Jeanne d'Angleterre (1165-1199)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jeanne et son frère Richard Cœur de Lion rencontrent Philippe Auguste, enluminure vers 1230, Biographical Historia Anglorum
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeanne d'Angleterre.

Jeanne d'Angleterre est une princesse anglaise qui fut reine de Sicile puis comtesse de Toulouse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeanne, née au château d'Angers en 1165, est la fille du roi Henri II d'Angleterre, et d'Aliénor d'Aquitaine. Deux de ses frères, Richard Cœur de Lion et Jean sans Terre, furent rois d’Angleterre.

Aliénor d’Aquitaine confie son éducation à l’abbaye de Fontevraud[1].

Le 13 février 1177 à Palerme, elle épouse en premières noces le roi Guillaume II de Sicile dont elle aurait eu un fils selon Robert de Torigni :

Veuve en 1189, elle accompagne son frère Richard Cœur de Lion, qui participe à la troisième croisade, en Terre sainte. Le roi envisage même de la marier à Al-Adel, frère de Saladin et de confier aux deux époux le royaume de Jérusalem, mais Jeanne refuse d'épouser un prince musulman et Saladin refuse d'autoriser son frère à se convertir au christianisme, ce qui met fin au projet[2]. Revenu de Terre Sainte, Richard, qui a des prétentions sur le comté de Toulouse, ne peut les défendre par les armes, occupé à combattre Philippe Auguste, et préfère se faire un allié du comte Raymond VI de Toulouse en lui donnant sa sœur en mariage.

Elle épouse donc, en octobre 1196, à Rouen et en secondes noces, Raymond VI (VIII), comte de Toulouse († 1222) dont elle a :

Elle n'a pas été une comtesse passive. En mars 1199, alors que son mari règle un litige en Provence, un vassal du Lauragais se révolte et Jeanne vient elle-même assiéger le château. Affecté par la mort de Richard Cœur de Lion, le 6 avril 1199, elle se rend à Rouen auprès de son autre frère Jean sans Terre, mais affaiblie par sa grossesse, se retire à Fontevraud, accouche d'une enfant mort-née et meurt peu après[3].

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Martin Aurell, in Edmond-René Labande, Pour une image véridique d’Aliénor d’Aquitaine, paru dans le Bulletin de la Société des antiquaires de l'Ouest, 1952, pages 175-234 ; réédité avec une préface de Martin Aurell par la Société des antiquaires de l'Ouest-Geste éditions en 2005. ISBN 2-84561-224-9, p 10
  2. René Grousset, Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem - III. 1188-1291 L'anarchie franque, Paris, Perrin,‎ 1936 (réimpr. 2006), 902 p., p. 120.
  3. Jean-Luc Déjean, Les comtes de Toulouse (1050-1250), Fayard,‎ 1979 (réimpr. 1988) [détail des éditions] (ISBN 2-213-02188-0), p. 259