Jeu vidéo à défilement horizontal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un jeu vidéo à défilement horizontal, ou en side-scrolling, est un jeu vidéo dans lequel l'action du gameplay est perçue par le joueur depuis une caméra en vue de côté, et dans lequel les personnages se déplacent généralement de gauche à droite (ou moins communément de droite à gauche) afin d'atteindre un objectif. Ces jeux utilisent le système de défilement par ordinateur. Le passage du gameplay par écran simple ou interposé en défilement horizontal, au cours de l'âge d'or des jeux d'arcade et dans l'histoire des consoles de troisième génération, se révélera être une avancée cruciale dans la conception des jeux, comparable à la transition vers la 3D durant l'ère des consoles de cinquième génération[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Jeux de tir[modifier | modifier le code]

Le premier jeu de tir en défilement horizontal est intitulé Defender, un jeu vidéo distribué par la société Williams Electronics en 1980. Il représente une avancée cruciale dont l'action du jeu ne se limite pas qu'à l'écran du joueur[2]. Defender est également notable pour avoir intronisé la mini-carte ou radar[2], en même temps que d'autres jeux vidéo comme Rally-X (en) et Battlezone la même année. En 1981, Scramble devient le premier jeu en défilement horizontal présentant de nombreux et différents niveaux[3]. L'art du format en défilement horizontal s'inspire du défilement parallaxe, utilisé dans les jeux vidéo afin d'attribuer l'illusion d'une profondeur. Les images de fond se présentent sous différents degrés de profondeur lors du défilement, et donnent ainsi l'illusion que les objets se rapprochent ou s'éloignent. Cette technique a pour la première fois été utilisée dans le jeu Moon Patrol en 1982[4].

En 1984, le jeu Hover Attack, sur Sharp X1, devient le premier jeu run and gun en défilement libre, permettant au joueur de tirer dans tous les sens, y compris en diagonal. L'année suivante, en 1985, le jeu Thexder (en) est commercialisé ; il est considéré comme le titre phare des joueurs adeptes de ce type de jeu[5]. En 1985, le jeu en défilement horizontal Gradius, distribué par Konami, donne au joueur un contrôle plus large dans le choix des armes, et présente ainsi un autre élément de stratégie[3]. Dans ce jeu également, le joueur se doit de mémoriser des niveaux afin d'atteindre quelques objectifs[6]. Gradius, avec son désormais célèbre protagoniste, représente le genre shoot 'em up en défilement en horizontal, qui s'étendra par la suite en plusieurs volets[7].

Des shoot 'em up tels que Ikari Warriors (1986), qui présentent des personnages se déplaçant à pied plutôt qu'en vaisseau spatial, se popularisent dans les années 1980 pendant la sortie de films d'action comme Rambo 2 : La Mission[8]. Le premier jeu de ce type reste inconnu, mais le premier jeu influençable du genre s'intitule Commando, paru en 1985[9]. Le jeu vidéo Contra (une version modifiée de ce qui a été commercialisé sous le titre de Probotector en Europe) est particulièrement bien accueilli pour son système multi-directionnel permettant une coopération en simultané. À la veille des années 1990, et avec la popularisation des consoles 16-bits, les jeux de tir en défilement horizontal prennent une ampleur commerciale considérable dont les développeurs tentent de tirer avantage (l'exception à cette époque étant Gunstar Heroes, de Treasure)[10].

Jeux de course[modifier | modifier le code]

En 1980, le jeu de course Rally-X (en), distribué par la société Namco, devient le premier jeu vidéo en défilement directionnel multiple, vertical et horizontal, dont la caméra pouvait défiler en même temps que le joueur[11]. Il présente également un radar montrant le lieu dans lequel se trouve la voiture par rapport à la carte[12].

En 1982, Moon Patrol est l'un des premiers shoot them up à défilement horizontal linéaire[13].

En 1984, de nombreux jeux de course en défilement horizontal sont commercialisés, comme Excitebike distribué par Nintendo[14], et Jumping Cross distribué par SNK[15]. La même année, SNK fait paraître Mad Crasher, dans lequel le joueur prend le contrôle d'une moto futuriste sur des routes en défilement diagonal[16].

Jeux de plateforme[modifier | modifier le code]

Le premier jeu vidéo de plateforme en défilement horizontal s'intitule Jump Bug (en), un jeu de tir sur plateformes paru en 1981. Le joueur incarne une voiture bondissante naviguant et sautant sur diverses plateformes comme des bâtiments, des nuages et des collines. Il présente des niveaux qui défilent horizontalement et verticalement[5].

En 1984, Pac-Land lance le défilement horizontal encore plus loin, et devient plus qu'un simple jeu d'obstacle. Il ne s'agit pas seulement d'un titre à succès[17], mais également d'un titre précurseur des jeux Wonder Boy et Super Mario Bros, qui ont probablement été influencés par ce premier[18]. The Legend of Kage est commercialisé la même année[19], offrant des niveaux permettant au joueur de naviguer dans toutes les directions. Sega fait paraître Flicky[20], un jeu de plateformes simple avec niveaux en défilement horizontal. Namco suit avec un jeu de type fantasy Dragon Buster (en) l'année suivante[21].

Le jeu de plateforme Super Mario Bros., distribué par Nintendo sur Nintendo Entertainment System en 1985, devient l'archétype de nombreux jeux de plateforme qui suivront. Le titre s'est vendu à plus de 40 millions d'exemplaires selon l'édition Livre Guinness des records de 1999. Donkey Kong contribue largement à la popularisation du genre sur consoles 8-bits. Sega tente d'atteindre ce succès avec les séries Alex Kidd et Wonder Boy. Plus tard, la série des jeux Wonder Boy devient notable pour son mélange d'éléments de jeux d'aventure et de RPG à la plateforme traditionnelle[22].

Beat 'em up[modifier | modifier le code]

En 1984, le jeu inspiré du cinéma d'action hongkongais Kung-Fu Master fonde le genre beat 'em up en défilement horizontal grâce à son système de jeu simple et ses nombreux ennemis[23],[24]. En 1984, Karateka atteint ce succès avec un scénario plus approfondi accompagnant ses combats[23]. En 1986, Nekketsu Kōha Kunio-kun s'inspire du thème des arts martiaux dans les premiers jeux de type beat 'em up et intronise le combat de rue dans le genre. Renegade est le précurseur des jeux beat 'em up à défilements horizontal et vertical[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Travis Fahs, « IGN Presents the History of SEGA. The secrets of SEGA's past are revealed. », sur IGN,‎ 21 avril 2009 (consulté le 8 mai 2014).
  2. a et b (en) D.S. Cohen, « Defender – The Scrolling Space Shooter That Changed How Games Are Played », sur About.com (consulté le 8 mai 2014).
  3. a et b (en) [PDF] Professor Jim Whitehead, « Game Genres: Shmups »,‎ 29 janvier 2007 (consulté le 17 juin 2008).
  4. (en) Ted Stahl, « History of Computing: Video games - Golden Age », sur thocp.net (consulté le 8 mai 2014).
  5. a et b (en) Travis Fahs, « The Leif Ericson Awards. Games that discovered a new world before we were ready. », sur IGN,‎ 24 mars 2008 (consulté le 8 mai 2014).
  6. (en) Brian Ashcraft, Arcade Mania! The Turbo-Charged World of Japan's Game Centers, Kodansha International,‎ 2008, p. 76.
  7. (en) Kasavin, Greg, « Gradius Collection Review », sur GameSpot,‎ 7 juin 2006 (consulté le 12 février 2009).
  8. (en) « The History of SNK », sur GameSpot (consulté le 19 février 2009).
  9. (en) Bielby, Matt, « The Complete YS Guide to Shoot 'Em Ups », Your Sinclair,‎ juillet 1990, p. 33.
  10. (en) « IGN's Top 100 Games », sur IGN,‎ 25 juillet 2005 (consulté le 19 février 2009).
  11. (en) « Gaming's Most Important Evolutions (Page 3) », sur GamesRadar (consulté le 19 février 2009).
  12. (en) « Rally-X », sur arcade-museum.com (consulté le 8 mai 2014).
  13. (en) Moon Patrol, Arcade-History, consulté le 22 octobre 2007.
  14. (en) « Excitebike », sur arcade-museum.com (consulté le 8 mai 2014).
  15. (en) « Jumping Cross », sur arcade-museum.com (consulté le 8 mai 2014).
  16. (en) « Mad Crasher », sur arcade-museum.com (consulté le 8 mai 2014).
  17. (en) « Pac-Land », sur Arcade History (consulté le 21 novembre 2011).
  18. (en) Sean, « Namco History Vol 4 », sur Anime Densetsu (consulté le 24 novembre 2011).
  19. (en) « Legend of Kage », sur Arcade History (consulté le 31 juillet 2007).
  20. (en) « KLOV: Flicky », sur KLOV (consulté le 31 juillet 2007).
  21. (en) « Dragon Buster », sur Arcade History (consulté le 31 juillet 2007).
  22. (en) « Hardcore Gaming 101: Wonderboy », sur Hardcore Gaming 101 (consulté le 4 février 2012).
  23. a et b (en) Spencer, Spanner, « The Tao of Beat-'em-ups », sur Eurogamer,‎ 6 février 2008 (consulté le 18 mars 2009).
  24. (en) Kunkel, Bill, Worley, Joyce et Katz, Arnie, « The Furious Fists of Sega! », Computer Gaming World,‎ octobre 1988, p. 48-49.
  25. (en) « Evolution of a Genre: Beat 'Em Ups », sur ABC Television,‎ 6 novembre 2007 (consulté le 24 mars 2009).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Steven L. Kent, The Ultimate History of Video Games