Jean Vilbrun Guillaume Sam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vilbrun Guillaume-Sam
Image illustrative de l'article Jean Vilbrun Guillaume Sam
Fonctions
26e président de la République d'Haïti
9 mars 191527 juillet 1915
(4 mois et 18 jours)
Élection 4 mars 1915
Prédécesseur Joseph Davilmar Théodore
Successeur Philippe Sudre Dartiguenave
Chef du pouvoir exécutif
22 février 19159 mars 1915
Secrétaire d'État de la Guerre et de la Marine
13 décembre 189712 mai 1902
Président Tirésias Simon Sam
Prédécesseur Septimus Marius
Successeur Pierre Nord Alexis
Biographie
Nom de naissance Jean Simon Guillaume
Date de naissance 4 mars 1859
Lieu de naissance Ouanaminthe, (Haïti)
Date de décès 28 juillet 1915 (à 56 ans)
Lieu de décès Port-au-Prince, (Haïti)
Conjoint Lucie Parisien
Profession Cultivateur

Jean Vilbrun Guillaume Sam
Présidents de la République d'Haïti

Vilbrun Guillaume-Sam, né Jean Simon Guillaume, (1860 - 28 juillet 1915) fut Président d'Haïti du 9 mars 1915 au 27 juillet 1915. Il était le cousin de Tirésias Simon Sam, président d'Haïti de 1896 à 1902.

Meneur d'hommes[modifier | modifier le code]

Vilbrun Guillaume-Sam était le chef de la révolte qui a assassiné le président Cincinnatus Leconte ainsi que le meneur de la révolte qui a renversé plus tard, le président Oreste Zamor. Il a été choisi comme président lorsque son prédécesseur, Joseph Davilmar Théodore, fut contraint de démissionner parce qu'il était incapable de payer les miliciens (appelé "Caco") qui l'avaient aidé dans le renversement d'Oreste Zamor.

Sa courte présidence[modifier | modifier le code]

Il devint le cinquième président en cinq années de turbulences. Guillaume-Sam fut contraint de faire face à une révolte contre son propre régime, dirigé par Rosalvo Bobo, qui avait la réputation d'être un opposant aux gouvernements liés aux intérêts commerciaux et stratégiques avec les États-Unis. Craignant qu'il ne subisse le même sort que ses prédécesseurs, Guillaume-Sam agi durement contre ses adversaires politiques, surtout les plus instruits et plus riches de la population mulâtre.

Le massacre du 27 juillet 1915[modifier | modifier le code]

La quintessence de ses mesures répressives est venu le 27 juillet 1915: des partisans armés du Président Guillaume-Sam ainsi que des troupes du Général Charles Oscar Étienne tuent 167 prisonniers politiques emprisonnés les jours précédents au Pénitencier national de Port-au-Prince. Ils sont exécutés dans leurs cellules même, au travers des grilles. La très grande majorité des victimes appartiennent aux élites intellectuelles et sociales de la capitale, dont l'ancien président Zamor lui-même. Les deux responsables de la tuerie, Guillaume-Sam et Etienne, sont lynchés par la foule le jour suivant alors qu’ils avaient trouvé refuge, respectivement à la délégation de France et au consulat dominicain. Plusieurs des auteurs de la tuerie (des soldats et des geôliers) sont jugés et acquittés en juillet 1917[1].

L'intervention américaine[modifier | modifier le code]

La nouvelle de l'assassinat du président Guillaume-Sam atteint les navires de la Marine américaine ancrés dans le port de la ville. Le président Woodrow Wilson, qui se méfie de la tournure des événements en Haïti, et en particulier la possibilité que Rosalvo Bobo pourrait prendre le pouvoir, ordonna aux troupes américaines de débarquer et de s'emparer de la capitale. Les troupes américaines débarquèrent le 28 juillet 1915, et continuèrent d'occuper le pays pendant dix-neuf ans, jusqu'en août 1934.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Chronologie des massacres commis à Haïti