Jeanne de Vergy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jeanne de Vergy , est l'arrière-petite-fille d'Henri Ier de Vergy et d'Isabelle de Ray[1]. Toutefois, il a été démontré par A. Rousset[2] qu'Henri Ier de Vergy a plutôt épousé Elisabeth de Chalon. Jeanne de Vergy épouse en 1340 Geoffroi de Charny (†1356).

Enseigne du pèlerinage de Lirey représentant le Suaire de Turin (Croquis d'Arthur Forgeais, 1865)

D'après la tradition, Jeanne de Vergy aurait reçu le Saint-Suaire de ses ancêtres. En 1357, Jeanne organise des ostensions (expositions en public) du Linceul dans la collégiale de Lirey[3]. En 1360 Henri de Poitiers, évêque de Troyes, interdit les ostensions car selon lui le Linceul est faux puisqu'il n'en est pas fait mention dans les Évangiles.

En 1389, Jeanne reprend les ostentions avec l'autorisation du pape Clément VII, parent de son second mari Amédée IV de Genève. Elle s'oppose au nouvel évêque de Troyes, Pierre d'Arcis qui ordonne la cessation des ostentions et adresse au pape son "Mémorandum de Pierre d'Arcis" dans lequel il affirme que « ce linge habilement peint sur lequel, par une adroite prestidigitation, était représentée la double image d'un homme avait été fait pour attirer les foules afin de leur extorquer habilement de l'argent ».

De son premier mariage, Jeanne eu Geoffroy II de Charny.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'identification scientifique de l'homme du linceul Jésus de Nazareth, F.-X. de Guibert, 1995, pages 347-348, recherche généalogique de Michel Bergeret. Voir aussi, pour confirmation, Ian Wilson, L'énigme du Suaire, Albin Michel, 2010, page 271.
  2. A Rousset, Diction. géograp., histor. des communes de Franche-Comté, t. VI, p. 29 et p. 104.
  3. Approches de trois monothéismes: judaïsme, christianisme, islam : Par André Doyen, Edition Memo & Codec, 1985