Jean d'Estrées (ecclésiastique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean d'Estrées et Estrées.
Jean d'Estrées
Image illustrative de l'article Jean d'Estrées (ecclésiastique)
Jean d'Estrées par Jean Audran d'après Hyacinthe Rigaud
Biographie
Naissance 1666
à Paris
Décès
à Paris
Évêque de l’Église catholique
Archevêque de Cambrai
1716
Précédent Fénelon Joseph-Emmanuel de La Trémoille Suivant
Évêque de Laon
1681 – 1694
Précédent César d'Estrées Louis Annet de Clermont de Chaste de Roussillon Suivant
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jean III d'Estrées, né en 1666 à Paris et décédé le à Paris est un homme d'Église et homme politique français, des XVIe et XVIIe siècles. Docteur en théologie (1698), ambassadeur en Espagne et au Portugal (1692), membre de l’Académie française (1711), archevêque de Cambrai (1716), aussi abbé de Villeneuve (1677), Préaux (1694) et Saint-Claude (1714).

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Fils du vice-amiral du Ponant, comte et maréchal Jean d’Estrées (1624-1707), neveu du cardinal César d'Estrées et frère du maréchal Victor Marie d'Estrées, tous deux académiciens, il est chargé en 1692 d'une première mission diplomatique visant à assurer la neutralité du Portugal pendant la guerre de la Ligue d'Augsbourg.

Carrière ecclésiastique[modifier | modifier le code]

Nommé évêque de Laon en 1681 en remplacement de son oncle le cardinal d'Estrées, il occupe cette charge jusqu'en 1694. Il est abbé commendataire de l'abbaye d'Évron le , puis Docteur en théologie le . En 1703, il rejoint son oncle en Espagne et lui succède pendant deux ans au poste d'ambassadeur. Nommé commandeur de l’ordre du Saint-Esprit le , « ses mœurs l’avaient exclu de l’épiscopat […], il avait eu des galanteries et il était du nombre de ces abbés sur qui le roi s’était expliqué qu’il n’en élèverait aucun d’eux à l’épiscopat » nous avoue le duc de Saint-Simon.

Protecteur de l’Académie de Soissons, bibliophile éclairé dont la collection rejoindra l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés à sa mort, il est élu membre de l'Académie française en 1711, car on recherchait un nom illustre pour faire suite à celui de Boileau.

Il est nommé conseiller d'État et archevêque de Cambrai en 1716, mais il meurt avant d'être sacré.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Le portrait de l'abbé d'Evron a été peint par Hyacinthe Rigaud en 1699 pour 140 livres, ce qui correspond à un buste[1]. La toile a été gravée par Jean Audran entre 1699 et 1700, bientôt suivi par Caré, Étienne Jehandiers Desrochers et Laurent Cars.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Hulst/3, p. 180 ; Portalis & Béraldi, 1880-1882, I, p. 53 (n°10), 316 (n°33) ; Roman, 1919, p. 71.

Lien externe[modifier | modifier le code]


Précédé par Jean d'Estrées (ecclésiastique) Suivi par
Nicolas Boileau-Despréaux
Fauteuil 1 de l’Académie française
1711-1718
1er marquis d'Argenson