Jean Houymet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Houymet.

Toutes les personnes dont le nom de famille est OUIMET, OUIMETTE, WIMET (ainsi que 27 autres variations) sont les descendants d’un seul et unique ancêtre connu : Jean HOUYMET ou WUILLEMET.

Biographie[modifier | modifier le code]

L’ancêtre Jean HOUYMET ou WUILLEMET, fils et héritier de Nicolas et de Pérette NICAYSE, est originaire de Vrigny ou Virginy, archidiocèse de Reims, ancienne province de la Champagne (département de la Marne), en France.

Selon une communication de Roland-J. Auger, généalogiste émérite, l'ancêtre Jean Houymet a effectué la grande traversée vers la Nouvelle-France en 1659 sur Le Sacrifice d’Abraham en compagnie du premier évêque de la Nouvelle-France, monseigneur François Montmorency de Laval. Jean Houymet débarqua à Québec le lundi 16 juin vers les six heures du soir. C’est ce qui est indiqué dans la série de livres intitulés Les Relations des jésuites.

En Nouvelle-France et plus précisément à Château-Richer, il est engagé par Guillaume Thibault. En novembre 1659, il achète une terre de 2 arpents de front sur le grand fleuve Saint-Laurent près du ruisseau nommé « La Rivière du Sault-à-la-Puce ».

L’épellation HOUYMET est celle paraphée par le notaire Claude Aubert lors de la signature du contrat de mariage de Jean Houymet avec Renée GAGNON, fille de Jean et Marguerite CAUCHON, le dimanche 3 octobre 1660 « en la coste et Seigneurie de beaupré ». Dans le même document, Jean HOUYMET a indiqué sa marque au pied du contrat de mariage avec la lettre « W », d'où le patronyme devait être WUILLEMET à l'origine. C’est ce que nous retrouvons aujourd’hui dans les archives départementales de la Marne en France. On peut compter quelques OUIMET et OUIMETTE français sur les doigts d’une main. Ces personnes sont possiblement originaires du Canada ou des États-Unis.

Le premier enfant du couple, un garçon également prénommé Jean, naîtra à l’automne de 1661 dans la paroisse de La Visitation de Notre-Dame de Château-Richer. Quelques mois après la naissance de ce premier enfant, soit le 10 avril 1662, Jean Houymet achète une terre de deux arpents de large sur l’île d’Orléans au passage nord du fleuve Saint-Laurent. Il s’établit avec sa famille sur le territoire de la paroisse Sainte-Famille. Jean et Renée eurent neuf enfants, dont trois garçons et une fille qui contractèrent mariage et portèrent descendance : Jean, Louis, Marguerite et Pierre. Les autres enfants du couple sont Marie-Madeleine, Gabriel, Jacques, Jeanne et Pierre.

Ce que possédait Jean HOUYMET ou WUILLEMET, nous le trouvons dans l’inventaire de ses biens, passé devant le notaire Vachon le 26 octobre 1688, soit un peu moins d’un an après son décès survenu le 18 novembre 1687 à l’âge de 53 ans. Cet acte notarié révèle que Jean HOUYMET ou WUILLEMET était relativement prospère pour son époque. Renée Gagnon, épouse de l’ancêtre, est décédée entre 1695 et 1702.

La majorité des descendants sont aujourd’hui établis dans la région de Montréal et de Laval au Québec.

Références[modifier | modifier le code]

  • Recueil historique sur les Ouimet, Pauline Ouimet-Charron, 1999
  • Dictionnaire des descendants de Jean Ouimet et Renée Gagnon, Pierre Ouimet et al., 2000

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]