Jean Revol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Revol est un peintre, essayiste et écrivain français né à Lyon le 4 mars 1929, et mort le 2 janvier 2012 à Troyes.

Biographie[modifier | modifier le code]

C'est Jean Revol lui-même qui évoque son enfance: "Je n'ai pas oublié ces nuits de mon enfance où j'allais régulièrement entrouvrir les volets de ma chambre[1]". Lui savoir ce "besoin de nuit" initial permet d'entrer fondamentalement dans son œuvre "expressionniste dès l'origine", dans sa prédilection pour les paysages (la fenêtre au feu en 1964, l'Ile de la Cité en 1967, les buildings de West-Broadway à New-York en 1969) peints la nuit, habités de formes hantées, hallucinés.

Un personnage polyvalent[modifier | modifier le code]

Jean Revol commence à dessiner et à peindre en 1942 et à produire ses premiers écrits et critiques d'art en 1945.

Critique d’art à la NRF à partir de 1959 (il le restera jusqu'en 1988), il rencontre aussi bien Jacques Villon, Henri Matisse, Jean Dubuffet (qu'il rejoindra au sein de la Compagnie de l'Art brut[2]), que Marc Chagall, Georges Braque, Yves Klein, ou encore Pablo Picasso, Salvador Dalí, et Max Ernst. Il rencontre également de grands noms la littérature de l'époque, André Gide, André Malraux et Jean Paulhan, par exemple, et est l'ami du philosophe Gaston Bachelard qui le définit ainsi: "c'est une poigne qui peint, c'est un artiste dont l'érudition est belle, le jugement remarquable"[3]. Jean Revol rencontre également les différents présidents de la République française depuis Charles de Gaulle.

En 1962, Jean Revol reçoit le Prix Fénéon[4].

Invité par Gaëtan Picon, Jean Revol s’installe en 1966 aux États-Unis où il enseigne l’Histoire de l’art au Middlebury College. Habitant New York, il devient membre de l'American Society of Psychopathology of Expression et est chargé de recherches sur les capacités artistiques des handicapés mentaux en 1972. Il fonde d'ailleurs l'association « Personimages » et ses ateliers pour handicapés mentaux[1].

De retour en France, il reçoit en 1977 le prix de la Critique Lyonnaise. Evoquant "les personnages et les paysages chaotiques et révulsés de Revol", Gérard Xuriguera le situe aux côtés de John Christoforou, Bengt Lindström, Maurice Rocher, Roger-Edgar Gillet, Jean Rustin et Marcel Pouget parmi "les expressionnistes à part entière[5]".

Jean Revol est mort à Troyes le 2 janvier 2012. C'est au cœur du Pays d'Armance où il avait finalement choisi de s'installer, au cimetière d'Ervy-le-Chatel, qu'il repose.

Livres de Jean Revol[modifier | modifier le code]

  • Bellmer, peintures, gouaches, collages, monographie, éditions la Différence, 1983.
  • Contre Matisse, éditions La Différence, 1993.
  • Faut-il décourager les Arts ?, éditions La Différence, 1994.
  • La Lutte avec l’Ange, éditions Chomarat, 2001.
  • Art de débiles, débiles de l'art?, éditions Art-crise.
  • Secrets de l'évidence, éditions La Différence.
  • Voir l'imaginaire et imaginer le vrai, éditions La Différence.

Expositions[modifier | modifier le code]

En l'absence de précision, il s'agit d'expositions personnelles.

  • Vence : Première exposition à la Galerie Alphonse Chave - 1949
  • Paris : Galerie Raymond Creuze - 1952 à 1956
  • Bruxelles : Palais des Beaux-Arts - 1961
  • Wuppertal : Galerie « Parnasse » - 1956
  • Lyon : Galerie « Le Lutrin » - 1965 à 1970
  • Lausanne : Galerie Melisa et musée de Morges - 1965
  • New-York : New York University - 1968 et Yellitza Gallery - 1969
  • Boston : Weeden Gallery - 1970
  • New-York : Compass Gallery - 1970
  • New-York : Sonread Gallery - 1971
  • New-York : Columbia University
  • Paris : Galerie de la Défense - 1977
  • Lausanne : Musée des Beaux-Arts - 1978
  • Bruxelles : Galerie Paul Ide - 1980
  • Paris : Galerie Valmay - 1982
  • Paris : Galerie « Sculptures » - 1984
  • Paris : Galerie « Eolia » - 1986
  • Genève : Galerie Kara - 1988
  • Paris : Exposition « Art Originaire » au Grand Palais à Paris, inaugurée par le Ministre de la Culture - 1989
  • Paris: Galerie Area - 1992
  • Paris : Exposition d’Art Moderne de Paris, et entretien exclusif avec Louise Bourgeois - 1995
  • Genève : Galerie 2016 - 1997
  • Lyon : Palais de Bondy - 2001
  • Chartres : Galerie « Le Parnasse » - 2005
  • Lyon : Palais de Bondy - 2006
  • Paris : Église Saint-Sulpice - 2008
  • Paris : Galerie Daniel Besseiche - 2010
  • Ervy-le-Chatel : la Halle - 2012 (hommage posthume)
  • Troyes: Galerie l'arrivage - décembre 2012/janvier 2013, Hommage à Jean Revol et Nathalie Watt

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Seuphor: Dictionnaire de la peinture abstraite, Hazan, 1957.
  • Gérard Xuriguera: Regard sur la peinture contemporaine, Arted, 1983.
  • Gérald Schurr: Le guidargus de la peinture, Editions de l'amateur, 1996. Voir pages 785-786.
  • Jean-Louis Ferrier: l'aventure de l'art au XXe siècle, Éditions du chêne - Hachette Livre, 1999. Voir pages 760 et 890.
  • Emmanuel Bénézit: Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999. Voir tome 11, pages 614 et 615.
  • Jean-Pierre Delarge: Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001. Voir page 1059.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Pierre Delarge, voir Bibliographie ci-dessus.
  2. Gérald Schurr, voir Bibliographie ci-dessus
  3. L'Est-Eclair, édition du vendredi 7 septembre 2012, article sur la rétrospective-hommage consacrée à Jean Revol à la halle d'Ervy-le-Chatel (Aube)
  4. Emmanuel Bénézit, voir Bibliographie ci-dessus.
  5. Gérard Xuriguera: Regard sur la peinture contemporaine, voir pages 127 à 130.