Jean Lemoine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lemoine.
Jean Lemoine
Image illustrative de l'article Jean Lemoine
Pierre tombale de Jean Lemoine
Biographie
Naissance 1250
Crécy-en-Ponthieu (France)
Décès 1313
Avignon
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
18 septembre 1294 par le
pape Célestin V
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de
saints Marcellin et Pierre
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 1293
Fonctions épiscopales Évêque d'Arras

Blason

Jean Lemoine (né en 1250 à Crécy-en-Ponthieu, mort en 1313 à Avignon), cardinal, évêque d'Arras et légat du pape Boniface VIII auprès de Philippe le Bel, fondateur du collège portant son nom, à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir terminé ses études et reçu le bonnet en droit canon et en théologie à l'université de Paris, il fut chanoine aux chapitres cathédraux d’Amiens et de Paris. Devenu conseiller du roi, il fit un voyage à Rome, où ses talents lui valurent un accueil distingué et d'être nommé auditeur de la Rote romaine en 1282[1]. Jean Lemoine est le frère d'André Lemoine, évêque de Noyon.

Partagé entre la France et Rome[modifier | modifier le code]

Il mena dès lors une double carrière en France et à Rome. Il fut d’abord doyen de la cathédrale de Bayeux (1288-1292) puis élu évêque d’Arras par le chapitre cathédral à la fin 1293[2]. Pendant la même période, en tant que vice-chancelier de la Sainte Église Romaine (1288 à 1294), il contresignait les bulles pontificales[3]. Célestin V le fit cardinal-prêtre des saints Marcellin et Pierre lors du consistoire du 18 septembre 1294. Ce fut à ce titre qu'il avalisa les bulles pontificales du 21 juin 1295 au 16 février 1302, plus celle du 14 mars 1304[1].

Ses fondations à Paris[modifier | modifier le code]

Devenu prince de l'Église, il consacra une partie de sa fortune au mécénat. Par contrat passé à Rome, le 15 mars 1302, il acheta aux Grands-Augustins la Maison du Chardonnet et des terrains la jouxtant pour fonder un Collège qui fut nommé la Maison du Cardinal puis après sa mort le collège du cardinal Lemoine[1].

Il était initialement prévu pour soixante étudiants en théologie et quarante en arts. Son règlement fut approuvé par Boniface VIII le 12 mai 1302. Il fonda ensuite dans la nef de Notre-Dame de Paris la chapelle qu'on appela l'autel des paresseux[1].

Le légat pontifical[modifier | modifier le code]

Le 24 novembre 1302, Boniface VIII l’envoya comme légat pontifical en France auprès de Philippe le Bel. Celui-ci ne voulant pas céder face aux exigences pontificales, le pape ordonna au cardinal de jeter l’interdit sur le royaume et d’obliger Nicolas de Freauville, confesseur du roi, à venir s’expliquer à Rome[1].

Le légat obtint le report de l’interdit que le pape transforma en excommunication contre le roi. Averti celui-ci fit intercepter à Troyes les porteurs de la bulle, plaça le légat sous surveillance et convoqua les États généraux de 1303. Le cardinal réussit à quitter Paris de nuit, un peu avant la fête de la saint Jean, et regagna Rome[1].

Camerlingue du Sacré Collège d’Avignon[modifier | modifier le code]

Malade, il ne participa pas au conclave de Pérouse qui élit Clément V mais le rejoignit en France. Dès le 6 novembre 1305, il fut nommé Camerlingue du Sacré Collège. Il suivit alors le pape dans toutes ses pérégrinations jusqu’à Avignon où il s’installa en 1309[1].

Ce fut là qu’il décéda le 22 août 1313. Dans son testament, daté du 21 juillet, il demanda d’être inhumé à Paris dans la chapelle du Collège, rue Saint-Victor[4]. Ses dernières volontés furent exécutées le 1er octobre 1314[1].

Extrait du testament du cardinal Jean Lemoine, Archives départementales du Finistère

André, son frère, évêque de Noyon, contribua de sa fortune à l'établissement du Collège du cardinal ; il mourut en 1315, et fut inhumé dans le même tombeau que son frère. On y lisait encore à la fin du XVIIIe siècle leur double épitaphe.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Il rédigea Glossa aurea Joannis Monachi cardinalis in Sextum Decretalium, commentaire sur le sixième livre des Décrétales, qui fut imprimé à Paris en 1515[1].

Toponymes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Salvador Miranda, Cardinal Jean Lemoine, University Park, Miami, FL 33199, 2009
  2. C'est par erreur que, dans le Dictionnaire de Moréri, on annonce que le cardinal Lemoine avait occupé le siège épiscopal de Meaux.
  3. Son paraphe Monachus apparaît sur les bulles du 3 septembre 1288 au 22 septembre 1291.
  4. Dans son testament du 21 juillet 1313, le cardinal faisait défense à tous ses collégiens, sous peine d’exclusion, de prêter des livres de la bibliothèque même contre gage ou caution.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fr. du Chesne, Histoire de tous les cardinaux françois de naissance ou qui ont été promus au cardinalat par l’expresse recommandation de nos roys, Paris, 1660.
  • H. Fisquet, La France pontificale, histoire chronologique et biographique des archevêques et évêques de tous les diocèses de France depuis l’établissement du christianisme jusqu’à nos jours, divisée en dix-sept provinces ecclésiastiques, Paris, 1864-1873.
  • Ch. Jourdain, Le Collège du cardinal Lemoine, Paris, 1876.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]