Jean Pouilloux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Pouilloux, né au Vert (Deux-Sèvres) le 31 octobre 1917 et mort à Condrieu (Rhône) le 23 mai 1996, est un archéologue et épigraphiste français, spécialiste de la Grèce antique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à l'École normale supérieure (promotion 1939) et à l'École française d'Athènes (1945–1949), il est nommé à la Faculté des Lettres de l'université de Lyon. En 1955, il obtient son doctorat d'État avec une thèse principale sur l'histoire de Thasos et une thèse secondaire sur la forteresse de Rhamnonte. Il est alors maître de conférences, puis professeur d'histoire ancienne à la faculté de Besançon. En 1957, il reçoit, toujours à la Faculté de Lyon, une chaire d'archéologie et d'épigraphie grecques et deux années plus tard, il fonde l'Institut Fernand-Courby, spécialisé dans l'épigraphie grecque. En 1960, il publie Choix d'inscriptions grecques, outil d'initiation qui devient rapidement un classique. Il prend en 1972 la direction du Centre de recherches archéologiques du CNRS, puis en 1976 directeur scientifique du CNRS pour les humanités. En 1978, il est élu à l'Académie des inscriptions et belles-lettres, dont il prendra la présidence en 1988, de même que de l'Institut de France.

Parallèlement à sa carrière universitaire, il poursuit son travail de fouilles, en particulier à Delphes et à Chypre, où il fonde la mission archéologique française de Salamine de Chypre en 1964.

S'intéressant également à l'influence exercée par la Grèce sur le Proche-Orient, il fonde à Lyon, en 1975, la Maison de l'Orient méditerranéen ancien (devenue aujourd'hui la Maison de l'Orient et de la Méditerranée-Jean Pouilloux), et dirige, avec Claude Mondésert et Roger Arnaldez, l'édition et la traduction, aux Éditions du Cerf, des œuvres du philosophe juif de langue grecque Philon d'Alexandrie, dont le premier volume paraît en 1961. Lui-même publie, soit seul soit en collaboration, quatre traités : le De agricultura (1961), le De plantatione (1963), le De vita Mosis. I-II (1967) et le De aeternitate mundi (1969).

Il a eu notamment pour élèves l'archéologue Roland Étienne, ainsi que les historiens Pauline Schmitt-Pantel et Maurice Sartre.

Ouvrages principaux[modifier | modifier le code]

  • Choix d'inscriptions grecques, 1re parution en 1960 aux Presses universitaires de Lyon, réédité par les Belles Lettres, coll. « Epigraphica », 2003 ;
  • traduction, Cerf, coll. « Sources chrétiennes » :
    • De agricultura, Philon d'Alexandrie, no 9, 1961 ;
    • De plantatione, Philon d'Alexandrie, no 10, 1961 ;
    • De vita Mosis, I-II, Philon d'Alexandrie, no 22, 1967 ;
    • De æternitate mundi, Philon d'Alexandrie, no 30, 1969 ;
  • collaboration : Nouveau choix d'inscriptions grecques, 1re parution en 1971 aux Presses universitaires de Lyon, réédité par les Belles Lettres, coll. « Epigraphica », 2005 ;
  • ΑΛΕΞΑΝΔΡΙΝΑ. Hellénisme, judaïsme et christianisme à Alexandrie, mélanges offerts au P. Claude Mondésert, Cerf, 1987 ;
  • préface : La Collection « Sources chrétiennes ». Éditer les Pères de l'Église au XXe siècle, Cerf, 1995.

Liens externes[modifier | modifier le code]