Jeune Égypte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Misr El-Fatah (Jeune Égypte) est un petit parti politique égyptien, regroupant 225 membres.

Programme[modifier | modifier le code]

Le programme du parti appelle :

  • à la mise en place d'un parlementaire / arrêt du système présidentiel ;
  • au renforcement du lien entre le monde arabe et Egypte ;
  • à la réalisation de l'intégration avec les pays africains ;
  • à l'adoption de politiques de non-alignement ;
  • à la création d’un système économique socialiste-islamique et au renforcement du rôle du secteur privé.

Le parti dépêcha sept candidats à courir pour les élections législatives de 2000.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le parti a été formé en octobre 1933 par Ahmed Hussein. Au cours des années 1930, il crée un mouvement de jeunesse du nom des « chemises vertes », qui a des affrontements violents avec les « chemises bleues » du parti Wafd. Un membre tente même d'assassiner Mustafa el-Nahhas Pacha en novembre 1937. Sous la pression du gouvernement, les « chemises vertes » sont dissoutes en 1938. Le groupe est rebaptisé Parti nationaliste islamique en 1940, quand il prend une dimension plus religieuse, ainsi qu’un ton anti-britannique. Après la guerre, il est rebaptisé une nouvelle fois, devenant le Parti socialiste d'Égypte. Le groupe a un succès électoral lorsque Ibrahim Choukri, son vice-président, est élu au parlement en 1951. Toutefois, le gouvernement militaire arrivé au pouvoir lors de la révolution égyptienne de 1952, dissout le parti, ainsi que tous les autres partis, en 1953.

En 1978, Ibrahim Choukri forme le Parti socialiste du travail qui, en dépit de son nom, doit beaucoup à l'idéologie nationaliste et populiste de Misr El-Fatah. Son organe est as-Shaab (Le peuple).

Un autre parti, gardant le nom original, a été fondé en 1990. Il est dirigé par Abdallah Rushdi.