Jean Prouff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Prouff
Jean Prouff (1949).png
Jean Prouff en 1949
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance 12 septembre 1919
Lieu Peillac (Morbihan)
Décès 12 février 2008 (à 88 ans)
Lieu Trébeurden (Côtes-d'Armor)
Période pro. 1938-1954
Poste Milieu de terrain
Parcours junior
Saisons Club
1933-1936 Drapeau : France Stade rennais UC
1936-1938 Drapeau : France Saint-Pierre de Nantes
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1938-1939 Drapeau : France SC Fives ? (?)
1941 Drapeau : France Saint-Pierre de Nantes
1941-1942 Drapeau : France Stade rennais UC 19 (5)[1]
1942-1943 Drapeau : France SC Fives ? (?)
1943-1944 Drapeau : France EF Rennes-Bretagne 30 (15)[2]
1944-1948 Drapeau : France Stade rennais UC 115 (28)[1]
1948-1950 Drapeau : France Stade de Reims 48 (16)[3]
1950 Drapeau : France FC Rouen 15 (2)[3]
1950-1952 Drapeau : France Stade rennais UC 57 (12)[1]
1952-1953 Drapeau : France SM Caen ? (?)
1953-1954 Drapeau : France AS Aix-en-Provence 31 (5)[3]
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1946-1949 Drapeau : France France 17 (1)[4]
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1952-1953 Drapeau : France SM Caen
1953-1954 Drapeau : France AS Aix-en-Provence
1955-1956 Drapeau : France EA Guingamp
1956-1958 Drapeau : France US Boulogne
1958-1959 Drapeau : France Red Star
1960 Drapeau : Pologne Pologne olympique
1960 Drapeau : Gabon Gabon
1961 Drapeau : France RES Philippeville
1961-1963 Drapeau : Belgique Standard de Liège
1963-1964 Drapeau : France Stade de Reims
1964-1972 Drapeau : France Stade rennais UC
1973-1976 Drapeau : France US Berné
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 11 mars 2010

Jean Prouff, né le 12 septembre 1919 à Peillac (Morbihan)[1] et mort le 12 février 2008 à Trébeurden (Côtes-d'Armor)[5], est un joueur et entraîneur de football français.

Solide athlète, il réalise une bonne partie de sa carrière au Stade rennais, qui lui permet d'accéder au statut d'international en 1946. Vainqueur d'un titre de champion de France avec le Stade de Reims en 1949, il choisit rapidement de devenir entraîneur. Après avoir écumé de nombreux clubs de l'hexagone, il tente sa chance à l'étranger où il cumule les expériences. En 1964, il se fixe au Stade rennais, avec lequel il remporte deux fois la Coupe de France, en 1965 et 1971. Ce double succès lui vaut en 2001 d'être désigné « entraîneur du siècle » par le club breton, qui fête alors son centenaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Fils d'un directeur de service des chèques postaux, Jean Prouff vit au rythme des déplacements de sa famille durant sa jeunesse. Son père, après avoir exercé en Guinée, retourne en Bretagne peu après la Première Guerre mondiale. Après avoir vécu dans le Morbihan, la famille Prouff s'installe à Rennes où Jean commence à pratiquer le football[6]. En 1933, il prend sa première licence au Stade rennais UC, et pratique, en plus du football, l'athlétisme et le rugby à XV.

Jean Prouff en 1935

Rapidement, le jeune Jean Prouff fait parler de lui. Le 5 mai 1935, en lever de rideau de la finale de la Coupe de France (que le Stade rennais perd contre l'Olympique de Marseille trois buts à zéro), lui et ses coéquipiers des juniors du SRUC battent leurs homologues du Red Star en finale de la Coupe de France des Espoirs (5 - 1)[7]. En 1936, Jean Prouff doit pourtant quitter Rennes, son père ayant été muté à Nantes. Il rejoint alors la Saint-Pierre de Nantes, où il continue de faire forte impression[8].

En 1938, malgré les réticences de ses parents[9], Jean Prouff finit par passer professionnel en rejoignant le SC Fives dans l'agglomération lilloise, et fait ses débuts en première division. Très vite, la guerre éclate et Prouff s'empresse de passer sous les drapeaux pour rejoindre une unité du génie basée à Arras, où évolue l'une des meilleures équipes de football militaire[10]. Fait prisonnier quelques jours dans l'Est de la France en 1940, Prouff parvient à s'évader et parcourt les quatre cent kilomètres qui séparent Épinal de Paris à pied[10].

Jean Prouff reprend alors brièvement la pratique du football avec la Saint-Pierre[11], puis retrouve le club de ses débuts, le Stade rennais UC, où il joue pour la saison 1941-1942[12]. À l'issue de la saison, il doit pourtant repartir à Fives, la fédération réaffectant les joueurs dans les clubs qui étaient les leurs en septembre 1939[13]. Un an plus tard, Prouff revient à Rennes, la fédération décidant une nouvelle fois de la répartition des joueurs entre les différentes équipes fédérales nouvellement créées[14]. Il intègre ainsi l'équipe fédérale Rennes-Bretagne, continuant de s'affirmer comme l'un des piliers de l'effectif.

« T'as le culot de t'échauffer avant le match quand tu viens de te taper 300 kilomètres en vélo ? »

Julien Darui à Jean Prouff, avant un match de l'équipe de France en 1944[10]

À l'été 1944, dans une ville de Rennes libérée par les Alliés, Prouff retrouve finalement le SRUC sous sa forme classique. Dans ces circonstances, il est convoqué pour la première fois avec l'équipe de France de football pour un match non officiel à disputer face à une équipe de l'Armée britannique. Privé de moyen de locomotion, Prouff décide de rallier Paris à bicyclette, et y parvient en l'espace de deux jours. Arrivé sur place, il trouve même le moyen de s'échauffer devant ses coéquipiers médusés (voir encadré)[10]. Excellent athlète, puisqu'il fut également champion de Bretagne du 800 mètres en 1945 et un très bon rugbyman[5], il n'oublie pas alors d'assurer sa reconversion en obtenant son professorat d'éducation physique et sportive[6].

Alors que le championnat de première division reprend ses droits en 1945, Prouff continue sa carrière sous les couleurs rennaises. L'équipe, alors dirigée par François Pleyer, fait bonne figure en Division 1, sans toutefois faire partie des postulants au titre. Polyvalent, il évolue principalement au milieu de terrain, mais n'hésite pas à apporter le surnombre en attaque dès que possible[15],[16]. Ses qualités lui valent de retrouver le maillot bleu de l'équipe de France en 1946, de façon officielle cette fois. Au printemps, il honore ainsi ses quatre premières sélections. Le 19 mai 1946, à Colombes, il inscrit même le premier but de la victoire française sur l'Angleterre, d'un centre-tir lobé[17],[18]. Modeste, Prouff reconnaîtra après le match avoir complètement manqué son centre[19]. Au total, entre 1946 et 1949, il disputera dix-sept matchs pour le compte de l'équipe de France, les trois derniers en tant que capitaine[4]. L'élimination des Bleus en qualifications pour la Coupe du monde 1950 face à la Yougoslavie viendra mettre un terme à sa carrière internationale.

Auparavant, Jean Prouff avait quitté le giron du Stade rennais pour évoluer sous le maillot du Stade de Reims, en 1948. Les trois mille francs du coût de son transfert sont un record pour l'époque[10]. Aux côtés des Albert Batteux, Robert Jonquet et autres Roger Marche, Prouff débloque son palmarès en remportant le titre de champion de France en 1949. L'année suivante, l'équipe rémoise remportera également la Coupe de France, mais Prouff est alors déjà parti sous d'autres cieux, rejoignant pour six mois le FC Rouen, puis retournant au Stade rennais au cours de l'été 1950. Entouré d'une nouvelle génération de joueurs emmenée par le buteur Jean Grumellon, il reste deux nouvelles saisons en Bretagne, puis quitte le club en même temps que François Pleyer, remercié par ses dirigeants[20].

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

En 1952, le Stade Malherbe caennais propose à Prouff un poste d'entraîneur-joueur que le morbihannais accepte, faisant ainsi, à 33 ans, le premier pas vers une reconversion[10]. Le club bas-normand évolue alors en Championnat de France amateur. Après une unique saison à ce niveau, couronnée d'une troisième place et surtout par l'élimination du Stade de Reims en trente-deuxième de finale de Coupe de France, Prouff retrouve le professionnalisme en devenant entraîneur-joueur de l'AS Aix-en-Provence, en D2. Sous sa conduite, les néo-professionnels aixois obtiennent une bonne douzième place[21]. Continuant son tour de France, et n'endossant plus qu'occasionnellement le costume de joueur[3], Prouff dirige ensuite l'En Avant de Guingamp, l'US Boulogne et le Red Star.

L'année 1960 marque un tournant, puisqu'il prend alors la tête de l'équipe de Pologne qui prépare le tournoi olympique de Rome. Reversée dans le groupe C de la compétition, son équipe ne parviendra pas à se qualifier pour les demi-finales. Pire, Jean Prouff fera une grosse chute dans les escaliers du stade olympique, et restera deux jours dans le coma[10]. Cela ne freine pas son envie d'entraîner hors de France, puisqu'il multiplie alors les expériences, au Gabon, en Algérie à Philippeville, et enfin au Standard de Liège. En Belgique, ses talents d'entraîneur s'affirment : avec le Standard, il parvient en demi-finale de la Coupe d'Europe des clubs champions en éliminant notamment les Glasgow Rangers. Le Real Madrid de Di Stéfano et Puskás barre alors la route de la finale aux Belges, qui s'inclinent largement (0 - 4, 0 - 2)[22]. Second du championnat belge derrière Anderlecht pour sa première saison, Prouff découvre chez le club rival un système de jeu qui le séduit : jusqu'alors adepte du WM et du marquage individuel, il devient désormais un partisan du 4-2-4 et de la défense de zone[23]. La saison 1962-1963 permettra au Standard de reconquérir son titre de champion, mais Prouff doit céder sa place en cours d'année. Malade, il est remplacé par Auguste Jordan[24]. À la fin de l'année 1963, il refait surface et prend en main son ancien club du Stade de Reims. Albert Batteux parti l'été précédent, l'équipe rémoise a entre-temps été reprise par Camille Cottin, mais se traîne dans les profondeurs du classement. L'opération sauvetage ne fonctionne pas, et Reims, pourtant champion de France deux ans plus tôt, est relégué en Division 2[10].

À l'aube de la saison 1964-1965, le Stade rennais UC se cherche un nouvel entraîneur, pour remplacer Antoine Cuissard, remercié. Le club pense d'abord à Lucien Troupel, mais celui-ci décline l'offre[10]. Les dirigeants rennais se tournent alors vers Jean Prouff, qui accepte immédiatement de revenir dans son club de cœur[25]. D'entrée, le technicien impose sa patte : le Stade rennais jouera comme Anderlecht[23]! À la recherche d'un avant-centre pour compléter son effectif, Prouff jette également son dévolu sur le jeune Daniel Rodighiero, côtoyé quelques années plus tôt au Red Star[25]. Après une période de tâtonnement, la mécanique rennaise se met en place, et développe un football chatoyant, basé sur l'offensive[26]. Quatrièmes à l'issue du championnat, les Rennais terminent meilleure attaque[27], et s'offrent surtout un superbe parcours en Coupe de France. Symbole de ce goût de l'offensive, la demi-finale que les Rennais disputent au Parc des Princes contre l'AS Saint-Étienne : auteurs de quarante-cinq minutes de rêve, les joueurs de Prouff rejoignent la mi-temps sur le score de trois buts à zéro. Leur entraîneur leur demandant de poursuivre leurs efforts offensifs, les Rennais continuent de pousser en seconde mi-temps, s'attachant les faveurs du public parisien[28]. Le brillant parcours rennais se conclut sur une victoire acquise en finale devant l'UA Sedan-Torcy, à l'issue de deux manches très disputées (2 - 2 a.p., 3 - 1)[29],[30].

Prouff affronte deux fois les Glasgow Rangers à Ibrox Park, en 1962 et 1971

Les années suivantes sont plus compliquées, le Stade rennais ne parvenant pas à confirmer son nouveau statut, notamment en championnat. La victoire en Coupe de France permet à Prouff de retrouver le goût de la Coupe d'Europe, mais l'aventure en Coupe des coupes tourne court, le Dukla Prague de Josef Masopust dominant assez aisément l'équipe rennaise (0 - 2, 0 - 0). Quatre ans plus tard, en 1969, les choses vont de mal en pis, puisque le club en difficulté financière l'est aussi sur le plan sportif[31]. Fragilisé dans son rôle d'entraîneur, Prouff reste fidèle à ses principes de jeu malgré une défense en plein naufrage, et la rumeur commence à évoquer un limogeage[32]. L'arrivée de Marcel Aubour dans les buts et le redressement financier du club parviendront finalement à sauver la situation. La saison suivante, Aubour est l'une des pièces-maîtresses de l'équipe que Prouff emmène à la victoire en Coupe de France. Moins performante qu'en 1965 en championnat, l'équipe rennaise peine aussi en coupe, mais parvient malgré tout à atteindre les demi-finales. Face à l'Olympique de Marseille, Prouff fait valoir ses qualités de stratège. Quelques jours avant le match aller, alors que les Rennais se déplacent au Stade Vélodrome pour un match de championnat qui n'a que peu d'intérêt pour eux, l'entraîneur brouille les pistes en modifiant largement son équipe, alignant plusieurs remplaçants et changeant quelques joueurs de poste[33]. Rennes s'incline alors lourdement (0 - 5), mais fait mieux que résister lors de la première demi-finale, conservant toutes ses chances pour le retour (0 - 1). Au Stade de la route de Lorient, les joueurs de Jean Prouff vont ainsi remonter leur handicap et finir par se qualifier à l'issue de la séance des tirs au but, bien aidés par un Aubour en état de grâce[34]. En finale, au Stade olympique de Colombes, Rennes battra l'Olympique lyonnais au terme d'un match pauvre en occasions mais globalement dominé par les joueurs bretons (1 - 0). Une nouvelle fois qualifié pour la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe, Prouff y retrouve les Glasgow Rangers, déjà croisés avec le Standard de Liège neuf ans plus tôt. Cette fois, la confrontation tourne à l'avantage des Écossais, dont le jeu défensif bloque les offensives rennaises à l'aller (1 - 1). Prouff, taxé d'arrogance par la presse écossaise pour avoir critiqué le jeu des Rangers[35], ne parvient pas à retourner la situation au retour (0 - 1).

Banderole déployée par les supporters rennais en mémoire de Jean Prouff, le 23 février 2008.

À l'été 1972, Prouff est finalement prié par ses dirigeants de laisser la main à son ancien capitaine René Cédolin, qui prend seul la tête du Stade rennais en tant qu'entraîneur. Le Morbihannais devient alors directeur technique du club, un rôle qu'il n'occupera que l'espace d'une saison[10]. En 1973, il quitte Rennes pour rejoindre l'US Berné, tout juste promu en Division 3. Sous ses ordres, les Bernéens se maintiennent trois saisons de rang à ce niveau. Par la suite, Prouff délaisse le costume d'entraîneur pour endosser celui de conseiller technique. Il revient ainsi en Afrique, exerçant quelque temps au Gabon et en Côte d'Ivoire[10], avant de retourner en Bretagne pour chapeauter l'entraîneur Robert Dewilder au Stade quimpérois. Surtout, il devient le mentor de Raymond Keruzoré qu'il a fait passer professionnel au Stade rennais. Après sa carrière de joueur, Keruzoré, fortement influencé par Prouff, devient entraîneur[36]. Il deviendra son conseiller dans les années 1980 jusqu'au début des années 1990, le suivant aussi bien à Guingamp qu'à Brest et enfin au Stade rennais, que Keruzoré entraîne de 1987 à 1991.

Désigné comme entraîneur du siècle du Stade rennais lors du centenaire du club en 2001[37], Jean Prouff s'éteint sept ans plus tard, le 12 février 2008, à l'âge de 88 ans.

Honneurs et palmarès[modifier | modifier le code]

En tant que joueur[modifier | modifier le code]

En tant qu'entraîneur[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1971 : Désigné entraîneur français de l’année par le magazine France Football
  • 2001 : Désigné entraîneur du siècle par le Stade rennais

Annexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Hubert Budor, Jean Prouff - En rouge et noir, Aber Images et TV Rennes 35, 1999 (26 min)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Claude Loire, Le Stade rennais, fleuron du football breton 1901-1991, Éditions Apogée, 1994, p. 471
  2. Claude Loire, op. cit., p. 211 et 212
  3. a, b, c et d « Fiche de Jean Prouff », sur footballdatabase.eu (consulté le 11 mars 2010)
  4. a et b « Fiche de Jean Prouff », sur fff.fr (consulté le 11 mars 2010)
  5. a et b Jérôme Bergot, « Jean Prouff, le footballeur-athlète », sur ouest-france.fr,‎ 14 février 2008 (consulté le 12 mars 2010)
  6. a et b Georges Cadiou, La Grande Histoire du football en Bretagne, Liv'Éditions, 1998, p. 68
  7. Claude Loire et Virginie Charbonneau, 100 ans en rouge et noir, l'album officiel du centenaire, Éditions Apogée, 2001, p. 69
  8. « L'histoire complète du club de la Saint-Pierre de Nantes : années 1935 à 1938 », sur saintpierredenantes.fr (consulté le 12 mars 2010)
  9. Georges Cadiou, op. cit., p. 69
  10. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Collectif, 100 ans en Rouge et Noir, Hors-série Ouest-France, 2001, p. 26
  11. « L'histoire complète du club de la Saint-Pierre de Nantes : années 1938 à 1942 », sur saintpierredenantes.fr (consulté le 12 mars 2010)
  12. Claude Loire, op. cit., p. 204
  13. Claude Loire, op. cit., p. 209
  14. Claude Loire, op. cit., p. 212
  15. Jean-Paul Ollivier, Stade rennais, et les clubs du football breton, Solar, 1971, p. 163
  16. Denis Chaumier, Les Bleus, Éditions Larousse, 2004, p. 248
  17. « Résumé de France - Angleterre du 19 mai 1946 » [vidéo], sur ina.fr (consulté le 12 mars 2010)
  18. « Feuille de match de France - Angleterre du 19 mai 1946 », sur fff.fr (consulté le 12 mars 2010)
  19. Georges Cadiou, op. cit., p. 70
  20. Claude Loire, op. cit., p. 258
  21. « Historique de l'AS Aix », sur footballenfrance.fr (consulté le 12 mars 2010)
  22. (en) James M. Ross, « Champions' Cup 1961-62 », sur rsssf.com,‎ 27 juin 2007 (consulté le 12 mars 2010)
  23. a et b Jean-Paul Ollivier, op. cit., p. 94
  24. « Décès de l'ancien entraineur du Standard Jean Prouff », sur 7sur7.be,‎ 14 février 2008 (consulté le 12 mars 2010)
  25. a et b « Interview de Prouff, entraîneur du Stade rennais » [vidéo], sur ina.fr (consulté le 12 mars 2010)
  26. Georges Cadiou, op. cit., p. 144
  27. « Classement des meilleures attaques du championnat de D1 1964-1965 », sur lfp.fr (consulté le 13 mars 2010)
  28. Collectif, Coupe de France, la folle épopée, L'Équipe, 2007, p. 100
  29. « Feuilles de match de la finale de la Coupe de France 1964-1965 », sur fff.fr (consulté le 13 mars 2010)
  30. « Résumé de la deuxième finale de la Coupe de France 1964-1965 » [vidéo], sur ina.fr (consulté le 13 mars 2010)
  31. Jean-Paul Ollivier, op. cit., p. 37 et 38
  32. Jean-Paul Ollivier, op. cit., p. 39
  33. Collectif, 100 ans en Rouge et Noir, Hors-série Ouest-France, 2001, p. 38
  34. « Résumé de la demi-finale retour de la Coupe de France 1970-1971 Rennes - Marseille » [vidéo], sur ina.fr
  35. Collectif, 100 ans en Rouge et Noir, Hors-série Ouest-France, 2001, p. 48
  36. [vidéo] « Hommage à Jean Prouff : témoignage de Raymond Keruzoré », sur staderennais.com,‎ 15 février 2008 (consulté le 13 mars 2010)
  37. Claude Loire et Virginie Charbonneau, op. cit., p. 123