Jean de Patmos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint Jean à Patmos, sculpture française du XVe siècle, Metropolitan Museum
Saint Jean à Patmos. 1558.

Jean de Patmos, parfois Jean le visionnaire, est le nom donné à l'auteur de l’Apocalypse qui s'identifie sous le nom de « Jean » par quatre fois dans ce texte écrit vers 95.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

L'auteur de l'Apocalypse n'a pas laissé de traces historiques et les traditions à son sujet s'opposent dès les premiers temps du christianisme[1].

En se fondant sur l'analyse exégétique et textuelle, il est vraisemblable que sa langue soit l'araméen voire l'hébreu, ce qui rend possible la thèse des chercheurs qui en font un prophète apocalyptique judéo-chrétien qui aurait fui la Palestine à la suite de la révolte juive des années 60 et se serait réfugié en Asie Mineure - peut-être à Éphèse - avant de s'exiler sur l'île Patmos, peut-être sous la pression de ce que la tradition chrétienne appelle persécution de Domitien mais dont la réalité est largement mise en question par les historiens[2]. Il a pu s'agir d'un personnage important des communautés judéo-chrétiennes d'Asie Mineure aux sept Églises desquelles il s'adresse et dont le texte peut laisser penser qu'il était un prophète itinérant[3].

Les relations de cet auteur avec la tradition et l'école johanniques sont débattues. Mais une majorité de chercheurs incline à ne pas associer Jean de Patmos aux courants johanniques, même si des contacts ont pu avoir lieu[4].

Iconographie[modifier | modifier le code]

L'assimilation par la tradition du rédacteur de l'Apocalypse à l'évangéliste Jean voire à l'apôtre Jean - qui s'est vu parfois surnommé l'« Aigle de Patmos »[5] - a donné lieu à la production d’œuvres d'art qui lui sont consacrées.

Le personnage a inspiré plusieurs peintres, notamment :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Raymond E. Brown, Que sait-on du Nouveau Testament ?, éd. Bayard, 2011, p. 859
  2. Raymond E. Brown, Que sait-on du Nouveau Testament ?, éd. Bayard, 2011, p. 835
  3. Élian Cuvillier, « Apocalypse de Jean », in Daniel Marguerat (dir.), Introduction au Nouveau Testament : Son histoire, son écriture, sa théologie, éd. Labor et Fides, 2004, p.394
  4. Raymond E. Brown, Que sait-on du Nouveau Testament ?, éd. Bayard, 2011, p. 860
  5. Le symbole animalier de l'évangéliste Jean, lui-même parfois confondu par la tradition avec l'apôtre - est l'aigle

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élian Cuvillier et Emmanuelle Steffek, Jésus à Jean de Patmos : l’annonce de l’Évangile dans le Nouveau Testament, éd. Olivétan, 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :