Jean de Britto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint Jean de Britto en 'pandaraswamy'

Saint Jean de Britto (en portugais Joâo de Britto) qui choisit de s'appeler Arulanandar, né le 1er mars 1647 à Lisbonne (Portugal) et mort (exécuté) le 4 février 1693, à Oriyur, Tamil Nadu (Inde), était un prêtre jésuite portugais missionnaire dans l’Inde du Sud. Il fut mis à mort en haine de la foi chrétienne. Considéré comme martyr il fut canonisé en 1947. Jean de Britto est liturgiquement commémoré le 4 février.

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de la haute noblesse du Portugal - son père fut vice-roi au Brésil - Jean est introduit comme page la cour de Lisbonne à l’âge de 9 ans. Il y est compagnon du futur roi, Pierre II de Portugal. Malgré les instances du prince, Jean entre dans la Compagnie de Jésus le 17 décembre 1662.

Le noviciat terminé, Britto fait des études classiques à Evora (1665-1666) et de philosophie à Coimbra (1666-1669). Séduit par l’exemple de Saint François Xavier, le jeune Britto écrit au supérieur général, Jean Paul Oliva, demandant d’être envoyé en mission en Inde (19 novembre 1668). Il poursuit cependant ses études au Portugal, avec la théologie à Coimbra, de 1670 à 1673. Il est ordonné prêtre à Lisbonne en février 1673.

En Inde[modifier | modifier le code]

Peu avant son ordination il reçoit la nouvelle qu’il attendait. Il est destiné à partir en Inde y rejoindre les missionnaires qui travaillent déjà dans la région du Maduré. Il quitte Lisbonne en mars 1673 et arrive à Goa en septembre de la même année. Il y termine la théologie et se met immédiatement à l’étude de la langue tamoule. Dès l’année suivant, en juillet 1674 il rejoint la côte de Coromandel et arrive dans la région qui sera son champ d’action, la mission du Maduré.

Britto se familiarise d’abord avec la structure sociale des castes aux règles strictes et compliquées. Comme son prédécesseur Roberto de Nobili, mort une quinzaine d’années avant son arrivée, Britto adopte les règles de vie ascétique des religieux hindous : il se fait Pandaraswami, et prend le nom de Arulanandar. À partir de 1676, il visite les communautés chrétiennes de Gingy et Thanjavur (deux royaumes indépendants) et s’installe dans la région de Maduré dont il est le supérieur de 1685 à 1686.

En 1686 il entre dans le royaume de Maravar (aujourd’hui district de Ramnad). Son succès - beaucoup se convertissent au christianisme - irrite les brahmanes qui complotent sa mise à mort. En juillet Britto est arrêté avec 6 catéchistes, emprisonné, torturé et condamné à mort. Cependant un mois plus tard, pour des raisons restées mystérieuses, ils furent libérés.

Visite en Europe[modifier | modifier le code]

Britto est envoyé en Europe pour faire un rapport sur l’état de la mission. Il arrive à Lisbonne en septembre 1687. Au Portugal il rencontre les communautés jésuites où ses récits suscitent l’enthousiasme missionnaire. Il rend visite également à son ancien compagnon de jeux, qui entretemps est devenu le roi Pierre II de Portugal. Consterné à la vue du son ami d'enfance, missionnaire émacié, vieilli, et surtout marqué par les tortures subies, Pierre II tente de le garder au Portugal pour s’occuper de ses enfants. Britto refuse, alléguant que les besoins sont bien plus grands en Inde. Il reprend le bateau le 19 mars 1690, avec un large groupe de nouveaux missionnaires.

Retour à Maduré, condamnation et exécution[modifier | modifier le code]

Débarquant à Goa en novembre 1690, il se rend à Madure, en passant par le royaume de Maravar. Pour des raisons de sécurité il ne reste jamais longtemps au même endroit. Cependant un prince royal, malade et ayant entendu parler des dons de thaumaturgie de Britto, le fait demander pour en recevoir le baptême. Britto envoie d’abord un catéchiste pour s’assurer de la sincérité de la demande. Après une préparation adéquate, Britto accepte de le rencontrer et le baptise le 6 janvier 1693, avec sa première épouse, les autres étant répudiées.

Une des épouses répudiées, nièce du roi de Maravar, se plaint auprès de lui : le roi s’estime insulté par ce renvoi. Britto est arrêté le 8 janvier, incarcéré à Ramnad et condamné à mort le 28 janvier. Deux jours plus tard Jean de Britto est transféré à Oriyur où il est exécuté par décollation (4 février 1693).

Canonisation[modifier | modifier le code]

Béatifié le 21 août 1853 par Pie IX, Jean de Britto est canonisé le 22 juin 1947 par Pie XII : sa commémoration liturgique se fait le 4 février (jour de sa mort). Oriyur, est un lieu de pèlerinage très fréquenté par les chrétiens du Tamil Nadu. Le nouveau diocèse de Sivagangai (créé en 1987 à partir de celui de Maduré), compte aujourd’hui plus de 200 000 catholiques.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Bessières: Le nouveau St François-Xavier: Saint Jean de Britto, martyr, Toulouse, 1947.
  • Henry Heras: The conversion policy of the Jesuits in India, Bombay, 1933.
  • Albert M. Nevett: John de Britto and his times, Anand (India), Gujarat Sahitya Prakash, 1980, 233p.
  • A. Saulières: Red Sand. A life of Saint John de Britto, Madura, 1947.

Liens externes[modifier | modifier le code]