Jean Marbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marbach.

Jean Marbach

Description de l'image  Jean Marbach.jpg.
Activités Pasteur luthérien
Professeur de théologie
Président du convent ecclésiastique de 1553 à 1581
Naissance 26 avril 1521
Lindau, Bavière
Décès 17 mars 1581
Strasbourg
Mouvement Réforme protestante

Jean Marbach (ou Johann Marbach), né le 26 avril 1521 à Lindau en Bavière et mort le 17 mars 1581 à Strasbourg, était un professeur de théologie protestante et le chef de l'Église de Strasbourg entre 1553 et 1581.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Marbach est le fils de Walter Marbach, boulanger, et d'Anna Saltzmann. Il partit de Bavière pour tout d'abord étudier à Strasbourg (1536), puis il se rendit de 1539 à 1541 à Wittenberg, où il devint le disciple et le pensionnaire de Martin Luther[1]. C'est avec lui qu'il soutint son doctorat en 1543. En 1541, il fut nommé vicaire à Iéna. Il retourna ensuite en Bavière, à Isny, où de vicaire il devint pasteur. C'est à cette époque qu'il fit connaissance avec sa future femme, Ursula Weisland (1514-1584).

En 1545, il est appelé par Martin Bucer à Strasbourg. Là-bas, il fut pasteur à Saint-Nicolas jusqu'en 1557, avant de devenir professeur de théologie, ce qu'il fut jusqu'à sa mort. En 1553, il fut nommé à la présidence du convent ecclésiastique, succédant ainsi à Bucer et à Hédion. Il fut donc le chef de l'Église strasbourgeoise pendant presque trente ans.

Jean Marbach était connu pour son intransigeance doctrinale, qui l'a conduit à établir une orthodoxie luthérienne stricte à Strasbourg, contrairement aux idéaux plus libéraux de Bucer[2]. Cette attitude provoqua de nombreux conflits, notamment avec quelques pasteurs de la première génération de la Réforme, avec des collègues de l'académie et surtout avec le recteur Jean Sturm, qu'il poussa même à la démission, bien que celle-ci fut rejetée par le Magistrat[3]. Afin d'asseoir son autorité, il choisit donc de favoriser des jeunes gens partageant ses convictions lors des nominations pastorales, comme Jean Pappus. Progressivement, de nombreuses festivités sont interdites dans la cité, au grand dam des habitants[4]. Toutefois, Marbach se consacrait aussi avec beaucoup de soin à la formation des étudiants de Strasbourg.

Malgré sa forte personnalité et de bonnes relations avec certains membres du Magistrat, il ne cessa de harceler les autorités entre 1553 et 1559 afin de supprimer l'Intérim, c'est-à-dire la restitution des églises aux catholiques imposée par Charles Quint. Il eut ensuite beaucoup de mal à obtenir la reconnaissance de la confession d'Augsbourg comme confession officielle de la ville. Elle finit tout de même par remplacer la Tétrapolitaine (instaurée par Bucer et les autres réformateurs) en 1563, même si Marbach en garda certains aspects sur le plan éthique. L'adoption de la nouvelle confession provoqua de fortes dissensions avec les huguenots, qui sont nombreux à venir se réfugier à Strasbourg. L'église Saint-André où siégeait le pasteur des huguenots Guillaume Houbraque fut fermée. Jean Calvin traita alors Marbach de « bête fauve »[5].

Il était un formidable prédicateur et organisateur. Il renforça l'armature institutionnelle de l'Église et se préoccupa de l'uniformité liturgique, de la pratique religieuse et du comportement moral des fidèles, non seulement à Strasbourg, mais aussi dans les paroisses rurales aux alentours. Il contribua également à l'organisation des Églises naissantes du Palatinat et du duché des Deux-Ponts. Il lutta avec hargne contre ses adversaires théologiques et publia deux livres dirigés contre les catholiques et en particulier les Jésuites : Fides Jesus et Jesuitarum et Von Mirackeln und Wunderzeichen[1].

À sa mort, ce fut Jean Pappus qui prit la tête du convent[3]. Les fils de Marbach, Erasmus et Philippe, devinrent également professeurs de théologie[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bernard Vogler, « Marbach, Johann », dans Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace, Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, Vol. 25, Lon-Mar, 1997, p.2515.
  2. D'après Bernard Vogler, « Réforme », dans Encycopédia Universalis.
  3. a et b Rodolphe Reuss, Histoire de Strasbourg, Paris, Libr. Fischbacher, 1922, p.197.
  4. Guy Trendel, Chroniques de Strasbourg : Rester libre (1394-1621), Strasbourg, La Nuée Bleue, p.156.
  5. Guy Trendel, op. cit., p.152.
  6. Bernard Vogler, « Marbach, Erasmus » et « Marbach, Philipp », dans Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace, Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, Vol. 25, Lon-Mar, 1997, p.2515.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]