Jean Launois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Launois.

Launois Jean est un artiste peintre français né le 22 novembre 1898 aux Sables-d'Olonne et mort le 27 novembre 1942 (à 44 ans) à Alger.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dès l'enfance, Launois montre de sérieuses prédispositions au dessin, mais à 17 ans, il s'engage dans la Grande Guerre. Démobilisé et meurtri, il s'engagera totalement à son art. Prix Abd-el-Tif en 1920, il séjournera les deux années du Prix à Alger, fera notamment connaissance d'Étienne Dinet, le peintre reviendra sans cesse en Algérie. Il rencontre Albert Marquet et cette rencontre va être décisive pour la suite de sa carrière marquée par une plus grande liberté d'expression. C'est à Alger que Launois se réalise. Ami d'Étienne Bouchaud, Il peint le petit peuple et les "mauvais lieux" et les "quartiers réservés" de la Casbah. La critique est laudatrice. Gabriel Audisio écrit dans Algéria en 1937 : Un vernissage de Launois, c'est une descente barbaresque! l'Oasis, les Abd-el-Tif, l'Ofalac, tout le monde sur le pont! Au milieu de l'équipage, Launois, l'œil clair et le talent vif, a l'air d'un Rhaïs. C'est un artiste connu et reconnu. Il est mobilisé lors de la Seconde Guerre mondiale malgré une santé chancelante. C'est un homme méconnaissable qui est démobilisé. Il retourne à Alger et vit grâce aux subsides de ses amis. Il meurt, solitaire, dans une chambre d'hôtel à Alger.

Jean Alazard va consacrer une exposition rétrospective de son œuvre en 1947 au Musée des Beaux-Arts d'Alger en témoignage d'un artiste hors série qui est un des plus authentiques continuateurs de la veine exotique de la peinture française et algéroise des XIXe et XXe siècles.

Jean Launois aura été l'un des fers de lance du groupe de peintres de Saint-Jean-de-Monts, groupe qui comprendra deux générations de peintres de 1892 à 1950. Il y rencontra, entre autres, Henry Simon (1910-1987).

Œuvre[modifier | modifier le code]

Une œuvre de Jean Launois
  • Prix de l'Indochine en 1923.
  • Prix Cottet décerné par la Société des Peintres Orientalistes en 1931.
  • Expositions : Paris 1926 (Galerie Van Leer), 1931 (Exposition coloniale), 1950 (Galerie l'Art Vivant); Alger 1947 (Musée des Beaux-Arts) ; les Sables-d'Olonne 1976 (Musée de l'Abbaye Sainte-Croix).
  • Œuvres principales : Musée des Beaux-Arts d'Alger (Famille de gitans, Farniente, Famille juive, Jeunes Arabes); Musée d'art moderne de la ville de Paris, Musée des Beaux-arts de Besançon, Musée de l'Abbaye Sainte-Croix aux Sables-d'Olonne (Jeune femme à la Casbah, Cinq femmes à Laghouat), Musée de Fontenay-le-Comte (Deux mauresques sur un canapé), Centre Georges Pompidou (Mozabite, Les Deux Sœurs d'El-Oued), musée des Beaux Arts de Rabat, Musée de Narbonne, Musée de l'Annonciade (St Tropez), Musées de La Roche-sur-Yon et des Sables-d'Olonne, Collections Particulières.
  • Illustrations : Voyage à la Casbah, Gabriel Audisio, 1953, Les Sirénéennes, Albert Trust NRF 1928 (En collaboration avec Armand Assus, Marius de Buzon, et Omer Ben Smaïa).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Cazenave, La Villa Abd-el-Tif; un demi-siècle de vie artistique en Algérie 1907-1962, Association Abd-el-Tif, 1998
  • Élisabeth Cazenave, Les Artistes de l'Algérie. Dictionnaire des peintres, sculpteurs, graveurs 1830-1962, Bernard Giovanangeli Éditeur - Association Abd-el-Tif, 2001

Sources[modifier | modifier le code]

  • A.N. F/21/4231, lettre de Jean Launois à Léonce Bénédite, 17 novembre 1921.