Jean Seignemartin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Seignemartin

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jean Seignemartin, photographie anonyme.

Naissance 16 avril 1848
Lyon
Décès 29 novembre 1875 (à 27 ans)
Alger
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Artiste-peintre
Maîtres Joseph Guichard
Élèves Albert Lebourg
Influencé par Eugène Delacroix

Jean Seignemartin, né Lyon le 16 avril 1848 et mort à Alger le 29 novembre 1875, est un peintre français, membre de l'École lyonnaise de peinture.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Seignemartin naît cours des Chartreux (actuel cours Général Giraud) à la Croix-Rousse, fils de Jules César ouvrier tisseur, natif de Saint-Germain-de-Joux (Ain) et de son épouse, née Antoinette Roche, originaire de Grigny (Rhône).

En 1860, il entre à l’École des beaux-arts de Lyon où il devient l’élève d'Achille Chaîne[1], de Michel-Philibert Genod[2] et de Joseph Guichard (1806-1880) qui représentait les traditions d'Eugène Delacroix. Il en sort en 1865 avec le Laurier d’or. Il partage alors l'atelier de son ami, le peintre lyonnais François Vernay.

En 1870, à la déclaration de guerre franco prussienne, il est mobilisé le 15 juillet et est envoyé dans un corps de pontonniers à Paris, où il contracte la tuberculose.

À son retour de la guerre, il travaille à la décoration de l'Abbaye Saint-Michel-de-Frigolet à l'initiative d'Anthony Sublet.

Il s’installe dans un atelier rue Victor-Arnaud à Lyon et intéresse plusieurs mécènes comme le Docteur Raymond Tripier ou le banquier lyonnais R. Stengelin[3].

En 1874, il part pour l'Algérie où le conduit le docteur Tripier. Il y rencontre Albert Lebourg (1849-1928), professeur de dessin à l'École des beaux-arts d'Alger, dont il influencera fortement le style et qui réalisera son portrait.

En mai 1875, il rentre à Lyon mais repart, cinq mois après, pour l'Algérie sur l’avis des médecins. Il meurt à Alger le 29 novembre 1875. Il fallut plusieurs semaines pour ramener son corps à Lyon et l’inhumer au cimetière de Loyasse. Une souscription publique fut ouverte et permit d’orner sa tombe de son buste en bronze réalisé par Étienne Pagny.

Ses œuvres comprennent de nombreux bouquets, scènes de genre et paysages et de nombreux portraits, mais ce sont surtout ses toiles peintes en Algérie qui le firent connaître.

Une rue du 8e arrondissement de Lyon porte son nom.

Expositions[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Frèze, Seignemartin, sa vie, son œuvre, 1876
  • Charles Faure, Alphonse Stengelin, Seignemartin, A. Rey et Cie Imprimeurs, 1905
  • Colette Bidon, Jean Seignemartin, Musée des Beaux–Arts de Lyon, 1984

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 24 octobre 1814 - 29 janvier 1884.
  2. Michel-Philibert Genod, peintre d'histoire et de genre, est né à Lyon en 1796, et est mort à Lyon le 25 juillet 1862.
  3. Père du peintre et écrivain Alphonse Stengelin(1852-1938).

Liens externes[modifier | modifier le code]