Jean Xiphilin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le patriarche de Constantinople, voir Jean VIII Xiphilin.

Jean Xiphilin est un historien et auteur religieux byzantin de la fin du XIe siècle, neveu du patriarche de Constantinople Jean VIII Xiphilin. Comme ce dernier, il exerça d'importantes fonctions administratives (comme logothète), et fut moine.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Jean Xiphilin a rédigé un épitomé de l'Histoire romaine de Dion Cassius, très précieux dans la mesure où il couvre des parties perdues de l'ouvrage: de celui-ci, sur 80 livres, sont conservés les livres 36 à 60 (de 68 av. J.-C. à 47 apr. J.-C.) et des morceaux des livres 78 et 79 (règnes de Caracalla, Macrin et Héliogabale); Jean Xiphilin résume depuis le livre 35 (à partir de 79 av. J.-C.) jusqu'au livre 80 (fin en 229 apr. J.-C.), avec une lacune correspondant au règne d'Antonin le Pieux et aux dix premières années de Marc Aurèle (de 138 à 170). Jean Zonaras, dont la Chronique s'appuie sur Dion Cassius pour toute cette période, couvre cette lacune.

L'abrégé de Xiphilin a été traduit en latin par le cardinal d'Armagnac et publié par les Estienne (Paris, 1551 et 1592). Il a été traduit en français par Boisguillebert (1674), et par le président Cousin (1678 et 1686). Il est joint, ou intégré, à toutes les éditions de Dion Cassius, avec également le passage utile de Zonaras ; il en est notamment ainsi dans l'édition Loeb.

Jean Xiphilin est d'autre part l'auteur d'un ménologe couvrant le calendrier du mois de février au mois d'août, destiné à compléter celui de Syméon Métaphraste et dédié à l'empereur Alexis Ier; on en conserve une traduction géorgienne médiévale. Un recueil de cinquante-trois sermons pour les dimanches de l'année (moins Pâques et Pentecôte, et trois sermons pour le septième dimanche de Matthieu), intitulé Ἑρμηνευτικαὶ διδασκαλίαι, lui est généralement attribué, mais quelques manuscrits portent d'autres noms d'auteur. Ces sermons sont inspirés de Jean Chrysostome.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Jean Xiphilin » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)
  • Jean-Claude Cheynet (dir.), Le monde byzantin, 641-1204, "Nouvelle Clio", PUF, 2006.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Histoire Romaine écrite par Jean Xiphilin, par Zonare et par Zosime, Paris, 1686 (Lire ce livre avec Google Books [1])