Jeux olympiques d'été de 2020

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jeux Olympiques de 2020)
Aller à : navigation, rechercher
Jeux olympiques d'été de 2020
Localisation
Pays hôte Drapeau du Japon Japon
Ville hôte Tokyo
Date Du 24 juillet au 9 août
Ouverture officielle par -
Participants
Pays Japon
Athlètes -
(- masc. et - fém.)
Compétition
Nombre de sports -
Nombre de disciplines -
Épreuves --
Symboles
Serment olympique -
-
Flamme olympique -
-
Mascotte -
Précédent 2016 Les cinq anneaux olympiques de cinq couleurs différentes 2024 Suivant

Les Jeux olympiques d'été de 2020 (Jeux de la XXXIIe Olympiade de l'ère moderne) seront célébrés du 24 juillet au 9 août 2020 à Tokyo, au Japon, qui les a déjà organisés en 1964. L'élection de la ville hôte lors de la 125e session du CIO a eu lieu le 7 septembre 2013 à Buenos Aires. Trois villes étaient en lice pour accueillir les Jeux : Istanbul, Tokyo et Madrid. C'était le plus faible nombre de villes candidates retenues depuis les Jeux olympiques d'été de 1988.

John Coates a été nommé par le président du CIO Thomas Bach à la tête de la Commission de coordination des Jeux de Tokyo[1].

Échéancier de sélection[modifier | modifier le code]

Le calendrier de sélection de la ville hôte a été approuvé par la commission exécutive du Comité international olympique (CIO)[2],[3] :

  • 16 mai 2011 — Le CIO envoie des lettres invitant les comités nationaux olympiques (CNO) à soumettre les candidatures.
  • 1er septembre 2011 — Date limite de soumission des noms des villes requérantes par les CNO.
  • 15 février 2012 — Envoi des dossiers des villes requérantes et lettres de garantie au CIO.
  • 23 mai 2012 — La commission exécutive du CIO (à Québec) décide quelles villes seront retenues comme villes candidates.
  • 7 janvier 2013 — Remise des dossiers officiels de candidature.
  • 4 au 7 mars 2013 — Visite de la commission d'évaluation du CIO à Tokyo.
  • 18 au 21 mars 2013 — Visite de la commission d'évaluation du CIO à Madrid.
  • 24 au 27 mars 2013 — Visite de la commission d'évaluation du CIO à Istanbul.
  • 25 juin 2013 — Rapport de la commission d'évaluation[4].
  • 7 septembre 2013125e session du CIO à Buenos Aires - Élection de la ville hôte des Jeux olympiques en 2020 et signature du contrat ville hôte. Tokyo l'emporte face à Istanbul par 60 voix contre 36 au deuxième tour de scrutin[5].

Villes candidates[modifier | modifier le code]

La localisation des 3 villes candidates retenues dans le monde.

La liste des six villes requérantes a été annoncée par le CIO le 2 septembre 2011[6]. Bien que retenue, la ville de Rome a retiré sa candidature in extremis, le gouvernement italien décidant de refuser son soutien à la veille du dépôt définitif des dossiers le 14 février 2012[7] Les villes requérantes étaient donc finalement cinq.

Finalement, le 23 mai 2012, la commission exécutive du CIO a éliminé Doha et Bakou, donc les trois villes candidates sont, dans l'ordre officiel défini par le CIO[8] :

  • Drapeau de la Turquie Istanbul (Turquie), proposée lors de la 123e session du CIO à Durban le 7 juillet 2011 et confirmée comme étant la candidature officielle turque le 24 juillet 2011. C'est la cinquième candidature de la ville qui est un pont entre l'Europe et l'Asie (2000, 2004, 2008 et 2012). Cette candidature est confirmée par le Premier ministre turc, Recep Erdoğan le 13 août 2011 ; la ville proposé un projet estimé du projet : 15,1 milliard d’euros[9].
  • Drapeau du Japon Tokyo (Japon), le comité olympique japonais, avec l'appui du gouvernement métropolitain de la ville de Tokyo, a proposé la candidature de la ville suite à la défection d'Hiroshima[10]. Mais le 7 juillet, La Repubblica annonce un retrait possible de Tokyo ainsi que de Paris, alors que l'échéance approche. Le choix de Pyeongchang en 2018 rendait en effet plus difficile une candidature de Tokyo deux ans après. Malgré cela, le 15 juillet 2011, le président du comité national olympique japonais, Tsunekazu Kaneda, en présence de Jacques Rogge, rend officielle la candidature de la ville après l'échec de 2016, alors que la ville semblait avoir le meilleur dossier ; la capitale nippone a misé sur un projet raisonnable, ultra-compact (85% des épreuves se tiendront, en ville, dans un rayon de seulement 8 kilomètres autour du Village olympique). Le cout estimé du budget est de 3,4 milliards d’euros[9].
  • Drapeau de l'Espagne Madrid (Espagne), proposée le 1er juin 2011 et confirmée en juillet par Ana Botella, la maire de la ville qui envisage des infrastructures à faible coût restant à construire (80 % environ sont déjà réalisées) Lourdement endettée, Madrid a présenté une candidature low-cost, reposant sur des équipements sportifs en grande partie déjà construits (28 sur 35). De plus, l’Espagne bénéficie d’un savoir-faire dans l’organisation de ce type d’évènement sportif. Le coût estimé de son projet s’élevait au total à 2,4 milliards d’euros[9].

Vote[modifier | modifier le code]

Le vote a eu lieu le 7 septembre 2013 à Buenos Aires (Argentine).

La ville organisatrice des Jeux de la XXXIIe Olympiade a été élue et annoncée à 22 h 20, heure de Paris, le 7 septembre 2013 : il s'agit de Tokyo, qui a battu Istanbul au 2e tour. La ville de Madrid avait été éliminée lors du 1er tour, avec les votes suivants :

Résultats du choix de la ville organisatrice
Ville candidate Pays 1er tour 1er tour bis 2e tour
Tokyo Drapeau du Japon Japon 42 60
Istanbul Drapeau de la Turquie Turquie 26 49 36
Madrid Drapeau de l'Espagne Espagne 26 45 -

Logo de la ville candidate retenue[modifier | modifier le code]

Ce logo provisoire représente des fleurs de cerisier (en japonais, sakura), fleur symbole de Tokyo, disposées en cercle (allusion au drapeau du Japon, aux couleurs du mouvement olympique (sauf le noir) et avec du violet, couleur de la métropole tokyoïte.

Candidatures abandonnées[modifier | modifier le code]

Villes requérantes non retenues[modifier | modifier le code]

Autres villes ayant envisagé une candidature[modifier | modifier le code]

  • Drapeau des États-Unis États-Unis : le Comité olympique américain a annoncé dans un premier temps qu'il n'y aurait aucune candidature des États-Unis pour 2020, arguant des échecs cuisants de New York pour les Jeux olympiques d'été de 2012 et de Chicago pour les Jeux olympiques d'été de 2016. Le 22 août 2011, les États-Unis renoncent définitivement à présenter une candidature malgré des pressions de dernière minute de Las Vegas.
  • Drapeau du Japon Japon : Après avoir été un temps candidate, Hiroshima a finalement retiré sa candidature en juin 2011 laissant la voie libre à Tokyo pour représenter le pays[14].
  • Drapeau de l'Australie L'Australie a également renoncé à présenter la candidature de Hobart.
  • Drapeau de la France En juillet 2011, le CNOSF renonce à déposer une candidature française pour 2020.
  • Drapeau du Canada Toronto (Canada) a officiellement jeté l'éponge le 12 août 2011, arguant du fait qu'une candidature coûterait cher à la ville.
  • Drapeau de l'Italie Rome (Italie), est proposée par le CONI et son président Gianni Petrucci, le 19 mai 2010 (Venise, autre ville candidate est alors écartée). Rome a déjà organisé les Jeux en 1960. Alors qu'elle était donnée largement favorite par les bookmakers, en raison du faible nombre de candidatures, le gouvernement de Mario Monti en lui refusant sa garantie financière, obligatoire pour le CIO, pousse la ville à renoncer le 14 février 2012 par peur d'un engagement budgétaire trop important en période de crise[15].

Programme des Jeux olympiques d'été de 2020[modifier | modifier le code]

Le CIO a présélectionné une liste de sept sports qui pourraient être admis au programme des Jeux olympiques de 2020. Ces sports sont les suivants[16] :

Le Comité international olympique avait par contre décidé de retirer un sport du programme des Jeux olympiques de 2020, la lutte. Mais après des protestations il fut réintégré au programme olympique par le CIO au détriment du squash[17].

Droits télévisés[modifier | modifier le code]

Le 6 janvier 2011, le CIO a annoncé qu'il envisageait de constituer les droits télévisés aux États-Unis en un lot unique de quatre éditions des Jeux olympiques au lieu de deux : les Jeux d'été de 2016 et de 2020 et les Jeux d'hiver de 2014 et de 2018. Le chef négociateur du CIO Richard Carrion a déclaré à l'Associated Press que les enchères pour les droits se tiendraient entre NBC, ESPN, Fox et peut-être une association CBS/Turner. « Nous comprenons qu'il s'agit d'une décision importante pour chacune de ces chaînes, a dit le membre du CIO pour Porto Rico. Ils auront mon soutien s'ils sont prêts à s'engager pour quatre Jeux, et s'associer avec nous jusqu'en 2020 »[18].

Le président du CIO Jacques Rogge dirige la Commission des droits télévisés exclusifs et des nouveaux médias, mais l'organisation des enchères incombe à Carrion, qui rencontre régulièrement les chaînes pour maintenir leur intérêt pour la diffusion de Sotchi 2014 et Rio 2016. En groupant quatre éditions des Jeux, Carrion a deux autres éditions des Jeux, mais les Jeux de 2018 ont lieu en Corée et la ville hôte des Jeux de 2020 sera élue en 2013. Le CIO a essayé de retarder le processus le plus possible après la récession pour obtenir une meilleure enchère. Les droits télévisés américains sont la plus grande source de revenus du CIO[18].

Finalement, le 7 juin 2011, le CIO a accordé les droits télévisés pour quatre éditions des Jeux à NBC dans un marché de plus de quatre milliards de dollars[19].

Ci-dessous la liste des diffuseurs sélectionnés :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le CIO annonce la composition des commissions de coordination de Tokyo 2020 et Buenos Aires 2018 - 16 octobre 2013 - Communiqué de Presse du Comité international olympique
  2. La commission exécutive conclut sa première réunion de 2011 - 13 janvier 2011
  3. Timeline For 2020 Summer Olympic Bids - 13 janvier 2011 - GamesBids.com
  4. Rapport de la commission d'évaluation - Comité International Olympique
  5. site officiel du Comité International Olympique "Le CIO choisit Tokyo pour l'accueil des Jeux Olympiques d'été de 2020" mis en ligne le 7/09/2013
  6. Six villes requérantes pour les Jeux Olympiques de 2020 - Comité International Olympique - 2 septembre 2011
  7. Roma 2020, il governo dice no Monti: «Non possiamo correre rischi»
  8. Les organisateurs des prochains Jeux présentent leurs rapports d'activité à la commission exécutive du CIO - Comité international olympique 8 décembre 2011
  9. a, b et c http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/service-distribution/dossier/0202987469562-jo-2020-l-heure-du-verdict-601879.php
  10. actualites.yahoo.com, 23/06/11 Tokyo en lice pour les JO de 2020
  11. Oltre a Tokyo si candida anche Baku, La Repubblica
  12. Article sur la candidature sur le Site du Comité olympique asiatique
  13. (en) « South Africa Won't Bid For 2020 Summer Games », sur www.gamesbids.com (consulté le 1er juin 2011)
  14. (en) « Hiroshima Opts Out Of 2020 Olympic Bid », sur www.gamesbids.com (consulté le 1er juin 2011)
  15. Richard Heuzé, « Rigueur oblige, il n'y aura pas de JO à Rome en 2020 », sur www.lefigaro.fr,‎ 14 février 2012 (consulté le 16 février 2012)
  16. Le CIO annonce l'admission de nouvelles épreuves pour Sotchi 2014 ainsi que la liste des sports retenus pour 2020 Comité International Olympique - 4 juillet 2011
  17. Olympics: Wrestling fends off squash and baseball to earn 2020 return less than a year after being dropped The Independent - 8 septembre 2013
  18. a et b Bidders Want U.S. TV Rights Through 2020; Sochi Progress
  19. (en) MIchael McCarthy, « NBC wins U.S. TV rights to four Olympic Games through 2020 », USA Today
  20. a et b (en) « IOC awards TV rights in Germany, Korea, France », Forbes.com,‎ 5 juillet 2011 (lire en ligne)
  21. (en) « IOC awards US broadcast rights for 2014, 2016, 2018 and 2020 Olympic Games to NBCUniversal », Olympic.org,‎ 7 juin 2011 (lire en ligne)