Jeux olympiques d'hiver

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jeux Olympiques d'hiver)
Aller à : navigation, rechercher

Jeux olympiques d'hiver

Description de l'image  Olympic Rings.svg.
Généralités
Sport Multisports : Biathlon · Bobsleigh · Combiné nordique · Curling · Hockey sur glace · Luge · Patinage artistique · Patinage de vitesse · Patinage de vitesse
sur piste courte
·
Saut à ski · Skeleton · Ski acrobatique · Ski alpin · Ski de fond · Snowboard
Création 1924
Organisateur(s) Comité international olympique
Éditions 22 (2 annulées)
Périodicité quatre années

Navigation

1924 · 1928 · 1932 · 1936 · 1940 · 1944 · 1948 · 1952 · 1956 · 1960 · 1964 · 1968 · 1972 · 1976 · 1980 · 1984 · 1988 · 1992 · 1994 · 1998 · 2002 · 2006 · 2010 · 2014 · 2018 · 2022

Les Jeux olympiques d'hiver sont un événement sportif international organisé tous les quatre ans. La première célébration des Jeux d'hiver a lieu dans la station française de Chamonix en 1924. Les premiers sports sont le ski de fond, le patinage artistique et de vitesse, le hockey sur glace, le combiné nordique, le saut à ski, le bobsleigh, le curling et la patrouille militaire. Les Jeux olympiques d'hiver ont lieu tous les quatre ans de 1924 à 1936. Ils sont ensuite interrompus par la Seconde Guerre mondiale et ont à nouveau lieu tous les quatre ans dès 1948. Les Jeux d'hiver sont organisés la même année que les Jeux d'été jusqu'en 1992. L'organe de direction des Jeux olympiques, le Comité international olympique (CIO), décide à cette date de placer les Jeux olympiques d'hiver et d'été en alternance sur les années paires d'un cycle de quatre ans.

Les Jeux d'hiver évoluent depuis leur création. De nouvelles épreuves sont ajoutées et certaines d'entre elles, telles que le ski alpin, la luge, le patinage de vitesse sur piste courte et le ski acrobatique, gagnent une place permanente dans le programme olympique. D'autres, comme le ski de vitesse, le bandy et le ski joëring sont des sports de démonstration lors d'une édition des Jeux, mais ne deviennent pas des sports olympiques officiels. L'essor de la télévision comme le média global de télécommunication améliore le profil des Jeux. Elle crée un flux de revenus via la vente de droits de diffusion et de publicité qui deviennent lucratifs pour le CIO. Cela permet aux entreprises extérieures, comme les chaînes de télévision et les sponsors, d'exercer une influence. Dans l'histoire des Jeux, le CIO doit répondre à plusieurs critiques tels que les scandales internes, l’utilisation de produits dopants par les athlètes ainsi que le boycott politique de la compétition. Pendant la Guerre froide, des nations utilisent les Jeux d'hiver pour montrer la supériorité revendiquée de leurs systèmes politiques.

Depuis 1924, les Jeux d'hiver ont été tenus sur trois continents, mais jamais dans l'hémisphère sud. Les États-Unis les accueillent quatre fois, la France trois fois tandis que l'Autriche, le Canada, l'Italie, le Japon, la Norvège et la Suisse les organisent à deux reprises. En 2014, Sotchi est la première ville russe à accueillir les Jeux d'hiver et en 2018, Pyeongchang, en Corée du Sud, sera la troisième ville asiatique à les organiser.

Histoire[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Un homme debout sur la glace avec des patins au pied
Ulrich Salchow aux Jeux olympiques d'été de 1908.
Article connexe : Jeux olympiques#Histoire.

La première compétition multi-sports internationale de sports d'hiver est celle des Jeux nordiques, qui ont lieu en Suède en 1901. À l'origine organisés par le général Viktor Gustaf Balck, les Jeux nordiques ont aussi lieu en 1903 et en 1905, puis tous les quatre ans jusqu'en 1926[1]. Balck est un des membres fondateurs du comité international olympique (CIO) et un ami proche du rénovateur des Jeux olympiques Pierre de Coubertin. Il demande que des sports d'hiver, notamment le patinage artistique, soient ajoutés au programme olympique, mais cela échoue jusqu'aux Jeux olympiques d'été de 1908 à Londres au Royaume-Uni[1]. Quatre épreuves de patinage artistique y sont disputées et Ulrich Salchow (10 fois champion du monde) et Madge Syers remportent les titres individuels[2],[3].

Trois ans plus tard, le comte italien Eugenio Brunetta d'Usseaux propose que le CIO organise une semaine de sports d'hiver, incluse dans les Jeux olympiques d'été de 1912 à Stockholm en Suède. Les organisateurs s'opposent à cette idée car ils désirent protéger l'intégrité des Jeux nordiques et sont préoccupés par le manque d'installations pour les sports d'hiver[4],[5],[6]. L'idée est ressuscitée pour les Jeux de 1916, qui devaient se tenir à Berlin en Allemagne. Une semaine de sports d'hiver incluant du patinage de vitesse, du patinage artistique, du hockey sur glace et du ski nordique est prévue, mais les Jeux de 1916 sont annulés après le déclenchement de la Première Guerre mondiale[5].

Les premiers Jeux après la guerre ont lieu à Anvers en Belgique et comprennent du patinage artistique et un tournoi de hockey sur glace[5]. Lors du congrès du CIO ayant lieu l'année suivante, et avec la contribution au débat du prix Nobel de la Paix Philip J. Noel-Baker[7], il est décidé que la nation organisatrice des Jeux olympiques d'été de 1924, la France, serait l'hôte d'une « semaine internationale des sports d'hiver » séparée, sous le patronage du CIO. Chamonix est choisi pour accueillir cette « semaine » (en réalité 11 jours) d'épreuves. Ces Jeux s'avèrent être un succès, puisque plus de 250 athlètes de 16 nations participent à 16 épreuves et sont suivis par plus de 10 000 spectateurs[8]. Les athlètes finlandais et norvégiens remportent 28 médailles, ce qui représente plus que l'ensemble des autres nations participantes[9]. En 1925, le CIO décide de créer des Jeux olympiques d'hiver séparés et la semaine internationale des sports d'hiver de 1924 est rétroactivement désignée comme les premiers Jeux d'hiver[5],[8].

Saint-Moritz en Suisse est choisi par le CIO pour accueillir les seconds Jeux olympiques d'hiver en 1928[10]. Les conditions météorologiques variables défient les organisateurs. La cérémonie d'ouverture a lieu dans un blizzard, tandis que les températures élevées sont à déplorer pendant toute la durée des Jeux[11]. À cause de la météo, l'épreuve du 10 000 mètres en patinage de vitesse doit être abandonnée et officiellement annulée[12]. Le temps n'est pas le seul aspect remarquable des Jeux de 1928, puisque la norvégienne Sonja Henie marque l'histoire en remportant la compétition de patinage artistique à l'âge de 15 ans. Elle devient la plus jeune championne olympique de l'histoire, une distinction qu'elle conservera pendant 74 ans[13].

Les Jeux olympiques suivants sont les premiers à être organisés à l'extérieur de l'Europe. 17 nations et 252 athlètes y participent[14]. Il y a moins de participants qu'en 1928 à cause de la longueur du voyage de l'Europe à Lake Placid, aux États-Unis, et de son coût élevé pour la plupart des concurrents, qui a peu d'argent au milieu de la Grande Dépression. Les athlètes concourent dans quatorze épreuves réparties en quatre sports[14]. Il n'y a presque pas de chute de neige durant les deux mois précédant les Jeux jusqu'à la mi-janvier, quand la neige tombe assez pour organiser toutes les épreuves le mois suivant[15]. Sonja Henie défend son titre olympique tandis qu'Edward Eagan, champion olympique de boxe en 1920, remporte l'or dans l'épreuve masculine de bobsleigh pour devenir le premier et l'unique olympien à ce jour à avoir remporté des médailles d'or dans les Jeux olympiques d'hiver et d'été[14].

Les villes allemandes de Garmisch et Partenkirchen s'unissent pour organiser l'édition de 1936, qui a eu lieu du 6 au 16 février[16]. C'est la dernière fois que les Jeux d'été et d'hiver ont lieu la même année dans le même pays. Le ski alpin fait ses débuts olympiques, mais les professeurs de ski sont privés de compétition, car ils sont considérés comme des professionnels[17]. À cause de cette décision, les skieurs suisses et autrichiens refusent de participer aux Jeux[17].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La Seconde Guerre mondiale interrompt la célébration des Jeux olympiques d'hiver. Les Jeux de 1940 sont attribués à Sapporo au Japon, mais la décision est annulée en 1938 à cause de l'invasion japonaise de la Chine. Les Jeux sont déplacés à Garmisch-Partenkirchen, mais l'invasion allemande de la Pologne en 1939, qui précipite le début de la Seconde Guerre mondiale en Europe, force l'annulation des Jeux de 1940[18]. En raison de la guerre en cours à ce moment-là, les Jeux de 1944, initialement prévus à Cortina d'Ampezzo en Italie, sont aussi annulés[19].

De 1948 à 1960[modifier | modifier le code]

Saint-Moritz est sélectionné pour accueillir les premiers Jeux de l'après-guerre en 1948. La neutralité de la Suisse protège la ville durant la Seconde Guerre mondiale et la plupart des sites sont en place depuis les Jeux de 1928, ce qui fait de Saint-Moritz un choix logique pour devenir la première ville à organiser les Jeux à deux reprises[20]. Vingt-huit pays concourent en Suisse, mais les athlètes allemands et japonais ne sont pas invités[21]. Les Jeux sont entachés par la controverse et le vol. Deux équipes américaines de hockey sur glace viennent aux Jeux, affirmant chacune être l'équipe nationale olympique légitime. Le drapeau olympique présenté aux Jeux olympiques d'été de 1920 à Anvers est volé comme son remplaçant. Il y a une parité sans précédent lors de ces Jeux puisque 10 pays remportent des médailles d'or, ce qui est un record[22].

La ville d'Oslo, en Norvège, est invitée à organiser les Jeux olympiques d'hiver de 1952. La flamme olympique est allumée dans le foyer du pionnier du ski Sondre Norheim et le relais de la torche est effectué par 94 participants entièrement sur skis[23],[24]. Le bandy, sport populaire dans les pays nordiques, est présenté en tant que sport de démonstration ; même si seules la Norvège, la Suède et la Finlande envoient des équipes. Les athlètes norvégiens remportent 17 médailles, ce qui dépasse toutes les autres nations[25]. Ils sont menés par Hjalmar Andersen, qui remporte trois médailles d'or en quatre épreuves dans la compétition de patinage de vitesse[26].

N'ayant pas pu accueillir les Jeux en 1944, la ville de Cortina d'Ampezzo est sélectionnée pour organiser les Jeux olympiques d'hiver de 1956. Lors de la cérémonie d'ouverture, le dernier relayeur de la torche, Guido Caroli, entre dans le stade olympique sur des patins à glace. Alors qu'il patine dans le stade, son patin se prend dans un câble et il tombe, éteignant presque la flamme. Il est quand même capable de se relever et d'allumer la vasque[27]. Ce sont les premiers Jeux d'hiver à être télévisés, même si les droits de télévision ne sont vendus qu'à partir des Jeux olympiques d'hiver de 1960 à Squaw Valley[28]. Les Jeux de Cortina sont utilisés pour tester la faisabilité de la retransmission télévisée des grands évènements sportifs[29]. L'Union soviétique fait ses débuts olympiques et a un impact immédiat sur les Jeux, puisqu'elle gagne plus de médailles que les autres nations[30]. Le skieur alpin Chiharu Igaya remporte la première médaille aux Jeux d'hiver pour le Japon et l'Asie en se plaçant à la seconde place du slalom[31].

Le CIO attribue les Jeux de 1960 à Squaw Valley, aux États-Unis. Étant donné le sous-développement de la station, il y a une ruée pour construire des infrastructures et des installations sportives dont une patinoire, une piste pour le patinage de vitesse et un tremplin de saut à ski[32],[33]. Les cérémonies d'ouverture et de clôture sont produites par Walt Disney[34]. Les Jeux de Squaw Valley ont un certain nombre de premières notables : ce sont les premiers Jeux à avoir un village olympique dédié ; c'est la première fois qu'un ordinateur est utilisé (avec la permission d'IBM) pour compiler les résultats ; et c'est la première fois qu'il y a des épreuves féminines de patinage de vitesse. Les épreuves de bobsleigh sont absentes pour la première et unique fois de l'histoire des Jeux d'hiver, car le comité d'organisation juge trop élevé le coût de construction d'une piste de bobsleigh[34].

De 1964 à 1980[modifier | modifier le code]

Une arène vide avec la surface en glace et le tableau des scores
Le Herb Brooks Arena, site du « miracle sur glace », photo prise en 2007.

La ville autrichienne d'Innsbruck est l'hôte des Jeux d'hiver en 1964. Même s'il s'agit d'une traditionnelle station de sports d'hiver, le beau temps cause une absence de neige durant les Jeux et l'armée autrichienne est demandée pour transporter de la neige et de la glace vers les sites sportifs[34]. La Soviétique Lidia Skoblikova marque l'histoire en remportant les quatre épreuves de patinage de vitesse. Son total de six médailles d'or pendant sa carrière établit un record pour les athlètes des Jeux d'hiver[34]. La luge est pour la première fois présente en 1964, bien que ce sport reçoive une mauvaise publicité quand un concurrent décède lors d'une course d'entraînement pré-olympique[35],[36].

Ayant lieu dans la ville française de Grenoble, les Jeux olympiques d'hiver de 1968 sont les premiers Jeux olympiques à être diffusés en couleur à travers le monde depuis le Stade olympique de Grenoble. 37 nations et 1 158 athlètes concourent dans 35 épreuves[37]. Après l'Autrichien Toni Sailer en 1956[38], le Français Jean-Claude Killy devient le deuxième à remporter toutes les épreuves masculines de ski alpin d'une édition des Jeux. Le comité d'organisation vend les droits de télévision pour 2 millions de dollars, soit plus du double que pour les Jeux d'Innsbruck[39]. Les sites, répartis sur de longues distances, nécessitent trois villages des athlètes. Les organisateurs prétendent que c'est obligatoire pour s'adapter aux progrès technologiques. Les critiques contestent ceci en alléguant que cette disposition est nécessaire pour fournir les meilleurs sites possibles aux chaînes de télévision, au détriment des athlètes[39]. Ces jeux sont également l'occasion de voir l'utilisation des premiers tests de féminité sur des athètles olympiques[40], ainsi que l'apparition de la première mascotte non officielle de l'histoire des Jeux olympiques, Schuss le skieur[41].

Les Jeux d'hiver de 1972, qui ont lieu à Sapporo au Japon, sont les premiers à être organisés en dehors de l'Amérique du Nord et de l'Europe. La question du professionnalisme est devenue litigieuse durant les Jeux de Sapporo. Trois jours avant les Jeux, le président du CIO Avery Brundage menace d'interdire à un certain nombre de skieurs alpins de participer parce qu'ils ont pris part à un camp de ski à Mammoth Mountain aux États-Unis. Brundage estime en effet que les skieurs ont profité financièrement de leur statut d'athlète et n'étaient donc plus amateurs[42]. Finalement, seul l'Autrichien Karl Schranz, qui gagne plus d'argent que tous les autres skieurs, n'est pas autorisé à concourir[43]. Le Canada n'envoie pas d'équipes aux tournois de hockey sur glace en 1972 et en 1976 pour protester contre l'interdiction d'utiliser des joueurs de leurs ligues professionnelles, alors que les Soviétiques sont autorisés à le faire[44]. Le skieur Francisco Ochoa devient le seul espagnol à remporter une médaille d'or aux Jeux d'hiver en triomphant dans le slalom[45].

Les Jeux olympiques d'hiver de 1976 sont décernés à Denver aux États-Unis, mais en 1972, les électeurs de la ville adoptent un référendum pour refuser d'accueillir les Jeux[46]. La ville d'Innsbruck, qui avait conservé les infrastructures des Jeux de 1964, est choisie pour remplacer Denver[47]. Deux flammes olympiques sont allumées, car c'est la seconde fois que la ville autrichienne accueille les Jeux[47]. Les Jeux de 1976 comprennent la première piste de bobsleigh et de luge combinée près d'Igls[45]. L'Union soviétique remporte sa quatrième médaille d'or consécutive en hockey sur glace[47]. C'est aussi lors de ces Jeux qu’apparaît la première mascotte officielle aux Jeux d'hiver : le bonhomme de neige Schneemann[48].

En 1980, les Jeux retournent à Lake Placid, qui a déjà accueilli ceux de 1932. Le premier boycott aux Jeux d'hiver survient lors des Jeux de 1980 quand Taïwan refuse de participer après qu'un décret du CIO ait obligé le pays à changer son nom et son hymne national[49]. Le CIO tente de s'adapter à la Chine, qui souhaite participer en utilisant le même nom et le même hymne que Taïwan[49]. Le patineur de vitesse américain Eric Heiden bat un record du monde ou olympique lors de chacune des cinq épreuves auxquelles il participe[50]. Hanni Wenzel remporte le slalom et le slalom géant et son pays, le Liechtenstein, devient la plus petite nation à avoir un ou une médaillé d'or olympique[14]. Lors du « Miracle sur glace », l'équipe américaine de hockey sur glace bat les favoris soviétiques et remporte par la suite la médaille d'or[51].

De 1984 à 1998[modifier | modifier le code]

Les villes de Sapporo, au Japon, et de Göteborg, en Suède, sont favorites pour accueillir les Jeux olympiques d'hiver de 1984. C'est donc une surprise quand celle de Sarajevo, en Yougoslavie, est sélectionnée pour être l'hôte des Jeux[52]. Ces Jeux sont bien organisés et ne montrent aucune indication de la guerre qui allait bientôt embraser le pays[53]. Un total de 49 nations et 1 272 athlètes participe à 39 épreuves. La nation hôte, la Yougoslavie, remporte sa première médaille olympique aux Jeux d'hiver quand le skieur alpin Jure Franko gagne l'argent dans le slalom géant. L'autre point fort sportif de ces Jeux est la danse libre des danseurs sur glace britanniques Jayne Torvill et Christopher Dean. Leur interprétation du Boléro de Ravel permet au couple de remporter la médaille d'or après avoir obtenu à l'unanimité des scores parfaits pour l'impression artistique[53].

En 1988, la ville canadienne de Calgary organise les premiers Jeux d'hiver qui s'étendent sur 16 jours[54]. De nouvelles épreuves sont ajoutées en saut à ski et en patinage de vitesse, tandis que les futurs sports olympiques que sont le curling, le patinage de vitesse sur piste courte et le ski acrobatique font leurs apparitions en tant que sports de démonstration. Pour la première fois, les épreuves de patinage de vitesse ont lieu à l'intérieur, dans le Olympic Oval. La patineuse néerlandaise Yvonne van Gennip remporte trois médailles d'or et établit deux records du monde en battant l'équipe est-allemande, favorite dans chaque course[55]. Son total de médailles est égalé par le sauteur à ski finlandais Matti Nykänen, qui remporte les trois épreuves de son sport. Alberto Tomba, skieur italien, fait ses débuts olympiques en remportant le slalom géant et le slalom. L'Est-allemande Christa Rothenburger gagne l'épreuve du 1 000 mètres féminin en patinage de vitesse. Sept mois plus tard, elle remporte une médaille d'argent en cyclisme sur piste lors des Jeux d'été à Séoul pour devenir la première et unique athlète à remporter des médailles lors des Jeux d'hiver et des Jeux d'été la même année[54].

Alberto Tomba avec un bonnet et des vêtement de ski
Alberto Tomba, vainqueur de cinq médailles olympiques à Calgary, Albertville et Lillehammer.

Les Jeux de 1992 sont les derniers à avoir lieu la même année que les Jeux d'été[56]. Ils sont organisés à Albertville, en France, bien que seulement 18 épreuves sur 57 aient lieu dans la ville en elle-même. Les autres épreuves sont réparties dans le reste de la Savoie[56]. Les changements politiques de l'époque se reflètent dans les équipes olympiques qui participent aux Jeux en France : ce sont les premiers à avoir lieu depuis la chute du communisme et le démantèlement du mur de Berlin et l'Allemagne participe comme une nation unie pour la première fois depuis les Jeux de 1964. Aussi, deux des anciennes républiques yougoslaves que sont la Croatie et la Slovénie font leurs débuts comme nations indépendantes, tandis que la plupart des anciennes républiques soviétiques participe encore dans une seule équipe désignée comme l'équipe unifiée, mais les Pays baltes participent comme nation indépendante pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale[57]. À 16 ans, le sauteur à ski finlandais Toni Nieminen marque l'histoire en devenant le plus jeune champion olympique masculin lors des Jeux d'hiver[58]. La skieuse néo-zélandaise Annelise Coberger devient la première médaillée de l'hémisphère sud aux Jeux d'hiver en remportant une médaille d'argent dans le slalom féminin.

En 1986, le CIO décide de séparer les Jeux d'été et d'hiver et les place en alternance durant les années paires. Ce changement entre en vigueur lors des Jeux de 1994, organisés à Lillehammer en Norvège, qui deviennent les premiers Jeux d'hiver à avoir lieu séparément des Jeux d'été[59]. Après la division de la Tchécoslovaquie en 1993, la République tchèque et la Slovaquie font leurs débuts olympiques[60]. La compétition féminine de patinage artistique retient l'attention des médias quand la patineuse américaine Nancy Kerrigan est blessée le 6 janvier 1994 lors d'une agression organisée par l'ex-mari de son adversaire Tonya Harding[61]. Les deux patineuses participent aux Jeux mais la médaille d'or est remportée par Oksana Baiul. Elle devient la première championne olympique ukrainienne[62],[63]. Le patineur de vitesse norvégien Johann Olav Koss remporte trois médailles d'or et établit deux records olympiques et un record du monde[64].

Les Jeux olympiques d'hiver de 1998 ont lieu dans la ville japonaise de Nagano et sont les premiers Jeux à accueillir plus de 2 000 athlètes[65]. Le tournoi masculin de hockey sur glace est ouvert aux professionnels pour la première fois. Le Canada et les États-Unis, avec leurs nombreux joueurs de la LNH, sont les favoris[65]. Pour la première fois de son histoire, la République tchèque domine la compétition et le pays remporte sa première médaille d'or aux Jeux d'hiver[65]. Le hockey sur glace féminin fait ses débuts et les États-Unis remportent la médaille d'or[66]. Le norvégien Bjørn Dæhlie remporte trois médailles d'or en ski de fond. Il devient l'athlète le plus décoré de l'histoire des Jeux d'hiver avec douze médailles, dont huit en or[65]. Le skieur alpin autrichien Hermann Maier chute pendant la descente et remporte ensuite le super G et le slalom géant[65]. Une vague de records du monde est battue en patinage de vitesse grâce à l'introduction des patins clap[67].

De 2002 à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Une armature en acier entrelacé avec une flamme allumée au sommet.
La flamme olympique durant la cérémonie d'ouverture des Jeux de 2002 à Salt Lake City.

Les 19e Jeux olympiques d'hiver ont lieu à Salt Lake City aux États-Unis et accueillent 2 399 athlètes de 77 nations qui participent à 78 épreuves réparties en 7 sports[68]. L'Allemand Georg Hackl remporte une médaille d'argent en luge, devenant le premier athlète dans l'histoire olympique à remporter des médailles dans la même épreuve individuelle lors de cinq éditions consécutives des Jeux[68]. Le Canada réalise un doublé sans précédent en remportant les médailles d'or des compétitions masculines et féminines en hockey sur glace[68]. Ce pays se brouille avec la Russie lors d'une controverse qui implique le jugement de la compétition de patinage artistique en couple. La paire russe composée de Yelena Berezhnaya et Anton Sikharulidze concourt contre les Canadiens Jamie Salé et David Pelletier pour la médaille d'or. Les Canadiens semblent avoir suffisamment bien patiné pour gagner la compétition, mais les Russes remportent l'or. Les juges votent selon les zones de la Guerre froide : ceux des anciens pays communistes préfèrent la paire russe et ceux des nations démocratiques votent pour les Canadiens. La seule exception est la juge française Marie-Reine Le Gougne qui décerne l'or aux Russes. Une enquête révèle qu'elle a subi des pressions pour donner l'or à la paire russe quelle que soit la façon dont ils patinent ; en retour, la juge russe donnerait des notes favorables aux participants français dans la compétition de danse sur glace[69]. Le CIO décide de décerner aux deux paires la médaille d'or lors d'une seconde cérémonie de médaille qui a eu lieu plus tard dans les Jeux[70]. L'Australien Steven Bradbury devient le premier médaillé d'or de l'hémisphère sud en remportant l'épreuve du 1 000 mètres en patinage de vitesse sur piste courte[71].

La ville italienne de Turin organise les Jeux olympiques d'hiver de 2006. C'est la seconde fois que l'Italie organise les Jeux olympiques d'hiver, après ceux de 1956. Les athlètes sud-coréens remportent 10 médailles dont 6 en or dans les épreuves de patinage de vitesse sur piste courte. Jin Sun-yu gagne trois médailles d'or tandis que son coéquipier Ahn Hyun-soo obtient trois médailles d'or et une de bronze[72]. Dans le sprint féminin par équipe en ski de fond, la Canadienne Sara Renner casse un de ses bâtons, et en la voyant affronter cette situation, l'entraîneur norvégien Bjørnar Håkensmoen décide de lui en prêter un. Grâce à cette aide, elle peut aider son équipe à gagner une médaille d'argent dans cette épreuve au détriment de l'équipe norvégienne, qui termine à la quatrième place[72],[73]. L'Allemande Claudia Pechstein devient la première patineuse de vitesse à remporter neuf médailles dans sa carrière[72]. En février 2009, Pechstein est testée positive pour une « manipulation du sang » et reçoit une suspension de deux ans, dont elle fait appel. Le tribunal arbitral du sport confirme cette suspension, mais un tribunal suisse juge qu'elle peut concourir pour une place dans l'équipe olympique allemande de 2010[74]. Cette décision est portée devant le tribunal fédéral suisse, qui infirme la décision du tribunal de première instance et l'empêche de participer à Vancouver[75].

Un mémorial pour Nodar Kumaritashvili à Whistler, photographié le 20 mars 2010.

En 2003, le CIO décerne les Jeux olympiques d'hiver de 2010 à Vancouver, permettant ainsi au Canada d'accueillir ses seconds Jeux olympiques d'hiver après ceux de 1988. Avec une population de plus de 2,5 millions de personnes, c'est la plus grande agglomération à organiser les Jeux d'hiver[76]. Plus de 80 pays et 2 500 athlètes participent à 86 épreuves[77]. Le décès du lugeur géorgien Nodar Kumaritashvili lors d'un entraînement le jour de la cérémonie d'ouverture endeuille les Jeux. Son décès force les officiels du Centre des sports de glisse de Whistler à changer la piste pour la rendre plus sûre[78]. La Norvégienne Marit Bjørgen remporte cinq médailles au cours des six épreuves féminines de ski de fond. Elle finit les Jeux avec trois médailles d'or, une d'argent et une de bronze[79]. Les Jeux de Vancouver sont marqués par les mauvaises performances des athlètes russes. De leurs premiers Jeux d'hiver en 1956 aux Jeux de 2006, une délégation soviétique ou russe n'avait jamais été en dehors du top cinq du tableau des médailles. En 2010, ils finissent à la sixième place du classement du total des médailles et à la onzième place de celui des médailles d'or. Le président Dmitri Medvedev appelle à la démission des responsables sportifs de haut niveau immédiatement après les Jeux[80]. Le succès des pays asiatiques est en contraste frappant avec les mauvais résultats des athlètes russes. Vancouver marque un point culminant des médailles remportées par ces pays. En 1992, ils remportent quinze médailles, dont trois en or. À Vancouver, le nombre de médailles décernées aux athlètes asiatiques passe à trente-et-un, dont onze en or. La montée des nations asiatiques dans les sports des Jeux d'hiver est due en partie au développement des programmes de sports d'hiver et à l'intérêt pour ces sports dans des pays comme la Corée du Sud, le Japon ou la Chine[81],[82].

Le choix de la ville hôte des Jeux olympiques d'hiver de 2014 est fait le 4 juillet 2007. Sotchi, en Russie, est élue devant les deux autres finalistes : Salzbourg en Autriche et Pyeongchang en Corée du Sud. C'est la première fois que la Russie organise les Jeux olympiques d'hiver[83]. Ces Jeux sont les plus chers de l'histoire, été et hiver confondus : ils coûtent environ 50 milliards de dollars américains, soit huit fois plus que ceux de Vancouver quatre ans plus tôt. La majorité des sites et des infrastructures doivent en effet être construits à l'occasion des Jeux, la région étant très peu développée auparavant[84]. Le village olympique et le stade olympique sont situés sur la côte de la mer Noire alors que tous les sites de montagne sont à 50 kilomètres de Sotchi, dans la région montagneuse connue sous le nom de Krasnaïa Poliana[83]. Au niveau sportif, les Jeux de Sotchi sont marqués par la domination historique des Pays-Bas en patinage de vitesse. Les patineurs néerlandais remportent en effet 23 médailles sur 36 possibles, un record, et réalisent quatre triplés[85]. Le biathlète norvégien Ole Einar Bjørndalen, double médaillé d'or à Sotchi, porte son total à treize médailles olympiques dont huit d'or. Il devient ainsi l'athlète le plus médaillé de l'histoire des Jeux d'hiver en dépassant les douze médailles de son compatriote fondeur Bjørn Dæhlie[86]. Ahn Hyun-soo, appelé Viktor Ahn depuis qu'il représente la Russie après avoir été mis à l'écart par la fédération sud-coréenne, répète sa performance de 2006. Il remporte à nouveau quatre médailles dont trois d'or lors des épreuves de patinage de vitesse sur piste courte[87].

Dans le futur[modifier | modifier le code]

Le 6 juillet 2011, le CIO choisit la ville de Pyeongchang en Corée du Sud pour accueillir les Jeux olympiques d'hiver de 2018[88],[89]. L'élection de la ville hôte des Jeux olympiques d'hiver de 2022 aura lieu le 31 juillet 2015[90]. Cinq villes sont actuellement candidates à l'organisation de ces Jeux : Almaty (Kazakhstan), Cracovie (Pologne), Lviv (Ukraine), Oslo (Norvège) et Pékin (Chine)[91].

Controverses[modifier | modifier le code]

Élection de la ville hôte[modifier | modifier le code]

Une photo de la tête de Juan Antonio Samaranch, avec des lunettes
Juan Antonio Samaranch, ancien président du CIO, est impliqué dans le scandale des candidatures des Jeux olympiques d'hiver de 2002.

Le processus d'attribution des Jeux à une ville est scruté après que Salt Lake City a reçu le droit d'accueillir les Jeux de 2002[92]. Peu après l'annonce de la ville hôte, il est découvert que les organisateurs sont engagés dans un schéma de corruption élaboré pour s'attirer les faveurs des responsables du CIO[92]. Des cadeaux et d'autres considérations financières sont donnés à ceux qui évaluent et votent pour la candidature de Salt Lake City. Ces cadeaux incluent un traitement médical pour des proches, une bourse d'études pour le fils d'un membre et une transaction foncière dans l'Utah. Même le président du CIO Juan Antonio Samaranch reçoit deux fusils évalués à 2 000 dollars. Samaranch défend ce cadeau comme sans importance puisque, en tant que président, il est un membre non-votant[93]. L'enquête subséquente révèle des incohérences dans les candidatures pour chaque Jeux (été et hiver) depuis 1988[94]. Par exemple, les cadeaux reçus par les membres du CIO de la part du comité d'organisation japonais lors de la candidature de Nagano pour les Jeux olympiques d'hiver de 1998 sont décrits par la commission d'enquête comme « astronomiques »[95]. Bien que rien de strictement illégal n'ait été fait, le CIO craint que les sponsors perdent foi en l'intégrité du processus et que la marque olympique soit ternie au point que les annonceurs commencent à retirer leur soutien[96]. L'enquête aboutit à l’expulsion de 10 membres du CIO et à la sanction de 10 autres. De nouveaux termes et des limites d'âge sont établis pour les membres du CIO et 15 anciens athlètes olympiques sont ajoutés au comité. Des règles plus strictes pour les futures candidatures sont imposées, avec des plafonds sur la valeur des cadeaux que les membres du CIO pourraient accepter des villes candidates[97],[98],[99].

Dopage[modifier | modifier le code]

En 1967, le CIO commence à adopter des protocoles de dépistage des produits dopants. Il commence par effectuer des tests au hasard sur des athlètes lors des Jeux olympiques d'hiver de 1968[100]. Le premier athlète des Jeux d'hiver à être testé positif pour une substance interdite est Alois Schloder, un joueur de hockey ouest-allemand[101], mais son équipe est toujours autorisée à concourir[102]. Durant les années 1970, les tests en dehors des compétitions sont intensifiés, car ils dissuadent les athlètes d'utiliser des produits dopants[103]. Le problème des tests effectués à cette époque est le manque de standardisation des procédures, qui porte atteinte à leur crédibilité. Il faut attendre la fin des années 1980 pour que les fédérations sportives internationales commencent à coordonner leurs efforts pour standardiser les protocoles de dépistage des produits dopants[104]. Le CIO prend les devants dans la lutte contre les stéroïdes lorsqu'il crée une Agence mondiale antidopage (AMA) indépendante en novembre 1999[105],[106]. Cette lutte anti-dopage se ressent dès les Jeux de 2002 à Salt Lake City où le fondeur espagnol Johann Mühlegg et la fondeuse russe Larisa Lazutina, tous deux multi-médaillés, sont exclus des Jeux et par la suite, perdent leurs médailles en raison de tests anti-dopage positifs[107].

Les Jeux olympiques d'hiver de 2006 à Turin deviennent notables par un scandale impliquant une tendance émergente du dopage sanguin, l'utilisation de transfusions sanguines ou d'hormones synthétiques comme l'érythropoïétine (EPO) pour améliorer le flux d'oxygène et donc de réduire la fatigue[108]. La police italienne effectue une descente dans la résidence de l'équipe de ski de fond autrichienne pendant les Jeux où ils saisissent des échantillons et des équipements pour le dopage sanguin[109]. Cet évènement suit la suspension avant les Jeux olympiques de 12 fondeurs testés à des niveaux inhabituellement élevés d'hémoglobine, ce qui témoigne d'un dopage sanguin[108].

Commercialisation[modifier | modifier le code]

Avery Brundage, en tant que président du CIO entre 1952 et 1972, rejette toutes les tentatives de lier les Jeux olympiques à des intérêts commerciaux, car il estime que le mouvement olympique doit être complètement séparé de l'influence financière[110]. Les Jeux olympiques d'hiver de 1960 marquent le début du sponsoring des Jeux par des entreprises[110]. Malgré une résistance ardue de Brundage, la commercialisation des Jeux durant les années 1960 et les revenus générés par le sponsoring des entreprises grossissent les coffres du CIO[111]. Lors des Jeux de Grenoble, Brundage devient tellement préoccupé par la direction des Jeux olympiques d'hiver vers la commercialisation que si elle ne pouvait pas être corrigée, il sentait que les Jeux olympiques d'hiver devraient être abolis[112]. Sa résistance à cette source de revenus signifie que le CIO est incapable de gagner une part de la manne financière qui provient des villes hôtes et n'a aucun contrôle sur la structuration des contrats de sponsoring. Lorsque Brundage part à la retraite, le CIO a 2 millions de dollars en actifs tandis que huit années plus tard, ses comptes passent à 45 millions de dollars. Cela est dû à un changement d'idéologie chez les membres du CIO pour l'expansion des Jeux grâce au sponsoring des sociétés et la vente des droits de télévision[110].

Les préoccupations de Brundage s'avèrent prophétiques. Le CIO facture de plus en plus les droits de télévision à chaque Jeux successifs. De 50 000 dollars payés par le diffuseur américain CBS en 1960[113], les droits de diffusion totaux passent à 940 000 dollars en 1964, 20,73 millions en 1980, 102,68 millions en 1984 et 324,9 millions en 1988. Les recettes sont de 513,49 millions en 1998, de 738 millions en 2002 et de 831 millions en 2006[114]. La diffusion des Jeux de Vancouver en 2010 coûte à NBC 820 millions de dollars[115]. La part des droits pour les États-Unis varie d'environ 80 % du total dans les années 1980 à environ 50 % en 2010. Ces revenus sont destinés actuellement à 49 % au comité d'organisation des Jeux et à 51 % au CIO, au comités nationaux et aux fédérations sportives internationales[114]. Plus les chaînes de télévision paient pour diffuser les Jeux, plus grand est leur pouvoir de persuasion avec le CIO[113],[116]. Par exemple, le lobby de la télévision influence le programme olympique en dictant quand les finales des épreuves doivent avoir lieu afin qu'elles soient diffusées en première partie de soirée pour les téléspectateurs. Il fait pression sur le CIO pour inclure de nouvelles épreuves, comme le snowboard, pour attirer un public plus important devant la télévision. Cela stimule les audiences, qui étaient en lente diminution jusqu'aux Jeux de 2010[117],[118].

En 1986, le CIO décide d'échelonner les Jeux d'hiver et d'été. Au lieu de se tenir dans la même année civile, le comité décide de les alterner tous les deux ans, bien que les Jeux d'hiver et d'été aient encore lieu sur un cycle de quatre ans[119]. Il est décidé que 1992 serait la dernière année durant laquelle se déroulent les Jeux olympiques d'été et d'hiver[59]. Il y a deux raisons à ce changement : la première est le désir du lobby de la télévision de maximiser les recettes publicitaires, car il est difficile de vendre du temps publicitaire pour deux Jeux dans la même année[119] ; la seconde est le désir du CIO de gagner plus de contrôle sur les revenus générés par les Jeux. Il est décidé qu'avec l'échelonnement des Jeux, il serait plus facile pour les sociétés de sponsoriser chaque édition des Jeux olympiques, ce qui permettrait de maximiser les revenus potentiels. Le CIO cherche à négocier directement les contrats de sponsoring afin qu'il ait plus de contrôle sur la « marque » olympique[120]. Les premiers Jeux olympiques d'hiver à être organisés dans ce nouveau format sont les Jeux de 1994 à Lillehammer[56].

Politique[modifier | modifier le code]

Guerre froide[modifier | modifier le code]

Un timbre avec un fond bleu et deux patineurs de patinage, la date 1968 est centrée sur le haut du timbre avec les anneaux olympiques. Le mot « Winterspiele » est écrit sur le côté droit, les mots « X Olympische » sont écrites sur le côté gauche. Le nombre 25 est dans le coin inférieur gauche et les lettres « DDR » sont dans le coin inférieur droit.
Un timbre émis par l'Allemagne de l'Est en commémoration de leurs premiers Jeux olympiques d'hiver en tant que pays indépendant.

Les Jeux olympiques d'hiver sont une façade idéologique pendant la Guerre froide à partir de la première participation de l'Union soviétique, lors des Jeux d'hiver de 1956. Il ne faut pas longtemps pour que les combattants de la Guerre froide découvrent que les Jeux olympiques pourraient être un outil de propagande puissant. Les politiques soviétiques et américains utilisent les Jeux comme une occasion de prouver la supériorité de leurs systèmes politiques respectifs[121]. Les athlètes soviétiques qui réussissent sont fêtés et honorés. Irina Rodnina, triple championne olympique en patinage artistique, se voit décerner l'Ordre de Lénine après sa victoire aux Jeux olympiques d'hiver de 1976 à Innsbruck[122]. Les athlètes soviétiques qui remportent des médailles d'or peuvent s'attendre à recevoir entre 4 000 et 8 000 dollars selon le prestige de leur sport. Un record du monde vaut une somme supplémentaire de 1 500 dollars[123]. En 1978, le congrès américain réagit à ces mesures en adoptant une loi qui réorganise l'United States Olympic Committee. Il approuve également des récompenses financières aux athlètes médaillés[124].

La Guerre froide crée des tensions entre les pays alliés des deux superpuissances. Les relations tendues entre l'Allemagne de l'Ouest et de l'Est créent une situation politique difficile pour le CIO. À cause de son rôle dans la Seconde Guerre mondiale, l'Allemagne n'est pas admise à concourir aux Jeux olympiques d'hiver de 1948[21]. En 1950, le CIO reconnaît le comité olympique ouest-allemand[125] et invite l'Allemagne de l'Ouest et de l'Est à participer dans une équipe unifiée aux Jeux olympiques d'hiver de 1952. L'Allemagne de l'Est décline l'invitation et cherche plutôt une légitimé internationale distincte de l'Allemagne de l'Ouest[126]. En 1955, l'Union soviétique reconnaît l'Allemagne de l'Est comme un État souverain, donnant ainsi plus de crédibilité à la campagne de ce pays pour devenir un participant indépendant aux Jeux. Le CIO accepte de tolérer provisoirement le comité national olympique est-allemand à la condition que l'Allemagne de l'Est et de l'Ouest participent dans une seule équipe : l'équipe unifiée d'Allemagne[127]. La situation devient fragile quand le Mur de Berlin est construit en 1962 et les nations occidentales commencent à refuser les visas des athlètes est-allemands[128]. Le compromis précaire d'une équipe unifiée continue jusqu'aux Jeux de Grenoble en 1968, quand le CIO divise officiellement les équipes et menace de rejeter les candidatures de villes des pays qui refusent des visas d'entrée pour les athlètes est-allemands[129].

Boycott[modifier | modifier le code]

Les Jeux olympiques d'hiver ne subissent qu'un seul boycott d'une équipe nationale quand Taïwan décide de ne pas participer aux Jeux olympiques d'hiver de 1980, qui ont lieu à Lake Placid. Avant les Jeux, le CIO accepte que la Chine participe aux Jeux olympiques pour la première fois depuis 1952. La Chine reçoit l'autorisation de participer en tant que « République populaire de Chine » (RPC) et d'utiliser le drapeau et l'hymne de la RPC. Jusqu'en 1980, l'île de Taïwan concourait sous le nom « République de Chine » (RDC) en utilisant le drapeau et l'hymne de la RDC[49]. Le CIO tente de faire participer les deux pays ensemble, mais quand cela s'avère impossible, il demande que Taïwan cesse de s'appeler la « République de Chine »[130],[131]. Le CIO renomme l'île Taipei chinois et exige qu'elle adopte un drapeau et un hymne différents ; des dispositions que Taïwan n'accepte pas. Malgré de nombreux appels et audiences, la décision du CIO reste inchangée. Quand les athlètes taïwanais arrivent au village olympique avec les cartes d'identité de la République de Chine, ils ne sont pas admis. Ils quittent ensuite les Jeux olympiques en signe de protestation juste avant la cérémonie d'ouverture[49]. Taïwan retourne dans la compétition olympique lors des Jeux d'hiver de 1984 à Sarajevo en tant que Taipei chinois. Le pays accepte de concourir sous un drapeau portant l'emblème de leur comité national olympique et de jouer l'hymne de leur CNO si l'un de leurs athlètes remporte une médaille d'or. L'accord est toujours en vigueur à ce jour[132].

Aspects économiques[modifier | modifier le code]

Selon le CIO, la ville hôte est chargée d'« ...établir les fonctions et services pour tous les aspects des Jeux (planification des sports, sites, finances, technologie, hébergement, restauration, services aux médias, etc.), ainsi que les opérations durant les Jeux. »[133]. En raison du coût de l'organisation des Jeux olympiques, la plupart des villes hôtes ne réalisent jamais de profit sur leur investissement[134]. Ce phénomène est connu sous le nom de la « malédiction du vainqueur ». Pendant la phase de sélection de la ville hôte, les villes ont tendance à surestimer la « valeur » des Jeux, c'est-à-dire ce que les Jeux rapportent. Elles prévoient de plus en plus d'investissements et surenchérissent. Le phénomène est caractérisé par des coûts plus élevés que les recettes, une augmentation du budget, en partie dû à l'inflation, à mesure que les Jeux approchent, des subventions publiques supplémentaires et un nombre de visiteurs étrangers moins élevé que prévu[135].

En 1924, un budget commun est établi pour les Jeux d'été à Paris et les Jeux d'hiver à Chamonix. Sur un budget total d'environ 15,5 millions de francs français, les subventions pour les Jeux d'hiver représentent environ 500 000 francs[136]. Lors des Jeux de 1928 à Saint-Moritz, en Suisse, les dépenses sont de 706 000 francs suisses, dont la moitié pour les équipements sportifs. Les Jeux se terminent avec un solde négatif de 104 800 francs à la charge de la commune de Saint-Moritz et du club de ski Alpina St. Moritz[137]. Les Jeux olympiques d'hiver de 1932, à Lake Placid, coûtent environ 1,2 millions de dollars américains, dont plus de la moitié sont des subventions de l'État de New York[138]. En 1952, la ville d'Oslo finance entièrement les Jeux[139]. Les dépenses sont de 11 663 000 couronnes norvégiennes pour les sites olympiques[140] et 2 688 000 couronnes pour le reste[141]. Le solde positif de 1 494 000 couronnes est reversé en majeure partie à la ville d'Oslo, ainsi qu'au comité national olympique norvégien[141]. Les Jeux de 1968, à Grenoble, coûtent 1,1 milliard de francs, dont les trois quarts sont financés par l'État français[142]. Les Jeux de 1980 coûtent 179 millions de dollars, et ceux de 1984 coûtent 200 millions de dollars[143]. Les Jeux de 1992, à Albertville, en France, coûtent 4,2 milliards de francs (640 millions d'euros), et se terminent avec un déficit de 280 millions de francs (42,7 millions d'euros)[144]. L'organisation des Jeux olympiques d'hiver de 1998 à Nagano au Japon coûte 12,5 milliards de dollars, alors qu'en comparaison celle des Jeux de Turin de 2006 coûte seulement 3,6 milliards de dollars[145]. Les organisateurs affirment que le coût de l'expansion du service de train à grande vitesse entre Tokyo et Nagano est responsable du prix élevé à payer[145]. Le comité organisateur espère que l'exposition des Jeux Olympiques et l'accès rapide de Nagano à Tokyo soit une aubaine pour l'économie locale pendant des années. L'économie de Nagano connaît une stimulation pendant les deux années suivant les Jeux, mais les effets à long terme ne se concrétisent pas[145]. Les Jeux de 2010 coûtent 1,88 milliard de dollars canadiens, et le budget est respecté grâce aux subventions de la province de Colombie-Britannique et de l'État canadien[146]. Les Jeux de 2014, organisés à Sotchi en Russie, coûtent 50 milliards de dollars américains. Ce sont les Jeux olympiques les plus chers de l'histoire, été et hiver confondus[84].

La possibilité d'une lourde dette, couplée avec des sites sportifs et des infrastructures inutilisés qui encombrent la collectivité locale avec des coûts d'entretien et aucune valeur pratique post-olympique, est un élément dissuasif pour les villes hôtes potentielles[147].Afin d'atténuer ces préoccupations, le CIO adopte plusieurs initiatives. D'abord, il accepte de financer une partie du budget de la ville hôte pour la tenue des Jeux[148]. Deuxièmement, il limite les pays hôtes admissibles à ceux qui ont les ressources et les infrastructures nécessaires pour accueillir avec succès les Jeux olympiques sans nuire à la région ou la nation. Cela élimine une grande partie du monde en développement[149]. Enfin, les villes candidates pour organiser les Jeux doivent ajouter un « plan d'héritage » à leur proposition. Cela nécessite des villes hôtes potentielles et du CIO de planifier les Jeux avec en vue l'impact économique à long terme et environnemental qu'aura leur organisation dans la région[150].

Diffusion à la télévision[modifier | modifier le code]

Les premiers Jeux d'hiver à être télévisés sont ceux de Jeux olympiques d'hiver de 1956, à Cortina d'Ampezzo, et des droits de diffusion sont vendus dès 1960. En 1994, les Jeux sont diffusés dans plus de 120 pays et territoires et pour la première fois en Afrique. Ce nombre monte à 180 pays et territoires en 1998. L'évènement est télévisé pour la première fois en Australie. 2,1 milliards de téléspectateurs de 160 pays regardent les Jeux de 2002. 1 000 heures de diffusion en direct sont proposées lors des Jeux de 2006. Pour la première fois, on peut suivre les Jeux en haute définition. Le nombre de téléspectateurs en 2010 est d'environ 1,8 milliard[151]. Les Jeux sont alors diffusés dans plus de 220 pays et territoires par 235 diffuseurs et chaînes de télévision[152].

Prédictions sur le nombre de médailles par pays[modifier | modifier le code]

Plusieurs études statistiques sont effectuées sur les critères déterminant le nombre de médailles qu'un pays obtient lors des Jeux d'hiver. Par exemple, une étude de Wade Pfau essaie de prévoir le nombre de médailles par pays aux Jeux olympiques d'hiver de 2006, à Turin. Il utilise des critères tels que la population, le PIB par habitant, le fait d'être la nation hôte ou pas et le nombre de médailles aux Jeux précédents et sépare les pays en cinq groupes : les pays de l'ex-URSS, les pays scandinaves, les pays germaniques (Allemagne et Autriche), les pays alpins (Suisse, Italie et France) et les pays nord-américains. Pfau utilise ces critères pour définir une formule. Sa conclusion est que les meilleurs pays sont l'Allemagne, les États-Unis, la Norvège, l'Italie, l'Autriche et le Canada, avec respectivement 35, 31, 24, 20 19 et 17 médailles. Les résultats des Jeux montrent que les deux meilleurs pays sont effectivement l'Allemagne et les États-Unis, mais avec 29 et 25 médailles. En revanche, les pays suivants sont le Canada, l'Autriche et la Russie, qui obtiennent un meilleur résultat que la prédiction avec 24, 23 et 22 médailles. La Norvège, sixième avec 19 médailles, et l'Italie, dixième avec 11 médailles, réalisent un résultat inférieur aux prédictions[153].

Madeleine Andreff et Wladimir Andreff publient en 2011 une étude tentant de prévoir le nombre de médailles par pays aux Jeux olympiques d'hiver de 2014, à Sotchi. Ils définissent une méthode permettant de prévoir le nombre de médailles pour les Jeux d'été dans 70 % des cas et l'adaptent aux Jeux d'hiver. Ils utilisent, comme Pfau, les critères tels de la population, le produit intérieur brut, le fait d'être la nation hôte ou pas et le nombre de médailles aux Jeux précédents et séparent les pays en plusieurs groupes d'après le nombre de stations de sports d'hiver, la couverture neige du pays et le régime politique (capitaliste ou communiste). En analysant les médailles remportées par les différents pays dans l'histoire, ils déterminent une formule prévoyant le nombre de médailles. Les résultats prévoyaient que les meilleurs pays seraient les États-Unis, l'Allemagne, le Canada, la Russie, le pays hôte, et la Norvège, avec respectivement 36, 28, 27, 24 et 24 médailles[154]. Les résultats montrent que, contrairement à ces prédictions, la Russie est la meilleure nation avec 33 médailles. La Norvège, qui est troisième avec 26 médailles, est également meilleure qu'attendu. Les États-Unis (deuxièmes avec 28 médailles), l'Allemagne (sixième avec 19 médailles) et le Canada (quatrième avec 25 médailles) ont en revanche des moins bons résultats qu'annoncé[155].

Sports[modifier | modifier le code]

Article connexe : Sports olympiques.

L'article 6 du chapitre 1 de l'édition de 2007 de la charte olympique définit les sports d'hiver comme des « sports qui se pratiquent sur la neige ou sur la glace »[156]. Depuis 1992, des nouveaux sports sont ajoutés au programme olympique. Ils incluent le patinage de vitesse sur piste courte, le snowboard et le ski acrobatique. L'ajout de ces épreuves élargit l'attrait des Jeux olympiques d'hiver au-delà de l'Europe et de l'Amérique du Nord. Tandis que les puissances européennes comme la Norvège ou l'Allemagne dominent toujours les sports traditionnels des Jeux d'hiver, des pays comme la Corée du Sud, l'Australie et le Canada connaissent un franc succès dans les nouveaux sports. Les résultats sont plus de parité dans le tableau des médailles par nation, ont davantage d'intérêt pour les Jeux d'hiver et des audiences mondiales télévisées plus élevées[157].

Disciplines sportives actuelles[modifier | modifier le code]

Sport Année Nombre d'
épreuves
Épreuves avec médailles présentes en 2014
Biathlon Depuis 1960 11 Sprint (hommes : 10 km ; femmes : 7,5 km), individuel (hommes : 20 km ; femmes : 15 km), poursuite (hommes : 12,5 km ; femmes : 10 km), relais (hommes : 4 × 7,5 km ; femmes : 4 × 6 km ; femmes : 2 × 7,5 km+2 × 6 km) et le départ groupé (hommes : 15 km ; femmes : 12,5 km)[158].
Bobsleigh 1924–1956
Depuis 1964
3 Bob à deux femmes, bob à deux hommes et bob à quatre hommes[159].
Combiné nordique Depuis 1924 3 Tremplin normal et 10 km individuel hommes, grand tremplin et 10 km individuel hommes et par équipes[160]
Curling 1924
Depuis 1998
2 Tournoi hommes et femmes[161].
Hockey sur glace Depuis 1924[note 1] 2 Tournoi hommes et femmes[162].
Luge Depuis 1964 4 Simple hommes et femmes, double mixte et relais par équipes[163].
Patinage artistique Depuis 1924[note 2] 5 Individuel hommes et femmes, couples, danse sur glace et par équipe[164].
Patinage de vitesse Depuis 1924 12 500 mètres, 1 000 mètres, 1 500 mètres, 5 000 mètres et poursuite par équipes hommes et femmes, 3 000 mètres femmes et 10 000 mètres hommes[165].
Patinage de vitesse sur piste courte Depuis 1992 8 500 mètres, 1 000 mètres, 1 500 mètres hommes et femmes ; relais 3 000 mètres femmes et relais 5 000 mètres[166].
Saut à ski Depuis 1924 4 Grand tremplin individuel hommes, petit tremplin individuel hommes et femmes et grand tremplin par équipes hommes[167].
Skeleton 1928, 1948
Depuis 2002
2 Individuel hommes et femmes[168].
Ski acrobatique Depuis 1992 10 Bosses, saut, skicross, half-pipe et slopestyle hommes et femmes[169].
Ski alpin Depuis 1936 10 Descente, super G, slalom géant, slalom et combiné alpin hommes et femmes[170].
Ski de fond Depuis 1924 12 Sprint hommes, sprint par équipes, poursuite 30 km, 15 km, 50 km et relais 4 × 10 km ; sprint femmes, sprint par équipes, poursuite 15 km, 10 km, 30 km (femmes) et relais 4 × 5 km[171].
Snowboard (Surf des neiges) Depuis 1998 10 Slalom parallèle, slalom géant parallèle, half-pipe, snowboard cross et slopestyle hommes et femmes[172]

Évolution du nombre d'épreuves par sport[modifier | modifier le code]

XXe siècle XXIe
Sport (Discipline) 08 20 24 28 32 36 48 52 56 60 64 68 72 76 80 84 88 92 94 98 02 06 10 14
Biathlon Biathlon     1 1 1 2 2 2 3 3 3 6 6 6 8 10 10 11
B
o
b
s
l
e
i
g
h
Bobsleigh Bobsleigh     1 1 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 3 3 3 3
Skeleton skeleton     1 1 2 2 2 2
Curling Curling     1 2 2 2 2 2
Hockey sur glace Hockey sur glace   1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 2 2 2 2 2
Luge Luge     3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 4
P
a
t
i
n
a
g
e
Patinage artistique Patinage artistique 4 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 5
Patinage de vitesse sur piste courte Short track     4 6 6 8 8 8 8
Patinage de vitesse Patinage de vitesse     5 4 4 4 4 4 4 8 8 8 8 9 9 9 10 10 10 10 10 12 12 12
S
k
i
Ski alpin Ski alpin     2 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 10 10 10 10 10 10 10 10
Ski de fond Ski de fond     2 2 2 3 3 4 6 6 7 7 7 7 7 8 8 10 10 10 12 12 12 12
Ski acrobatique Ski acrobatique     2 4 4 4 4 6 10
Combiné nordique Combiné nordique     1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 2 2 2 2 3 3 3 3
Saut à ski Saut à ski     1 1 1 1 1 1 1 1 2 2 2 2 2 2 3 3 3 3 3 3 3 4
Snowboard (Surf des neiges) Snowboard     4 4 6 6 10
Compétitions 16 14 14 17 22 22 24 27 34 35 35 37 38 39 46 57 61 68 78 84 86 98

Note : Sur fond bleu, sont mentionnées les épreuves disputées à l'occasion des Jeux olympiques d'été.

Sports de démonstration[modifier | modifier le code]

Les sports de démonstration ont toujours été présentés par les pays hôtes pour mettre en lumière un sport populaire local à l'occasion d'une compétition sans médailles. Ils ont été abandonnés après 1992. La patrouille militaire, un précurseur du biathlon est un sport olympique en 1924 ; il est en démonstration en 1928, 1936 et en 1948 puis devient un sport officiel en 1960[173]. L'épreuve de figures spéciales en patinage artistique est seulement constatée lors des Jeux olympiques d'été de 1908[174]. Le bandy, sport populaire dans les pays nordiques et en Russie décrit comme du hockey sur glace avec une balle, est en démonstration lors des Jeux d'Oslo en 1952[175]. L'eisstock, variante allemande du curling, est en démonstration en 1936 en Allemagne et en 1964 en Autriche[17]. L'épreuve de ballet, plus tard connue comme l'acroski, est présente en 1988 et en 1992[176]. Le ski joëring, qui consiste en une course de ski derrière des chevaux ou des chiens, est un sport de démonstration à Saint-Moritz en 1928[175]. Une course de chiens de traîneaux a lieu à Lake Placid en 1932[175]. Le ski de vitesse est en démonstration à Albertville lors des Jeux olympiques d'hiver de 1992[177]. Le pentathlon d'hiver, une variante du pentathlon moderne. est présent comme épreuve de démonstration lors des Jeux de 1948 en Suisse. Il est composé de ski de fond, de tir, d'une descente à ski, de l'escrime et d'équitation[158].

Liste des Jeux[modifier | modifier le code]

Jeux Année Hôte Dates Nations Athlètes Sports Épreuves Référence
Total Hommes Femmes
I 1924 Drapeau : France Chamonix, France 25 janvier – 5 février 16 258 247 11 6 16 [8]
II 1928 Drapeau : Suisse Saint-Moritz, Suisse 11–19 février 25 464 438 26 6 14 [13]
III 1932 Drapeau des États-Unis Lake Placid, États-Unis 4–15 février 17 252 231 21 5 14 [14]
IV 1936 Drapeau de l'Allemagne Garmisch-Partenkirchen, Allemagne 6–16 février 28 646 566 80 6 17 [17]
1940 Initialement attribué à Sapporo au Japon, ils sont annulés à cause de la Seconde Guerre mondiale[178].
1944 Initialement attribué à Cortina d'Ampezzo en Italie, ils sont annulés à cause de la Seconde Guerre mondiale[179].
V 1948 Drapeau : Suisse Saint-Moritz, Suisse 30 janvier – 8 février 28 669 592 77 4 22 [21]
VI 1952 Drapeau : Norvège Oslo, Norvège 14–25 février 30 694 585 109 4 22 [23]
VII 1956 Drapeau : Italie Cortina d'Ampezzo, Italie 26 janvier – 5 février 32 821 687 134 4 24 [30]
VIII 1960 Drapeau : États-Unis Squaw Valley, États-Unis 18–28 février 30 665 521 144 4 27 [180]
IX 1964 Drapeau : Autriche Innsbruck, Autriche 29 janvier – 9 février 36 1 091 892 199 6 34 [35]
X 1968 Drapeau : France Grenoble, France 6–18 février 37 1 158 947 211 6 35 [37]
XI 1972 Drapeau : Japon Sapporo, Japon 3–13 février 35 1 006 801 205 6 35 [181]
XII 1976 Drapeau : Autriche Innsbruck, Autriche 4–15 février 37 1 123 892 231 6 37 [47]
XIII 1980 Drapeau : États-Unis Lake Placid, États-Unis 13–24 février 37 1 072 840 232 6 38 [182]
XIV 1984 Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Sarajevo, Yougoslavie 8–19 février 49 1 272 998 274 6 39 [53]
XV 1988 Drapeau : Canada Calgary, Canada 13–28 février 57 1 423 1 122 301 6 46 [54]
XVI 1992 Drapeau : France Albertville, France 8–23 février 64 1 801 1 313 488 7 57 [56]
XVII 1994 Drapeau : Norvège Lillehammer, Norvège 12–27 février 67 1 737 1 215 522 6 61 [59]
XVIII 1998 Drapeau : Japon Nagano, Japon 7–22 février 72 2 176 1 389 787 7 68 [65]
XIX 2002 Drapeau : États-Unis Salt Lake City, États-Unis 8–24 février 77 2 399 1 513 886 7 78 [68]
XX 2006 Drapeau : Italie Turin, Italie 10–26 février 80 2 508 1 548 960 7 84 [72]
XXI 2010 Drapeau : Canada Vancouver, Canada 12–28 février 82 2 566 1 522 1 044 7 86 [183]
XXII 2014 Drapeau : Russie Sotchi, Russie 7–23 février 88 environ 2 900 7 98 [184]
XXIII 2018 Drapeau : Corée du Sud Pyeongchang, Corée du Sud 9–25 février compétition future [185]
XXIV 2022 À déterminer (2015) À déterminer compétition future

Note : Contrairement aux Jeux olympiques d'été, les Jeux olympiques d'hiver de 1940 et les Jeux olympiques d'hiver de 1944 annulés ne sont pas inclus dans le décompte officiel en chiffres romains des Jeux d'hiver. Tandis que la liste officielle des Jeux d'été compte les olympiades, la liste des Jeux d'hiver ne compte que les Jeux eux-mêmes.

Lieux des différents Jeux olympiques d'hiver. Les pays ayant accueilli les Jeux d'hiver plusieurs fois sont en bleu.

Tableaux[modifier | modifier le code]

Tableau des médailles[modifier | modifier le code]

Ce tableau montre la somme des médailles remportées par les dix premières nations aux Jeux d'hiver depuis 1924, d'après le Comité international olympique. Il a été actualisé après les Jeux olympiques d'hiver de Sotchi en 2014[186] :

Nation Or Argent Bronze Total Participations
Drapeau de Norvège Norvège 118 113 100 331 22
Drapeau d'Allemagne Allemagne[note 3] 97 99 71 267 20
Drapeau des États-Unis États-Unis 96 102 83 281 22
Drapeau Union soviétique 78 57 59 194 9
Drapeau du Canada Canada 62 55 53 170 22
Drapeau d'Autriche Autriche 59 78 81 218 22
Drapeau de Suède Suède 50 40 54 144 22
Drapeau de Suisse Suisse 50 40 48 138 22
Drapeau de la Russie Russie 49 40 35 124 6
Drapeau de Finlande Finlande 42 62 57 161 22

En italique les entités politiques n'existant plus aujourd'hui.

Sportifs les plus médaillés[modifier | modifier le code]

Avec 8 médailles d'or, 4 médailles d'argent et une médaille de bronze, Ole Einar Bjørndalen est l'athlète le plus médaillé des Jeux d'hiver.

Parmi les 17 405 athlètes (dont 12 862 hommes et 4 543 femmes) qui ont participé aux Jeux d'hiver, 15 ont remporté au moins 8 médailles[186]. Parmi ces 15 athlètes, c'est le Norvégien Ole Einar Bjørndalen qui en a remporté le plus (13) devant son compatriote Bjørn Dæhlie (12). Ces deux biathlètes sont suivis par la Norvégienne Marit Bjørgen, la Soviétique Raisa Smetanina et l'Italienne Stefania Belmondo, toutes en ski de fond, avec 10 médailles chacune. Toutefois, c'est l'Allemagne et l'Allemagne de l'Est qui sont le plus représentés dans ce classement avec 6 sportifs, devant la Norvège et l'URSS (puis la Russie) avec 3 sportifs chacun[186]. La parité est respectée entre hommes et femmes, puisque 8 femmes et 7 hommes sont présents dans le top 15[186]. Au niveau des disciplines, ce sont le ski de fond et le biathlon qui dominent avec respectivement 7 et 4 athlètes[186].

Sportifs les plus médaillés
Rang Athlète Pays Sport Or Argent Bronze Total
1 Ole Einar Bjørndalen Drapeau de la Norvège Norvège Biathlon/Ski de fond 8 4 1 13
2 Bjørn Dæhlie Drapeau de la Norvège Norvège Ski de fond 8 4 0 12
3 Marit Bjørgen Drapeau de la Norvège Norvège Ski de fond 6 3 1 10
4 Raisa Smetanina Drapeau : URSS/Équipe unifiée Équipe unifiée de l’ex-URSS 4 5 1 10
5 Stefania Belmondo Drapeau de l'Italie Italie 2 3 5 10
6 Lyubov Yegorova Équipe unifiée/Russie 6 3 0 9
7 Claudia Pechstein Drapeau de l'Allemagne Allemagne Patinage de vitesse 5 2 2 9
8 Sixten Jernberg Drapeau de la Suède Suède Ski de fond 4 3 2 9
9 Uschi Disl Drapeau de l'Allemagne Allemagne Biathlon 2 4 3 9
10 Ricco Groß Drapeau de l'Allemagne Allemagne 4 3 1 8
11 Sven Fischer Drapeau de l'Allemagne Allemagne 4 2 2 8
Kjetil André Aamodt Drapeau de la Norvège Norvège Ski alpin 4 2 2 8
Galina Kulakova Drapeau de l’URSS Union soviétique Ski de fond 4 2 2 8
13 Gunda Niemann Drapeau : Allemagne de l'Est/Drapeau de l'Allemagne Allemagne Patinage de vitesse 3 4 1 8
Karin Enke-Kania Drapeau de l'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est 3 4 1 8
15 Apolo Anton Ohno Drapeau des États-Unis États-Unis Patinage de vitesse sur piste courte 2 2 4 8

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un tournoi masculin de hockey sur glace a eu lieu lors des Jeux olympiques d'été de 1920.
  2. Des épreuves de patinage artistique ont eu lieu lors des Jeux olympiques d'été de 1908 et de 1920.
  3. Inclut les médailles de l'Allemagne (GER, de 1896 à 1952 et de 1992 à aujourd'hui), de l'Équipe unifiée d'Allemagne (EUA, 1956–1964) et de l'Allemagne de l'Ouest (FRG, 1968-1988). N'inclut pas les résultats de l'Allemagne de l'Est (GDR, 1968-1988).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Ron Edgeworth, « The Nordic Games and the Origins of the Winter Olympic Games », LA84 Foundation, International Society of Olympic Historians Journal, vol. 2,‎ mai 1994, p. 2 (lire en ligne [PDF])
  2. (en) « 1908 Figure Skating Results », sur CNNSI.com (consulté le 26 août 2011)
  3. (en) « Figure Skating History », sur CNNSI.com (consulté le 26 août 2011)
  4. Judd 2008, p. 21
  5. a, b, c et d (en) « 1924 Chamonix, France », sur CBC.ca, CBC Sports,‎ 18 décembre 2009 (consulté le 26 août 2011)
  6. Findling et Pelle 2004, p. 283
  7. Don Anthony. (1991) Man of Sport, Man of Peace, Ed. Sports Editions Limited, p. 31.
  8. a, b et c « Chamonix 1924 », Comité international olympique (consulté le 26 août 2011)
  9. (en) « 1924 Chamonix Winter Games », Sports Reference LLC (consulté le 26 août 2011)
  10. Findling et Pelle 2004, p. 289–290
  11. Findling et Pelle 2004, p. 290
  12. (en) « 1928 Sankt Moritz Winter Games », Sports Reference LLC (consulté le 26 août 2011)
  13. a et b « Saint-Moritz 1928 », Comité international olympique (consulté le 26 août 2011)
  14. a, b, c, d et e « Lake Placid 1932 », Comité international olympique (consulté le 26 août 2011)
  15. Findling et Pelle 2004, p. 298
  16. Seligmann, Davison et McDonald 2003, p. 119
  17. a, b, c et d « Garmisch-Partenkirchen 1936 », Comité international olympique (consulté le 26 août 2011)
  18. (en) Mortund Lund, « The First Four Olympics », Skiing Heritage Journal, International Skiing History Association,‎ décembre 2001, p. 21 (lire en ligne)
  19. Mallon et Buchanan 2006, p. xxxii
  20. Findling et Pelle 2004, p. 248
  21. a, b et c « Saint-Moritz 1948 », Comité international olympique (consulté le 28 août 2011)
  22. Findling et Pelle 2004, p. 250–251
  23. a et b « Oslo 1952 », Comité international olympique (consulté le 29 août 2011)
  24. Findling et Pelle 2004, p. 255
  25. (en) « 1952 Oslo Winter Games », Sports Reference LLC (consulté le 29 août 2011)
  26. (en) « Speed Skating at the 1952 Oslo Winter Games », Sports Reference LLC (consulté le 29 août 2011)
  27. (en) « 1956 Cortina d'Ampezzo Winter Games », Sports Reference LLC (consulté le 29 août 2011)
  28. Jim Spence, « Are Olympic TV rights worth the price? », New York Times,‎ 20 novembre 1988 (consulté le 29 juillet 2011)
  29. Guttman 1986, p. 135
  30. a et b « Cortina d'Ampezzo 1956 », Comité international olympique (consulté le 29 août 2011)
  31. (en) « Chiharu Igaya », Sports Reference LLC (consulté le 29 août 2011)
  32. Judd 2008, p. 27–28
  33. (en) Gary Shipler, « Backstage at Winter Olympics », Popular Science, Bonnier Corporation,‎ février 1960, p. 138 (lire en ligne)
  34. a, b, c et d Judd 2008, p. 28
  35. a et b « Innsbruck 1964 », Comité international olympique (consulté le 2 septembre 2011)
  36. Judd 2008, p. 29
  37. a et b « Grenoble 1968 », Comité international olympique (consulté le 2 septembre 2011)
  38. « Cortina d'Ampezzo 1956 », Comité international olympique (consulté le 9 juillet 2012)
  39. a et b Findling et Pelle 2004, p. 277
  40. « Grenoble 1968 : Les anecdotes », Comité national olympique et sportif français (consulté le 19 octobre 2012)
  41. « Schuss - Grenoble 1968 (hiver) », Comité d'organisation des Jeux olympiques d'été de 2008 (consulté le 19 octobre 2012)
  42. Findling et Pelle 2004, p. 286
  43. Fry 2006, p. 153–154
  44. (en) Andrew Podnieks et Szymon Szemberg, « Story #17–Protesting amateur rules, Canada leaves international hockey », Fédération internationale de hockey sur glace,‎ 2008 (consulté le 3 septembre 2011)
  45. a et b « Feuille d'information : Les Jeux olympiques d'hiver » [PDF], Comité international olympique,‎ février 2007 (consulté le 3 septembre 2011), p. 5
  46. Fry 2006, p. 157
  47. a, b, c et d « Innsbruck 1976 », Comité international olympique (consulté le 3 septembre 2011)
  48. « Jeux olympiques : La mascotte olympique », Encyclopædia Universalis (consulté le 19 octobre 2012)
  49. a, b, c et d Findling et Pelle 1996, p. 299
  50. Judd 2008, p. 135–136
  51. (en) Jim Huber, « A Golden Moment », CNNSI.com,‎ 22 février 2000 (lire en ligne)
  52. (en) « 1984 Sarajevo », sur CNNSI.com (consulté le 4 septembre 2011)
  53. a, b et c « Sarajevo 1984 », Comité international olympique (consulté le 4 septembre 2011)
  54. a, b et c « Calgary 1988 », Comité international olympique (consulté le 4 septembre 2011)
  55. « Yvonne van Gennip », Le site officiel des Jeux olympiques de Beijing 2008 (consulté le 4 septembre 2011)
  56. a, b, c et d « Albertville 1992 », Comité international olympique (consulté le 6 septembre 2011)
  57. Findling et Pelle 2004, p. 400
  58. Findling et Pelle 2004, p. 402
  59. a, b et c (en) « Lillehammer 1994 », Comité international olympique (consulté le 7 septembre 2011)
  60. (en) Harvey Araton, « Winter Olympics; In Politics and on ice, neighbors are apart », The New York Times, NYTimes.com,‎ 27 février 1994 (lire en ligne)
  61. (en) « Harding-Kerrigan timeline », The Washington Post, The Washington Post Company,‎ 1998 (lire en ligne)
  62. (en) Jill J Barshay, « Figure Skating; It's Stocks and Bouquets as Baiul returns to Ukraine », The New York Times, Associated Press,‎ 3 mars 1994 (lire en ligne)
  63. (en) Angus Phillips, « Achievements still burn bright », The Washington Post, The Washington Post Company,‎ 1998 (lire en ligne)
  64. (en) « Johann Olav Koss », sur ESPN.com (consulté le 17 juillet 2012)
  65. a, b, c, d, e et f « Nagano 1998 », Comité international olympique (consulté le 7 septembre 2011)
  66. Judd 2008, p. 126
  67. (en) C.W. Nevius, « "Clap" Skate draws boos from traditionalists », San Francisco Chronicle, Hearst Communications Inc,‎ 5 février 1998 (lire en ligne)
  68. a, b, c et d « Salt Lake City 2002 », Comité international olympique (consulté le 10 septembre 2011)
  69. (en) Selena Roberts, « The pivotal meeting; French judge's early tears indicating controversy to come », The New York Times,‎ 17 février 2002 (lire en ligne)
  70. (en) Mihir Bose, « Skating scandal that left IOC on thin ice », Telegraph.co.uk, Londres,‎ 17 février 2002 (lire en ligne)
  71. (en) « Australia win first ever gold », BBC Sport,‎ 17 février 2002 (consulté le 10 septembre 2011)
  72. a, b, c et d « Turin 2006 », Comité international olympique (consulté le 10 septembre 2011)
  73. (en) Nina Berglund, « Canadians hail Norwegian coach's sportsmanship », Aftenposten, Aftenposten.no,‎ 20 février 2006 (lire en ligne)
  74. (en) Karen Crouse, « Germany’s Claudia Pechstein Tries to Restore Reputation », The New York Times, NYTimes.com,‎ 11 décembre 2009 (lire en ligne)
  75. (en) Graham Dunbar, « Claudia Pechstein's Doping Appeal Denied », The Huffington Post, HuffingtonPost.com,‎ 26 janvier 2010 (lire en ligne)
  76. (en) « Canadian Statistics – Population by selected ethnic origins, by census metropolitan areas (2001 Census) », StatCan,‎ 14 août 2009 (consulté le 10 septembre 2011)
  77. « Vancouver 2010 », Comité international olympique (consulté le 10 septembre 2011)
  78. (en) Jere Longman, « Quick to Blame in Luge, and Showing No Shame », The New York Times, NYTimes.com,‎ 13 février 2010 (lire en ligne)
  79. (en) Tom Jones, « Best and worst of the Winter Olympics in Vancouver », St. Petersberg Times, Tampabay.com,‎ 28 février 2010 (lire en ligne)
  80. (en) « Russia's president calls for resignations », sur ESPN.com,‎ 1er mars 2010 (consulté le 10 septembre 2011)
  81. (en) Nancy Armour, « Surprising success bodes well for South Korea », The Seattle Times, Associated Press,‎ 28 février 2010 (lire en ligne)
  82. (en) Mark Sappenfield, « Winter Olympics: Who will win the most medals? », The Christian Science Monitor, CSMonitor.com,‎ 12 février 2010 (lire en ligne)
  83. a et b « Sotchi 2014 », Comité international olympique (consulté le 10 septembre 2011)
  84. a et b Laszlo Perelstein, « Sotchi : la Russie peut-elle rentabiliser les JO les plus chers de l’histoire ? », La Tribune,‎ 6 février 2014 (lire en ligne)
  85. Agence France-Presse, « JO-2014 - Patinage de vitesse/Poursuite: la quinzaine orange se referme sur un doublé », Le Temps,‎ 22 février 2014 (lire en ligne)
  86. François-Xavier Rallet, « JO Sotchi 2014 : Ole Einar Bjoerdalen devient l'athlète le plus médaillé aux JO d'hiver », Eurosport (France),‎ 19 février 2014 (consulté le 6 mai 2014)
  87. Frédéric Ojardias, « Corée du Sud: le patineur Viktor Ahn enflamme la Toile et la glace », Radio France internationale,‎ 23 février 2014 (consulté le 6 mai 2014)
  88. (en) « Pyeongchang Beats Munich, Annecy to Host 2018 Winter Olympics »
  89. « Pyeongchang 2018 », Comité international olympique (consulté le 10 septembre 2011)
  90. « Jeux olympiques d'hiver de 2022 : Procédure de candidature », Comité international olympique (consulté le 18 février 2014)
  91. « Organisation des JO d'hiver 2022: Stockholm se désiste » (consulté le 18 février 2014)
  92. a et b BBC News, « Olympics corruption probe ordered »,‎ 22 décembre 1998 (consulté le 11 septembre 2011)
  93. Cashmore 2005, p. 444
  94. Cashmore 2005, p. 445
  95. Cashmore 2003, p. 307
  96. Payne 2006, p. 232
  97. Miller, Lawrence et McKay 2001, p. 25
  98. (en) Alan Abrahamson, « Judge Drops Olympic Bid Case », Los Angeles Times,‎ 6 décembre 2003 (lire en ligne)
  99. (en) Deseret News, « Samaranch reflects on bid scandal with regret », sur WinterSports2002.com (consulté le 11 septembre 2011)
  100. Yesalis 2000, p. 57
  101. [PDF] (en) The Official Report of XIth Winter Olympic Games, Sapporo 1972, The Organising Committee for the Sapporo Olympic Winter Games,‎ 1973 (lire en ligne), p. 386
  102. (en) Thomas M. Hunt, « Sports, Drugs, and the Cold War », Olympika, International Journal of Olympic Studie, International Centre for Olympic Studies, vol. 16, no 1,‎ 2007, p. 22 (lire en ligne [PDF])
  103. Mottram 2003, p. 313
  104. Mottram 2003, p. 310
  105. Yesalis 2000, p. 366
  106. « Bref historique de l'antidopage », Agence mondiale antidopage (consulté le 12 septembre 2011)
  107. Hervé Dacquet, « Trois médaillés exclus pour dopage », Le Parisien,‎ 25 février 2002 (consulté le 24 octobre 2012)
  108. a et b (en) Juliet Macur, « Looking for Doping Evidence, Italian Police Raid Austrians », New York Times, NYTimes.com,‎ 19 février 2006 (lire en ligne)
  109. (en) « IOC to hold first hearings on doping during 2006 Winter Olympics », USA Today, Gannett Co.,‎ 9 février 2007 (lire en ligne)
  110. a, b et c Cooper-Chen 2005, p. 231
  111. Senn 1999, p. 136
  112. Senn 1999, p. 136-137
  113. a et b (en) Jennifer Moreland, « Olympics and Television », The Museum of Broadcast Television (consulté le 17 septembre 2011)
  114. a et b (en) Andrew Zimbalist, « economic impact of the Olympic Games », The New Palgrave Dictionnary of Economics (consulté le 25 octobre 2012)
  115. (en) « The Olympics of Television-Rights Fees », The Wall Street Journal,‎ 27 février 2010 (consulté le 25 octobre 2012)
  116. Barry et Crawford 2002, p. 39–40
  117. Cooper-Chen 2005, p. 230
  118. (en) Scott M. Reid, « Winter Olympics has California flavor », The Orange County Register, Orange County Register Communications,‎ 10 février 2010 (lire en ligne)
  119. a et b Whannel 1992, p. 174
  120. Whannel 1992, p. 174–177
  121. Hazan 1982, p. 36
  122. Hazan 1982, p. 42
  123. Hazan 1982, p. 44
  124. Senn 1999, p. 171
  125. Hill 1992, p. 34
  126. Hill 1992, p. 35
  127. Hill 1992, p. 36–38
  128. Hill 1992, p. 38
  129. Hill 1992, p. 38–39
  130. Hill 1992, p. 48
  131. (en) « History of the Winter Olympics », BBC Sport,‎ 5 février 1998 (consulté le 18 septembre 2011)
  132. Brownell 2008, p. 187
  133. « Feuille d'information : Rôles et responsabilités durant les Jeux olympiques » [PDF], Comité international olympique,‎ janvier 2010 (consulté le 11 septembre 2011), p. 5
  134. (en) Howard Berkes, « Olympic Caveat:Host cities risk debt, scandal », National Public Radio,‎ 1er octobre 2009 (lire en ligne)
  135. [PDF] (en) Wladimir Andreff, « The winnner's curse : Why is the cost of mega-events so often overestimated ? »,‎ Mars 2012 (consulté le 26 octobre 2012)
  136. Comité olympique français 1924, p. 829
  137. Déclaration du 1er avril 1929 sur les décisions du COS à Lausanne du 23 au 24 juin 1928, archives communales, Saint-Moritz
  138. III Olympic Winter Games Comitee 1932, p. 90
  139. Organising Committee for the VI Winter Olympic Games 1952, p. 57
  140. Organising Committee for the VI Winter Olympic Games 1952, p. 27
  141. a et b Organising Committee for the VI Winter Olympic Games 1952, p. 61
  142. « Jeux olympiques : Le coût des Jeux », Encyclopædia Universalis (consulté le 26 octobre 2012)
  143. « L'économie des J.O » (consulté le 26 octobre 2012)
  144. « Albertville 1992 », Comité anti-olympique d'Annecy (consulté le 26 octobre 2012)
  145. a, b et c (en) Bob Payne, « The Olympic Effect », MSNBC.com,‎ 6 août 2008 (lire en ligne)
  146. « Le budget des JO de Vancouver a été respecté »,‎ 17 décembre 2010 (consulté le 26 octobre 2010)
  147. (en) Mark Koba, « The money pit that is hosting Olympic Games », CNBC.com,‎ 11 février 2010 (lire en ligne)
  148. Preuss 2004, p. 277
  149. Preuss 2004, p. 284
  150. (en) Jacques Rogge, « Jacques Rogge: Vancouver's Winter Olympic legacy can last for 60 years », The Daily Telegraph, Telegraph.co.uk,‎ 12 février 2010 (lire en ligne)
  151. « 100 ans de marketing olympique », Comité international olympique (consulté le 25 octobre 2010)
  152. « Vancouver 2010 », Comité international olympique (consulté le 25 octobre 2012)
  153. [PDF] (en) Wade Pfau, National Graduate Institute for Policy Studies, « Predicting the Medal Wins by Country at the 2006 Winter Olympic Games: An Econometrics Approach », Korean Economic Review,‎ décembre 2006 (consulté le 26 octobre 2012)
  154. Madeleine Andreff et Wladimir Andreff, « Economic Prediction of Medal Wins at the 2014 Winter Olympics », Ekonomika a Management (consulté le 26 octobre 2012)
  155. (en) « 2014 Sochi Winter Games », sur sports-reference.com (consulté le 6 mai 2014)
  156. [PDF] Charte olympique, Comité international olympique,‎ 7 juillet 2007 (lire en ligne)
  157. (en) Mark Sappenfield, « USA, Canada ride new sports to top of Winter Olympics medal count », The Christian Science Monitor, CSMonitor.com,‎ 25 février 2010 (lire en ligne)
  158. a et b « Biathlon », Comité international olympique (consulté le 11 septembre 2011)
  159. « Bobsleigh », Comité international olympique (consulté le 11 septembre 2011)
  160. « Combiné nordique », Comité international olympique (consulté le 11 septembre 2011)
  161. « Curling », Comité international olympique (consulté le 11 septembre 2011)
  162. « Hockey sur glace », Comité international olympique (consulté le 11 septembre 2011)
  163. « Luge », Comité international olympique (consulté le 11 septembre 2011)
  164. « Patinage artistique », Comité international olympique (consulté le 11 septembre 2011)
  165. « Patinage de vitesse », Comité international olympique (consulté le 11 septembre 2011)
  166. « Patinage de vitesse sur piste courte », Comité international olympique (consulté le 11 septembre 2011)
  167. « Saut à ski », Comité international olympique (consulté le 11 septembre 2011)
  168. « Skeleton », Comité international olympique (consulté le 11 septembre 2011)
  169. « Ski acrobatique », Comité international olympique (consulté le 11 septembre 2011)
  170. « Ski alpin », Comité international olympique (consulté le 11 septembre 2011)
  171. « Ski de fond », Comité international olympique (consulté le 11 septembre 2011)
  172. « Surf des neiges », Comité international olympique (consulté le 11 septembre 2011)
  173. (en) « Biathlon history », sur USBiathlon.org (consulté le 20 septembre 2011)
  174. (en) « Figure Skating at the 1908 London Summer Games », Sports Reference LLC (consulté le 20 septembre 2011)
  175. a, b et c (en) Eric Arnold, « Strangest Olympics Sports In History », Forbes, Forbes.com,‎ 28 janvier 2010 (lire en ligne)
  176. (en) « Freestyle Skiing History », The National Post, Canadian Broadcasting Company,‎ 4 décembre 2009 (lire en ligne)
  177. (en) Michael Janofsky, « Hitting the slopes in the fast lane », The New York Times, NYTimes.com,‎ 18 décembre 1991 (lire en ligne)
  178. « Les villes candidates et organisatrices des Jeux Olympiques d’hiver » [PDF], Comité international olympique (consulté le 10 septembre 2011)
  179. (en) National Post, « The Games:Olympics Past », Canadian Broadcasting Centre (consulté le 10 septembre 2011)
  180. « Squaw Valley 1960 », Comité international olympique (consulté le 10 septembre 2011)
  181. « Sapporo 1972 », Comité international olympique (consulté le 10 septembre 2011)
  182. « Lake Placid 1980 », Comité international olympique (consulté le 10 septembre 2011)
  183. « Feuille d'information : Les Jeux olympiques d'hiver » [PDF], Comité international olympique (consulté le 7 février 2013)
  184. Yann Bouchez, « Les Jeux de Sotchi en 14 chiffres », Le Monde,‎ 24 février 2014 (lire en ligne)
  185. (en) Paul Radford, « Pyeongchang, South Korea wins right to host 2018 Winter Olympics », Reuters,‎ 6 juillet 2011 (lire en ligne)
  186. a, b, c, d et e (en) « Winter Games Index », sur sports-reference.com (consulté le 11 mars 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Tim Barry et Dee Crawford, Revise for Advanced PE for Edexcel, Oxford, Royaume-Uni, Heinemann Educational Publishers,‎ 2002 (ISBN 0435100459, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Susan Brownell, Beijing's games : What the Olympics mean to China, Plymouth, Royaume-Uni, Rowman & Littlefield Publishers,‎ 2008 (ISBN 9780742556409, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Ernest Cashmore, Making sense of sports, New York, Routledge,‎ 2005 (ISBN 0-415-34853-6, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Ernest Cashmore, Sports culture, New York, Routledge,‎ 2003 (ISBN 0-415-18169-0, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Anne Cooper-Chen, Global entertainment media, Mahwah, New Jersey, Lawrence Erlbaum Associates,‎ 2005 (ISBN 0-8058-5168-2, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) John E. Findling et Kimberly D. Pelle, Encyclopedia of the Modern Olympic Movement, Westport, Connecticut, Greenwood Press,‎ 2004 (ISBN 0-313-32278-3, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) John Findling et Kimberly Pelle, Historical dictionary of the Modern Olympic Movement, Westport, Connecticut, Greenwood Publishing Group,‎ 1996 (ISBN 0-313-28477-6, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) John Fry, The story of modern skiing, Lebanon, New Hampshire, University Press of New England,‎ 2006 (ISBN 978-1-58465-489-6, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Allen Guttman, Sports Spectators, New York, Columbia University Press,‎ 1986 (ISBN 0-231-06401-2, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Allen Guttman, The Olympics, a history of the modern games, Champaign, Illinois, University of Illinois press,‎ 1992 (ISBN 0-252-02725-6, lire en ligne)
  • (en) Barukh Hazan, Olympic sports and propaganda games, New Brunswick, New Jersey, Transaction Inc.,‎ 1982 (ISBN 0-87855-436-X, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Christopher R. Hill, Olympic Politics, Manchester, Royaume-Uni, Manchester University Press,‎ 1992 (ISBN 0-7190-3542-2, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Ron C. Judd, The Winter Olympics, Seattle, Washington, The Mountaineers Books,‎ 2008 (ISBN 1-59485-063-1, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Bill Mallon et Ian Buchanan, Historical dictionary of the Olympic Movement, Oxford, Royaume-Uni, Rowman & Littlefield Publishing Group,‎ 2006 (ISBN 0-8108-5574-7, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Richard D. Mandell, The Nazi Olympics, Champaign, Illinois, University of Illinois Press,‎ 1987 (ISBN 0-252-01325-5, lire en ligne)
  • (en) Toby Miller, Geoffrey Lawrence et Jim McKay, Globalization and sport, Londres, Sage Publications,‎ 2001 (ISBN 0-7619-5968-8, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Éric Monnin, De Chamonix à Sotchi : Un siècle d'olympisme en hiver, Éditions Désiris,‎ 2013, 224 p. (ISBN 978-2364030664)
  • (en) David Mottram, Drugs in sport, New York, Routledge,‎ 2003 (ISBN 0-415-27937-2, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Michael Payne, Olympic turnaround, Westport, Connecticut, Greenwood Publishing Group,‎ 2006 (ISBN 0-275-99030-3, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Holger Preuss, The Economics of Staging the Olympics: A Comparison of the Games 1972–2008, Cheltenham, Royaume-Uni, Edward Elgar Publishing Limited,‎ 2004 (ISBN 1843768933, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Kay Schaffer et Sidonie Smith, Olympics at the Millennium, Piscataway, New Jersey, Rutgers University Press,‎ 2000 (ISBN 0-8135-2820-8, lire en ligne)
  • (en) Matthew S. Seligmann, John Davison et John McDonald, Daily Life in Hitler's Germany, New York, Macmillan,‎ 2003 (ISBN 0-312-32811-7, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Alfred Erich Senn, Power, Politics and the Olympic Games, Champaign, Illinois, Human Kinetics,‎ 1999 (ISBN 0-88011-958-6, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) David Wallechinsky et Jaime Loucky, The complete book of the Winter Olympics, Greystone Books,‎ 2010 (ISBN 9781553655022, lire en ligne)
  • (en) Garry Whannel, Fields in vision television sport and cultural transformation, New York, Routledge,‎ 1992 (ISBN 0-415-05383-8, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Charles Yesalis, Anabolic steroids and sports and exercise, Champaign, Illinois, Human Kinetics,‎ 2000 (ISBN 0-88011-786-9, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [PDF] (fr) Comité olympique français, Les Jeux de la VIIIe Olympiade : Rapport officiel, Paris, France,‎ 1924 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [PDF] (en) III Olympic Winter Games Comitee, III Olympic Winter Games : Official Report, Lake Placid, États-Unis,‎ 1932 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [PDF] (en)/(no) Organising Committee for the VI Winter Olympic Games, Olympic Winter Games Oslo 1952, Oslo, Norvège,‎ 1952 (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Thierry Terret, « Prendre ses repères : la semaine internationale de sports d’hiver à Chamonix », dans Les paris des Jeux olympiques de 1924, vol. 1 : Les paris de la candidature et de l’organisation, Biarritz, Éditions Atlantica,‎ 2008 (lire en ligne), p. 57-81

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 6 novembre 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.