Jean Marie du Lau d'Allemans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lau.
Jean-Marie Du Lau
Image illustrative de l'article Jean Marie du Lau d'Allemans
Mgr Du Lau par François Carli
Biographie
Naissance 30 octobre 1738
Biras
Décès 2 septembre 1792
Paris
Évêque de l’Église catholique
Archevêque d’Arles
1er octobre 177512 juillet 1790
Précédent Jean-Joseph Chapelle de Saint-Jean de Jumilhac

Ornements extérieurs Archevêques.svg
Blason à dessiner.svg

Jean-Marie du Lau, né le 30 octobre 1738 au Château de la Côte à Biras, Dordogne et assassiné le 2 septembre 1792 à Paris, aux Carmes, est le dernier archevêque métropolitain d’Arles, du 1er octobre 1775 au 12 juillet 1790, date à laquelle l’Assemblée constituante de 1789 décide la suppression de l'archidiocèse arlésien. Il est considéré comme bienheureux et martyr par l’Église catholique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine et formation[modifier | modifier le code]

Jean-Marie Du Lau est né le 30 octobre 1738 au Château de la Côte (Coste autrefois), à Biras dans le diocèse de Périgueux, d’Armand Du Lau, seigneur de la Coste, de Savignac et de la Roche, et de Françoise de Salleton. Il est issu d’une famille qui compte de nombreux prélats. Il fait ses humanités au collège de Navarre et obtient sa licence de théologie à la Sorbonne.

Premiers postes[modifier | modifier le code]

Jean-Marie Du Lau débute sa carrière ecclésiastique sous l'autorité de son oncle, Jean Du Lau, curé de la paroisse Saint-Sulpice à Paris[1]. Il occupe successivement plusieurs postes : chanoine et trésorier de Pamiers, vicaire général de Bordeaux, prieur de Gabillon et agent général du clergé de France en 1770. Le 1er octobre 1775, il devient le plus jeune archevêque nommé par Louis XVI en prenant la charge de l’archevêché d'Arles.

L'archevêque d'Arles[modifier | modifier le code]

Dès 1777, Jean-Marie Du Lau entreprend une visite pastorale de son diocèse. En 1778, le 8 juin, il visite ainsi Notre-Dame-de-la-Mer. L’année suivante, il charge l’abbé Laurent Bonnemant, promoteur diocésain de lui présenter un mémoire sur l’état du diocèse d’Arles afin d’engager, éventuellement des réformes. Il s’implique également dans des actions sociales comme la formation des sages-femmes et l’instruction des enfants; on lui doit également la réfection de la grande façade ouest de l’archevêché, reconstruite en 1786.

En 1789, à la Révolution, il est député du clergé aux États généraux[2]. À titre anecdotique, on peut signaler la lettre de Louis XVI écrite après la nuit du 4 août 1789 (abolition des privilèges et des droits féodaux) probablement à la suite d’une sollicitation de J.M. Du Lau :

« Je ne consentirai jamais à dépouiller mon clergé, ma noblesse. Je ne donnerai pas ma sanction à des décrets qui les dépouilleraient; c’est alors que le peuple français pourrait m’accuser d’injustice et de faiblesse. MONSIEUR l’archevêque, vous vous soumettez aux décrets de la Providence ; je crois m’y soumettre en ne me livrant point à cet enthousiasme qui s’est emparé de tous les ordres, mais qui ne fait que glisser sur mon âme. Si la force m’obligeait à sanctionner, alors je céderais, mais alors il n’y aurait plus en France ni monarchie ni monarque. »

Dans son diocèse, dès 1790 il entre en conflit avec le premier maire élu d’Arles, Pierre-Antoine Antonelle, un aristocrate jacobin.

Une fin dramatique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Massacres de Septembre.

En 1790, le 12 juillet, l’Assemblée nationale décide d’abolir le siège archiépiscopal d’Arles et deux ans plus tard, le 2 septembre 1792 lors des massacres de Septembre, Jean-Marie du Lau est assassiné avec deux prêtres de l’archidiocèse d’Arles[3] dans la prison des Carmes à Paris.

Dernier archevêque d’Arles, il est béatifié par le pape Pie XI le 17 octobre 1926. La fête est le 2 septembre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le 11 octobre 1750 ce dernier avait succédé, comme curé de Saint-Sulpice, à Jean-Baptiste-Joseph Languet de Gergy ainsi que le mentionne le monument funéraire de Jean-Baptiste-Joseph Languet de Gergy à Saint-Sulpice.
  2. L'abbé Chailan (AVA Janvier 1907 ; Chailan - Un grand Vicaire de Mgr Du Lau : l’abbé Pierre de Bertrand des Ferris (1741-1819) - p. 152,153 ) précise que son élection fut assez compliquée :
    « Les électeurs de la Sénéchaussée d'Arles s'étaient réunis le 30 mars 1789, dans l'église des Cordeliers pour élire trois députés. Mgr Du Lau présenta sa candidature : elle rencontra de l'opposition. C'est ainsi que quelques prêtres ne voulurent pas admettre, comme électeurs, les députés du clergé comtadin sous prétexte qu'ils n'étaient pas sujets du roi de France, en réalité parce qu'ils étaient favorables à l'archevêque. Le président de l'assemblée, Artaud, nomma quatre ecclésiastiques pour juger le différend, parmi lesquels l'abbé de Bertrand; ils furent récusés. Néanmoins les députés du Comtat ne furent pas exclus et Mgr Du Lau fut élu le 8 avril par 157 voix sur 208 électeurs. »

Sources[modifier | modifier le code]

  • Gérard Cholvy (Éditeur scientifique), Un évêque dans la tourmente révolutionnaire, Jean Marie du Lau, archevêque d’Arles, et ses compagnons martyrs, 1792-1992. Colloque du IIe centenaire tenu à Arles les 2-4 octobre 1992. Actes réunis par Gérard Cholvy. Montpellier, Université Paul Valéry, 1995, p. 135.
  • Annie Tuloup-Smith - Rues d’Arles, qui êtes-vous ?, Éditions du VieilArles (2001)
  • Abbé Th.Pécout, Jean-Marie Du Lau, archevêque d'Arles, notice biographique, Périgueux, 1892

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]