Jeanne Calment

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jeanne Calment

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jeanne Calment à l'âge de 20 ans, en 1895.

Nom de naissance Jeanne Louise Calment
Naissance 21 février 1875
Arles (Drapeau de la France France)
Décès 4 août 1997 (à 122 ans)
Arles (Drapeau de la France France)
Nationalité Drapeau de France Française
Profession Femme au foyer
Autres activités
Doyenne des Français (1986 – 1997)
Doyenne de l'humanité (1989 – 1997)
Ascendants
Nicolas Calment (1831 – 1931) (son père)
Marguerite Gilles (1838-1924) (sa mère)
Conjoint
Fernand Nicolas Calment (1868 – 1942)
Descendants
Yvonne Marie Nicolle Calment (1898 – 1934) (sa fille)
Famille
Frédéric Jean Paul Billot (1926 – 1963) (son petit-fils)

Compléments

Jeanne Calment est une femme française, née Jeanne Louise Calment le 21 février 1875[1] à Arles (Bouches-du-Rhône) et morte le 4 août 1997[1] dans la même ville à l'âge de 122 ans, 5 mois et 14 jours (elle a vécu 44 724 jours). Elle est la personne ayant vécu le plus longtemps au monde dont la naissance a pu être établie de manière certaine[2]. Elle a été doyenne des Français à partir du 20 juin 1986 et doyenne de l'humanité du 17 septembre 1989 jusqu'à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeanne Calment à 22 ans, en 1897
Acte de naissance de Jeanne Calment

Jeanne Louise Calment naît le 21 février 1875 de Nicolas Calment (fils d'Antoine Calment et Marie Anne Poujaud), charpentier de marine, et de Marguerite Gilles (fille de Claude Gilles et Rose Minaud), sans profession, venant d'une famille de meuniers[1]. Ses parents se marient le 16 octobre 1861. Ils ont plusieurs enfants (mais le nombre exact n'a pu être avéré) : Antoine, né en 1862 ; Marie, née en 1863 ; François, né en 1865 ; et Jeanne, née en 1875. Cette dernière n'a jamais connu Marie et Antoine, car ceux-ci sont morts en bas âge, respectivement à 1 et 4 ans.

Le 8 avril 1896, à l'âge de 21 ans, Jeanne épouse son cousin issu de germain, Fernand Nicolas Calment[3], riche marchand, ce qui permet à Jeanne Calment de ne jamais travailler. Elle peut ainsi mener une vie aisée où elle peut pratiquer ses hobbies comme le tennis, le vélo, la natation, le patin à roulettes, le piano et l'opéra[1]. Elle survécut 55 ans à son mari (mort en 1942).

Jeanne Calment et son mari n'ont eu qu'une seule fille, Yvonne, née le 20 janvier 1898 et un seul petit-fils, Frédéric, né en 1926. Sa fille est morte à l'âge de 36 ans d'une pneumonie et son petit-fils, devenu médecin est mort en 1963 à l'âge de 37 ans d'une rupture d'anévrisme due à un accident de moto.

En 1965, à l'âge de 90 ans et sans héritier, elle vend sa maison en viager à son notaire, André-François Raffray. Celui-ci, alors âgé de 47 ans, accepte de lui payer mensuellement la somme de 2 500 francs. Il le fera jusqu'à sa mort en 1995, à l'âge de 77 ans ; sa femme continuera ensuite de payer, jusqu'à la mort de Jeanne Calment. Au total, les époux Raffray ont versé plus de deux fois le prix de la maison de Jeanne Calment conformément aux règles du viager[1].

Ascendance[modifier | modifier le code]

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Jeanne Calment à l'âge de 40 ans, en 1915

En 1985, Jeanne Calment s'est installée dans une maison de retraite, à Arles, après avoir vécu seule jusqu'à 110 ans[1]. Cependant, elle n'attire l'attention des médias qu'en 1988, lorsqu'elle rencontre les journalistes à l'occasion de la célébration du centenaire de la visite de Vincent van Gogh à Arles ; elle est alors la dernière personne vivante à affirmer avoir rencontré Van Gogh. Cette rencontre aurait eu lieu, selon ses dires, cent ans auparavant, en 1888 ; alors qu'elle était âgée de 12 ou 13 ans, le peintre serait venu acheter des toiles dans la boutique de son père. Devant les journalistes, Jeanne Calment le décrit comme un homme particulièrement laid et impoli, qualifiant cette furtive rencontre de « déception »[4],[5],[1].

À l'âge de 114 ans, elle apparait dans Vincent et moi, film où elle jouait son propre rôle, devenant ainsi l'actrice la plus âgée au monde. Le documentaire Au-delà de 120 ans avec Jeanne Calment est sorti en 1995[6]. En 1996, pour célébrer ses 121 ans, un CD appelé Maîtresse du temps est sorti, comprenant quatre titres sur lesquels elle parle sur fond de rap[7]. Après son 122e anniversaire, alors que sa santé s'est beaucoup détériorée, elle ne fait plus d'apparition publique et meurt cinq mois plus tard[6].

Records battus[modifier | modifier le code]

À la suite de son entretien de 1988, à l'âge de 113 ans, Jeanne Calment est reconnue par le Livre Guinness des records comme la personne la plus âgée au monde. Ce titre lui est cependant retiré en 1990 lorsque Carrie C. White prétend être née en 1874, bien que des doutes subsistent sur la véracité de cette date.

À la mort de Carrie White le 14 février 1991, Jeanne Calment, une semaine avant son 116e anniversaire, est alors devenue la personne la plus âgée au monde[8]. En 1993, elle est de nouveau entrée dans le Guinness comme la personne la plus âgée, dont le certificat de naissance peut être authentifié avec certitude[5]. Le 17 octobre 1995, Jeanne Calment atteint 120 ans et 238 jours et devient la doyenne de l'humanité, surpassant définitivement Shigechiyo Izumi mort en 1986 à 120 ans et 237 jours[6] mais dont l'article laisse entrevoir qu'il serait plutôt mort à 105 ans.

À la mort de Jeanne Calment le 4 août 1997, la Canadienne Marie-Louise Meilleur, alors âgée de 116 ans, devient la personne la plus âgée.

Santé[modifier | modifier le code]

Beaucoup de membres de la famille de Jeanne Calment ont vécu jusqu'à un âge relativement avancé : son frère aîné, François Calment, né en 1865, est mort à Arles le 1er décembre 1962 à 97 ans, son père le 28 janvier 1931 à 93 ans et sa mère le 18 septembre 1924 à 86 ans. La bonne santé de Jeanne Calment a laissé présager de son record de longévité. À l'âge de 85 ans, elle commence l'escrime et elle fait toujours de la bicyclette à 100 ans. Jeanne Calment a vécu seule jusqu'à son 110e anniversaire, avant d'entrer dans une maison de retraite. Elle est cependant restée en bonne santé et capable de marcher jusqu'à 114 ans et 11 mois, où elle a souffert d'une chute nécessitant une opération.

Jeanne Calment attribue sa longévité et son apparence relativement jeune à l'huile d'olive qu'elle utilisait pour se nourrir et dont elle s'enduisait la peau, ainsi qu'à un verre de porto et à un kilogramme de chocolat par semaine[7],[9]. Elle mettait toujours de l'ail dans les viandes et poissons[réf. souhaitée] et du sucre dans ses boissons[réf. souhaitée].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) Craig R. Whitney, « Jeanne Calment, World's Elder, Dies at 122 », sur http://www.nytimes.com/,‎ 5 août 1997 (consulté le 2 décembre 2009)
  2. Le bolivien Carmelo Flores Laura (en) affirme en 2013 avoir 123 ans mais ce record n'est pas avéré.
  3. (en) J.-M. Robine, M. Allard, « Jeanne Calment: Validation of the Duration of Her Life », sur http://www.demogr.mpg.de/ (consulté le 2 décembre 2009)
  4. « Jeanne Calment raconte sa rencontre avec Van Gogh », sur http://www.ina.fr/,‎ 21 janvier 1989
  5. a et b « World's oldest person dies at 122 », sur http://www.cnn.com/,‎ 4 août 1997 (consulté le 2 décembre 2009)
  6. a, b et c (en) « Jeanne Calment », sur http://www.lastingtribute.co.uk/ (consulté le 2 décembre 2009)
  7. a et b (en) « Believed to be world's oldest, woman in France dies at 122 », sur http://supercentenarian.com/,‎ 4 août 1997 (consulté le 2 décembre 2009)
  8. (en) « The Oldest Human Beings », sur http://www.recordholders.org/ (consulté le 2 décembre 2009)
  9. « Comme si c’était hier : Jeanne Calment », RTS Un, Radio télévision suisse « Mise au Point »,‎ 15 juin 2014 (lire en ligne [[vidéo]])
    « 122 ans certifiés, la palme de doyenne de l’humanité revient toujours à Jeanne Calment, disparue en 1997. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Simonoff, Jeanne Calment. La Passion de vivre, avec une préface d'Igor et Grichka Bogdanoff, Monaco : Éditions du Rocher (collection « Documents »), 1995, 151 pages et 16 pages de planches illustrées.
  • France Cavalié, Jeanne Calment. L'Oubliée de Dieu, Paris : TF1 Éditions/Notre Temps (collection « Grands témoins »), 1995, 200 pages et 8 pages de planches illustrées.
  • Desmond Morris, la Clé de la longévité : une vie active dépourvue d'anxiété, article traduit en français paru dans la revue quadrimestrielle Aventis Future (2003-3), (introuvable sources à vérifier), dont un bon tiers est consacré à Jeanne Calment.
  • Jean-Marie Robine et Michel Allard Les 120 ans de Jeanne Calment, doyenne de l'humanité Le Cherche-Midi 1994