Jesolo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jesolo
Vue du centre
Vue du centre
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Veneto.svg Vénétie 
Province Venise  
Maire Francesco Calzavara
Depuis le 12/06/2007
Code postal 30016, 30017
Code ISTAT 027019
Code cadastral C388
Préfixe tel. 0421
Démographie
Gentilé jesolani
Population 25 601 hab. (31-12-2010[1])
Densité 269 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 32′ 00″ N 12° 39′ 00″ E / 45.53333, 12.65 ()45° 32′ 00″ Nord 12° 39′ 00″ Est / 45.53333, 12.65 ()  
Altitude Min. 2 m – Max. 2 m
Superficie 9 500 ha = 95 km2
Divers
Saint patron San Giovanni Battista
Fête patronale 24 juin
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vénétie

Voir sur la carte administrative de Vénétie
City locator 14.svg
Jesolo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Jesolo

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Jesolo
Liens
Site web http://www.jesolo.it/

Jesolo est une ville de la province de Venise dans la région Vénétie en Italie.

Le Lido de Jesolo est le premier cordon littoral de la lagune de Venise.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom antique de Jesolo était Equilium (du Latin equus ou de l'ancien vénète kvo), c’est-à-dire cité des chevaux. Le nom rappelle l’élevage des chevaux pour lesquels les Paléo-vénètes étaient célèbres. Le nom actuel de Jesolo dérive probablement d’une série d’erreurs de transcription du nom le plus ancien (Equilo, Esulo, Lesulo, Jexulo, Jexollo, Jesolum).

Le nom correct est Jesolo, mais (la lettre "J" ne faisant pas partie de l'alphabet italien) l’administration publique italienne se réfère souvent à cette commune avec le nom de "Iesolo". La société qui publie l’annuaire téléphonique traite les deux noms à égalité..

Géographie[modifier | modifier le code]

Panorama nocturne de la plage de Jesolo

Le territoire s’étend le long de la côte Vénitienne, sur une zone de plaine face à la mer Adriatique, et est constitué de la lagune de Jesolo (22 km2), des fleuves Sile et Piave, et à l’embouchures de ceux-ci par la "laguna del Mort", et l’Adriatique. Les marais de Dragojesolo et de Grassabò forment la zone la plus étendue de la lagune Nord.

La très grande majorité des aires urbaines de la cité, se trouve sur une sorte «d’île», délimitée par les fleuves Piave (à l’est), Sile (à l’ouest) et par le canal artificiel Cavetta. La zone la plus élevée est celle de «Monte Lepre» avec une altitude de 10 m.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans l’antiquité, le territoire actuel de la commune était une lagune à l’intérieur de laquelle émergeaient quelques petites îles dont la plus grande était appelée Equilium par les romains. Le site était habité par une population paléo-vénète, fameuse pour l’élevage des chevaux. Les populations locales furent alliées de Rome contre la menace des Celtes et permirent aux romains de s’établir pacifiquement dans l’actuelle Vénétie. Les romains colonisèrent cette terre, construisant routes, ponts et villages. Ils organisèrent le territoire cultivable par la centuriation romaine et débutèrent les premiers travaux d’assainissement des marais.

Avec la chute de l’Empire survint l’insécurité : les expéditions de barbares chassèrent les habitants de la plaine et les contraignant à se réfugier dans la lagune. En particulier les habitants d'Oderzo qui fondèrent la cité d’Eraclea sur l’île de Melidissa et Jesolo sur l’île d’Equilio.

Grâce à sa position particulière, Jesolo se trouve être au centre des commerces maritimes de la zone nord-Adriatique. Protégée par la lagune, la cité a pu se développer sans discontinuer et être, un moment, le siège du diocèse d’Equilio. Une tragique inondation du Sile et l’arrivée des Francs provoquèrent la décadence du florissant port de Jesolo en 1466 qui ne comptait plus que quelques d’habitations à la fin du XVe siècle.

Un nouveau village, nommé Cavazuccherina, fut créé. Pour améliorer les conditions de vie de la population, la République de Venise exécuta les travaux de détournement des fleuves Sile et Piave. Le village survécut, pendant quelques siècles, aux vicissitudes des aventures napoléoniennes et autrichiennes, puis à l’annexion au Royaume d'Italie.

Durant la Première Guerre mondiale, la population de Cavazuccherina dut évacuer les lieux. Les Italiens inondèrent la zone marécageuse près de l’embouchure du Piave, là où les autrichiens avaient implanté leur garnison. La malaria et la grippe espagnole y firent de nombreuses victimes.

Dans l’après-guerre, le Consortium de bonification du Bas Piave reprit les travaux d'assainissement. La « Grande bonification » fur réalisée de 1920 à 1930 : les cultures du blé, maïs et betterave à sucre furent développées, auxquelles s’ajoutèrent les plantations d’arbres fruitiers et de vignes.

Le 28 août 1930, la commune fut renommée avec l’ancien nom de Jesolo et depuis 1936 les localités de «Marina Basse» et de «Spiaggia» devinrent le «Lido di Jesolo». Cette époque coïncide avec le nouvel essor de l’agriculture et la naissance des premiers établissements de cures d’héliothérapie, des premiers restaurants et auberges, jusqu’au coup d’arrêt provoqué par la Seconde Guerre mondiale.

Une fois la paix revenue, le Lido de Jesolo reprit une activité très soutenue avec la structure de la Croix Rouge Italienne, par l’accueil dans les années 1960, des exilés politiques polonais, et d’environ un miller de réfugiés de l’ex-Yougoslavie.

Aujourd’hui[modifier | modifier le code]

À partir des années 1950, l’administration communale a lancé un ambitieux programme d’urbanisation (Master Plan). À partir de l'an 2000, plusieurs hôtels ont été reconvertis en résidences et beaucoup de zones agricoles sont passées en zones résidentielles. Ceci a permis la construction de dizaines de nouvelles structures d’accueil à basse densité comme les villages touristiques mais, avec quelques édifications du type gratte-ciel (sans précédent en Vénétie).

Les projets d’extension sont très ambitieux : entre un golf à 19 trous et des tours d’hôtels variant entre 8 et 24 étages, entraînant logiquement l’établissement des nombreux magasins, salles de jeux, restaurants, discothèques, etc…, le Lido de Jesolo ressemblera, pour quelques mois par an, à ces stations balnéaires du type Lloret de Mar en Espagne, avec une atmosphère absolument incompatible pour le touriste en quête de nature et relaxation.

Économie[modifier | modifier le code]

La plage du Lido de Jesolo

L’économie de Jesolo est essentiellement basée sur le tourisme avec nombre de structures d’accueil et de divertissement. Comme beaucoup de localités balnéaires, la population de la commune voit sa population augmenter considérablement durant la période estivale. Parallèlement, le développement du secteur des services liés au tourisme, a entraîné une régression du secteur agricole.


Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2002 12 juin 2007 Francesco Calzavara    
12 juin 2007 en cours Francesco Calzavara Centro-Destra  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Jesolo Lido, Jesolo Pineta, Passarella di Sotto, Cortellazzo, Ca' Pirami, Ca' Fornera

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Cavallino-Treporti, Eraclea, Musile di Piave, San Donà di Piave, Venise

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.