Jean de Kenty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint Jean de Kenty
Image illustrative de l'article Jean de Kenty
Statue de Saint Jean de Kenty
Naissance 1397
Kenty (diocèse de Cracovie)
Décès 24 décembre 1473  (à 76 ans)
Nationalité Flag of Poland.svg Polonaise
Canonisation 17 août 1767
par Clément XIII
Vénéré par l'Église catholique romaine
Saint patron Saint patron de la Pologne

Saint Jean de Kenty (1397-1473) est un prêtre catholique polonais. Il a été canonisé en 1767 et a été donné comme patron protecteur de la Pologne. Il est fété le 23 décembre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean naquit à Kenty (diocèse de Cracovie), fils de Stanislas et Anne, dès son enfance il montra de grande qualité de douceur et de piété.

Il étudia la philosophie et la théologie à l'Université Jagellonne de Cracovie. Après avoir passé tous les grades académiques, il devint docteur et professeur, et enseigna longtemps la théologie à l'université de Cracovie.

Par ailleurs, il fut plusieurs années curé de la paroisse d'Ilkusi, où il fit preuve d'une immense charité, joignant à la prédication la prière assidue et la mortification. Il dépensait ses maigres ressources au service des pauvres, allant jusqu'à leur donner ses vêtements et ses chaussures.

On raconte que, un jour qu'il se rendait à l'église, Jean rencontra un mendiant couché sur la neige, grelottant de froid ; le bon pasteur se dépouilla de son manteau, le conduisit au presbytère pour le soigner et le réconforter. Peu après le départ du mendiant, la Sainte Vierge lui apparut et lui rendit le manteau. Mais, effrayé par la responsabilité de sa charge, il obtint de son évêque l'autorisation de retourner à ses fonctions d'enseignant. Il se signala alors dans ses fonctions par ses mortifications et sa profonde piété. Par exemple, il renonça totalement à la viande. Un jour qu'il était vivement tenté d'en manger, il en fit rôtir un morceau, le plaça tout brûlant sur ses mains, et dit: « Ô chair, tu aimes la chair, jouis-en à ton aise. » Il fut délivré sur le coup de cette tentation pour toujours.

Lors d'un pèlerinage à Rome, il fut dévalisé par des brigands. Ceux-ci après l'avoir dépouillé de ce qui était visible lui demandèrent s'il possédait encore autre chose qu'ils n'auraient pas pris. Le prêtre leur dit que non. Mais, après qu'ils furent partis, il se souvint qu'il avait quelques pièces d'or cousues dans son manteau. Il courut après eux pour les leur offrir. Les voleurs, confus, lui rendirent tout ce qu'ils lui avaient pris.

Spiritualité[modifier | modifier le code]

Tout le temps qu'il ne consacrait pas à l'étude et à la prédication, il le consacrait à la prière et à l'oraison, durant lesquelles il était favorisé de visions et d'entretiens célestes, dominés par la Passion du Christ qu'il revivait des nuits entières.

Il fit le pèlerinage de Jérusalem où il prêcha lui-même aux Turcs le Christ crucifié, ainsi que plusieurs voyages à Rome, à pied, pour visiter les tombeaux des Apôtres.

Jean dormait peu, mangeait peu, portait cilice et discipline, pratiquait le jeûne, et distribuait le peu qu'il possédait aux pauvres tout en faisant en sorte que les autres ne s'en aperçoivent pas.

Sa mort[modifier | modifier le code]

Il mourut le soir de Noël de l'année 1473. Sa dépouille fut transportée à l'église Sainte-Anne, église de l'université. Les miracles qu'il avait suscités pendant sa vie continuèrent après sa mort.

Canonisation[modifier | modifier le code]

Il a été canonisé par le pape Clément XIII, le 17 août 1767.

Patronage[modifier | modifier le code]

Patron de la Pologne

Sources[modifier | modifier le code]

  • Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

Liens externes[modifier | modifier le code]