Jeune Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Giovine Europa pour l'association fondée par Giuseppe Mazzini en 1834

Issu du Mouvement d’action civique (Mac) et fondé en 1962, Jeune Europe était un mouvement nationaliste-européen. Son dirigeant était le Belge Jean Thiriart au début des années 1960. Il est précurseur du nationalisme révolutionnaire européen contemporain, en ce sens qu'il est l'un des premiers mouvements à considérer la fait national à l'échelle continentale et à opposer à l'État-nation(patrie) défendue par les nationalistes traditionnels le concept de nation-Europe. Il publia les revues Jeune Europe et La Nation européenne.

Ce mouvement activiste, qui eut des sections dans la plupart des pays d'Europe, n'hésita pas à utiliser la violence contre les organisations, journaux et individus jugés hostiles à ses idées.

Alors qu'une partie de ses dirigeants et militants avaient été proches de l'OAS, cette organisation prit parti, par hostilité aux États-Unis, pour de nombreux mouvements de libération nationale (Organisation de libération de la Palestine, Black Panthers, Vietcong, etc.). Un de ses membres, Roger Coudroy, qui s'était enrôlé dans la résistance palestinienne, fut le premier Européen à mourir dans un combat entre celle-ci et l'armée israélienne.

Après la dissolution de Jeune Europe en 1969, un certain nombre de ses membres italiens rejoignirent l'extrême gauche de ce pays dont les Brigades rouges.

Note : on ne doit pas confondre ce groupe avec une autre organisation, Pour une jeune Europe, dirigée par Nicolas Tandler et qui n'exista que peu de temps au tout début des années 1970.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Francis Balace et al., De l'avant à l'après-guerre : l'extrême droite en Belgique francophone, Bruxelles, De Boeck-Wesmael, 1994.
  • José Cuadrado Costa, « De Jeune Europe aux Brigades rouges », La Nation eurasienne, no 5, 2005 (traduction de Da Jeune Europe alle Brigate Rosse, Barbarossa, Milan, 1992).
  • Yannick Sauveur, Jean Thiriart et le national-communautarisme européen, IEP Paris, 1978.

Liens internes[modifier | modifier le code]