Jean Louis Vivès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vivès (homonymie).
Statue de Jean Louis Vivès à Madrid (Carbonell Huguet).

Juan Luis Vives (Jean Louis Vivès en français, Joan Lluís Vives en valencien, Ioannes Lodovicus Vives en latin), né à Valence (royaume de Valence) le 6 mars 1492, mort à Bruges (Belgique), le 6 mai 1540, est un théologien, un philosophe et un pédagogue. Juif converti au catholicisme, il livra des réflexions neuves sur l'organisation de la société et fut un des grands représentants de l’humanisme chrétien nordique, porté par une morale de l'action concrète à la politique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vives quitte très jeune l'Espagne (1509), tant par peur des poursuites de l’Inquisition que par désir de s'inscrire à la Sorbonne, alors l'université la plus réputée d'Europe. Il étudia sous la direction de Gaspard Lax de Sarenina au Collège de Montaigu mais, comme Érasme (son contemporain), il fut déçu par le faible niveau des cours et les bizutages à répétition. De sorte qu'en 1512 il s’établit à Bruges, malgré quelques tentatives de retour à Paris en 1514, 1519, et 1536. La capitale française l’attirait, mais les rues encombrées et la familiarité brutale des habitants lui faisaient préférer les Pays-Bas espagnols.

  • En 1517, il entra au service de Guillaume de Croÿ.
  • En 1519, il se vit confier une chaire de professeur titulaire à l’université de Louvain au Collège du Château (collegium castrense). La visite d’Érasme à Louvain (1517-1521) fut pour Vivès un événement majeur : subjugué par le charisme du maître, il chercha dès ce moment à l'imiter en tout. Érasme, quant à lui, appréciait l'érudition de Vivès, et l'engagea à préparer une édition commentée de La Cité de Dieu de Saint Augustin. Le manuscrit fut confié à l'imprimeur bâlois Johann Froben en 1522, bien qu'Érasme fût déçu du résultat (il trouvait Vivès trop prolixe et inutilement polémique).
  • En 1521, la mort de son mécène l'amène à démarcher successivement Charles Quint, le duc d’Albe et le Cardinal d’Utrecht, sans succès. Ayant dédié son traité sur l'Éducation des filles (De institutione feminæ Christianæ) à la reine Catherine d'Aragon, le roi Henry VIII d'Angleterre recommande sa candidature auprès de Wolsey, qui créait à ce moment le Corpus Christi College à Oxford. Vivès fut ainsi nommé professeur de l'université d'Oxford le 12 octobre 1523.
  • Il retourne à Bruges au début de 1524 pour y épouser Marguerite Valdaura, fille d’un notable de la ville. De retour en Angleterre, il s'oppose dans ses écrits au remariage d'Henry VIII avec Anne Boleyn, ce qui lui vaut la perte de sa chaire d'université et l'emprisonnement. Finalement banni d'Angleterre, il décline l'offre de Catherine d’Aragon de venir à sa cour et rentre à Bruges.
  • En 1539, le soulèvement de Gand et la menace d'une intervention de Charles Quint lui font envisager de quitter la ville. Il meurt l'année suivante en laissant inachevée une Apologie générale du christianisme.

Le penseur social[modifier | modifier le code]

La pensée sociale et politique de Vivès est surtout développée dans son traité De subventione pauperum. Il y interdit la mendicité, chasse les pauvres étrangers hors de la ville, contraint les citoyens à travailler, recommande l’apprentissage pour ceux qui n’ont pas de commerce. Il se prononce aussi en faveur de l’internement des aliénés, et de l’éducation obligatoire à partir de six ans pour les enfants trouvés. Pour financer cette politique, outre la vente des produits du travail des pauvres, et la taxation des revenus des hôpitaux et des riches communautés ecclésiastiques, il n'exclut pas les libéralités.

La ville d'Ypres mit ces idées en pratique en 1525, malgré les protestations des franciscains, qui furent repoussées par le Parlement de Paris et par Charles Quint.

Le pédagogue[modifier | modifier le code]

Vivès fut l’un des premiers auteurs à aborder l’anthropologie et la psychologie descriptive. Il reste surtout connu aujourd’hui pour ses travaux en pédagogie.

Principes[modifier | modifier le code]

Vivès est convaincu que l'homme devient homme par l'apprentissage d'une technique, et que cet apprentissage est possible pour tout individu. Il se fait durant toute la vie : l’homme ne cesse jamais d’apprendre. L’humaniste se doit de rester en permanente recherche et « il n’imaginera pas un instant être parvenu au sommet de l’érudition ».

Cet extrait du De ratione studiis puerilis (1523) montre l’optimisme et l’ambition de Vives envers l’éducation :

Le père - Voici, mon fils, l’atelier où l’on forge les hommes. Celui que tu vois là-bas est le maître forgeron. Dieu vous garde, maître. Découvre-toi, petit, et plie le genou droit comme je te l’ai appris ; redresse-toi maintenant… Je vous amène mon fils pour que de cet âne qu’il est vous fassiez un homme à part entière.
Filopono (le maître) - Je m’occuperai de lui avec le plus grand soin. Cela sera fait ; cet âne deviendra un homme ; de mauvais, il deviendra bon et homme de bien. N’ayez pas le moindre doute à ce sujet ».

Il faut aimer le travail, car Dieu n’accorde pas ses bienfaits aux paresseux.

Importance de la morale[modifier | modifier le code]

Les maîtres doivent non seulement avoir la compétence voulue pour bien enseigner… mais ils doivent aussi avoir des mœurs irréprochables. Leur premier souci doit être de ne dire ou faire aucune chose susceptible d’indigner ou de scandaliser celui qui les entend, et de ne rien réaliser qui ne se puisse imiter. Il est souhaitable que ceux qui sont promus au rang de maître le soient non seulement pour leur enseignement, mais aussi pour leur conduite vertueuse, car un enseignement qui ne correspond pas à la façon de vivre est pernicieux.

Vives insiste donc sur le fait que l’enseignant doit faire preuve d’une tenue morale irréprochable. Il doit véhiculer les bonnes valeurs et les bonnes mœurs aux étudiants. De ce fait, l’apprentissage ne se concentre pas que sur les savoirs, mais aussi sur le 'Savoir-être', ce que nous appelons les compétences relationnelles.

Trouver sa voie[modifier | modifier le code]

Vives voit l’enseignant comme un guide qui aide chaque élève à prendre la bonne décision en matière d’études et de choix de métier. À cet effet s’impose une évaluation diagnostique durant laquelle le maître évalue les capacités de l’élève et le dirige vers le parcours approprié. Pour déceler les talents des enfants, il faut les faire participer à des activités variées pour observer leurs réactions.

L’enfant doit passer un ou deux mois au collège afin que ses aptitudes intellectuelles et morales puissent être jaugées. Les maîtres se réuniront en secret quatre fois dans l’année pour échanger leurs impressions au sujet des possibilités de leurs élèves respectifs et décider de la méthode à utiliser pour chacun selon les aptitudes mises en évidence.

L’élève est donc conseillé au long de son parcours scolaire et fait ses choix en fonction de ses propres intérêts. Vives insiste sur le danger qui consiste, pour les parents, à vouloir imposer des études à leurs enfants.

La relation maître–élève[modifier | modifier le code]

De plus, il attire l’attention sur l’influence qu’a l’opinion du professeur sur les performances de l’élève. Il s’agit donc d’une mise en garde de l’étiquetage : l’élève s’adapte à l’image que le professeur a de lui. Le maître doit donc garder les espoirs les plus élevés.

Il est important que l’élève se sente apprécié et estimé. Dans ce domaine, Vives rejoint la psychologie humaniste contemporaine. Il préconise une affection paternelle du professeur envers l’élève. Le maître doit gagner l’affection de l’élève et l’encourager sans cesse tout en le corrigeant. Les châtiments sont donc hors de question.

L’empirisme : une pédagogie basée sur l’expérience[modifier | modifier le code]

Pour Vives, l’expérience est à la base de tout apprentissage. L’apprenant est donc actif et suit la démarche suivante :

  • observer la réalité
  • déceler les problèmes qu’elle pose
  • établir des modèles d’action
  • confronter les modèles avec la réalité.

Il faut d’abord réaliser grand nombre d’expériences avant que d’en déduire des modèles et des règles.

On constate donc une forte analogie avec les pédagogies actives actuelles : l’apprenant vit des expériences dans son entourage qu’il exploite afin de le comprendre.

Importance de l'expression[modifier | modifier le code]

Vives veut former les élèves à l'éloquence, car celui qui sait le mieux parler triomphe parmi les hommes, d’où la nécessité de l’éducation à la rhétorique. Pour Vivès, la rhétorique ne sert pas uniquement à plaider devant des tribunaux ou à faire des discours politiques : elle est essentielle à la bonne administration.

Un thème essentiel et très actuel de Vivès est l’apprentissage de la langue. Idéalement, tout le monde devrait parler une même langue universelle qui serait le latin vue son importance dans les arts et les sciences. Pour y concourir, Vives demande que l’on crée dans la plupart des villes des écoles d’enseignement des langues, non seulement des trois plus courantes, le latin, le grec et l'hébreu, mais aussi l’arabe, et même différents dialectes.

« Le latin s’est enrichi par les apports du grec, tout comme il a enrichi les autres langues d’Europe et en particulier… l’italien, l’espagnol et le français. Ceux qui parlent ces langues gagneraient beaucoup à se familiariser avec la langue latine, aussi bien pour la comprendre correctement que pour avoir accès à tous les arts et donner plus de pureté et d’ampleur à la langue nationale à laquelle le latin a donné souche ».

Vives énonce des règles précises concernant les méthodes d’apprentissage et d’enseignement de la langue et indique les auteurs et les passages recommandés : Cicéron, Sénèque, Plutarque, Platon, saint Jérôme et saint Augustin. Chez les modernes, il n’oublie ni l' Enchiridion d’Érasme, ni l' Utopia de Thomas More.

Dans sa Méthode d'éducation des enfants (1523), il définit la progression des apprentissages au cycle d’enseignement précédant les études universitaires :

  • L’apprentissage commence par la lecture des lettres.
  • Ensuite l’enfant apprend les syllabes pour passer à des extraits de discours. Cet apprentissage se fait par une alternance entre l’écrit et la lecture.
  • Enfin vient l’étude de la conjugaison des verbes, de la syntaxe et la traduction de l’anglais vers le latin.

Éducation des femmes[modifier | modifier le code]

Dans De institutione feminae christianae (L’Instruction de la femme chrétienne, 1523), Vives traite l’éducation de la femme.

Alors que le débat fait rage sur la question de l’accès des femmes au monde de l'écrit, il se place très clairement en faveur de l'enseignement des lettres à celles qui montreraient une bonne disposition pour l'étude. Il le limite toutefois à l’assimilation de la lecture qui doit se faire exclusivement à partir d'ouvrages de morale afin de ne pas corrompre la vertu de l’élève. Il émet par ailleurs des réserves quant à l’enseignement de l’écriture et précise que les jeunes hommes devront recevoir une formation plus ample et plus ouverte sur le monde.

L’ouvrage s’étend ensuite sur le comportement adéquat pour les jeunes filles qui doivent préférer avant toute chose la vertu. Elles doivent être initiées depuis leur plus jeune âge à la correcte tenue d'une maison ainsi qu’à l’oraison qui doit être constante et sincère. En ce qui concerne la tenue vestimentaire, la femme doit savoir se modérer et faire preuve de décence. Il la contraint d’ailleurs à sortir le moins possible de chez elle pour éviter les tentations et les mauvaises langues qui pourraient ruiner sa réputation et celle de sa famille.

Pour cet humaniste et érasmiste, la formation des jeunes filles engage avant tout le futur niveau moral de la société dans laquelle il vit.

L’école, lieu d’apprentissage[modifier | modifier le code]

Vives souligne l’importance de l’environnement du lieu d’apprentissage qu’est l’école.

Que personne ne s’étonne que l’on recherche avec tant de soin l’endroit où doit naître et croître la sagesse, tout comme l’on recherche le lieu où installer la ruche pour que les abeilles nous donnent leur miel.

Différents facteurs comme le risque d’épidémies, la présence d’aliments sains, l’isolation de tout voisinage bruyant et des voies publiques, etc. déterminent l’emplacement des écoles.

Œuvres de Vives[modifier | modifier le code]

Grand pacifiste, Juan Luis Vives écrivit à de nombreuses reprises aux autorités européennes (papes et rois), pour les engager à la paix et au dialogue et rédigea des traités sur la paix entre les peuples d'Europe. Catholique converti, il écrivit également sur la foi chrétienne. Les œuvres de Vives sont (pour l'époque) de gros succès de librairie, à l'égal des Adages et des Colloques d'Érasme, son modèle.

  • In pseudo dialecticos (1519) est un pamphlet contre le verbiage des écolâtres parisiens, dont Vivès gardait un vif souvenir.
  • De institutione feminæ Christianæ (1523), connut quarante éditions et de nombreuses traductions en langues vulgaires. Subordonnant, à l'image de ses contemporains, la femme à l’homme, dont la nature était considérée comme inférieure, Vives exigeait néanmoins que les femmes ne soient pas abandonnées à l’ignorance. Il voyait dans le mariage un acte essentiellement civique et juridique, fondé sur des concessions réciproques et librement consenties.
  • Juan Luís Vives, « De ratione studii puerilis », Balthasar Lasius, Bâle,‎ 1539 (consulté le 17 mai 2007), sur le site des Bibliothèques Virtuelles Humanistes
  • De subventione pauperum (1526) était une réponse aux magistrats de Bruges, ville où la misère et le chômage s'étalaient dans les rues. Vivès estime que la charité encourage les pauvres à ne pas chercher de travail. Il propose de limiter l'aide publique financière aux malades et aux handicapés, mais de mettre au travail les inactifs en bonne santé, ou de les expulser de la cité.
  • Introductio ad sapientiam (1524) connut cinquante éditions. En philosophie, Vivès s’en prit violemment à l’œuvre d’Aristote et tenta de réconcilier la pensée classique avec l’influence chrétienne.
  • Ad animi exercitationem in Deum commentatiumculæ connut dix-huit éditions.
  • Le De disciplinis (1531), ouvrage en 20 livres, est considéré par Vivès lui-même comme son chef-d’œuvre. Il est composé de trois parties : De causis corruptarum artium (« Sur les causes de la corruption des arts ») ; De tradendis disciplinis (« Sur la transmission des savoirs ») ; De artibus (« Sur les arts »). Dans la première partie, Vivès examine les vices des principales disciplines enseignées dans les écoles et universités (grammaire, dialectique, rhétorique, philosophie naturelle, morale et droit civil), et attaque avec virulence les méthodes et mœurs scolastiques, ainsi que la dévotion de ses contemporains pour Aristote (extraits traduits). Dans la deuxième partie, il propose une réforme de l’éducation dans laquelle le savoir du maître, au lieu d'être tourné vers lui-même, serait dirigé vers l’édification chrétienne de l’élève : cette partie est notamment connue pour ses jugements sur la bibliographie de l’époque, et pour avoir mis en lumière l’importance de l'histoire, « qui l’emporte, dit Vivès, sur toutes les disciplines. » Dans la troisième partie, l’auteur expose les règles de la philosophie première, c’est-à-dire de la métaphysique et de la dialectique, en les simplifiant autant que possible d’après les exigences de la clarté humaniste.
  • Juan Luís Vives, « Exercitatio linguæ latinæ sive Colloquia », Christophe Plantin,‎ 1538 (consulté le 17 mai 2007), sur le site de la Bibliotheca Latina : un cours de latin qui est son principal ouvrage didactique et fut réédité dix-huit fois.
  • De anima et vita (1538) rassemble les recherches de l'auteur sur la psychologie.
  • L'Apologie inachevée de Vivès fut éditée à titre posthume sous le titre De veritate fidei christianae par Cranevelt (1543). Le livre IV présente le dialogue d’un chrétien et d’un docteur de l’islam.

Hommage[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jean-Claude Margolin (dir.), Anthologie des humanistes européens de la Renaissance, Gallimard, coll. « Folio classique » (no 4536),‎ 2007, 910 p. (ISBN 978-2-070-33671-5, lien OCLC?)
  • (en) Jean-Christophe Saladin, La bataille du grec à la Renaissance, Les Belles Lettres, coll. « Histoire »,‎ 2004, 550 p. (ISBN 2-251-38047-7), p. 387-89 et 408-10
  • Jean Château (dir.), Les grands pédagogues, PUF, 1956, p. 23-44 (par V. Garcia Hoz)
  • Charles Fantazzi (ed.), A Companion to Juan Luis Vives, Leiden: Brill, 2008 (Brill's Companions to the Christian Tradition, 12).
  • Jean Houssaye (dir), Les premiers pédagogues. De l'Antiquité à la Renaissance, Issy-les-Moulineaux, ISF, 2002, p. 250-272 (par Buenaventura Delgado Criado)
  • Philippe Guignet, « Le traitement social du paupérisme au miroir de l'humanisme érasmien : relectures du De subventione pauperum de Juan-Luis Vivès », in: Urbanités : vivre, survivre, se divertir dans les villes (XVe-XXe siècle) : études en l'honneur de Christine Lamarre, collection Sociétés, Dijon : Éditions universitaires de Dijon, 2012, p. 191-205 (ISBN 978-2-36441-036-7)
  • Carlos G. Noreňa, Jean Louis Vives, The Hague: Martinus Nijhoff, 1970.
  • Tristan Vigliano DE DISCIPLINIS "Savoir et enseigner" (édition bilingue latin-français) Les Belles Lettres 2013

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]