Jean Proriol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Proriol
Fonctions
Maire de Beauzac
En fonction depuis le
(&&&&&&&&&&01881551 ans, 6 mois et 5 jours)
Prédécesseur Alphonse Proriol (DVD)
Député de la 2e circonscription de la Haute-Loire

(&&&&&&&&&&01249634 ans, 2 mois et 16 jours)
Prédécesseur Louis Eyraud (PS)
Successeur Jean-Pierre Vigier (UMP)
Sénateur de la Haute-Loire
Conseiller général
du canton de Monistrol-sur-Loire

(&&&&&&&&&&01075929 ans, 5 mois et 15 jours)
Prédécesseur Alphonse Proriol (DVD)
Successeur Guy Granger (RPR)
Biographie
Date de naissance (79 ans)
Lieu de naissance Beauzac (Haute-Loire)
Nationalité Française
Parti politique RI[1]
UDF-AD
UDF-PPDF
DL
UMP
Profession cadre commercial
Religion catholique
Résidence Beauzac (Haute-Loire)

Jean Proriol, né le à Beauzac (Haute-Loire), est un homme politique français de la droite libérale, parlementaire de 1974 à 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issue d'une lignée de notables du Velay, Jean Proriol est le fils d'Alphonse Proriol, commerçant en vins[2], maire de Beauzac et conseiller général du canton de Monistrol-sur-Loire après la Libération.

Après des études secondaires à Monistrol-sur-Loire, il s'engage dans des études commerciales. Diplômé de l'École supérieure de commerce de Lyon (ESCL)[3], il est également licencié en droit et diplômé d'études supérieures en économie politique[4], puis diplômé de l'École des hautes études commerciales de Paris (HEC)[2]. Officier SAS en Kabylie[2] durant la Guerre d'Algérie, il débute ensuite, en 1963, une carrière de cadre commercial, et occupe des fonctions de chef de service aux Établissements Casino (Saint-Étienne) jusqu'en 1974[4].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

À 27 ans, à l'automne 1962, il succède à son père Alphonse Proriol, décédé[5], dans ses deux mandats de maire de Beauzac, où il a été constamment réélu depuis lors, et de conseiller général de Monistrol-sur-Loire.

Cinq ans plus tard, aux élections législatives de 1967, il tente de succéder au MRP Noël Barrot, décédé brutalement l'année précédente, dans la 1e circonscription de Haute-Loire. Présent sous l'étiquette des RI, il mène campagne sur le thème de la fidélité au général de Gaulle mais se heurte à la candidature du fils du député décédé, le futur ministre Jacques Barrot (CD), qui l'emporte au second tour[6]. L'année suivante, aux élections législatives de 1968, il tente à nouveau de défaire ce dernier, qui l'emporte une seconde fois[6].

Jean Proriol accède finalement au Parlement à la faveur des élections sénatoriales de 1974, où les deux sénateurs sortants, le CNIP Jean de Lachomette et le RI Robert Bouvard, ne se représentent pas : proche du président Valéry Giscard d'Estaing, il l'emporte aisément, devançant l'autre élu, le socialiste René Chazelle.

Deux ans plus tard, en 1976, après le décès accidentel du docteur Jean-Claude Simon (RI), il se présente à la députation dans la 2e circonscription (Le Puy-en-Velay-Brioude), qui pourtant ne comprend pas sa commune de Beauzac. Menée en urgence suite à l'intervention du ministre Poniatowski[7], cette campagne ne s'avère pas couronnée de succès, la victoire revenant au socialiste Louis Eyraud. Il faut attendre le scrutin de 1978 pour que Jean Proriol, à nouveau candidat, l'emporte dans la deuxième circonscription, dont il conserve le siège depuis lors (scrutins de 1981, 1986, 1988, 1993, 1997, 2002 et 2007), en se spécialisant dans les questions économiques et rurales[5].

Adhérant à l'UDF dès sa création (avant de rejoindre par la suite DL puis l'UMP), Jean Proriol affiche sa proximité avec Valéry Giscard d'Estaing : élu conseiller régional d'Auvergne en 1986, il se voit confiée par l'ancien président de la République la vice-présidence de l'assemblée régionale (1986-1988 et 1992-2004[8]). Après la défaite de la droite aux élections régionales de 2004, il se retire en 2010 du conseil régional.

Il ne se représente pas pour une nouvelle candidature aux élections législatives de 2012.

Distinction[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. a, b et c [2]
  3. Promotion ESC 1957.
  4. a et b Notice Who's who.
  5. a et b [3]
  6. a et b [4]
  7. [5]
  8. a et b Source : notice Who's who.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Pierre Mazataud, Géopolitique d'une région : l'Auvergne, Nonette, Créer, 1987

Liens externes[modifier | modifier le code]