Jean II de Clèves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean II et Jean de Clèves.
Jean II de Clèves
Image illustrative de l'article Jean II de Clèves
Titre
Duc de Clèves et comte la Marck
14811521
Prédécesseur Jean Ier de Clèves
Successeur Jean III de Clèves
Biographie
Dynastie Maison de La Marck
Date de naissance 13 avril 1458
Date de décès 15 mars 1521
Père Jean Ier de Clèves
Mère Élisabeth de Bourgogne-Nevers
Conjoint Mathilde de Hesse

Jean II de Clèves13 avril 1458 - †15 mars 1521) fut duc de Clèves de 1481 à sa mort en 1521. Il était le fils aîné du duc Jean Ier et d'Élisabeth de Bourgogne-Nevers.

En 1481, il succéda à son père en tant que duc de Clèves et comte de Mark-Altena. Il ruina complément les caisses du duché en essayant d'imiter la cour de Bourgogne. Il se disputa avec les états à cause de cela et dut leur faire de nombreuses concessions et perdit beaucoup de charges.

En 1496, il conclut l'Union de Clèves, une alliance avec les duchés de Berg et de Juliers, pour contrebalancer celle de la Bourgogne et des Habsbourg. Par cette union, il maria son fils Jean III à la seule fille du duc Guillaume de Juliers-Berg. Celui-ci hérita donc successivement de Guillaume de Juliers-Berg en 1511 et de son père Jean Ier en 1521.

Jean II s'opposa, comme ses prédécesseurs, à l'archevêché de Cologne et au duché de Gueldre.

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

En 1489, Jean II épousa Mathilde de Hesse (1473-1505) fille du landgrave de Hesse Henri III. Ils eurent quatre enfants :

  • Hermann de Clèves (né en1485) qui épousa Léonarde Perreau (fille de Jeanne de Corbigny et Adrien Perreau) Leur fille Léonarde épousera Pierre de Blanchefort. C'est le frère cadet qui portera le titre.
  • Jean III (1490-1539), qui succéda à son père en 1521. Il était déjà devenu duc de Juliers et de Berg en 1511.
  • Anna (1495-1567), qui épousa en 1518 le comte Philippe II de Waldeck-Eisenberg.
  • Adolf (1498-1525)

Jean II eut également 69 enfants illégitimes, ce qui valut de porter le nom de « Kindermacher » (faiseur d'enfant)

Sources[modifier | modifier le code]