Jean de la Rochelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean de la Rochelle, né en 1200 à La Rochelle (Charente-Maritime) et mort le 8 février 1245 à Paris, est un philosophe et théologien franciscain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre dans l'Ordre franciscain à un âge précoce. Il devient l'un des disciplse d'Alexandre de Hales ainsi que le premier franciscain à recevoir un diplôme de théologie à l'Université de Paris. Il joue un grand rôle dans l'écriture de la Summa fratris Alexandri.

En 1238, il est professeur de théologie, et travaille, en tant que tel, avec Guillaume d'Auvergne, évêque de Paris, pour discuter de la question des bénéfices ecclésiastiques.

Selon Jean de la Rochelle, la théologie est essentiellement sagesse. Il estime que trois choses sont nécessaires à un théologien : la connaissance, la sainteté, et l'enseignement. Son principal argument est que celui qui enseigne l'Écriture doit avoir une formation doctorale solide, mais doit également incarner en lui-même la connaissance sacrée par sa bonne volonté et ses actions morales. Il est décrit par Bernard de Besse comme un professeur de grande renommée, dont les écrits sont à la fois solide et extrêmement utile.

Il est l'un des adversaires du frère Elias, et, avec Alexandre de Hales, il participe aux discussions menant à l'intrigue ayant provoqué la chute d'Elias en 1239 . Lorsque le chapitre 1241 du définitoire sollicite des observations sur les questions litigieuses, notamment sur la règle franciscaine, la ville de Paris demande à Jean de La Rochelle, en collaboration avec Alexandre de Hales, Robert de Bascia et Odon de Rigaud, de fournir une explication sur la Règle sainte. Leur travail reçoit l'approbation du Chapitre Général de l'Ordre qui se tient à Bologne en 1242, et se fait connaître comme l'« Exposition des quatre maîtres."

Ses œuvres, la Summa de anima et Tractatus de divisione potentiarum animae sont considérés comme ses meilleurs. L'objectif principal de la Summa de anima est de définir la position de Jean sur l'être et l'essence dans le contexte du débat entre ceux qui défendent la théorie selon laquelle tots être créé est composé de matière et de forme, et ceux qui, comme Thomas d'Aquin, rejettent la doctrine qui attribue un caractère composite de l'âme. Jean étudie l'âme selon les quatre causes aristotéliciennes : . matériel, efficace, formel, et finale. Il introduit une doctrine qui distingue l'âme en deux parties : Supérieure et inférieure. Les niveaux de l'âme sont distingués en fonction de leurs objets : les objets de raisonnement supérieur peuvent être classés en tant qu'être spirituel, et les objets de raisonnement inférieur sont classés comme corporels. Le Traité de John sur les divisions multiples du Pouvoir de l'âme donne une vue détaillée de sa conception de l'âme. Jean de la Rochelle est un précurseur en philosophie théologique, à une époque où les théologiens parisiens s'abstiennent d'études philosophiques.

Jean de la Rochelle meurt le 8 février 1245, durant la même année que son professeur Alexandre de Hales.

Références[modifier | modifier le code]