Jean Muller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Müller.

Jean Muller était un ingénieur et entrepreneur français né en 1925 à Paris, décédé en 2005. Élève de l'École Centrale des Arts et Manufactures (spécialité construction) de 1945 à 1947.

Biographie[modifier | modifier le code]

Plus attiré par les sciences physiques, Jean Muller a développé un goût réel pour la résistance des matériaux appliquée à l'ingénierie mécanique et à la construction. C'est un disciple d'Eugène Freyssinet (1947 - 1950). Jean Muller a eu l'occasion de travailler pour ce grand constructeur, véritable inventeur de la précontrainte et de ses innombrables applications. À cette époque, Freyssinet développait ses premières applications de la préfabrication des Ouvrages d'Art (Ponts sur la Marne).

Pour le maître, Jean Muller a établi le projet de trois ponts en arc au Venezuela, record pour leur époque de portée libre (150 m), d'audace et d’élégance.

Jean Muller est resté un fidèle disciple de Freyssinet jusqu'à son départ (1963).

Principales Réalisations[modifier | modifier le code]

Une première expérience américaine : 1951 - 1955[modifier | modifier le code]

La STUP à l'époque, aujourd'hui Freyssinet International désirait s'introduire sur le marché américain, premier marché mondial de la construction. À l'époque, la précontrainte y était inconnue et l'acier était roi.

La tâche confiée à la Freyssinet Company de New-York (Jean Muller et son équipe) était ardue, mais enrichissante. C'était le moment de développer la précontrainte.

Participer à la construction du grand pont de Pontchartrain en Louisiane (38 km de longueur) reste un souvenir heureux de cette période.

L'entreprise et les années de prospérité : 1956 - 1977[modifier | modifier le code]

De retour en France, Jean Muller a poursuivi sa carrière au sein de l'entreprise Campenon Bernard, au cours des plus belles années du génie civil, et dans des domaines très variés :

  • Barrages en béton : Djen-Djen en Algérie, Sefid-Rud et Karun en Iran, faisant appel à la précontrainte du rocher de fondation et des ouvrages en béton.
  • Ouvrages maritimes et plates-formes offshore : écluse préfabriquée de Boulogne, plate-forme d’Ekofisk en Mer du Nord.
  • Génie nucléaire : enceintes de confinement (Tihange en Belgique et Fessenheim en France), puis caissons de pression (Vandellos en Espagne).
  • Ouvrages d'Art : c'est le domaine d'élection de l'innovation technique, où l'ingénieur peut associer forme et fonction pour réaliser de véritables ouvres d'art. L'expérience acquise auprès d'Eugène Freyssinet s'est alors révélée irremplaçable.

La technique des voussoirs préfabriqués avec joints conjugués a vu sa première réalisation industrielle au pont de Choisy-le-Roi (1962). Une nouvelle famille d’ouvrages d’art était née. Développée en France puis dans le monde, elle a atteint une diffusion extraordinaire.

Une deuxième expérience américaine : 1978 - 1987[modifier | modifier le code]

Tout en réduisant la technique des voussoirs préfabriqués à sa plus grande simplicité, elle a été adaptée aux habitudes de méthode et de rationalisation du monde de la construction aux États-Unis. Le dépouillement des formes et la simplicité des méthodes de construction ont été alliées à l'utilisation de la précontrainte extérieure. Telle a été la clef de l'accueil exceptionnellement favorable qui a été réservé aux procédés innovants de Jean Muller par le marché américain. Les réalisations se sont enchaînées à un rythme accéléré : ponts routiers ou autoroutiers, ouvrages ferroviaires, viaducs urbains pour transports en site propre. Le pont à haubans en béton de Tampa (Sunshine Skyway Bridge), extrapolation du pont de Brotonne demeure le témoin de cette période.

Le groupe EGIS - Scetauroute et Jean Muller International : 1988 - 1994[modifier | modifier le code]

Jean Muller abordait la dernière phase de sa carrière professionnelle.

L'intégration au plus grand maître d'œuvre européen en infrastructures autoroutières et routières, d'une équipe de spécialistes en grands ouvrages d'art, dotée d'une expérience inégalée JEAN MULLER INTERNATIONAL se devait de produire d'intéressants résultats.

En France d'abord, où le programme autoroutier se poursuivait activement, Jean Muller s'est employé à concevoir et à réaliser des ouvrages exceptionnels (le pont sur l'Isère sur l'autoroute A49), ou innovants (pont sur la Roize), sans négliger la mise au point d'ouvrages courants optimisés (PS JMI-UChannel).

Dans le monde, l'activité s’est développée en Amérique du Nord et en Asie du Sud-Est avec des réussites surprenantes, telles que :

  • le viaduc ferroviaire de Monterrey au Mexique (18 km de longueur),
  • le viaduc de l’autoroute H-3 à Hawaï dans un site magnifique, mais exceptionnellement difficile,
  • les ponts routiers et ferroviaires de Bangkok en Thaïlande.
  • L'un des plus grands ouvrages d'art contemporain au Canada : le pont de l'Ile du Prince Edward qui comporte 44 travées de 250 m et fait 12,9 km. Enfin, des ouvrages uniques comme le pont Saint Pierre à Toulouse, le viaduc du Chavanon et le viaduc du Bras de la Plaine

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1963 Médaille DUPLAT-TAYLOR, Section britannique des Ingénieurs Civils de France.
  • 1976 Prix FRITZ-SCHUMACHER, Université de Stuttgart pour sa contribution apportée à la construction des ponts.
  • 1977 ENGINEERING NEWS RECORDS (ENR). Citation pour la construction du Pont de Brotonne.
  • 1978 Médaille de la FEDERATION INTERNATIONALE DE LA PRECONTRAINTE (FIP), remise lors du 8e Congrès à Londres pour contributions remarquables au projet des ponts à voussoirs.
  • 1980 Prix Albert-Caquot (Association des Ingénieurs des Ponts et Chaussées). Premier lauréat de ce prix récompensant l'auteur d’un ouvrage exceptionnel ou d'un ensemble d'ouvrages remarquables.
  • 1980 «Fifteenth HENRY M. SHAW Lecture in Civil engineering». Citation pour la conférence à l'Université de Caroline du Nord sur la construction du viaduc de Linn Cove.
  • 1980 GUERITT MEDAL de la Section britannique de la Société des Ingénieurs Civils de France pour sa publication intitulée «Dévelopments in Bridge Design - Examples from France and the USA».
  • 1981 ENGINEERING NEWS RECORD (ENR). Citation pour l'innovation apportée à l'étude des ponts en béton pour les Keys de Floride.
  • 1981 ACEC (American Consulting Engineers Council) «FELLOWs AWARD OF HONOUR» récompensant l'application de nouveaux procédés dans l'étude et la construction de ponts permettant des économies notables.
  • 1982 DOCTEUR HONORIS CAUSA de l'Université Polytechnique de Lausanne en Suisse, pour sa contribution au développement des ouvrages d'art en béton.
  • 1985 Prix du CONGRESSIONNAL INSTITUTE FOR SPACE, SCIENCE AND TECHNOLOGY pour la contribution dans l'ingénierie de systèmes du projet du Viaduc de Linn Cove.
  • 1987 Membre d'honneur de l'AMERICAN CONCRETE INSTITUTE.
  • 1988 Prix EIFFEL d'Or Premier lauréat du prix international attribué par la fondation de la famille Gustave EIFFEL à l’occasion du centenaire de la construction de la Tour.
  • 1992 Insignes de Chevalier de la Légion d'Honneur.
  • 1994 Prix de l'Ingénieur de l'année (Centrale, Usine nouvelle et EDF).
  • 1995 Médaille BROWN de l'université Benjamin FRANKLIN à Philadelphie - USA

Lien externe[modifier | modifier le code]