Jehan Du Seigneur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Bernard Duseigneur dit Jehan Du Seigneur est un sculpteur romantique français né à Paris le 23 juin 1808 et mort dans cette même ville le 6 mars 1866, actif entre 1831 et 1866, membre de l'Institut historique[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il étudie sous Dupaty, Bosio et Cortot. Vers 1830, il déserte l'école classique, cherchant dans le Moyen Âge chevaleresque et chrétien des inspirations nouvelles. Il fait partie du cénacle qui se groupe autour de Victor Hugo. Au salon de 1831, il expose un Roland furieux, d'après un sujet de l’Arioste, qui le rend célèbre. Cette pièce, aujourd'hui exposée au musée du Louvre, est souvent considérée comme la première sculpture romantique.

Du Seigneur prend, par la suite, une direction toute mystique, se consacrant presque exclusivement à la décoration des églises. L'autre partie de sa carrière est surtout consacrée aux bustes et médaillons tel celui de Jacques de Rougé, marquis du Plessis-Bellière dans la galerie des Batailles du château de Versailles. Il est également un écrivain de mérite.

Il fréquente le Cénacle de Victor Hugo, avant d'accueillir chez lui le petit Cénacle, où se retrouvent des artistes tels Théophile Gautier, Gérard de Nerval, Auguste Maquet ou le poète frénétique Pétrus Borel, qui en fera l'un des dédicataires de ses Rhapsodies.

Il réalise entre autres un chemin de croix pour un prieuré de bénédictins, actuellement église paroissiale Saint-Éloi, à Iffendic[2], plusieurs médaillons de bronze, dont l'un, représentant Gérard de Nerval, est situé dans le square Saint-Jacques, au pied de la tour, non loin du lieu où celui-ci fut retrouvé pendu.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Le Crucifiement de la chapelle du Calvaire dans l'église Saint-Roch de Paris

Liens externes[modifier | modifier le code]

Jean-Bernard Duseigneur sur Wikiphidias

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1] Journal des études historiques, tome cinquième
  2. Site du ministère de la culture