Jean-Nicolas Pache

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean Nicolas Pache)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pache.
Jean-Nicolas Pache
Statue de Jean-Nicolas Pache.
Statue de Jean-Nicolas Pache.
Fonctions
ministre de la Guerre
3 octobre 179231 janvier 1793
Groupe politique hébertiste
maire de Paris
14 février 179310 mai 1794
Groupe politique hébertiste
Biographie
Date de naissance 5 mai 1746
Lieu de naissance Verdun (Meuse)
Date de décès 18 novembre 1823 (à 77 ans)
Lieu de décès Thin-le-Moutier
Nationalité Français
Père Nicolas Pache
Mère Jeanne Lallemand
Conjoint Marie-Marguerite Valette (1746-1786)
Enfant(s) Marie-Sylvie (1777-?), Jean
Profession munitionnaire

Jean-Nicolas Pache, né à Verdun le 5 mai 1746 et mort à Thin-le-Moutier (Ardennes) le 18 novembre 1823 (à 77 ans), est un homme politique français, actif pendant la Révolution.

Origines[modifier | modifier le code]

Son père, Nicolas Pache, originaire d’Oron en pays de Vaud, est venu s’installer en Lorraine où il se maria avec Jeanne Lallemand. Jean-Nicolas Pache est né à Verdun le 5 mai 1746[1]. On ignore presque tout de son enfance sinon que son père a été garde suisse au service de la comtesse de La Marck, puis gardien de l'hôtel du maréchal de Castries.

Le maréchal de Castries s’intéressa au jeune Pache comme s’il était son fils, l'emmena en 1774 à l’École royale du génie de Mézières où il connut Gaspard Monge. Cette rencontre fut le point de départ d'une longue amitié entre les deux hommes, Gaspard Monge et Jean-Nicolas Pache[2],[note 1]. Le duc de Castries l'employa aussi, dans les années 1770, comme précepteur de ses enfants.

Lorsqu'il devint ministre de la Marine, Castries offrit à son protégé un emploi de Premier secrétaire et de munitionnaire général des Vivres qu'il quitta en 1784 tout en continuant à recevoir un traitement.

La protection de Charles Eugène Gabriel de La Croix de Castries tenait beaucoup au fait qu'on avait prévu de marier le jeune homme à Marie-Marguerite Valette (1746-1786), la fille naturelle de Castries et de Marie-Anne Françoise de Noailles (1719-1793)[note 2] ce qui fut fait. Le couple eut une fille, Marie-Sylvie, née en 1777, puis un fils, Jean, né en 1779 (qui prit le nom de Marin-Pache). Mais Mme Pache mourut en 1786 et la mère du futur maire de Paris, Jeanne Lallemand, s’occupa de l’éducation des deux petits-enfants.

Probablement par la famille Curchod, Pache était en relation avec les représentants de la banque suisse à Paris et avec le plus célèbre d'entre eux, Jacques Necker, qui le fit pensionner avec l'emploi de contrôleur de la Maison du roi. Ces fonctions « ne convenaient pas au caractère » de Jean-Nicolas Pache, qui démissionna en 1784, et se retira quelques années avec les siens en Suisse, probablement à Genève, où deux ans plus tard il perd son épouse.

Revenu à Paris, peu après la Révolution de 1789, sous l'injonction de Gaspard Monge[3], Pache occupa avec sa mère et ses deux enfants un appartement dans l'hôtel du maréchal de Castries. Or ce dernier était connu pour son hostilité fondamentale à la Révolution. Une émeute envahit cet hôtel au début de la Révolution et le mit au pillage.

Pache avait, auprès de certains de ses contemporains la réputation d’un personnage calme épris des idées de Jean-Jacques Rousseau, bon père de famille que rien ne semblait prédisposer à devenir un des hommes politiques et révolutionnaires de la Commune de Paris

En août 1791, alors qu'il n'avait encore aucune fonction officielle, il fit l'acquisition d'une ancienne abbaye, de ses dépendances et des terres agricoles, à Thin-le-Moutier, petite commune des Ardennes. C'était un bien ayant appartenu au Séminaire de Reims, vendu comme bien national et revendu aux enchères, le premier acquéreur n'ayant pu effectué les versements. Pache est désigné dans l'acte de vente comme simple citoyen de Paris, et ancien premier Secrétaire de la Marine[4].

Les débuts politiques[modifier | modifier le code]

Membre de la section du Luxembourg , il créa en janvier 1792 la société patriotique du Luxembourg où furent reçus ses amis les scientifiques Gaspard Monge, Meusnier de la Place et Vandermonde, également Hassenfratz[3]. Les statuts de cette société précisent qu’elle agissait pour répandre dans le peuple la connaissance des devoirs et du rôle de chaque citoyen dans le fonctionnement de la Constitution. Il habitait rue de Tournon au n° 1133, l'actuel n°6. Il s'agit de l'ancien hôtel Terrat appelé par la suite hôtel de Brancas, lequel appartient jusqu'en l'an VIII à Louis Paul de Brancas et son épouse Marie-Anne Grandhomme de Gisieux. Pendant cette période Pierre-Simon Laplace y est aussi noté comme locataire.

Jean-Marie Roland le prit comme chef de cabinet dans le premier ministère girondin composé par Dumouriez et accepté par Louis XVI. Bien que d'opinion plus radicale, il avait attiré l'attention de Monsieur Roland, comme de Madame, par son calme, par sa capacité de travail, et par sa simplicité. Madame Roland, dans ses Mémoires, le décrit arrivant tous les jours à sept heures du matin, un morceau de pain dans la poche[5]. Puis Pache assista Joseph Servan dans son ministère, à la demande de ce dernier[5], submergé de travail. En juin 1792, il partagea la disgrâce de ces ministres girondins avec lesquels il avait pris ses distances, et retourna à sa section. Il refusa ultérieurement plusieurs postes, dont l'intendance du garde-meuble[5].

Le ministre de la guerre[modifier | modifier le code]

En septembre 1792, Jean-Nicolas Pache fut sollicité pour devenir ministre de la Marine, mais il refusa, proposant son ami Gaspard Monge[3]. À la demande de ce dernier, il accepta une mission à Toulon. Puis, le 3 octobre 1792, alors qu'il se trouvait toujours à Toulon, il fut nommé ministre de la Guerre sur les recommandations de Jean Marie Roland qui le croyait sans doute attaché à sa personne, mais dont il s'écartait de plus en plus en termes d’idées : Mme Roland le lui reprocha amèrement dans ses Mémoires.

Au ministère, il fit procéder à des recrutements d’hommes se consacrant avec passion aux événements révolutionnaires, alors que s'opérait dans l'armée un renouvellement similaire des cadres. Le plus célèbre des nouveaux entrants au ministère était Jacques-René Hébert, auteur du journal le Père Duchesne qui fut témoin, à la mi-janvier 1793, au mariage de la fille de Pache, Sylvie avec François-Xavier Audouin. Ce dernier, révolutionnaire devenu haut fonctionnaire du ministère de la guerre, y avait été nommé également par son futur beau-père. Le ministre réforma également l'administration des vivres, celle des hôpitaux, celle de l'habillement, et celle de l'armement, réformes critiquées par ses adversaires politiques et par le général Dumouriez, alors à la tête de l'armée de la République[note 3].

Pache s'employa également à contenir dans son rôle militaire ce général Dumouriez, ayant de grandes ambitions politiques, et auréolé de son succès de Valmy puis de Jemmapes. Ce militaire intriguait au sein des milieux politiques parisiens et gardait également des contacts avec les puissances étrangères alors opposées à la République Française. Plus encore que La Fayette et bien avant Napoléon Bonaparte, il tentait d'inventer une figure nouvelle dans la politique française, de général, dernier recours des politiques, mettant à bas la frontière entre la chose militaire et la chose politique, et critiquant son ministre[6]. Pache a réussi à se maintenir quatre mois au ministère alors que huit ministres s'étaient succédé à ce poste en 1792 avant son arrivée en octobre de la même année.

Pour un de ses adversaires politiques, le conventionnel Louis Sébastien Mercier, son rôle a été plus néfaste aux intérêts du pays que toutes les armées de la coalition[7]. Pourtant, nommé ministre un mois après Valmy, il a su accompagner les succès des armées révolutionnaires. Celles-ci, après Jemmapes, occupèrent la Belgique et la rive gauche du Rhin, dépassant les limites naturelles que l'ancienne monarchie avait vainement tenté d'obtenir par le passé. Il s'est battu pour maintenir les prérogatives des politiques vis-à-vis de la hiérarchie militaire. Il a renouvelé l'encadrement du ministère pour en garantir le contrôle politique, ce qui bénéficiera à ses successeurs. Par contre, les révolutionnaires qu'il a introduit au sein de ce ministère, et dont il a favorisé l'ascension, se sont souvent comportés en apparatchiks[8].

Finalement, fin janvier 1793, les Girondins, ayant subi la démission de Jean-Marie Roland du ministère de l'Intérieur, firent partir Pache du ministère de la Guerre et le remplacèrent, le 4 février 1793, par un ami de Dumouriez, Beunonville[note 4].

Le maire de Paris[modifier | modifier le code]

Jean-Nicolas Pache

Au moment même où il quitta le ministère du travail, Nicolas Chambon, un Girondin, maire de Paris difficilement élu quelques mois auparavant, démissionna[note 5], ouvrant la porte à de nouvelles élections. Les élections municipales d'octobre-novembre 1792 puis de février 1793 furent les seules élections municipales tenues au suffrage élargi, c'est-à-dire sans condition fiscale ou de ressources[note 6], pendant la décennie révolutionnaire[9]. Il y eut 50 % de plus de votants qu'aux élections précédentes de 1791[9], même si la proportion de votants représentent moins du dixième des électeurs potentiels[10]. Le 11 février 1793, Pache était élu puis, le 14 février, proclamé maire de Paris avec 11 881 suffrages sur 15 191 votants[9]. À la commune de Paris, il retrouva Hébert élu peu de temps auparavant substitut du procureur[9].

À peine élu, il fut confronté à une crise des subsistances et à une augmentation des prix des denrées. Ce sujet restera d'actualité toute la durée de son mandat. À peine arrivé à la tête de la commune, un groupe de femmes le sollicita ainsi pour qu'il les autorise à pétitionner à l'assemblée sur les prix de la nourriture et la punition des accapareurs. Il leur répondit qu'elles n'avaient pas besoin de son autorisation pour exercer leur droit de pétition, mais les encouragea à le faire dans le calme[11]. Mais ce mouvement s'amplifia. Le lendemain 25 février, des pillages commencèrent rue des Lombards et se propagèrent, alors que le commandant de la garde nationale, Santerre, se trouvait à Versailles. Pache procéda à une proclamation appelant au calme et se porta à la rencontre d'un des attroupements perturbateurs, rue de la Vieille Monnaie, sans grand succès. Il dut arrêter de sa main un gendarme qui pillait lui-même[11]. Le calme mit plusieurs jours à revenir.

Devise républicaine placée par J.N.Pache sur les murs des édifices publics parisiens
La Convention cernée par les Sections et la Commune de Paris le 31 Mai 1793
Tribunal révolutionnaire

Constamment, Pache exhorta à se méfier des agitateurs, tout en faisant pression sur la Convention pour limiter la liberté économique des négociants[12]. Il expliqua aussi de façon simple et laconique, par affichage, que s'en prendre aux arrivages de marchandises était contraire au bon approvisionnement de Paris[13].

Plus symboliquement, il fit inscrire sur les frontons des établissements publics de la capitale la devise proposée par Momoro : Liberté, Égalité, Fraternité[14].

Il se trouva confronté régulièrement à des manifestations et mouvements des sections parisiennes. Ainsi, le 10 mars 1793, il repoussa les députations d'un mouvement insurrectionnel qui voulait s'en prendre, physiquement, aux 22 députés girondins de la Convention. Ce jour-là, la commune n'osa pas favoriser un mouvement auquel les esprits n'étaient pas assez préparés, elle s'en indigna même très sincèrement[15].

En avril et mai 1793, la tension continuait à monter entre Montagnards et Girondins. Le 15 avril, une pétition demandant l'expulsion des 22 girondins de la Convention fut adoptée par 35 des 43 sections de la Commune. Pache la signa après quelques hésitations et, prenant la tête du cortège des commissaires de section, la porta à la barre de la Convention[15].

Le 18 mai, la Convention, où de nombreux Montagnards étaient absents, réagit en désignant une commission de 12 députés chargés d'examiner les actes de la Commune depuis un mois, mesure qui excita encore les passions. Le 20, les sections parisiennes firent pression sur Pache pour qu'il prenne la tête d'un mouvement visant à enlever immédiatement les 22 girondins au sein de la Convention. Pache replaça ce qu'on exigeait de lui dans la limite de la loi et de ses fonctions, et limita les délibérations de la municipalité à la constitution d'une liste de suspects. Il s’éleva aussi contre les actes de violence[16]. Il restait ainsi fidèle à sa ligne directrice : assurer le succès de la Révolution en évitant les affrontements violents, et épargner à la Capitale les convulsions d'une guerre civile, comme elle en avait connues sous l'égide d'un de ses prédécesseurs avec les massacres de Septembre 1792, ou comme elle les connaîtra avec la réaction thermidorienne[17].

Le 24 mai 1793, la commission des 12 députés fit arrêter Hébert. À partir du 31 mai, une émeute menée par des sans-culottes des quartiers populaires et une majorité de sections municipales, avec à leur tête un quasi-inconnu, Claude-Emmanuel Dobsen, encercla l'Assemblée Nationale. Ils avaient avec eux la garde nationale commandée par François Hanriot. Hébert fut libéré. Hébert et Pache s'employèrent à modérer les esprits. La Convention supprima la commission des 12, sans que ceci suffise. Et le 2 juin, toujours encerclée, la Convention céda et fit arrêter en son sein 29 députés girondins. Dans les semaines et mois qui suivent, près d'une centaine de Girondins, députés, ministres et diverses personnalités, furent également arrêtés.

Le 19 août 1793, dans une proclamation, Pache s'en prit à nouveau aux agitateurs qui utilisaient la question des subsistances. Il évoqua dans cette proclamation des malveillants ayant des visées contre-révolutionnaires[11].

Le 24 octobre 1793, Pache fut le premier témoin cité à comparaître au procès des Girondins, devant le Tribunal révolutionnaire. Il se montra prudent et évasif. Il n'énonça aucun fait contre les accusés prouvant un complot prémédité de leur part. Il se contenta de citer des refus de fonds financiers et des menaces d'arrestation à l'égard d'officiers municipaux[15].

À partir de décembre 1793, une opposition apparut de plus en plus entre les amis politiques de Robespierre d'une part, et les hébertistes d'autre part. Des rumeurs sur un projet de Vincent, Ronsin, Chaumette, Momoro ou Hébert circulaient dans Paris, projet qui comportait l'établissement d'un grand juge. Si chacun des principaux membres de cette faction espérait peut-être s'arroger à terme cette magistrature suprême[18], la fonction aurait été initialement dévolue à Pache, sans qu'il soit prouvé que celui-ci ait été consulté sur cette perspective qui l'exposait dangereusement[15]. Le 4 mars 1794, à une séance du Club des Cordeliers, les hébertistes annoncèrent une insurrection prochaine. Velléités ou réel complot insurrectionnel ? Robespierre, Saint-Just et le Comité de salut public se devaient de réagir. Après s'être assuré de la neutralité du club des Cordeliers, Saint-Just présenta un rapport à la Convention. Et le soir même, dans la nuit du 13 au 14 mars 1794, Hébert et ses amis furent arrêtés. Rapidement condamnés, ils furent exécutés le 22 du même mois[19].

Le spectre de la guillotine[modifier | modifier le code]

Affiche menaçant de la guillotine

Bien que son nom ait été associé aux projets des Hébertistes, Pache ne fut pas emporté dans cette charrette. Dès le 19 mars 1794, il était d'ailleurs à la barre de la Convention venu affirmer son respect des institutions et protester de la pureté de ses intentions[19]. Plus tard, Lecointre de Versailles, porte-parole de ses collègues conventionnels, accusa le Comité de sûreté générale d'avoir « dans l'affaire d'Hébert, Vincent et autres, arrêté l'effet d'un mandat d'arrêt lancé contre Pache ». Il l'accusait aussi d'avoir « non seulement empêché Fouquier de mettre le mandat à exécution mais de ne pas permettre qu'il soit parlé de Pache, d'où il est résulté que la parole a été interdite aux témoins qui ont voulu parler de Pache et même aux accusés lorsqu'ils ont demandé qu'il parût »[20].

Paradoxalement c'est un incident survenu au domicile de son ami Gaspard Monge, dans le prolongement de ces événements, qui provoqua la fin de sa carrière politique. Gaspard Monge recevait régulièrement des hommes politiques dans son salon rue des Petits-Augustins. Le 9 mai 1794 au soir, la fille de Pache, Mme Audoin, présente ce soir-là, se querella avec Lazare Carnot, Prieur de la Côte d'Or et d'autres membres du Comité de salut public, à propos du procès des Hébertistes encore très récent[19]. Dénoncés par Lazare Carnot, tous les membres de sa famille furent arrêtés — à savoir Pache, sa fille Sylvie et son gendre Audouin, également son jeune fils, sa mère et un couple d'amis. Pache fut placé en détention, tandis qu'on le remplaçait par Fleuriot-Lescot à la mairie de Paris.

Les membres de la famille Pache furent volontairement disséminés dans différentes prisons, et discrètement protégés par leurs amis, qui restaient nombreux. Ils attendirent ainsi la chute de Robespierre et furent tous épargnés. Ils furent libérés dès le 14 thermidor an II et les scellés apposés au domicile des Pache levés le lendemain. Sylvie, la fille de Pache, fut libérée le 20 thermidor.

Pache fut encore cité dans une mise en accusation le 19 prairial an III au Tribunal criminel du département d’Eure-et-Loir chargé de juger les auteurs de l'insurrection du 1er prairial an III et les anciens montagnards suspectés d'être à l'origine de ce mouvement populaire contre la Convention. Mis en prison à Chartres, il bénéficia de la loi d'amnistie du 4 brumaire an IV (2 octobre 1795) et fut de nouveau remis en liberté. Revenu à Paris, il y resta huit jours, et décida rapidement de quitter la ville, soumise à la Terreur Blanche.

Sa retraite à Thin-le-Moutier[modifier | modifier le code]

Maison de Jean-Nicolas Pache à Thin-le-Moutier (photographiée en 2011)

Il possédait un toit à Thin-le-Moutier et décida d'en faire son refuge. Il quitta la capitale qu'il avait administrée caché dans une voiture chargée de paille, puis continua habillé en paysan, jusqu'à la porte du fermier qui exploitait ses terres[4]. Son arrivée ne fit pas sensation dans ce petit village des Ardennes, loin de l'agitation parisienne. Il évita de se montrer et de se manifester pendant plusieurs mois, et dut subir des tracasseries juridiques et des citations à comparaître jusqu'au coup d'État du 18 fructidor an V (4 septembre 1797), qui priva ses adversaires les plus acharnés de moyens de lui nuire[4].

Son mode de vie, son habillement, son mobilier étaient modestes[4].

Avec l'accord bienveillant de l'administration départementale, il devint quelque temps membre de la Société d'agriculture, arts et commerce du département des Ardennes. Mais, suite au coup d'État du 18 brumaire, il se retira complètement de la scène publique, par prudence probablement, mais aussi sans doute par déception[4].

En 1803, le Premier Consul Napoléon Bonaparte se rendit en visite en Ardennes, accompagné de Gaspard Monge. Celui-ci vint un soir à Thin-le-Moutier au domicile de son ami Pache, porteur d'une lettre de Bonaparte avec des propositions[4]. Pache raccompagna son visiteur, le lendemain matin, jusqu'à la sortie de la vallée et ils s'embrassèrent une dernière fois[4],[21].

L'ancien conventionnel, et ministre de la Guerre, Dubois-Crancé, installé dans une autre petite commune des Ardennes, vint également à Thin-le-Moutier partager quelques instants avec lui, mais sans avoir d'autre objectif que le plaisir de le revoir[4]. Ses enfants et ses petits-enfants lui restèrent attentifs et vinrent régulièrement lui rendre visite, même si sa fille Sylvie et son gendre Audoin étaient devenus royalistes après 1815. Il mourut d'une pleurésie en 1823.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. François Pairault, dans son ouvrage sur Gaspard Monge, cite Eugène Eschassériaux, arrière-petit-fils de Gaspard Monge, parlant d'une relation entre les deux hommes que le talent, la communauté d'idées devaient fortifier
  2. Marie-Anne Françoise de Noailles était mariée depuis 1744 à Louis-Engelbert Pierre de La Marck-Schleiden, comte de La Marck (1701-1773). Voir La Marck
  3. Cette thématique du manque de moyens de l'armée et des difficultés d'approvisionnement revint souvent durant la décennie révolutionnaire. Même si la logistique fut souvent défaillante, cette thématique avait l'avantage de désigner un bouc émissaire face aux difficultés des armées, et de faire jouer la fibre patriotique. Dumouriez, lorsqu'il avait été lui-même ministre de la Guerre, très brièvement, du 13 juin au 18 juin 1792, avait été de la même façon, critiqué par le général La Fayette, alors à la tête de la principale armée de la République, y compris dans la fameuse lettre adressée le 16 juin 1792 par La Fayette à l'Assemblée nationale française.
  4. Par une ironie de l'Histoire, Beunonville, nouveau ministre de la guerre succédant à Jean-Nicolas Pache, suite au conflit entre Pache et Dumouriez, et entre Pache et les Girondins, fut livré à l'ennemi en avril 1793 par ce même général Dumouriez, qu'il venait arrêter, ses projets de trahison ayant transpiré.
  5. Nicolas Chambon n'avait été candidat à la mairie de Paris qu'à contre-cœur (cf. article Wikipedia), à la demande de ses amis politiques, et ne se sentait pas en situation de maîtriser la tension politique en ces années charnières, 1792-1793. Il quitta la capitale pour Blois où il reprit son activité de médecin
  6. Elections au suffrage universel... mais réservées aux hommes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Revue d’histoire vaudoise, année 1925
  2. François Pairault - Gaspard Monge, le fondateur de Polytechnique - 2000 - p.30
  3. a, b et c François Pairault - Gaspard Monge, le fondateur de Polytechnique - 2000
  4. a, b, c, d, e, f, g et h Louis Pierquin - Mémoires sur Pache - 1900
  5. a, b et c Mémoires de Madame Roland - Réédité en 1986 au Mercure de France
  6. David A.Bell - La Première Guerre totale - Edition Champ Vallon - 2010
  7. Louis Sébastien Mercier -Le Nouveau Paris - Paris - Fuchs -1798
  8. André Corvisier - Histoire militaire de la France- Tome 2 p.231 - 1997
  9. a, b, c et d Melvin Edelstein - L’impact de la démocratie sur les élections municipales ... - 2007
  10. Mortimer Ternaux - Histoire de la Terreur - t.V p. 95 1866
  11. a, b et c Albert Mathiez - La Vie chère et le mouvement social sous la Terreur - Armand Colin, 1927. Réédition :, Payot, 1973
  12. Isabelle Fourneron - La décentralisation de l'administration des subsistances- 1996
  13. Adolphe Thiers - Histoire de la Révolution Française - fin du chapitre XI - Paris - Lecointre et Durey - 1823-27
  14. Gérard Walter, Notes et commentaires et tables analytiques des personnages, Edition de l'Histoire de la Révolution Française de Michelet dans la collection de la Pléiade 1989
  15. a, b, c et d Adolphe Thiers - Histoire de la Révolution Française - Paris - Lecointre et Durey - 1823-27
  16. Jules Michelet - Histoire de la Révolution française - Réédition Collection de la Pléiade Gallimard tome 2 p.140
  17. Jean Jaurès - Histoire socialiste de la Révolution française - tome VII p.498 Librairie de l'Humanité 1929 Paris
  18. Alphonse de Lamartine - Histoire des Girondins - 1847
  19. a, b et c François Pairault - Gaspard Monge, le fondateur de Polytechnique - 2000 - p.139
  20. Voir Laurent Lecointre, membre de la Convention, Accusation contre Billaud-Varenne, Collot d'Herbois, Barère de Vieuzac, etc.), p. 15 (onzième chef d’accusation)
  21. Georges d'Avenel - Lundis révolutionnaires - 1875

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources citant Jean-Nicolas Pache et bibliographies[modifier | modifier le code]

Sources du XXIe siècle et XXe siècle classées par date de parution.

Sources du XIXe siècle classées par date de parution.

  • Louis Mortimer Ternaux, Histoire de la Terreur 1792-1794 d’après des documents authentiques et inédits, t. V,‎ 1866 (lire en ligne).
  • Jacques-Antoine Dulaure, Esquisses historiques des principaux événements de la Révolution française (1823-1825) en 6 vol.
  • Manon Roland, Mémoires de Madame Roland, Paris, 1821, réédition Mercure de France 1986, réédition 2004.