Jean Schultheis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schultheis.

Jean Schultheis

Naissance (70 ans)
Casablanca, Maroc
Activité principale auteur-compositeur-interprète
Genre musical Variété française
Instruments piano et batterie

Jean Schultheis est un auteur-compositeur-interprète français né le à Casablanca (Maroc), rendu célèbre grâce à son tube Confidence pour confidence, sorti en 1981.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il débute l’étude du piano à cinq ans, entre au Conservatoire à quatorze ans, et obtient en deux ans sa première médaille en solfège spécialisé. Il décroche un premier prix après être entré en harmonie chute et contrepoint avec maître Chalond et sera nommé à l’unanimité premier prix de percussion en 1963[1].

Sa carrière débute dans les années 1970[2], avec la comédie musicale la Révolution française, de Claude-Michel Schönberg et Raymond Jeannot, où il incarne l'accusateur public Fouquier-Tinville. Il devient musicien de Michel Jonasz et Maxime Le Forestier, pour qui il joue de la batterie et du piano. En 1976, il est batteur sur l'album Hamlet de Johnny Hallyday.

En 1978, il sort son premier album, Spectacles, avec des textes sombres qui font la personnalité du chanteur. Mais c'est dans les années 1980 que tout va changer.

Révélé par Jacques Martin en 1981 dans l'émission Dimanche Martin que celui-ci animait, il est alors musicien de l'orchestre dirigé par Raymond Lefèvre, puis par Bob Quibel[3], il va connaître le succès comme chanteur avec la chanson Confidence pour confidence en 1981, qui utilise un procédé de construction particulier du texte, chaque demi-vers commençant par la même syllabe que la fin du demi-vers précédent, ce qui y crée une cadence inhabituelle. Le single se classe numéro un du hit-parade.

Il enchaîne avec son deuxième album, Abracadabra, dont est extrait Confidence pour confidence, mais aussi Je largue tout, suivi d'un troisième album, Grandir et d'un quatrième, Portrait robot et les singles Je te cherche sans me trouver, Bébé Bop sortent. Parallèlement à sa carrière de chanteur, il est également auteur-compositeur et a produit le premier album de Julie Pietri, avec la collaboration de Jean-Marie Moreau et produit certains titres de Philippe Cataldo notamment le tube Les Divas du dancing, en 1986. Schultheis compose aussi pour la télévision, notamment dans les génériques d'émissions télévisées, comme la chanson Pour être un coco boy, de l'émission Coco-boy ainsi que « Playmate » inspirée du titre Bébé-bop.

En 1987, le single Va te faire voir est un autre succès et faudra ensuite attendre 1991 avant qu'il ne sorte son cinquième et dernier album J'ai pris mon temps.

Après une carrière sous les projecteurs, Schultheis reste dans le monde de la musique en collaborant avec divers artistes en tant que pianiste aux côtés de Michel Sardou, Michel Berger, Alain Manaranche, Serge Lama ou encore Julien Clerc[3]. En 1991, il signe un titre sur l'album Ça ne change pas un homme de Johnny Hallyday.

En 2003, Jean Schultheis devient professeur de musique dans la troisième saison de l'émission Star Academy, succédant à Clara Ponty. Par ailleurs, son fils Olivier Schultheis est également musicien et compose pour plusieurs artistes de la nouvelle génération de la chanson française[2].

Il s'est présenté sans succès aux élections législatives françaises de 2007 dans la première circonscription du Var sous l'étiquette Génération écologie[2].

En 2007 et 2008, il participe à la tournée RFM Party 80, un spectacle musical qui rassemble des chanteurs des années 1980 ayant été en tête du Top 50. En 2012, il fait partie de la Summer Party 80.

Le film Stars 80 produit par Thomas Langmann (sortie le 24 octobre 2012) raconte de manière humoristique l’aventure de la tournée à succès RFM Party 80 qui a réuni plus d’un million de spectateurs. Il y joue son propre rôle.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il a trois enfants : Olivier Schultheis, Julien Schultheis[4] et Clémence.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • Ma main / Quand je chante en yaourt (1978)
  • Romance en Fa dièse / À la cigogne amoureuse (1979)
  • Confidence pour confidence / App'lez la police (1981) Drapeau de la France France : #01
  • Je largue tout / T'es ma baby (1982)
  • Je te cherche sans me trouver / Bébé Pop (1982)
  • Pour être un Co-co boy / Playmate (1982)
  • Tequila Bar / Aventure (1984)
  • R’garde un peu comme tu marche / Coucou nana (1985)
  • Va te faire voir (chez les Grecs) / Va te faire voir (instrumental) (1987) Drapeau de la France France : #60
  • Météo / Fort, fort, fort (1989)

Notes et références[modifier | modifier le code]