Jean d'Antioche (chroniqueur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sous le nom de Jean d'Antioche nous sont parvenus des fragments d'une chronique universelle en langue grecque datant du règne de l'empereur Héraclius (610-641). Intitulée Ίστορία χρονική, elle racontait l'histoire du monde depuis Adam jusqu'à l'an 610. Maurice Croiset, dans son Histoire de la littérature grecque, la qualifie de « sérieuse et intéressante, mais surtout composée avec des extraits d'historiens antérieurs ». Parmi ces derniers, on peut identifier Sextus Julius Africanus, Eusèbe de Césarée, Ammien Marcellin.

Les extraits conservés de cette chronique ont deux origines : d'une part un Codex Parisinus appelé aussi Salmasius du nom de Claude Saumaise ou « Claudius Salmasius » ; d'autre part deux anthologies thématiques dues à l'empereur byzantin Constantin VII Porphyrogénète et intitulées Sur les vertus et les vices et Sur les complots. Les spécialistes parlent d'extraits « salmasiens » et « constantiniens ». Une difficulté est que les extraits correspondant des deux sources concernant la période allant de l'avènement de Justin Ier (518) à 610 diffèrent considérablement : les extraits « constantiniens » répondent davantage aux normes de l'historiographie grecque antique, les extraits « salmasiens » ont un caractère plus byzantin et chrétien. L'explication la plus répandue est que la collection salmasienne serait le texte original et la collection constantinienne un texte remanié au Xe siècle sous l'influence du mouvement humaniste byzantin de l'époque. Cependant certains, minoritaires, pensent qu'il y aurait eu deux originaux : un Jean d'Antioche « salmasien » et un autre « constantinien ».

Il ne faut pas confondre la chronique de Jean d'Antioche avec celle de Jean Malalas, dont le surnom syriaque (« Jean le Rhéteur ») montre qu'il était aussi originaire de Syrie : la chronique de Jean Malalas, intitulée Χρονογραφία, datant de la seconde moitié du VIe siècle, s'étend seulement jusqu'à la fin du règne de Justinien en 565. La chronique de Jean d'Antioche est donc la seconde en date des chroniques universelles byzantines au moins partiellement conservées, la troisième, composée également sous le règne d'Héraclius, étant le Chronicon Paschale.

Le philologue allemand Heinrich Gelzer (1847-1906), dans son ouvrage classique Sextus Julius Africanus und die byzantinische Chronographie (Leipzig, 1898), a identifié l'auteur de cette chronique à Jean II, patriarche jacobite d'Antioche de 631 à 648, mais cette identification n'a pas convaincu tous les spécialistes.

Édition du texte[modifier | modifier le code]

  • Iohannis Antiocheni Fragmenta ex Historia chronica, éd. Umberto Roberto, W. de Gruyter, 2005.