pour arriver à Pékin le 31 mars où elle a commencé sa route à travers les cinq continents.

Le parcours de la flamme olympique a connu certains incidents dus notamment aux manifestations protibétaines. Des manifestants protibétains ont tenté d'éteindre la flamme à Londres le 6 avril et de nombreuses manifestations avaient également été organisée à Paris le 7 avril[54]. À la suite de nombreuses bousculades, la flamme a été éteinte et son parcours réduit. Seuls 40 des 80 relayeurs prévus initialement ont pu se transmettre la flamme. Dans les jours qui ont suivi, certains plans d'actualité des incidents ont été abondamment diffusés à la télévision nationale chinoise, notamment la tentative, par un manifestant portant des symboles tibétains très visibles, de renverser le fauteuil roulant de l'athlète chinoise handicapée Jin Jing qui portait la flamme. Le passage de la flamme à San Francisco, où de nombreuses manifestations étaient prévues le long du parcours, a été raccourci afin de prévenir de tels incidents. Le parcours a ensuite de nouveau été modifié pour tenir compte du tremblement de terre qui a touché le Sichuan et affecté le centre de la Chine. La flamme a ensuite été amenée au sommet de l'Everest (Qomolangma)[55].

Les Jeux[modifier | modifier le code]

Cérémonie d'ouverture[modifier | modifier le code]

La cérémonie d'ouverture de ces Jeux a débuté à 8 heures 08 du soir heure locale (fuseau horaire UTC+8), soit le 08/08/08 à 08h08m du soir +08:00[56], le huit étant un symbole de prospérité et d'infini dans la culture chinoise. Le spectacle, réalisé par le réalisateur chinois Zhang Yimou, a représenté différentes périodes de l'histoire de la Chine.

À 23 h 37 après la traditionnelle parade des nations, ouverte par la Grèce et clôturée par le pays hôte, le président de la République populaire de Chine Hu Jintao a déclaré officiellement ouverts les XXIXe Jeux olympiques d'été. Le serment olympique a été prononcé par la pongiste Zhang Yining pour les athlètes.

Le dernier relayeur de la flamme a été l'ancien gymnaste chinois Li Ning, célèbre pour avoir décroché six médailles dont trois d'or aux Jeux olympiques de Los Angeles en 1984. Il a allumé le brasier olympique à 0 h 06, après avoir effectué un tour de stade à 90°, contre l'écran géant ceinturant le toit du stade.

Cérémonie de clôture[modifier | modifier le code]

Le 24 août 2008, le président du CIO, le Belge Jacques Rogge a officiellement clôturé cette Olympiade, donnant aux athlètes rendez-vous dans quatre ans à Londres, où se dérouleront les XXXe Jeux olympiques de l'ère moderne.

Nations participantes[modifier | modifier le code]

Pays participants en 2008.
  •      Pays participant pour la première fois.
  •      Pays ayant déjà participé.
Avec 639 athlètes, la délégation chinoise est la plus grande délégation jamais envoyée dans l'histoire des Jeux olympiques.

Après les Jeux olympiques d'été de 2004, les seules nations souveraines à n'avoir jamais eu de délégation d'athlètes à cet événement étaient les Îles Marshall, les Tuvalu et le Vatican. Les Îles Marshall sont affiliées au Comité international olympique depuis février 2006[57] et participeront aux Jeux de 2008. En ce qui concerne les Tuvalu, la 119e session du CIO en 2007 a également accepté la présence de ce micro-État au sein du comité[58] et sa participation en 2008.

Depuis 2006, le Monténégro (affilié également récemment au CIO) et la Serbie sont des nations souveraines et indépendantes. Elles ont leur propre délégation aux Jeux olympiques.

La Corée du Nord et la Corée du Sud envisageaient d'envoyer une équipe commune[59] à l'occasion de ces jeux à Pékin. À ce titre, les représentants des deux comités olympiques, dans une entrevue avec le président du CIO Jacques Rogge le 5 septembre 2006[60], ont discuté de cette éventualité. Dans le passé les deux Corée ont vu leurs sportifs défiler sous la même bannière lors des cérémonies d'ouverture, mais ils n'ont jamais concouru ensemble. Faute d'entente sur la représentation des athlètes des deux nations, la discussion a été repoussée ultérieurement.

L'Irak, après avoir été interdite de participation par le CIO à la suite de l'interférence du gouvernement dans la gestion des affaires sportives du pays, sera finalement présente à Pékin[61].

Le jour de la cérémonie d'ouverture, le CIO a annoncé que la délégation de Brunei ne pourra pas participer à la compétition car le CIO n'a reçu aucun enregistrement d'athlètes pour ce pays.

Les 204 délégations participantes aux Jeux de 2008
Afrique Amériques Asie Europe Océanie
53 pays 42 pays 43 pays 49 pays 17 pays


Compétition[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Les demi-finales du 200 m dames au stade olympique le 20 août 2008.

Le programme de Pékin 2008 est assez similaire à celui des Jeux olympiques d'été de 2004. Les vingt-huit sports de l'édition précédente sont à nouveau présents, regroupant 302 épreuves (165 masculines, 127 féminines et 10 mixtes), soit une de plus qu'à Athènes. En tout, neuf nouvelles épreuves font leur entrée au programme olympique. En athlétisme, les femmes participent pour la première fois au 3 000 m steeple, alors qu'en natation, la course de longue distance en eau libre s'ajoute aux traditionnelles épreuves olympiques. Le cyclisme renonce au kilomètre sur piste pour accueillir le BMX[62]. Ces deux dernières épreuves sont disputées par les hommes et par les femmes.

Parmi les modifications du programme, le tournoi de double de tennis de table est remplacé par une épreuve par équipe (3 joueurs par nation) qui consiste à remporter 3 des 5 matchs disputés (4 simples et un double). En escrime, le programme des épreuves « par équipes » a été modifié : l'épée dames et le fleuret hommes disparaissent, le sabre et le fleuret dames entrent. En outre, afin de réduire l'écart entre la participation des hommes et celle des femmes aux Jeux, il a été décidé d'augmenter le nombre d'équipes participant aux tournois féminins de hockey sur gazon, de handball et de football.

Le Wushu fait son apparition comme sport de démonstration[63], alors qu'aucun sport n'avait été présenté lors des trois éditions précédentes. La compétition s'est déroulé du 21 au 24 août au Gymnase du centre Olympique en réunissant 120 athlètes de 25 pays. Les médailles attribuées ne seront toutefois pas comptabilisées.

Ci-dessous figure la liste officielle[64] des sports et disciplines, ainsi que le nombre d'épreuves au programme[65] des Jeux olympiques de 2008.


Nombre d'épreuves Hommes Femmes Mixtes Total
Athlétisme Athlétisme 24 23 47
Aviron Aviron 8 6 14
Badminton Badminton 2 2 1 5
Baseball Baseball 1 1
Basket-ball Basket-ball 1 1 2
Boxe Boxe 11 11
Canoë-kayak Canoë-kayak
Course en ligne
Slalom
12
9
3
4
3
1
16
12
4
Cyclisme Cyclisme
Route
Piste
VTT
BMX
11
2
7
1
1
7
2
3
1
1
18
4
10
2
2
Équitation Sports équestres
Saut d'obstacles
Dressage
Concours complet
6
2
2
2
6
2
2
2
Escrime Escrime 5 5 10
Football Football 1 1 2
Gymnastique Gymnastique
Artistique
Rythmique
Trampoline
9
8

1
9
6
2
1
18
14
2
2
Haltérophilie Haltérophilie 8 7 15
Handball Handball 1 1 2
Nombre d'épreuves Hommes Femmes Mixtes Total
Hockey sur gazon Hockey sur gazon 1 1 2
Judo Judo 7 7 14
Lutte Lutte
Libre
Gréco-romaine
14
7
7
4
4

18
11
7
Natation Sports aquatiques
Natation
Plongeon
Natation synchronisée
Water-polo
22
17
4

1
24
17
4
2
1
46
34
8
2
2
Pentathlon moderne Pentathlon moderne 1 1 2
Softball Softball 1 1
Taekwondo Taekwondo 4 4 8
Tennis Tennis 2 2 4
Tennis de table Tennis de table 2 2 4
Tir Tir
Carabine
Pistolet
Tir aux plateaux
9
3
3
3
6
2
2
2
15
5
5
5
Tir à l'arc Tir à l'arc 2 2 4
Triathlon Triathlon 1 1 2
Voile Voile 4 4 3 11
Volley-ball Volley-ball
En salle
Plage
2
1
1
2
1
1
4
2
2
Total (28 sports) 165 127 10 302


Calendrier[modifier | modifier le code]

Les compétitions sont organisés à partir du fuseau horaire UTC+8 — c'est-à-dire heure universelle plus huit heures, le fuseau utilisé par Pékin. Les horaires des compétitions dans les articles suivants utilisent en revanche le fuseau UTC+1, celui d'une grande partie de la Francophonie, en Europe et en Afrique notamment .

Calendrier général des Jeux olympiques de 2008[66]
Août 2008 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24
Cérémonies Olympic rings with white rims.svg O C
Athlétisme Athletics pictogram.svg 2 4 6 6 5 3 6 7 7 1
Aviron Rowing pictogram.svg 7 7
Badminton Badminton pictogram.svg 1 2 2
Baseball Baseball pictogram.svg 1
Basket-ball Basketball pictogram.svg 1 1
Boxe Boxing pictogram.svg 5 6
C
a
n
o
ë
-
k
a
y
a
k
En eau calme Canoeing (flatwater) pictogram.svg 6 6
En eau vive / slalom Canoeing (slalom) pictogram.svg 2 2
C
y
c
l
i
s
m
e
BMX Cycling (BMX) pictogram.svg 2
VTT Cycling (mountain biking) pictogram.svg 1 1
Piste Cycling (track) pictogram.svg 1 3 1 2 3
Route Cycling (road) pictogram.svg 1 1 2
Équitation Equestrian pictogram.svg 2 1 1 1 1
Escrime Fencing pictogram.svg 1 1 1 1 2 1 1 1 1
Football Football pictogram.svg 1 1
G
y
m
n
a
s
t
i
q
u
e
Artistique Gymnastics (artistic) pictogram.svg QH QF 1 1 1 1 4 3 3
Rhythmique Gymnastics (rhythmic) pictogram.svg 1 1
Trampoline Gymnastics (trampoline) pictogram.svg 1 1
Haltérophilie Weightlifting pictogram.svg 1 2 2 2 2 2 1 1 1 1
Handball Handball pictogram.svg 1 1
Hockey sur gazon Field hockey pictogram.svg 1 1
Judo Judo pictogram.svg 2 2 2 2 2 2 2
Lutte Wrestling pictogram.svg 2 2 3
N
a
t
a
t
i
o
n
Natation Swimming pictogram.svg 4 4 4 4 4 4 4 4 1 1
Natation synchronisée Synchronized swimming pictogram.svg 1 1
Plongeon Diving pictogram.svg 1 1 1 1 1 1 1 1
Water polo Water polo pictogram.svg 1 1
Pentathlon moderne Modern pentathlon pictogram.svg 1 1
Softball Softball pictogram.svg 1
Taekwondo Taekwondo pictogram.svg 2 2 2 2
Tennis Tennis pictogram.svg 2 2
Tennis de table Table tennis pictogram.svg 1 1 1 1
Tir Shooting pictogram.svg 2 2 2 2 1 2 1 2 1
Tir à l’arc Archery pictogram.svg 1 1 1 1
Triathlon Triathlon pictogram.svg 1 1
Voile Sailing pictogram.svg 2 1 2 2 2 2
V
o
l
l
e
y
b
a
l
l
Beach volley Volleyball (beach) pictogram.svg 1 1
Volley-ball Volleyball (indoor) pictogram.svg 1 1
Août 2008 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24
       Cérémonies        Jour de compétition        Jour de finale    4    Nombre de finales


Athlètes paralympiques aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Pour la première fois, deux athlètes qualifiées pour les Jeux paralympiques le sont également pour les Jeux olympiques : la nageuse sud-africaine Natalie du Toit, amputée de la jambe gauche, qui prend part aux marathon féminin en eau libre (10 km), et la pongiste polonaise Natalia Partyka, née sans avant-bras droit[67],[68].

Tableau des médailles[modifier | modifier le code]

Par nation[modifier | modifier le code]

Les dix premières nations au classement des médailles de leurs athlètes :

      Pays organisateur
Rang Nation Or Argent Bronze Total
1 Drapeau : République populaire de Chine Chine 51 21 28 100
2 Drapeau : États-Unis États-Unis 36 38 36 110
3 Drapeau : Russie Russie 23 21 28 72
4 Drapeau : Royaume-Uni Grande-Bretagne 19 13 15 47
5 Drapeau : Allemagne Allemagne 16 10 15 41
6 Drapeau : Australie Australie 14 15 17 46
7 Drapeau : Corée du Sud Corée du Sud 13 10 8 31
8 Drapeau : Japon Japon 9 6 10 25
9 Drapeau : Italie Italie 8 10 10 28
10 Drapeau : France France 7 16 18 41
  • La Chine termine pour la première fois au sommet du classement des médailles. C'est la première fois depuis 72 ans qu'un pays autre que les États-Unis ou la Russie (URSS) termine en tête du classement.
  • 86 pays différents ont remporté au moins une médaille lors de ces Jeux, c'est le record absolu.
  • Des athlètes de l'Afghanistan, de Maurice, du Soudan, du Togo et du Tadjikistan ont apporté la première médaille de leur histoire à leur pays lors de ces Jeux.
  • La Mongolie et le Panama ont remporté leur premier titre olympique à l'occasion des Jeux de Pékin.
  • L'Inde a remporté le premier titre olympique individuel de son histoire.

Par athlète[modifier | modifier le code]

Sportifs les plus médaillés aux Jeux olympiques de Pékin 2008 (minimum 3)
Athlète Pays Sport médaille d'or, Jeux olympiques médaille d'argent, Jeux olympiques médaille de bronze, Jeux olympiques Total
Michael Phelps Drapeau des États-Unis États-Unis Natation 8 0 0 8
Usain Bolt Drapeau de la Jamaïque Jamaïque Athlétisme 3 0 0 3
Chris Hoy Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Cyclisme 3 0 0 3
Zou Kai Drapeau de la République populaire de Chine Chine Gymnastique artistique 3 0 0 3
Stéphanie Rice Drapeau de l'Australie Australie Natation 3 0 0 3
Libby Trickett Drapeau de l'Australie Australie Natation 2 1 1 4
Matt Grevers Drapeau des États-Unis États-Unis Natation 2 1 0 3
Leisel Jones Drapeau de l'Australie Australie Natation 2 1 0 3
Aaron Peirsol Drapeau des États-Unis États-Unis Natation 2 1 0 3
Yang Wei Drapeau de la République populaire de Chine Chine Gymnastique artistique 2 1 0 3
Ryan Lochte Drapeau des États-Unis États-Unis Natation 2 0 1 3
Jason Lezak Drapeau des États-Unis États-Unis Natation 2 0 1 3
Kosuke Kitajima Drapeau du Japon Japon Natation 2 0 1 3
Nastia Liukin Drapeau des États-Unis États-Unis Gymnastique artistique 1 3 1 5
Shawn Johnson Drapeau des États-Unis États-Unis Gymnastique artistique 1 3 0 4
Kirsty Coventry Drapeau du Zimbabwe Zimbabwe Natation 1 3 0 4
Natalie Coughlin Drapeau des États-Unis États-Unis Natation 1 2 3 6
Rebecca Soni Drapeau des États-Unis États-Unis Natation 1 2 0 3
Alain Bernard Drapeau de la France France Natation 1 1 1 3
Jessicah Schipper Drapeau de l'Australie Australie Natation 1 0 2 3
Cheng Fei Drapeau de la République populaire de Chine Chine Gymnastique artistique 1 0 2 3
Yang Yilin Drapeau de la République populaire de Chine Chine Gymnastique artistique 1 0 2 3
Dara Torres Drapeau des États-Unis États-Unis Natation 0 3 0 3
Laszlo Cseh Drapeau de la Hongrie Hongrie Natation 0 3 0 3
Eamon Sullivan Drapeau de l'Australie Australie Natation 0 2 1 3
Margaret Hoelzer Drapeau des États-Unis États-Unis Natation 0 2 1 3
Andrew Lauterstein Drapeau de l'Australie Australie Natation 0 1 2 3
Katie Hoff Drapeau des États-Unis États-Unis Natation 0 1 2 3
Pang Jiaying Drapeau de la République populaire de Chine Chine Natation 0 1 2 3

Enjeux politiques[modifier | modifier le code]

La phase de préparation des Jeux a été marquée par d'intenses tensions politiques qui se portaient particulièrement sur les troubles au Tibet, sur le respect des normes environnementales et sur la question de la censure des journalistes en Chine.

La Chine considère en revanche que les nombreuses critiques dont elle a fait l'objet sur des sujets très divers étaient le fruit de malveillances et de jalousies de la part d'une partie de l'Occident, presse et milieux intellectuels en particulier. Elle considère aussi que les militants indépendantistes tibétains ont volontairement attisé les tensions avant les Jeux olympiques, politisant ainsi un évènement sportif.

À la suite des événements débutés en mars 2008 au Tibet, la pression internationale et les appels au boycott se sont fait plus pressants, certains réclamant au moins un boycott de la cérémonie d'ouverture. Le relais de la flamme olympique hors de Chine a été l'occasion de nombreuses manifestations.

Les responsables de la République populaire de Chine avaient promis en 2001 « d'énormes avancées » en matière de droits de l'homme si les Olympiades 2008 se déroulaient en Chine[69]. Le CIO avait demandé aux autorités chinoises des engagements en ce sens en leur attribuant les Jeux, lors de la session de Moscou, en juillet 2001, qui voyait Jacques Rogge succéder à Juan Antonio Samaranch à la tête du mouvement olympique international.

Des organisations[70] et des personnalités[71] appellent au boycott ou à une menace de boycott[72] des Jeux olympiques de Pékin, affirmant que la République populaire de Chine ne respecte pas les droits de l'homme en son pays, qu'elle mène une politique étrangère agressive envers le Tibet et que de nombreux sites olympiques sont fortement menacés par la pollution. À la suite des manifestations au Tibet débutées en mars 2008, les appels au boycott politique des JO de Pékin se sont fait plus pressants[73].

En raison de la position de la Chine dans le conflit du Darfour, le cinéaste américain Steven Spielberg a choisi de démissionner de son poste de conseiller artistique des cérémonies d'ouverture et de clôture[74].

Un article de Wei Jingsheng, qui réclama en 1978 pour la Chine la « cinquième modernisation » (la démocratie) demande à Jacques Rogge, le président du Comité international olympique, de faire pression sur les autorités de Pékin pour qu'elles respectent les droits de l'homme au Tibet[75].

Drapeau de Chinese Taipei, substitut pour les Jeux olympiques du drapeau de la République de Chine (Taïwan) qui ne peut pas flotter en Chine continentale.

Les pays qui le souhaitent pourront retirer leur drapeau et leur hymne national, et le remplacer par les emblèmes olympiques, comme le fera, pour d'autres raisons, Taïwan qui participe sous le nom de Chinese Taipei. Ce sera une alternative au boycott réclamé par certains, qui n'empêchera pas les athlètes de participer.

En mars 2008, des politiciens de haut rang ont annoncé ouvertement qu'ils n'assisteront pas la cérémonie d'ouverture. La chancelière allemande, Angela Merkel, fut le premier dirigeant mondial à décider de ne pas assister aux Jeux olympiques de Pékin. Le premier ministre de la Pologne, Donald Tusk, et le président de la République tchèque, Václav Klaus, ont aussi décidé de ne pas y assister[76].

En raison des Troubles au Tibet en 2008, le 25 mars, le président français Nicolas Sarkozy interrogé sur un possible boycott des Jeux a répondu « toutes les options sont ouvertes ». Son entourage a précisé qu'il s'exprimait à propos de la cérémonie d'ouverture et non de la compétition olympique[77].

À la suite des événements débutés en mars 2008 au Tibet, la pression internationale et les appels au boycott se sont fait plus pressants, certains réclamant au moins un boycott de la cérémonie d'ouverture. Le 27 mars 2008, le Président de la République française, Nicolas Sarkozy, indique, lors d'une conférence de presse commune, à Londres, avec le Premier ministre britannique Gordon Brown, qu'il consultera les autres pays membres de l'Union européenne sur la question d'un éventuel boycott de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques, le 8 août prochain à Pékin : « Je serai président de l'Union au moment de la cérémonie d'ouverture. Je dois m'ouvrir aux autres, les consulter pour savoir si j'irai à la cérémonie ou pas. »

Le 2 avril, en raison de la persistance des troubles au Tibet, le Congrès américain demande à George Bush le boycott de la cérémonie d'ouverture des Jeux[78]. Le même jour, le gouvernement japonais a annoncé que la famille royale ne participera pas à la cérémonie d'ouverture. La Chine a demandé la participation de la famille royale au gouvernement japonais à plusieurs reprises depuis l'année dernière. Mais outre les boulettes de pâte contaminées chinoises et le développement illégal par la Chine des champs de gaz dans la Mer de Chine, c'est également la répression violente au Tibet qui est le foyer de la remise en question de la participation japonaise à la cérémonie d'ouverture. Ces problèmes ont poussé le gouvernement à rejeter la demande[79].

Le 5 avril, Rama Yade, secrétaire d'État aux droits de l'Homme, a déclaré dans un entretien au journal Le Monde que le président de la France fixe trois conditions à sa présence à Pékin lors de la cérémonie d'ouverture des jeux : la fin des violences contre la population et la libération des prisonniers politiques, la lumières sur les événements tibétains et l'ouverture du dialogue avec le dalaï-lama[80] ; en outre la libération de Hu Jia, un dissident chinois lourdement condamné serait aussi demandée[81]. Elle dément toutefois le jour même avoir employé le terme « conditions[82] ». Le 8 avril 2008, le président Nicolas Sarkozy déclare : « C'est en fonction de la reprise de ce dialogue que je déterminerai des conditions de notre participation », en parlant de la reprise du dialogue entre Beijing et le dalaï-lama pour sa présence à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Beijing[83]. Finalement, le président Sarkozy assiste à la cérémonie d'ouverture, après consultation des membres de l'Union européenne dont la France assure alors la présidence.

Le 9 avril, le premier ministre britannique, Gordon Brown, décide de ne pas assister à la cérémonie d'ouverture[84]. Le lendemain, le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, informe qu'il ne sera pas présent à la cérémonie d'ouverture[85].

Malgré l'absence de nombreuses personnalités à la cérémonie d'ouverture des jeux, cette dernière affiche une participation record dans la mesure où 90 chefs d'État et de gouvernement s'y sont rendus (quatre fois plus qu'à Athènes en 2004)[86].

Pour la première fois dans l'histoire des Jeux olympiques[réf. nécessaire], une guerre éclate entre deux nations participantes : la Russie et la Géorgie s'affrontent en Ossétie du Sud[87]. Cependant la guerre n'interfère pas sur les relations entre athlètes russes et géorgiens : ainsi la remise des médailles de la finale du tir au pistolet à air comprimé à 10 mètres dames le 10 août[88] est l'occasion d'une accolade chaleureuse entre la Russe Natalia Paderina, médaille d'argent, et la Géorgienne Nino Salukvadze, médaille de bronze ; le 13 août, lors d'un match de beach volley opposant une paire géorgienne d'origine brésilienne à une paire russe, match remporté par la paire géorgienne[89], et, bien que la rencontre se soit déroulée dans un bon esprit, la joueuse russe Natalia Uryadova a émis des doutes quant à la citoyenneté des joueuses de Géorgie, les accusant d'être des Brésiliennes[90].

Environnement et météo[modifier | modifier le code]

Ciel bleu en plein mois d'août au-dessus du Nid d'oiseau, durant les Jeux olympiques.

Début août 2008, les pékinois et les nombreux observateurs déjà présents dans la capitale chinoise ont découvert un ciel bleu. En stoppant la production des usines les plus polluantes situées aux alentours de la mégapole, en suspendant tous les chantiers de constructions encore inachevées et en mettant en place un système de circulation alternée, les plaques d'immatriculation se terminant par un numéro pair/impair se succédant quotidiennement sur les routes, les autorités chinoises ont temporairement gagné leur bataille contre l'air vicié qui régnait d'habitude à Pékin. Elles ont d'ailleurs affirmé le 1er septembre 2008 que la ville avait respiré le meilleur air depuis dix ans en août grâce aux mesures prises pour les Jeux olympiques. Le Bureau de protection de l'environnement de la ville a indiqué que la capitale chinoise avait connu 14 jours de qualité de l'air « niveau un », le meilleur possible. Les principaux polluants ont baissé de 50 % du 8 au 24 août, durant les compétitions, et de 42 % pour l'ensemble du mois par rapport à la normale[91]

On n'a d'ailleurs pas entendu un athlète se plaindre de la qualité de l'air, contrairement aux deux années précédentes, où de nombreuses compétitions "préolympiques" s'étaient déroulées, et où des inquiétudes justifiées s'étaient exprimées. Par ailleurs, de nombreux records sont tombés dans le stade olympique.

Le Bureau des modifications météorologiques de Pékin a été chargé d'ensemencer les nuages d'iodure d'argent à l'aide de roquettes afin de faire pleuvoir les nuages convectifs avant leur arrivée sur les sites et a conclu à de bons résultats[92],[93]. Mais cela ne pouvait cependant empêcher les pluies associées à des systèmes dépressionnaires et au moins deux journées fortement pluvieuses, notamment le jeudi 21 août où les finales de BMX et les épreuves d'aviron ont dû être reportées. En dehors de quoi, la chaleur constante et un taux élevé d'humidité (77 %) ont régné sur Pékin.

Des inquiétudes, rapportée par l'agence de presse américaine Associated press en 2007, ont également concerné la qualité de l'eau de Pékin[94]. La crainte de manque d'eau à Pékin pendant les JO semble donner lieu à de grands travaux d'aménagement. Selon le quotidien français Libération, certains experts non officiels estiment, en mars 2008, que les jeux entraîneront une augmentation de 30 % des besoins en eau de Pékin. Les autorités chinoises démentent cependant ce calcul, assurant prendre « toutes les mesures pour économiser l'eau[95] ». La presse d'État chinoise a tout de même annoncé le détournement du Fleuve jaune vers Pékin. Libération affirme en mars 2008 que « Pékin assèche le pays tout entier », citant notamment un nouveau canal qui doit apporter vers Pékin les eaux d'un affluent du Yangzi. Pékin absorberait également l'eau de la très sèche province du Henan et du lointain Shaanxi, selon un responsable local interrogé par le Financial Times[95].

En juin 2008, la prolifération d'une algue, Enteromorpha prolifera, sur près d'un tiers des surfaces destinées aux épreuves nautiques dans la station balnéaire de Qingdao a perturbé l'entraînement de certaines des équipes. D'après Wang Shulian, le directeur adjoint du département océanique et de pêcherie de Qingdao, la prolifération de cette algue ne se serait pas liée aux conditions environnementales et à la qualité de l'eau de la mer de Qingdao[96]. Pour Ma Jun, directeur de l'Institut des affaires publiques et environnementales à Pékin, « il est évident que ce genre de problèmes est lié à la pollution »[97].

L'utilisation massive d'un bois tropical rare en voie de disparition : le merbau, pour la construction des différents sites olympiques a également valu différentes critiques[98].

Sécurité[modifier | modifier le code]

Le 10 mars 2008, le gouverneur de la province chinoise du Xinjiang (ou Turkestan oriental), peuplée de turcophones musulmans, a annoncé avoir déjoué, lors d'une opération de police menée le 27 janvier contre un groupe séparatiste ouïgour à Ürümqi, une tentative d'attentat islamiste contre les Jeux olympiques. Selon Wang Lequan, ce projet d'attentat aurait été commandité par le Mouvement islamique du Turkestan oriental, ancienne organisation terroriste basée en Afghanistan et au Pakistan. Le quotidien français Le Figaro précise que « la Chine n'a montré aucune preuve à charge » de cette affaire au cours de laquelle deux militants du groupe séparatiste furent tués et 15 arrêtés[99].

Les 23 et 24 mars, des manifestations des indépendantistes ouïghours se sont déroulées dans la ville de Hetian, aussi appelé Khotan[100] rassemblant 1 000 personnes dont 600 ont été emprisonnées[101].

Selon Roger Faligot, pour protéger les JO, entre 150 000 à 200 000 agents du Bureau 610 sont mobilisés[102].

Les officiels chinois ont proposé des téléphones portables comme cadeau de bienvenue aux membres de la délégation française. Selon Le Canard enchainé, ces téléphones serviraient à mettre sur écoute les officiels français[103].

Cas de dopage[modifier | modifier le code]

Le CIO a demandé aux fédérations sportives nationales de renforcer les contrôles anti-dopage pour faire de cette édition une olympiade la plus propre possible ; il semblerait que les fédérations aient répondu à cet appel et nombre de sportifs ont déjà été empêchés avant le début de la compétition.

Avant l'ouverture des Jeux[modifier | modifier le code]

  • En juin la Fédération bulgare d'haltérophilie retire ses équipes masculine (dont Ivan Stojcov et Veličko Čolakov) et féminine après que tous les athlètes ont été contrôlés positifs à la métandiénone, un stéroïde anabolisant[105].
  • La fédération internationale d'haltérophilie (IWF) suspend onze Grecs, dont quatre en partance pour Pékin, contrôlés positif lors de tests inopinés en avril[105].
  • Marta Bastianelli, la championne du monde de cyclisme sur route, est contrôlée positive à un stimulant[106].
  • La nageuse américaine Jessica Hardy est exclue après le test qui a révélé une faible présence de clenbuterol, un agent anabolique interdit qu'elle n'aurait pas volontairement consommé[108].

Durant les jeux[modifier | modifier le code]

La cycliste espagnole Maria Isabel Moreno est la première athlète contrôlée positive durant la « période olympique », qui a débuté à l'ouverture du village olympique le 27 juillet. Le test qu'elle a subi le 31 juillet a révélé la présence d'EPO. Elle devait participer au contre-la-montre sur route[109].

Le Nord-Coréen Kim Jong Su, qui avait remporté la médaille de bronze en tir au pistolet à 10 mètres et la médaille d'argent au pistolet à 50 mètres, a été contrôlé positif les 9 et 12 août alors qu'il disputait les finales du tir au pistolet[110]. Il a été convaincu de dopage au propranolol, un bêta-bloquant utilisé par les tireurs pour réduire leurs tremblements et leur rythme cardiaque.

Un deuxième cas révélé le même jour concerne la gymnaste vietnamienne Do Thi Ngan Thuong qui a consommé du furosémide afin de maigrir artificiellement.

Le 16 août, l'athlète ukrainienne Lyudmila Blonska, médaillée d'argent sur l'épreuve d'heptathlon, est contrôlée positive à un stéroïde anabolisant (méthyltestostérone)[111], contrôle confirmé le 21 août[112].

Le 16 août également l'athlète grecque Faní Halkiá (400 m haies) est priée de quitter le village olympique après son contrôle à un stéroïde, le Methyltrienlon[113].

Le 21 août, quatre chevaux alignés sur l'épreuve de saut d'obstacles individuelle — Chupa Chup, monté par le Brésilien Bernardo Alves, Coster, la monture de l'Allemand Christian Ahlmann, Latinus, mené par l'Irlandais Denis Lynch, et Camiro, appartenant au Norvégien Tony Andre Hansen — sont contrôlés positifs à la capsaïcine, analgésique figurant sur la liste des produits dopants interdits[114].

Après les jeux[modifier | modifier le code]

Le 2 septembre, Rufus, le cheval de Rodrigo Pessoa, cinquième du concours olympique de saut d'obstacles, a été contrôlé positif à l'occasion des Jeux de Pékin[115].

Cinq coureurs ont été sanctionnées après des tests anti-dopage positifs à l'EPO Cera, tandis que l'échantillon B de l'haltérophile dominicaine Yuderqui Maridalia Contreras s'est avéré négatif[116] :

  • l'athlète bahreïni Rashid Ramzi, médaillé d'or au 1 500 m, se voit retirer sa médaille ;
  • le coureur cycliste italien Davide Rebellin, médaillé d'argent en course sur route individuelle, se voit retirer sa médaille ;
  • le coureur cycliste allemand Stefan Schumacher, 13e en course en ligne individuelle, est disqualifié ;
  • l'athlète grecque Athanasia Tsoumeleka, 9e du 20 km marche, est disqualifiée ;
  • l'athlète croate Vanja Perisic, 6e de la 3e série éliminatoire du 800 m, est disqualifiée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Les comités olympiques de 204 pays et régions déjà inscrits aux JO de Beijing, site officiel des JO de 2008.
  2. Bush à Michael Phelps : « l'Amérique est fière de vous » - Le Point, 17 août 2008
  3. 10 performances that thrilled fans in Beijing - CBC, 24 août 2008
  4. a et b Beijing 2008 élection, Comité international olympique.
  5. 2000 Olympics Go to Sydney In Surprise Setback for China , The New York Times, 24 septembre 1993.
  6. Sydney 2000 élection, Comité international olympique.
  7. Rue89 : Le deal secret qui a permis à Pékin de chiper les JO à Paris
  8. Times : Olympic chief in secret China deal
  9. Iseult Cornalin, Deng Pufang, l'homme qui a mis son handicap au service des handicapés chinois Libération, 6 septembre 2008
  10. Sites olympiques, site officiel des JO de 2008.
  11. University-style Olympic Village earns high praise, The Telegraph, 8 août 2008.
  12. Pékin : le plus grand terminal du monde, L'Express, 29 février 2008
  13. La Chine lance sa nouvelle génération de TGV, L'Express, 1er août 2008.
  14. La nouvelle gare sud de Beijing sera un nœud de communication intégré, site officiel des JO de 2008.
  15. Pékin inaugure trois nouvelles lignes de métro, Le Nouvel Observateur, 21 juillet 2008.
  16. 38 public transit routes to the Olympic venues, site officiel des JO de 2008.
  17. Volkswagen claims ‘Green’ medal at 2008 Olympic Games, AUSmotive.com, 2 août 2008.
  18. Pékin impose la circulation alternée pendant les JO, Libération, 20 juillet 2008.
  19. « Médaille Au Coût » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-29, MSN.
  20. Beijing 2008 Olympic Budget Unveiled, Le Quotidien du Peuple, 24 février 2001.
  21. PÉKIN 2008 • Des Jeux sous haute surveillance, Courrier International, 31 juillet 2008.
  22. Les préparatifs progressent, le budget augmente, Radio Canada, 3 avril 2006.
  23. Liu: 13 billion yuan spent on cost-efficient Olympics, site des JO de 2008.
  24. Beijing organise les JO de manière frugale, Le Quotidien du Peuple, 4 août 2008.
  25. Progress made in construction of Beijing Olympic venues, site officiel des JO de 2008.
  26. Cérémonie d'ouverture grandiose !, Canoe, 8 août 2008.
  27. Progress made in construction of Beijing Olympic venues - Site des JO de 2008
  28. Cérémonie de présentation de l'emblème des Jeux olympiques de Beijing 2008, site officiel des JO de 2008.
  29. L'emblème des Jeux olympiques de Pékin 2008, site officiel des JO de 2008.
  30. (en) President Jacques Rogge Video Message for Beijing 2008 Emblem Unveiling - Comité international olympique [PDF]
  31. Mascottes des Jeux de la XXIXe Olympiade de Pékin, site officiel des JO de 2008.
  32. Slogan chosen from 210,000 proposals, ESBN, 26 juin 2005.
  33. Le slogan des Jeux olympiques et Paralympiques de Beijing 2008, site officiel des JO de 2008.
  34. (en) Theme song for the one-year countdown released, sur en.beijing2008.cn
  35. Empty seats are a mystery at Beijing Olympics, Los Angeles Times, 17 août 2008.
  36. (en) Humanizing the Beijing ticket scam, sur sports.yahoo.com
  37. (en) Beijing Olympic Broadcasting, sur le site officiel des Jeux
  38. (en) Glen Dickson, « Network goes to great lengths to pump Beijing Olympic Games action to myriad pipes. », Broadcasting & Cable,‎ 4 août 2008 (consulté le 17 août 2008)
  39. (en) « Seeing clearly: Panasonic ushers in first HDTV Game », China Daily,‎ 6 juillet 2007 (consulté le 24 mars 2008)
  40. (nl) « VRT staat in voor mobiele verslaggeving van wielrennen op OS 2008 », SportWereld, 6 mars 2007
  41. BBC will show Beijing Olympics protests, The Telegraph, 4 juin 2008.
  42. Report of the IOC Evaluation Commission for the Games of the XXIX Olympiad in 2008, p.73 [PDF]
  43. Networks Fight Shorter Olympic Leash, The New York Times, 21 juillet 2008.
  44. Refus de visa en Chine pour un cinéaste finlandais, Aujourd'hui la Chine, 18 juillet 2008.
  45. 2008 Beijing Olympics Most Viewed Event In US TV History
  46. Pékin 2008 : Les Jeux numériques, Union européenne de radio-télévision, 9 septembre 2008.
  47. « Chine : LaGrandecensure.com », Marianne, 28 mars 2008.
  48. « À Pékin, les policières à petits pieds surveillent les étrangers chevelus », Marianne, 29 juillet 2008.
  49. « La Chine censurera l'internet pendant les JO, contrairement à sa promesse », dépêche AFP, 30 juillet 2008.
  50. « JO : les médias vont goûter au web allégé à la chinoise », Le Figaro, 30 juillet 2008.
  51. La torche olympique de Beijing, site officiel des Jeux olympiques de Pékin.
  52. Beijing 2008: le BOCOG présente l'itinéraire du relais de la flamme olympique, Comité international olympique.
  53. Incident à Olympie : la Chine interrompt la retransmission, L'Express, 24 mars 2008.
  54. De la tour Eiffel à Charléty, la flamme dans la tourmente à Paris, Libération, 7 avril 2008.
  55. « Dévoilement solennel de l'itinéraire du relais de la flamme de la 29e Olympiade et de la torche »
  56. Ticket pour la cérémonie d'ouverture
  57. (en) « « Les îles Marshall rejoignent la famille olympique » » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-29 - oceaniasport.com, 10 février 2006
  58. (en) Deux nouveaux comités nationaux olympiques - CIO, 6 juillet 2007
  59. (en) L'union olympiques des deux Corées (Koreas 'to unify Olympics teams'BBC14/05/2006
  60. (en) Two Koreas Make Progress in Creation of Unified Team - Comité international olympique, 5 septembre 2006
  61. « Des athlètes iraquiens participeront aux Jeux olympiques à Beijing », communiqué de presse du CIO du 29 juillet 2008.
  62. « Le BMX nouvelle discipline olympique », L'Équipe, 10 juin 2005.
  63. Sport de démonstration à Pékin: le wushu
  64. « Sports au programme des Jeux olympiques de 2008 sur le site du CIO » [PDF]
  65. « Liste des épreuves aux Jeux olympiques de 2008 sur le site du CIO » [PDF]
  66. Site officiel de Pékin 2008, fr.beijing2008.cn.
  67. (en) "Two Paralympians Competed in Olympics", The O&P Edge, octobre 2008
  68. (en) "Natalia Partyka, Olympian and Paralympian, Beijing and London", Fédération internationale de tennis de table
  69. « Pékin traque les opposants avant les Jeux olympiques », Le Monde, 12 janvier 2008.
  70. Par exemple en France Reporters sans frontières, le Comité d'organisation du boycott des Jeux olympiques de Pékin (Cobop)
  71. Le philosophe Bernard-Henri Lévy, François Bayrou, etc.
  72. « Cinq bonnes raisons de boycotter les Jeux olympiques de Pékin en 2008 », Le Figaro, 4 avril 2007.
  73. (fr) « Les appels au boycott politique des JO de Pékin se font plus pressants - Les ONG demandent aux politiques de "boycotter la cérémonie d'ouverture" », www.lemonde.fr (consulté le 18 mars 2008)
  74. « Steven Spielberg se retire de l'organisation des JO de Pékin », Le Monde, 13 février 2008.
  75. Wei Jingsheng, « Il faut, maintenant, faire pression sur Pékin », Le Monde, 19 mars 2008.
  76. « Merkel says she will not attend opening of Beijing Olympics »,‎ 29 mars 2008 (consulté le 29 mars 2009)
  77. « O: Sarkozy n'exclut pas un boycott... », liberation.fr,‎ 25 mars 2008 (consulté le 25 mars 2008)
  78. Le Congrès américain demande le boycott de la cérémonie
  79. « Japanese royal family will not attend opening of Beijing Olympics », Sankei Shimbun,‎ 2 avril 2008 (consulté le 2 avril 2008)
  80. « Rama Yade : Les "trois conditions" pour que M. Sarkozy se rende à l'ouverture des JO », Le Monde,‎ 5 avril 2008 (consulté le 6 avril 2008)
  81. JO: La France pose ses conditions
  82. « Rama Yade dément avoir parlé de "conditions" pour la venue de M. Sarkozy à l'ouverture des JO », Le Monde,‎ 5 avril 2008 (consulté le 6 avril 2008)
  83. « JO : Sarkozy pose une condition pour participer à la cérémonie d'ouverture », Libération, 8 avril 2008.
  84. « Gordon Brown n'assistera pas à la cérémonie d'ouverture des JO », Le Monde, 10 avril 2008.
  85. « Ban Ki-moon fait l'impasse sur la cérémonie d'ouverture des JO », Libération, 10 avril 2008.
  86. (fr) « Les chefs d'État présents à la cérémonie d'ouverture », Le Nouvel Observateur, 8 août 2008.
  87. (en) « Russian troops advance in Georgia », news.bbc.co.uk, 12 août 2008.
  88. « Finale du tir au pistolet à air comprimé à 10 mètres dames », site des Jeux olympiques de Pékin.
  89. « Résultats du 29e match de la poule C du tour préliminaire de beach-volley femmes (Alexandra Shiryaeva et Natalia Uryadova (Russie) c. Cristine Santanna et Andrezza Chagas (Géorgie) », site des Jeux olympiques de Pékin.
  90. (en) « Georgia tops Russia in Olympic beach volleyball clash », The Daily Telegraph, 13 août 2008.
  91. Dépêche AFP du 1er septembre 2008 à 10 h 05
  92. Des roquettes chinoises contre les nuages
  93. (en) MacLeod, Calum, « China rolls out the big guns, aiming for a dry Olympics », USA Today,‎ 29 juin 2006
  94. Beijing 2008 advice: Don't drink the water, 2007-05-09,Associated Press
  95. a et b « Les JO pompent l'eau de la Chine », Libération, 10 mars 2008.
  96. Nettoyage des algues intensif dans la ville hôte de la voile des JO sur french.peopledaily.com.cn le 7 juillet 2008.
  97. Un site olympique un peu trop vert, article sur www.lemonde.fr, par Brice Pedroletti, le 4 juillet 2008.
  98. Univers-Nature, Jeux olympiques chinois, vous avez dit vert ?!!, 18-05-2006 Jeux olympiques Chinois, vous avez dit vert ?!!
  99. « Pékin aurait déjoué un attentat contre les JO », Le Figaro, 10 mars 2008.
  100. « Après les Tibétains, les Ouïghours », Le Devoir, 3 avril 2008.
  101. « Chine : Manifestation de séparatistes musulmans », L'Express, 2 avril 2008.
  102. « Les services secrets chinois », Marianne, 29 mars 2008.
  103. « Comment les Chinois veulent écouter les officiels étrangers », Le Canard enchaîné, 6 août 2008.
  104. JO-2008: la Chine annonce avoir sanctionné huit athlètes pour dopage
  105. a et b JO-2008: la Bulgarie retire ses haltérophiles pour cause de dopage
  106. a et b JO: Andrea Baldini, grand espoir de médaille italienne, contrôlé positif
  107. Dopage au JO : au tour des marcheurs russes de tomber
  108. « Natation - La nageuse Jessica Hardy demandera une réduction de sa suspension », Le Matin, 2 août 2008.
  109. « JO/Dopage : la cycliste Maria Isabel Moreno positive à l'EPO », dépêche de l'Agence France-Presse, 11 août 2008.
  110. « Dopage - Deux nouveaux cas positifs », L'Équipe.
  111. « JO - Dopage - Blonska, positive, perd sa médaille », L'Équipe, 20 août 2008.
  112. « JO - Athlé - Dopage - Blonska avait bien triché », L'Équipe, 20 août 2008
  113. "JO - DOPAGE - La grecque Fani Halkia positive", rmc.fr, 16 août 2008
  114. « JO - Équitation - Quatre chevaux positifs », L'Équipe, 21 août 2008.
  115. Le cheval de Pessao positif, France 2, 2 septembre 2008
  116. « Le CIO sanctionne cinq athlètes qui ont participé aux Jeux de 2008 à Beijing », sur www.olympic.org,‎ 18 novembre 2009 (consulté le 13 août 2013)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :