Jean de Parme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean de Parme (homonymie).

Jean de Parme, né à Parme vers 1209, mort le à Camerino (Marches), ministre général des franciscains de 1247 à 1257. Il est considéré comme bienheureux par l'Église catholique romaine et fêté localement le 19 mars[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir rejoint l'Ordre des frères mineurs, il est ordonné prêtre. Il enseigne ensuite la théologie à l'Université de Bologne, puis de Naples. Il assiste comme expert au Ier concile de Lyon, en 1245. Au chapitre général de son ordre de 1247, tenu à Lyon, il est élu ministre général.

Sa première tâche est de visiter les différentes provinces de l'ordre. En Angleterre, il est reçu par Édouard III et en France, par Louis IX, qui assiste également au chapitre général de Sens. En 1249, il convoque un chapitre général à Metz, où il promulgue de nouveaux statuts, visant à apaiser la querelle entre Spirituels (partisans de la pauvreté absolue instituée par François d'Assise) et Conventuels (partisans d'une évolution de l'ordre).

Parallèlement, les ordres mendiants subissent les foudres de l'Université de Paris. Jean travaille alors avec Humbert de Romans, maître général des dominicains, à une meilleure collaboration entre les deux ordres. En 1256, Gérard de Borgo San Donnino, ami de Jean, est dénoncé par la Sorbonne et condamné par le pape pour joachimisme. Jean, compromis, doit convoquer un chapitre général à Rome, en 1257. Il abandonne son poste de ministre général à Bonaventure, pour se retirer dans un ermitage.

Malgré son retrait, il est accusé à son tour de joachimisme. Son procès est instruit à Pieve par Bonaventure lui-même et le cardinal Orsini, protecteur de l'ordre. Acquitté, grâce au soulien du Cardinal Ottobono Fieschi, le futur pape Hadrien V, il retourne dans son ermitage. En 1289, âgé de 80 ans, il demande au pape Nicolas IV la permission de prêcher en Grèce. Il meurt en voyage.

Il est béatifié en 1777 par Pie VI.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) « Jean de Parme », dans Catholic Encyclopedia, 1913 ;
  • Histoire de l'Église depuis les origines jusqu'à nos jours, t.X (1198-1274), Paris : Bloud & Gay, 1959 ;
  • Rosalind B. Brooke, Early Franciscan Government: Ellias to Bonaventure, Cambridge University Press, 2004 ;
  • André Vauchez (s. dir.), Apogée de la papauté et expansion de la chrétienté (1054–1274) (Histoire du christianisme, t. V), Paris : Desclée, 1992.

Notes et références[modifier | modifier le code]