Jean Nicolas Beauregard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beauregard.

Jean Nicolas Beauregard, né le 4 décembre 1733 à Metz et mort le 29 juillet 1804 au château de Groeninge, est un prédicateur jésuite français.

Après avoir enseigné la grammaire et la rhétorique en divers collèges jésuites – Pont-à-Mousson, Nancy, Verdun et Strasbourg – il étudia la théologie et fut ordonné prêtre le 21 septembre 1762. Préfet des études au collège de Nancy en 1766, il se révéla orateur de talent. Toute sa vie fut dès lors tournée vers la prédication.

Il était à Pont-à-Mousson lorsque les jésuites furent expulsés de France, en 1768. La suppression de la Compagnie de Jésus, en 1773, le rendit, en un sens plus libre : il fut prédicateur à Notre-Dame de Paris. En des sermons impétueux, il fustigeait l'ère des Philosophes et leur culte de la Raison. Des aspects prophétiques de ses sermons, qui prédisaient à quels excès allait conduire la Révolution, lui attirèrent les foules et le rendirent suspect lorsque la tourmente éclata.

Accusé de sédition, il dut quitter la France pour l'Angleterre, Liège, Maestricht et Cologne avant de devenir chapelain de la princesse Sophie de Hohenlohe. Sa position lui permit de venir en aide au clergé français en exil. Pour eux, il organisa même un séminaire français en exil. En 1802, il demanda, et obtint, d'être affilié à la Compagnie de Jésus en Russie qui venait d'être discrètement approuvée par Pie VII. Beauregard meurt au château de la princesse de Hohenlohe à Groeninge, en Souabe.

Œuvres [modifier | modifier le code]

Les sermons de Beauregard lui survécurent et furent publiés et lus longtemps après sa mort. Une étude en fut faite par: A Cartel, Analyse des sermons du Père Beauregard, Paris, 1820.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p.251