Jean Jacobs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'orfèvre bruxellois Jean Jacobs, fondateur du Collegium Belgarum à Bologne, tableau par Guido Reni.

Jean Jacobs (Bruxelles, - Bologne, ) est un orfèvre bruxellois, fondateur à Bologne du Collège Jean Jacobs, ou Collegium Belgarum dit aussi Collegio dei Fiamminghi.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Jacobs fut baptisé en l'église de la Chapelle le 31 mars 1575, fils de Jean Jacobs et d'Élisabeth van Oosten, petit-fils de Jean Jacobs et de Marie Pannis, issue des lignages Sweerts et Sleeuws.

Pour un motif ignoré, Jean Jacobs décida de parfaire sa formation d'orfèvre à Bologne, et quoiqu'il possédât encore des biens fonciers à Bruxelles, situés Pré aux-Laines, où se trouve actuellement la place Jean Jacobs, il préféra continuer son activité dans sa ville d'adoption.

Il avait épousé le 24 avril 1607 Judith van der Lip, originaire des Provinces-Unies, qui mourut le 27 septembre 1615.

Il perdit également son fils unique Pietro Jacobs né le 31 juillet 1608 qui fut emporté par la peste le 18 novembre 1630.

Ces drames successifs le poussèrent sans doute à consacrer sa fortune à l'éducation de la jeunesse bruxelloise en fondant un collège à leur intention.

Le peintre Guido Reni, ami de Jacobs, a laissé de lui un beau portrait.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Il devint rapidement un des plus fameux orfèvres de Bologne.

Il reste de lui des productions d'orfèvrerie religieuse, tels que des chandeliers d'argent exécutés en 1611 pour l'autel majeur de l'église des pères Augustins de Saint-Jacques.

De lui également le recouvrement en argent ciselé de l'image la plus vénérée à Bologne, celle de la Madone de saint Luc, qui aurait été peinte par l'apôtre lui-même.

En 1641 encore il exécuta un calice pour le sanctuaire de Saint-Luc.

La fondation Jean Jacobs[modifier | modifier le code]

Jean Jacobs est surtout connu pour la fondation du Collège Jean Jacobs où de nombreuses générations de jeunes Bruxellois ont pu, dès 1651, recevoir une formation à l'étranger dans une des plus brillantes universités d'Europe.

Outre le Palais à Bologne, la fondation possède encore une villa à la campagne, dite il Palazzino, « où loin des rumeurs du monde les boursiers peuvent se livrer durant cinq ans dans un cadre idyllique aux bonnes études ».

Par son testament rédigé le 9 septembre 1650, Jean Jacobs donne ainsi les conditions pour être admis à son collège :

  • le candidat doit être citoyen de Bruxelles ou à défaut de ceux-ci, d'Anvers ou du moins habitant du Brabant.
  • il doit être né d'un mariage légitime et non légitimé
  • il doit être âgé de dix-huit ans ou d'au moins seize.
  • il doit connaître le latin
  • il doit être sain de corps et avoir une belle présentation

Il sera donné préférence, avant tout autre candidat :

  • aux descendants de la famille Jacobs, restée à Bruxelles
  • aux descendants de la famille Jacobs en ligne féminine
  • aux descendants d'Henri Wellens, ami de Jean Jacobs.
  • aux parents de Pierre van der Lip, d'Utrecht, beau-frère du fondateur.

Le droit de désigner les boursiers appartenait aux doyens ou jurés de la Corporation des Orfèvres de Bruxelles.

La fondation Jean Jacobs actuellement[modifier | modifier le code]

Le fondation Jean Jacobs, fort discrète et peu connue du grand public, existe toujours actuellement et chaque année des étudiants peuvent jouir de ce cadre et de cette ambiance unique.

Toutefois, les ayants droit légitimes n'ayant fait jusqu'à présent aucune opposition, la Fondation Jean Jacobs recrute actuellement ses candidats selon d'autres critères que ceux voulus par le testament de son fondateur.

Actuellement, le Collège Jean Jacobs de Bologne offre chaque année deux bourses à des étudiants ou chercheurs de la Communauté française, d’une durée de huit mois, pour y poursuivre une spécialisation post-universitaire.

Léo Moulin a été pensionnaire de la Fondation.

Liste biographique des étudiants bénéficiaires de la fondation Jean Jacobs[modifier | modifier le code]

Nous donnons ici la liste[1] des boursiers de la fondation Jean Jacobs avec la date d'arrivée des étudiants.

  1. 1651: Jean-Baptiste van Kerrenbroeck.
  2. 1651: Jean Papenbroeck.
  3. 1651: Pierre van den Bossche
  4. 1651: Michel de Roovere
  5. 1652: Jean-Baptiste van Goerten
  6. 1652: Gérard de Weerde
  7. 1654: Hector Samlet
  8. 1655: Ignace Botermans
  9. 1655: Jean Teambre
  10. 1656: François Henze
  11. 1658: Guillaume Seghers
  12. 1658: Jacques Stubbeleer
  13. 1661: François de Enfraye
  14. 1661: Jean-Pierre Juvet
  15. 1662: Nicolas Philippe de Plecker
  16. 1667: François de Cascales
  17. 1667: Ignace de Ghisys
  18. 1667: Elie van der Placker
  19. 1672: François Antoine Sophie
  20. 1672: Marc de Bondt
  21. 1672: Jean F. Staes
  22. 1672: Daniel Beydaels[2]
  23. 1677: Jean-Étienne Mattens
  24. 1677: Albert Tel
  25. 1677: Antoine Jacob de Daniel
  26. 1682: Pierre Bonaventure van Veen
  27. 1682: Jean Ernest van Veen
  28. 1682: Charles Beaufort
  29. 1682: Jacques van der Plancken
  30. 1688: Pierre Sermet
  31. 1688: Pierre F. Cole
  32. 1688: François Auguste de Lens
  33. 1688: Jean F. van den Bossche
  34. 1688: Jean Seghers
  35. 1688: Melchior J. Cortens
  36. 1695: Guillaume F. Cortens
  37. 1695: Théobald Godloret
  38. 1695: Gui B. Raugemont
  39. 1695: Joseph van den Houten
  40. 1695: Jean-Joseph Charles
  41. 1695: Pierre Gaspard Stubbeleer
  42. 1701: Josse Bosmans
  43. 1701: Pierre Théodore van Santvoordt
  44. 1701: Philippe Antoine de Bruyn
  45. 1708: Jean François de Fraye
  46. 1708: Charles Ernest Tourlaut
  47. 1708: Jean-Baptiste Versplit
  48. 1708: André Cortyn
  49. 1714: Daniel Joseph van Halewyck
  50. 1714: Pierre van der Sanden
  51. 1714: Gérard-Pierre van Veen
  52. 1714: François Albert Ficquaer
  53. 1719: Laurent-Joseph Baudier
  54. 1719: Jean-Baptiste t'Serstevens
  55. 1719: Jean-François Servaes
  56. 1719: Corneille Ignace Dymans
  57. 1725: Chanoine Martin van Aschen
  58. 1725: Michel Parys
  59. 1725: Jean-Alexandre Stevens
  60. 1725: Jean-Pierre Janssens.
  61. 1732: Pierre van den Kerkhoven
  62. 1732: Robert Bacle
  63. 1732: N. de Maree
  64. 1732: N. Leemans
  65. 1737: Christophe Joseph van Eesbeecke
  66. 1737: Charles-Joseph Francken
  67. 1737: Corneille t'Kint (Kindt?)
  68. 1737: Hubert Risack
  69. 1744: Charles Donckens
  70. 1744: Pierre Ansens
  71. 1744: Henri-Thomas Sarton
  72. 1744: François Collignon
  73. 1750: Joseph de Melin
  74. 1750: Josse de Windt
  75. 1750: Ferdinand Mathieu Ringler
  76. 1750: Gérard Joseph van de Winne
  77. 1756: Pierre Reuss
  78. 1756: Charles Alexandre de Vignes
  79. 1756: Boniface Auguste Eervenne
  80. 1756: Henri Charles de Locquenghien
  81. 1761: Charles Joseph Baugniet
  82. 1761: Érasme Joseph Cooremans
  83. 1761: François-Joseph Saelden
  84. 1761: Jacques Cooremans
  85. 1765: Jean-Joseph Risack
  86. 1767: Charles de Liagre
  87. 1767: François de Roover
  88. 1767: Thomas van der Mottens
  89. 1767: Nicolas van Cools
  90. 1773: Joseph van Gameren
  91. 1773: François-Joseph de Sadeleer
  92. 1773: Jean-Baptiste Eenens
  93. 1773: Fernand Cremmens
  94. 1778: Fernand Charles del Marmol
  95. 1778: Gabriel Joseph Sivesvart
  96. 1778: Philippe Gilles van Gestel[3], né à Bruxelles le 23 juillet 1758, mort le 3 novembre 1813, épousa Marie Joseph Godfroy, fils de Gilles van Gestel, né à Bruxelles le 19 juillet 1724, mort à Bruxelles, le 16 juillet 1800, licencié ès lois, conseiller de la ville de Bruxelles de 1793 à 1797, et de Isabelle Thérèse Marie Josèphe Bertryn (épousée à Anvers le 20 décembre 1753), morte à Bruxelles, le 13 mai 1795.
  97. 1778: Jacques Joseph Joubert
  98. 1783: François-Joseph Tiberghien
  99. 1783: Guillaume Jean Temois
  100. 1783: Jacques-Albert Gambier
  101. 1783: Pierre Joseph van der Linden
  102. 1787: Henri Aimé van Bellingen de Crampagner
  103. 1787: François-Louis Branteghem
  104. 1787: Henri Alexis Dept
  105. 1787: Charles François Charlier
  106. 1787: Pierre Jacques Olbrechts
  107. 1792: Gilles Auguste Strens
  108. 1792: Charles Emmanuel Passenbroder
  109. 1792: Jean-Raphaël de Cock
  110. 1815: Isidore Plaisant
  111. 1926: Léo Moulin

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir: Venanzio Amoroso, "I borsisti del collegio dei Fiamminghi all'Università di Bologna alla fine del '700", dans Atti del Congresso internazionale Bologna, la cultura italiana e le letterature straniere moderne, Bologne, 17-22 octobre 1988, Ravenne, Longo, 1992, vol. I, p. 75-83. Voir la liste des étudiants dans: Jacques Hellemans, "Le Collège Jean Jacobs et ses livres anciens", dans Libri in Collegio, Bologne-Bruxelles, 1995, pp. 41-48.
  2. Beydaels: José Anne de Molina, "Le dernier roi d'armes Beydaels et sa famille", dans, Brabantica, IV, 1959, p. 60: Daniel Beydaels épousa Marie Helduwier.
  3. Il est le frère de Catherine Christine Marie van Gestel, née à Bruxelles le 25 février 1756, morte le 27 avril 1823, épousa Pierre Joseph Stas, né à Bruxelles le 17 juillet 1760, étainier, doyen de la Corporation des Étainiers en 1791. Leur fille Isabelle Stas, née à Bruxelles le 26 mars 1794 et décédée à Bruxelles le 17 décembre 1873, épousa Jean-Philippe Poelaert (1790-1875). Ils sont les parents du grand architecte Joseph Poelaert. Sur la famille van Gestel, voir: Guy Waltenier, "Quartiers d'ascendance de Joseph Poelaert", dans l'Intermédiaire des Généalogistes, Bruxelles, année 1978, n° 195, pp. 224-225. Ainsi que: Charles Poplimont, La Belgique héraldique, Paris, tome IV, 1866, pp.399-400. (van Gestel); Annuaire de la Noblesse de Belgique, 1861, 149-163 (Famille van Gestel); Herckenrode, Nobiliaire des Pays-Bas, II, Gand, 1865, pp. 812-813; Goethals, Dictionnaire..., II, Bruxelles, 1849, pp. 410-420; J. Vander Heyden, Nobiliaire de Belgique, Anvers, 1853, p. 442.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Libri in collegio. Jean Jacobs e il Collegio dei Fiamminghi in Bologna tra passato e presente, Bologna-Bruxelles, 1995.
  • Messager des Sciences et des Arts, Bruxelles, 1834, p.41
  • Venanzio Amoroso, "I borsisti del collegio dei Fiamminghi all'Università di Bologna alla fine del '700", dans Atti del Congresso internazionale Bologna, la cultura italiana e le letterature straniere moderne, Bologne, 17-22 octobre 1988, Ravenne, Longo, 1992, vol. I, p. 75-83.
  • Jacques Hellemans, "Le Collège Jean Jacobs et ses livres anciens", dans : Libri in Collegio, Bologne-Bruxelles, 1995, pp. 41-48.

Liens internes[modifier | modifier le code]