Jeu du lièvre et du chien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La position de départ du jeu.

Le jeu du lièvre et du chien[1] est un jeu de stratégie combinatoire abstrait à deux joueurs. Son invention remonte au Moyen Âge. Il était populaire parmi les forces armées françaises lors de la guerre franco-prusse au XIXe siècle. Au XXIe siècle, il est peu connu[2].

Règles[modifier | modifier le code]

  • Un joueur déplace les trois chiens en tentant de coincer un lièvre.
  • À chaque tour, chaque joueur avance l'un de ses « pions ». Les chiens peuvent seulement se déplacer vers l'avant (de gauche à droite), le haut ou le bas. Le lièvre peut aller dans toutes les directions.
  • Les chiens gagnent si le lièvre ne peut plus se déplacer.
  • Le lièvre gagne s'il échappe aux chiens, c'est-à-dire s'il parvient à se positionner à la gauche de tous les chiens.
  • Si les chiens se déplacent verticalement pendant dix coups consécutifs, ils sont vus comme immobilisés et le lièvre gagne.

Analyse[modifier | modifier le code]

Le jeu du lièvre et du chien est un exemple classique des jeux étudiés en théorie des jeux combinatoires : il ressemble au dames, au jeu de Go ou au jeu du renard et les poules. Le mathématicien Martin Gardner a affirmé que le jeu du lièvre et du chien « combine une simplicité extrême à une extraordinaire et subtile stratégie »[trad 1] dans sa colonne Mathematical Games du magazine Scientific American.

Les règles du jeu étant relativement simples, il est facile de le programmer : il existe plusieurs sites web qui le propose.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Traductions de[modifier | modifier le code]

  1. (en) « combines extreme simplicity with extraordinary strategic subtlety »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jean Sauvy, Comment rendre plus attrayant l'enseignement traditionnel : de la maternelle à la terminale, L'Harmattan,‎ 2004, 84 p. (ISBN 2-7475-5844-4), p. 36
  2. (en) M. Winther, « Hare games », M. Winther,‎ 2008 (consulté le 4 septembre 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]