Jesu, meine Freude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jesu, meine Freude est un motet composé par Jean-Sébastien Bach. Le titre complet, tel qu'il a été établi dans le catalogue, est Motet n° 3 en mi mineur, BWV 227.

Le compositeur allemand d'origine danoise Dietrich Buxtehude avait également écrit un Jesu meine Freude.

L’œuvre[modifier | modifier le code]

Vitrail avec le portrait de Johann Franck et les paroles de Jesu meine freude, à l'église de Lübben

Il existe six motets authentifiés, de Bach (ils sont actuellement catalogués BWV 225–230). Bach les a composés pour l'église Saint-Thomas de Leipzig entre 1723 et 1727. Un septième a son authenticité contestée. Ce troisième est le plus ancien et le plus long. Il a été composé à Leipzig en 1723 pour les funérailles (le 18 juillet 1723) de Johanna Maria Käsin, la femme du maître de Poste de la ville. La cinquième voix du chœur est une partie de second soprano d'une grande richesse harmonique, ajoutant énormément à la palette tonale de l'ensemble de l’œuvre.

La mélodie chorale à partir de laquelle Bach a élaboré son motet provient d'un choral luthérien de Johann Crüger (1653). Elle apparaît pour la première fois dans la Praxis pietatis melica de cet auteur. Le texte en allemand est de Johann Franck et a été écrit vers 1650. Les paroles chantées dans les 2e, 4e, 6e, 8e et 10e parties sont basées sur l'Épître aux Romains, de l'apôtre Paul (8:1–2, 9–11).

Mouvements[modifier | modifier le code]

  1. Jesu, meine Freude (1re strophe)
  2. Es ist nun nichts Verdammliches (basé sur l'Épître aux Romains 8:1,4)
  3. Unter deinem Schirmen (2e strophe)
  4. Denn das Gesetz (à 3, basé sur l'Épître aux Romains 8:2)
  5. Trotz dem alten Drachen (3e strophe)
  6. Ihr aber seid nicht fleischlich (fugue, basée sur l'Épître aux Romains 8:9)
  7. Weg mit allen Schätzen (4e strophe)
  8. So aber Christus in euch ist (à 3, basée sur l'Épître aux Romains 8:10)
  9. Gute Nacht, o Wesen (à 4, 5e strophe)
  10. So nun der Geist (basée sur l'Épître aux Romains 8:11)
  11. Weicht, ihr Trauergeister (6e strophe)

Notes et références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]