Jean Messagier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Messagier

Naissance 13 juillet 1920
Flag of France.svg Mougins, Montbéliard
Décès 10 septembre 1999 (à 79 ans)
Montbéliard
Activités Peinture, sculpture, dessin, gravure, écriture
Formation École nationale supérieure des arts décoratifs, Paris
Mouvement artistique Post-Cubisme, Abstraction lyrique, Tachisme, Nuagisme, art informel
Récompenses Chevalier de l’ordre national des arts et lettres, Chevalier de la légion d’honneur, Officier de l’ordre national des arts et lettres, Commandeur dans l’office national du mérite[1],[2].

Jean Messagier (Paris 13 juillet 1920 - Montbéliard, 10 septembre 1999) est un peintre, graveur, sculpteur français. En 1947, a lieu sa première exposition personnelle à Paris; Galerie Arc-en-Ciel[3]. De 1945 à 1949, l'artiste s'était montré sous l'influence de Pablo Picasso et de François Desnoyer qui fut son professeur à l'École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris. Messagier a été révélée de nouveaux au public lors de l'exposition organisée par Charles Estienne à la Galerie de Babylone, en 1952, sous le titre La Nouvelle École de Paris. L'année suivante, Messagier rompt délibérément avec le post-cubisme à tendance expressionniste. Il s'appuie alors sur Jean Fautrier et Pierre Tal Coat pour élaborer une vision personnelle dans laquelle il restitue "la lumière… une lumière différente de celle des impressionnistes" qu'il avait "pressentie abstraitement"[4]. Réalisant aussi bien des sculptures, tapisseries, chars de carnaval, des montgolfières, étiquettes de bouteilles de vin, il fut encore poète, compositeur de musique, écologiste, un humaniste militant et surtout peintre[5]. Rattaché à l'École de Paris d'après-guerre, on le qualifie confusément d'abstrait lyrique, de nuagiste, de tachiste, de paysagiste abstrait […]. Lui-même n'a jamais voulu se définir, il a toujours renoncé à la dualité abstraction – figuration[6].

Vie et carrière[modifier | modifier le code]

1942-1952[modifier | modifier le code]

Après ses études secondaires à Montbéliard, Jean Messagier intègre en 1942 l'École Nationale des Arts Décoratifs de Paris où il étudie avec Roland Oudot, Maurice Brianchon, Raymond Legueult et François Desnoyer. Parallèlement, il suit les cours de poétique de Paul Valéry au Collège de France[3].

En 1944, Jean Messagier réalise ses premières gravures et épouse la céramiste Marcelle Baumann qu'il fréquente aux Arts Déco. Ils ont en commun la Franche-Comté, puisque cette dernière est l'une des filles de Walter Baumann, directeur de la chaiserie de Colombier-Fontaine. Les parents de Jean Messagier habitent alors Valentigney, son père étant employé aux cycles Peugeot de Beaulieu-Mandeure, tout près du berceau familial des Messagier qui est le village de Mathay. C'est grâce à la famille de sa mère originaire d'Alsace et habitant Paris, au sein de laquelle il voit le jour, qu'il sillonne très jeune la capitale avec son grand-père, agent d'assurances, mais surtout photographe amateur. Ce dernier lui apprend à regarder - pendant des temps interminables - confie Jean Messagier dans son journal. C'est lui qui l'emmène voir les spectacles de Guignol présentés dans les squares parisiens. De cette période naîtra la passion de Jean pour les marionnettes qu'il collectionnera toute sa vie et son envie d'amener l'art dans la rue. Cet aspect ne le quitte pas[6].

En 1947, Messagier réalise ses premières sculptures, voyage en Italie et Algérie. Sa première exposition personnelle a lieu à la galerie Arc-en-Ciel, Paris[3]. Il devient Sociétaire du Salon d'Automne, section gravure, en 1948. L'année suivante: naissance de Matthieu (poète). Réalisation d'une série de dessins et collages entre les verres de diapositives photographiques, et en 1952, aménagement du nouvel atelier du Moulin, précédemment dans la pièce du haut de l'ancien moulin puis définitivement dans un bâtiment en bois indépendant. Messagier est membres fondateurs du Salon d'Octobre qui se réunira deux fois, en 1952 et en 1953[6].

1953-1967[modifier | modifier le code]

Les années 1953 et 1954 "marquent un tournant décisif dans l'itinéraire de Messagier", selon Bruno-Pascal Lajoinie, "les formes allusives et en état de dissolution qu'il affectionnait jusque-là font place à de vastes étendues indéterminées, le plus souvent monochromes, où se lit l'attachement indéfectible qu'il porte à la nature, à l'air et à la lumière. Au fil des années, le geste se fait plus ample - plus délié aussi - et trouve finalement son épanouissement au cours de la décennie 60 dans de larges et élégantes "girations" : les œuvres ne sont plus qu'un réseau de boucles, boucles s'enroulant et se mêlant inlassablement les unes aux autres."[3]

Pour lui, un artiste se doit d'être un acteur social, un « aiguillonneur » pour reprendre ce néologisme confié à un journaliste du journal La croix. Pour cela, Jean Messagier devient organisateur de fêtes monumentales à l'instar de l'inauguration de son moulin de Lougres, sa demeure principale depuis 1962. Les familles Messagier et Baumann sont entourées des officiels nationaux, des artistes amis venus de Paris, des galeristes les plus connus (un match de football artistes - marchands de tableaux fait partie des festivités), des officiels locaux mais aussi des ouvriers qui ont construit la demeure, de toute la population des villages de Lougres et Colombier-Fontaine que Jean a conviée. Ainsi, le menuisier a côtoyé le député, le gamin du village a parlé à un monsieur au fort accent russe s'appelant Serge Poliakoff, l'architecte (Jean-Louis Véret, élève de Le Corbusier) a dansé avec la « nounou » Marguerite. Le peintre Pierre Alechinsky s'est essayé aux joies du tir à l'arc. Jean Messagier renouvellera cet esprit autant qu'il le pourra[6].

1954: Naissance de Thomas (taxidermiste) - Mort de son père - Changement d'appartement au 8 rue Pierre et Marie Curie (Paris) : du rez-de-chaussée au 5e. En 1957 il voyage en Sardaigne et réalise des dessins sur le sable. L'année suivante, naissance de Simon (artiste-peintre avec un intermède entomologique de 1976 à 1986). En 1959 Messagier devient membre du comité du Salon de Mai[6].

En 1962, Pierre Alechinsky et Jean Messagier, qui se connaissent depuis 1953, réalisent une toile à 4 mains rehaussée de phrases du critique Charles Estienne. En 1962, il représente la France à la Biennale de Venise aux côtés de Alfred Manessier, Serge Poliakoff, André Marfaing et James Guitet[6]

Entre 1963 et 1965 Messagier voyage en Italie, et à Lougres, le Moulin, réalise des sculptures d'herbes, des dessins sur la neige. Il obtient la médaille : Pour un été, La Monnaie de Paris. À Sao Paulo, 8e biennale d'art, Messagier est un des cinq peintres représentant la France. L'année suivante Messagier crée un concours de tir annuel, et devient membre titulaire du Comité National de la gravure française, Paris. En 1967 il participe à la sortie d'une série de timbres artistiques et à la réalisation d'une fresque collective dans le cadre du Salon de Mai (timbre = Printempstigre)[7],[6].

1968-1978[modifier | modifier le code]

Mai 1968 introduit une nouvelle rupture dans l'œuvre de Messagier qui revient partiellement à la représentation[3]. Chevalier de l'Ordre National des Arts et Lettres - Alexandrie : 7e biennale d'art. 2e prix - Rijeka : 1re exposition internationale de dessins originaux. Prix de la galerie d'art contemporain de Zagreb - Vela Luka : Participation à la réalisation d'une mosaïque collective dans le cadre de la rencontre internationale d'artistes. Il investit la Maison d'Art et Loisirs de Sochaux (MALS) avec la complicité de son directeur, Yves Deschamp, en 1969. Il participe aux carnavals de Montbéliard, il invente le ZNUP, architecture de thermoformages investie par les habitants de la ZUP de la Petite Hollande de Montbéliard. Il contribue grandement aux « fêtes du futur » de la Saline royale d'Arc-et-Senans durant les années 1970 et propose au Grand Palais à Paris en 1972 lors du festival d'automne son Grand palais des conversations de framboises et des collines respirantes[6].

1973 : Pétition contre la pollution du Doubs réunissant 3 000 signatures. Délégué pour le Pays de Montbéliard de l'APEDI (association pour la protection des eaux et des ressources naturelles du bassin inférieur du Doubs) - Pochette d'un disque de Vinko Globokar (d'après la toile Paysages à imaginer) - Tapisserie : Dolman pour un pêcheur - Lougres, Le Moulin : Sculptures de glace moulée dans des thermoformages. 1974 : Montbéliard : Réalisation de chars pour le carnaval - Paris, festival d'automne : Sculpture commémorative pour l'édition 1974 - Vaucresson : Décoration de l'école maternelle - Mougins : Réalisation, avec l'aide d'André Villers, des premiers dévelofixers : objets ou éléments végétaux jetés sur le papier photographique peint à l'aide du révélateur[6].

1975 : Chevalier de la Légion d'Honneur - Médaille : Hommage à Watteau, La Monnaie de Paris - Etupes : Prix de caisses à savon - Metz : Décoration du collège de Metz-Queuleu - Montbéliard : Réalisation de chars pour le carnaval - Montbéliard, école maternelle du Petit-Chênois : Un jardin dans le ciel : décoration en thermoformages - Paris : Lancer du RAVNI (RAdis Volant Non Identifié) dans le cadre de l'exposition à la galerie Beaubourg. 1976 : Etupes : Prix de caisses à savon - Lougres, Le Moulin : Sculptures de glace moulée dans des thermoformages et dessins dans la neige à l'aide de bombes aérosol de peinture. 1977 : Arc-et-Senans, Fête du Futur : Hommage au sel, sculpture réalisée en thermoformages - La Colle-sur-Loup : Organisation du match de football artistes - marchands de tableaux dans le cadre de l'exposition à la fondation Maeght de Saint-Paul de Vence - Paris : Illustration du Théâtre de Beaumarchais pour l'Imprimerie Nationale. 1978 : Arc-et-Senans. Décoration de la montgolfière "La Futurible" dans le cadre du championnat de France de montgolfières et réalisation d'une médaille pour l'occasion Colombier-Fontaine. Char pour la fête du bois. Vitry-sur-Seine : Décoration des tribunes du stade et match de football artistes - marchands de tableaux[6].

1979-1999[modifier | modifier le code]

En 1979 Messagier réalise une étiquette pour une série de bouteilles de Santenay choisie par Jean Lenoir à Remigny. Danemark. Réalisation d'une boîte à gâteaux pour la firme Irma (25 000 exemplaires). Montbéliard : Inauguration de la salle permanente d'exposition "Messagier Maintenant II" au musée. Réalisation de la maison à assassiner les idées reçues, principes et tabous avec Christian Tchirakadzé et Denys Schwechlen dans le cadre d'une manifestation du Pap'Circus. 1981 : Officier de l'Ordre National des Arts et Lettres. Réalisation de l'épée d'académicien du Professeur Marcel Bessis remise le 8 octobre à la Sorbonne Paris.

Le peintre se tourne alors vers des thèmes ironiques ou absurdes et n'hésite pas à revisiter l'Histoire de l'Art en empruntant des images aux Grands Ainés[3].

Auteur de natures mortes et de scènes de genre plutôt cubistes au milieu des années quarante, paysagiste subtil et minimaliste dix ans plus tard, dès l’aube des années soixante il préféra, aux sujets définis, la sublimation de leurs énergies. Tout se mit alors à vibrer. Le battement d’aile d’un bouvreuil, le souffle d’une génisse, voilà ce qui inspira le peintre. Et au diable les détracteurs, disant de lui qu’il peignait comme un « laveur de carreaux » !

Si ses somptueuses traces de brosse décoiffent la réalité, c’est pour mieux en dévoiler la vitalité. Observez bien la finesse des touches, l’élégance des graphismes, la translucidité de la matière, l’infinitude des nuances, renouvelées par l’artiste jusqu’à son jour dernier, en 1999. Tous ces volcans, toutes ces aurores nous rappellent combien l’existence peut-être, à la fois, puissante et délicate. (Françoise Monnin, 2009)[5]

Après une vie entièrement consacrée à la création, Jean Messagier s'éteint à Montbéliard le 10 septembre 1999. Il repose au cimetière de Valentigney (Doubs) sous l'épitaphe qu'il s'était choisie : "Ci-git Jean Messagier, Docteur ès printemps"[3].

Dans la mémoire de ceux qui l'ont côtoyé, Jean Messagier restera également l'amoureux de la nature, le pêcheur, le chasseur, le mycologue, l'organisateur de fêtes, l'amateur de bonne chère et le passionné de sports (football plus particulièrement).

Postérité[modifier | modifier le code]

"Fondation d'un comité du "Salon d'Octobre" dont Ch. Estienne rédige le communiqué : un certain nombre de jeunes peintres désireux de se manifester dans des conditions normales et équitables de choix et d'accrochages ont décidé de fonder dans l'esprit de la peinture actuelle un Salon qui portera le nom de Salon d'Octobre. Ils se réservent par ailleurs le droit et l'honneur d'inviter leurs aînés. Signé : Néjad, Duvillier, Messagier, Pons" (journal de Jean Messagier 1952)

Inauguration du Moulin de Lougres 13 juillet 1962 et jours suivants. Parmi la foule, étaient présents Micky et Pierre Alechinsky, Jacques Benador, Huguette Bertrand, Renée Bolenger et Jean Degottex, Roel d'Haese, Lucien Durand, Charles Estienne, Roger-Edgar Gillet, Pierre Granville, Monsieur et Madame Kerchache et leur fils Jacques à la contrebasse de l'orchestre du bal, Edouard et Pierre Loeb, Marcelle Loubchansky, Jean Perrier, Marcelle et Serge Poliakoff, Jean Pollac, Jean Pons, Michel Puig, Claude Rivière, André Schœller, Daniel Smerck, Bram van Velde…

De très nombreuses collections publiques, en France comme à l'étranger, possèdent aujourd'hui des œuvres de l'artiste : Musée National d'Art Moderne de Paris, Bibliothèque Nationale, musées de Dijon, Grenoble, Marseille, Montbéliard, Saint-Étienne, Châteauroux, Ornans, Bruxelles, Genève, Rio de Janeiro, Jérusalem, Eindhoven, Nagaoka[3]

L'œuvre de Jean Messagier ne peut se concevoir que sur sa globalité. En effet, cet artiste conscient des courants et des modes, n'a jamais voulu se laisser étiqueter. Il suffisait d'un qualificatif le nommant pour qu'il change délibérément de cap. Il s'exprime plusieurs fois sur la question dans son journal en fustigeant les critiques, les priant de laisser les artistes travailler. Il suivit cette ligne de conduite jusqu'à son décès, ses dernières œuvres déroutant autant que les premières pour lesquelles il a essuyé des crachats au cercle Volney en 1955.

"Les gestes de Messagier, sont emprunts de doutes et de certitudes. Ces gestes, fruits d’une recherche élaborée tout au long de la deuxième moitié du XXe siècle, rejoignent, par bien des aspects, ceux, commis, il y a plus de deux cents ans par un artiste anglais peu connu encore aujourd’hui, Alexander Cozens. Et même s’il existe quelques affinités formelles entre ces deux œuvres, c’est ailleurs que se situent les convergences réelles. Elles se retrouvent dans ce mélange profond de convictions et d’interrogations : la conviction de la nature, indéfectible, et l’incertitude du produit de cette conviction, la vacuité même de ce dernier. Ce qui lie véritablement ces deux démarches c’est l’engagement absolu dans la quête, la recherche et l’indifférence presque totale pour le résultat. Dans un commentaire, encore non publié à ce jour, Jean Messagier exprime bien cette ambition. Répondant à la célèbre phrase de Picasso, « je ne cherche pas, je trouve », il déclare, « moi, je ne trouve pas, je cherche ». Dans ces quelques lignes, griffonnées quelques années avant la fin de sa vie, Jean Messagier livre quelques indices quant à la nature du geste, cette spirale, cette volute ou cet enroulement qu’il a déployé, tout au long de sa vie, dans toutes ses œuvres quels qu’en soient les natures ou les registres. Un tracé sinueux qu’il convient aujourd’hui de poursuivre, pour envisager, enfin, l’importance de cette œuvre au sein de l’histoire de la création." (Alexandre Rolla)[8]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Nature morte (1944-45), collection privée
  • Les Arroseurs (1947), collection privée
  • Femmes aux Nasses (1947), collection privée, Paris
  • Promeneurs (1947), collection privée
  • Jeunes Filles à la Cascade (1949), collection privée
  • La Rivière (1951), Dijon, Musée des beaux-arts
  • Haute promenade (1954), Dijon, Musée des beaux-arts
  • Mer Ouverte (1955), collection privée, Genève
  • Plaine battante (1956), Grenoble, Musée de Grenoble
  • Novembre cerné (1959), Vitry-sur-Seine, Musée d'art contemporain du Val-de-Marne
  • Antichambre pour une plage (1960), Dijon, Musée des beaux-arts
  • Mai à palier (1962), Vitry-sur-Seine, Musée d'art contemporain du Val-de-Marne
  • Sous les statues d'Italie (1963), Dijon, Musée des beaux-arts
  • Théâtre des marionnettes (1963), Dijon, Musée des beaux-arts
  • Paul Valéry (1965), Dijon, Musée des beaux-arts
  • Louis XIV, (1966), Dijon, Musée des beaux-arts
  • Aube à bijoux (1967), Dijon, Musée des beaux-arts
  • Printemps du monde (1967), Dijon, Musée des beaux-arts
  • Monstres d'été (1967), collection privée
  • Mesdemoiselles Printemps (1968), Marseille, Musée Cantini
  • Le Sexe des vallées (1970), Dijon, Musée des beaux-arts
  • Portrait de Kathleen et Pierre Granville (1973), Dijon, Musée des beaux-arts
  • Projet pour onze penalties de gala (1975), Marseille, Musée Cantini
  • Picasso aurait dû pêcher à Antibes avec les Marsupilamis et Betty Boop (1982), Antibes, Musée Picasso
  • Waterloo à Java (1983), collection privée
  • Le grand équipage du Val-de-Marne (1986), Vitry-sur-Seine, Musée d'art contemporain du Val-de-Marne
  • Les grands grillons (1990), collection privée
  • Enchevêtrements dirigés (1993), Musée d'art contemporain du Val-de-Marne

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Jean Messagier: 31 juillet-8 août, 1943, Musée du Château de Montbéliard, 1943
  • Solomon R. Guggenheim Museum, New York, Younger European painters: a selection, exhibition catalogue, 2 décembre 1953 - 21 février 1954
  • Jean Messagier: 23 avril au 13 mai, 1954, Palais des beaux-arts de Bruxelles (Belgique), 1954
  • Frank Elgar, Cercle Volney, Jean Messagier, Paris, 1955
  • Charles Estienne, Catalogue de l'Exposition Jean Messagier, Peintures et aquarelles à la Galerie André Schoeller Jr., Paris, 1960
  • Charles Estienne, Jean Messagier: Quinze années de peinture, œuvres de 1947 a 1962, 8 au 30 novembre 1963, Galerie André Schoeller Jr., Galerie Bernheim Jeune, Paris, 1963
  • Jean Messagier, monotypes: 12 mars-11 avril 1964, Galerie Edwin Engelberts, Éditeur La Galerie, 1964
  • Annette Michelson, Jean Messagier, Choix d'Estampes 1945-1966, Engèlberts, 1966
  • Œuvres récentes de Jean Messagier: Galerie André Schoeller, Paris, novembre/décembre, Paris, 1967
  • Jean Messagier: sculptures, 1948 - 1969, 23 avril - 17 mai 1969, Galerie Knoedler, Paris, 1969
  • Pierre Cabanne, Jean Messagier, Éditions du Temps, 1969
  • Danièle Giraudy, Cantini 69 [i.e. soixante-neuf]: naissance d'une collection, Numéro 2, Musée Cantini, 1969
  • Jean Messagier: exposition, mai-juin 1973, Galerie Ariel, Paris 8e, Galerie Beno d'Incelli, Paris 8e, Éditions Galerie Ariel, 1973
  • Entretien de Jean Messagier avec Daniel Meiller et Patrick Le Nouene -- Biographie, expositions, bibliographie. (ISBN 2700400089)
  • Messagier, Putman, Alpers, Nouene, Messagier, les estampes et les sculptures: 1945-1974, Arts et métiers graphiques, Y. Rivière, 1975
  • Les dévelofixers: exposition, Jean Messagier, Fondation Claude-Nicolas Ledoux, 1976
  • Jean Messagier: parcours d'un peintre de 1949 à 1979, Musée Granet (Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône), 25 juillet-30 septembre 1980, Maison de la culture d'Amiens, Centre national de recherche, d'animation et de création pour les arts plastiques (Le Creusot, Saône-et-Loire), 1979
  • Jean Messagier, Roger Meier, Anne Cuneo, André Ramseyer, Éditions de la Prévôté, 1979
  • Galeries nationales du Grand Palais, Jean Messagier: Galeries Nationales du Grand Palais, Paris, 13 novembre 1981 - 11 janvier 1982
  • Jean Messagier: Musée Despiau-Wlérick et Dubalen (Mont-de-Marsan), exposition, juin-août 1983
  • École du Louvre, Image et signification, Documentation française, 1983, p. 275-280
  • Jean Messagier, Feuilles de mille-feuilles, Fata Morgana, 1984
  • Jean Messagier à St-Ursanne, 16 juin au 18 août 1984, diffusion Société jurassienne d'émulation, 1984
  • Ante Glibota, Jean Messagier: bourgeons de papier, croquis 1940-1985, Éditions galerie d'art international, 1985
  • Jean Messagier: œuvres choisies entre 1945-1985, Exposition, Musée d'Art Contemporain, Dunkerque, 1985
  • Jean Messagier au Musée de Brou: Bourg en Bresse, 5 octobre-17 novembre 1985
  • Traces de visites, C. Tchirakadzé, Evelyne Salmon, Jean Messagier, Musée du Château de Montbeliard, 1986
  • Le grand cortège de Jean Messagier: installations thermoformées et lieux créés par Jean Messagier, Ministère de la Culture, Direction des Musée de France, Association générale des conservateurs des collections publiques de France, Association des Conservateurs de Franche-Comté Paris Art Center, 1987
  • Jean de Bengy, Jean-Michel Alberola, François Mitterrand, Comme un coursier indompté, Jean-Michel Alberola, Pierre Alechinsky, Gilles Aillaud, Avigdor Arikha, Jean-Charles Blais, Pierre Buraglio, Jean Messagier, Rouan, Dominique Bozo, Jean-Michel Foray, Centre national des arts plastiques, 1989
  • Jean Messagier, Le Grand défroissement, Fata Morgana, 1989
  • Jean Messagier : 1947-1990 : du 16 Juin au 16 Septembre 1990, Albi, Musee Toulouse-Lautrec,‎ 1990 (ISBN 9782901284208 et 2901284205)
  • Messagier à la Galerie Katia Granoff, Édition Katia Granoff (Paris), 1990
  • Jean Messagier, Météores quotidiens, Fata Morgana, 1992
  • Cimaise, Volume 41, Numéros 228 à 233, 1994
  • Jean Messagier, Édition Arts et dialogues européens, 1995
  • Jean Messagier, Le gel, 1995
  • Jean Messagier: magicien d'imaginaires, expositions, Saline Royale d'Arc-et-Senans, 15 mai-3 août 1997, Musée Gustave Courbet, Ornans, 7 juin-31 octobre 1997, Jean-Jacques Fernier, Musée Gustave Courbet Ornans, Doubs, Fondation Claude-Nicolas Ledoux, 1997
  • Messagier, Estampes: Exposition Au Musée de Gravelines, 30 novembre 1997 au 1er février 1998, Musée de Gravelines, 1997
  • Jean Messagier, Tous les pollens du monde, vol. 38, Paris, Janninck,‎ 1998 (ISBN 2902462514 et 9782902462513)
  • Matthieu Messagier, Jean Messagier, œuvres graphiques: (1943 - 1998); Musée Baron Martin de Gray, du 16 juin au 11 septembre 2000
  • Jean Messagier, 1920-1999: portes pour une joie, Musée Paul Valéry (Sète, Hérault), 2004
  • Jean Messagier: la nature au creux de la main, Montbéliard (Doubs), Musée du Château (Montbéliard), Musée d'art et d'histoire (Belfort), ADAGP, 2006
  • Francette Messagier, Jean Messagier : traces, Besançon, Néo éditions,‎ 2006 (ISBN 9782914741323 et 2914741324)
  • Nouvelles de l'Estampe, Numéros 203 à 208, Comité national de la gravure française, Bibliothèque nationale (France). Cabinet des estampes, 2006, p. 61-64
  • (en) Richard Leydier et Alain Jouffroy, Jean Messagier : Le Cercle d'art contemporain, Paris, Cercle d'art,‎ 2007 (ISBN 2702208053 et 978-2-7022-0805-2)

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]