Jean Pellerin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pellerin.

Jean Pellerin né le 24 avril 1885 à Pontcharra et décédé le 9 juillet 1921 au Chatelard (près de Pontcharra) est un poète français membre de l'École fantaisiste.

Le poète Jean Pellerin

Biographie[modifier | modifier le code]

Pellerin, poète moderne et tendre, affiche une liberté narquoise et sait adroitement cacher une nature désespérée. Lors de son service militaire à Grenoble il rencontre Francis Carco. Avec ce dernier, Tristan Derème, Léon Vérane, Jean-Marc Bernard et Robert de la Vaissière, il fondera l'École fantaisiste. Délaissant la papeterie paternelle il monte à Paris où il fréquente la bohème littéraire, à commencer par le cabaret du Lapin agile. Il collabore à de nombreuses revues littéraires, Le Feu, L'Oliphant, Isis, La Phalange, Schéhérazade, Le Divan, Les Petites Feuilles (qu'il fonde avec Carco en 1909), et notamment à la Revue critique des idées et des livres, au Gil Blas et à La Vie parisienne. Pour gagner sa vie il écrit des romans inégaux tantôt sous son nom, tantôt sous des pseudonymes. Il s'illustrera également par sa maîtrise du pastiche et forgera un faux Mallarmé qui fera date. Pendant la guerre il participe aux combats à Ypres puis sert comme agent de liaison avant d'être sergent-fourrier d'un groupe d'aviation. Eprouvé physiquement et atteint par la tuberculose, il part se reposer en 1921 au Châtelard en Bauges près de Pontcharra. Il y meurt peu après et est enterré à Chambéry. Francis Carco rassemblera les poèmes de Pellerin dans un recueil posthume, Le Bouquet inutile.

Extrait du "Bouquet Inutile : La nuit d'Avril"[modifier | modifier le code]

  • Je ne me suis pas fait la tête de Musset,
  • Je tartine des vers, je prépare un essai,
  • J’ai le quart d’un roman à sécher dans l’armoire.
  • … Mais que sont vos baisers, ô filles de mémoire !
  • Vous entendre dicter des mots après des mots,
  • Triste jeu !
  • … Le loisir d’été sous les ormeaux,
  • Une écharpe du soir qui se lève et qui glisse…
  • Des couplets sur ce bon Monsieur de La Palice
  • Que répète un enfant dans le jardin couvert.
  • Ce crépuscule rouge, et puis jaune, et puis vert…
  • … Une femme passant le pont de la Concorde
  • … Le râle d’un archet pâmé sur une corde,
  • La danse, la chanson avec la danse, un son
  • De flûte, sur la danse entraînant la chanson,
  • Ce geste d’une femme et celui d’une branche…
  • Ah ! vains mots ! pauvres mots en habits du dimanche…
  • Ah ! vivre tout cela, le vivre et l’épuiser !…
  • Muse, reprends mon luth et garde ton baiser !

Extrait de "La jeune fille aux pinceaux" p5-6[modifier | modifier le code]

La jeune fille aux pinceaux- Illustration de Ramon Pichot-

" Je suis poète. Il y a bien longtemps, depuis Platon et même avant lui, que ma profession est déconsidérée. Mais moi, j'ai su concilier l'art d'écrire en lignes inégales avec l'estime de mes concitoyens. Je suis poète commercial. Je compose des strophes pour les pâtes épilatoires. Avez-vous des confitures, des libérateurs d'intestins, des vins roboratif, des sirops saccharinés à vendre ? Adressez-vous à moi. Je dresserai tout autour du nom de votre drogue des festons de rimes, d'hémistiches, j'assemblerai les triolets en gerbe. Je trouverai pour la ballade laudatrice le refrain typique qui se gravera dans la mémoire des consommateurs. Je gagne largement ma vie. Je l'aurais gagnée mieux encore si je n'avais perdu le meilleur client qui m'était destiné - perdu par ma faute. Célibataire, je prends tous mes repas à l'Andouillette, qui est un petit restaurant des Batignolles et où se fait, je ne crains pas de la dire, la meilleure chère de Paris."

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Le goût du toc, comédie en 1 acte (1912) en collaboration avec René Bergeret
  • Le petit carquois, poèmes (1913) en collaboration avec André du Fresnois
  • Le Copiste indiscret, pastiches (1919)
  • La Jeune fille aux pinceaux, roman (1919)
  • La Dame de leurs pensées, roman (1920)
  • La Mégère amoureuse, roman (1921)
  • Sous le règne du débauché, roman (1921)
  • La Romance du retour, poème (1921)
  • Le Dîner des bons ménages, Miguel l'Aragonais, roman (1922)
  • L'Évadé de l'enfer, roman (1922)
  • Cécile et ses amours, roman (1923)
  • Le Bouquet inutile (1923), recueil poétique mis en forme par Francis Carco, réédition en 1954 avec des notes d'Yves-Gérard Le Dantec
  • Tartine, nouvelle (1923)
  • Figures d'aujourd'hui, critiques (1923) en collaboration avec Gaston Picard, illustrations de Chana Orloff
  • Les Vainqueurs de l'Atlantique, roman paru en feuilleton dans La Lanterne du 5 mars au 19 avril 1920 et signé du pseudonyme Jean Prévaudière
  • Le Trésor de Keriolet, roman paru en feuilleton dans La Lanterne du 19 mars au 26 mai 1920 et signé du pseudonyme Jean Prévaudière
  • Le Roi doré, Roman d'aventures au Far-West, roman paru dans La Lanterne du 25 octobre au 27 novembre 1920
  • Douze contes du Gil Blas, contes (1983), publiés sous le pseudonyme de Clément Carel au Gil Blas en 1912-1913, édition de Georges Schmits
  • Quatre chansons de Bilitis et un poème inédit, poèmes (1987), édition de Georges Schmits

Citation[modifier | modifier le code]

« Dois-je l'écrire le premier ? On n'a pas fait encore à Jean Pellerin la place qu'il méritait d'avoir et qu'il aura parmi tant de poètes où seuls, peut-être, Guillaume Apollinaire et quelques-uns de ses amis le mettaient malgré lui. Comment l'aurait-on fait ? Jean Pellerin n'était pas glorieux. Il n'avait de souci que de ses sympathies, de son travail et son empressement à rendre service à tous. Plus que ses vers, il chérissait la poésie ; plus que l'ambition, le talent... »

— Francis Carco

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "Le souvenir de Jean Pellerin", Le Divan, n° 76, 15 février 1922
  • Henri Clouard, Histoire de la littérature française, du symbolisme à nos jours, Paris, Éditions Albin Michel, 1949
  • Jean Burgos (dir.), Jean Pellerin et l’école fantaisiste, Revue des Lettres Modernes vol. 698-702/L’Icosathèque, n° 7/L’avant-siècle n°3, 1984
  • Jean Serroy (dir.), Jean Pellerin 1885-1921 : Actes du Colloque du Centenaire et Pastiches poétiques, Hors Série n° 3, Grenoble, Les Cahiers de l’Alpe (Société des Ecrivains Dauphinois)-Recherches et Travaux (Université de Grenoble III U.E.R. de Lettres), 1985
  • Georges Schmits, Jean Pellerin : notes pour une biographie, Dolhain, Ed. Compléments, « Cahiers Jean Pellerin », n° 4, 1989
  • Georges Schmits, Jean Pellerin : notes pour une bibliographie, Dolhain, Ed. Compléments, « Cahiers Jean Pellerin », n° 5, 1990
  • François Huguenin, A l'école de l'Action française, Paris, Éditions Jean-Claude Lattès, 1999