Jean Wiener

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wiener.

Jean Wiener

Naissance 19 mars 1896
Paris, Drapeau de la France France
Décès 8 juin 1982 (à 86 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur
Collaborations Gabriel Fauré
Formation Conservatoire de Paris
Enseignement André Gedalge
Conjoint Suzanne de Troye
Descendants Maud Wiener, Stéphane Wiener, Élisabeth Wiener

Jean Wiener (ou Wiéner), né le 19 mars 1896 à Paris 17e où il est mort le 8 juin 1982 dans le 9e arrondissement[1] est un pianiste et compositeur français. Il est l'auteur de plus de 350 musiques de film, pour le cinéma et la télévision, et d'œuvres de musique classique.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'abord autodidacte, il se lie d'amitié avec Gabriel Fauré jouant à quatre mains avec lui. Sur ses conseils il entre au conservatoire de Paris où il est l'élève d'André Gedalge et dont il sort en 1914. Grâce au pianiste Yves Nat, il découvre la musique afro-américaine, qu'il s'attache à faire connaître pendant l'entre-deux-guerres. En 1920 il est pianiste au bar Gaya[2], qui en décembre 1921, changeant d'adresse, devient Le Bœuf sur le toit. En 1920, il donne avec Jane Bathori son premier concert. De 1921 à 1925, il propose à la salle Gaveau, au théâtre des Champs-Élysées et à la Salle des Agriculteurs située alors 8, rue d’Athènes ses concerts salade, pour promouvoir la musique nouvelle de Darius Milhaud, Francis Poulenc, Igor Stravinski et Manuel de Falla.

Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, il compose de nombreux morceaux pour piano, et connaît un grand succès dans les music-halls d'Europe au sein du duo de pianos "Wiener et Doucet", qui mêle musique classique et jazz. À la mort prématurée de Clément Doucet en 1950, il se consacre à la composition, notamment de musiques de film. Il a, entre autres, créé la musique du générique de l'émission Histoires sans paroles de l'ORTF (sur la base d'une musique originale intitulée Chicken Reel (en) de Joseph M. Daly[3]).

Jean Wiener a eu trois enfants : Maud Wiener, née en 1918, Stéphane Wiener, devenu altiste, et de son second mariage avec Suzanne de Troye, l'actrice et chanteuse Élisabeth Wiener.

Jean Wiener a publié ses mémoires en 1978 sous le titre Allegro appassionato.

Les Concerts Jean Wiener[modifier | modifier le code]

Dans les années 1920-1925 Jean Wiener est organisateur de concerts. Les Concerts Jean Wiéner (avec un accent sur le e), nommés aussi Concerts salade par lui-même en raison de leur éclectisme présentent en particulier la musique nouvelle française (le Groupe des Six dont son ami Darius Milhaud), la Seconde École de Vienne, de la musique russe ou encore la musique d'Erik Satie.

Voici les programmes de quelques-uns des concerts qui eurent lieu au Théâtre des Champs-Élysées.

Premier Concert au Théâtre des Champs-Élysées le jeudi 23 novembre 1922. Programme Darius Milhaud.

  • Première symphonie, le Printemps (1917) pour 9 instruments par la Société Moderne d’Instruments à Vent.
  • Trois Rag-caprices pour piano (1922), en première audition de et par Jean Wiéner
  • Le Retour de l’Enfant Prodigue (1917), cantate en 5 parties pour 5 voix et 21 instruments d’André Gide, première audition avec Jane Bathori, André de Groote, Léopold Braconi, Maurice Weygandt, Georges Valmiet, le Quatuor Capelle, le Quatuor Andolfi et la Société Moderne d’Instruments à Vent sous la direction de Darius Milhaud.

Deuxième Concert au Théâtre des Champs-Élysées le jeudi 14 décembre 1922 à 21 heures.Programme Schönberg Webern sous la direction de Darius Milhaud

  • Cinq pièces pour quatuor à cordes d’Anton Webern, première audition par le quatuor Pro Arte (M. Onnou, Halluex, Prévost et Mass).
  • Six petites pièces pour piano d’Arnold Schönberg par Jean Wiéner
  • Pierrot Lunaire, mélodrame en 21 parties d’Arnold Schönberg, Marya Freund et M. Fleury, Delacroix, Roelens, Feuillard et Jean Wiéner
  • Les hirondelles, valse de Josef Strauss par Jean Wiéner.

Troisième concert au Théâtre des Champs-Élysées le mardi 26 décembre 1922 à 21 heures.Programme Strawinsky sous la direction d’Ernest Ansermet.

  • Symphonie pour instruments à vent, à la mémoire de C. A. Debussy, première audition à Paris, par la Société Moderne d’Instruments à Vent.
  • Pétrouchka, sonate pour piano, 1re audition, par Jean Wiéner.
  • Concertino pour quatuor à cordes, par le quatuor Pro Arte.
  • Mavra, 1re audition en concert, livret de Boris Kochno, version française de Jacques Larmanjat. Avec Mmes Madeline Caron, de l’Opéra Comique, Monfort,de l’Opéra et Morère,

M. Maurice Weynandt et La Société Moderne d’Instruments à Vent.

Quatrième concert au Théâtre des Champs-Élysées le jeudi 4 janvier 1923. Programme Satie Poulenc.

  • Sonate pour clarinette et basson, première audition, de Francis Poulenc par M. Cahuzac et Hermans.
  • Impromptus pour piano de Francis Poulenc par Jean Wiéner.
  • Socrate, Drame Symphonique en 3 parties sur des dialogues de Platon d’Erik Satie par Mme Balguerie et l’orchestre sous la direction d’André Caplet.
  • Nocturne no 4, puis les Descriptions Automatiques d’ Erik Satie par Jean Wiéner.
  • Sonate pour cor, trompette et trombone de Francis Poulenc en première audition par M. Entraigues, Foveau et Tudesq.

Cinquième concert au Théâtre des Champs Élysées le jeudi 18 janvier 1923.

  • Sonate pour flûte et piano de Darius Milhaud par Jean Wiéner et Louis Fleury.
  • Sonatine de Georges Auric, première audition, par Jean Wiéner.
  • Quatuor à vent de Rossini par la Société Moderne d’Instruments à Vent (M. Fleury, Cahuzac, Entraigues et Dherin).

Voici les programmes de quelques-uns des concerts qui se tinrent à la Salle des Agriculteurs.

Filmographie (musique de films)[modifier | modifier le code]

Œuvres classiques[modifier | modifier le code]

  • 1910 : Mélodies sur des poèmes de Verlaine, Maiterlinck, Geraldy, Francis Jammes, Heinrich Heine)
  • 1912 : Psaume 126
  • 1920 : Dancing Etude (2 Fables de Florian) pour Piano
  • 1923 : Sonatine Syncopée
  • 1923 : Concerto Franco-Américain
  • 1924 : Suite Piano-Violon
  • 1924 : 3 Blues Chantés
  • 1925 : Sonatine
  • 1924 : Musiques sur des poèmes de Jean Cocteau
  • 1925 : Sonate no 1 pour Piano
  • 1928 : Deuxième Sonatine pour Piano
  • 1929 : Cadences pour Piano et Orchestre
  • 1941 : Trois Chants (S. Blondin)
  • 1943 : Lamento pour les Enfants Assassinés, pour Piano et Orchestre
  • 1947 : Quatre Petites Pièces Radiophoniques pour Piano
  • 1947 : Riz et Jeux pour Piano et Alto
  • 1948 : Psaume de la Quarantaine
  • 1953 : Légendes Dorées pour Petit Orchestre et Voix (Yvette Guilbert)
  • 1955 : Chantefables (sur des poèmes de Robert Desnos), Chant et Piano
  • 1956 : Victoire de l'Homme, pièce pour Orchestre
  • 1957 : Chantefleurs (sur des poèmes de Robert Desnos), Chant et Piano
  • 1957 : Suites à Danser, sur un thème, pour Orchestre
  • 1961 : Petite Musique Pour Commencer Bien Sa Journée, pour Orchestre
  • 1962 : Orchestration pour l'Ouverture La Jolie Parfumeuse de Jacques Offenbach
  • 1964 : Concerto pour Accordéon
  • 1966 : Concerto pour Deux Guitares et Orchestre
  • 1968 : Sonate pour Violoncelle et Piano (à Mstislav Rostropovitch)
  • 1968 : Troïka Moscovite, pour Trompette et Piano
  • 1970 : Concerto pour Orchestre et Piano Principal
  • 1971 : Chant pour les Morts en Montagne
  • 1973 : Sonate "sans nom" pour piano
  • 1973 : Albertine Sarrazin
  • 1974 : Sonate pour Piano "démodée" à la mémoire de Darius Milhaud
  • 1974 : La Dernière Nuit (sur un poème d'Eluard) pour Orchestre et Chœur

(source : Catalogue de l'auteur communiqué par Pierre Cornevin)

Musique au théâtre[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Hommages à Jean Wiener[modifier | modifier le code]

  • En 1992, à l’occasion des dix ans de la disparition de Jean Wiener, Alain Duault lui consacre son émission Musicales sur FR3. Sa fille Elizabeth Wiener y interprète "Les Dollars de la Louisiane", une chanson mise en musique par Jean Wiener et accompagnée par le pianiste et ami de son père Pierre Cornevin.
  • En 2006, Olivier Bernager, dans son émission Ouvert La Nuit (sur France Musique), reçoit Pierre Cornevin à propos de ses souvenirs et de l'amitié qui le lia à Jean Wiener depuis 1946 jusqu’à la disparition de ce dernier.
  • En 2007 Hommage à Jean Wiener intitulé "Concert fleuve en inventaire à la Prévert".
  • Pierre Charvet a consacré son émission sur France Musique "Du Côté de chez Pierre" à Jean Wiener, son amitié avec Man Ray et Erik Satie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [LesGensducinema.com LesGensducinema.com]
  2. Le bar Gaya
  3. Joseph M. Daly, Notice BnF no FRBNF162774299

Liens externes[modifier | modifier le code]