Jean Heynlin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean Heylin de Lapide)
Aller à : navigation, rechercher
Page tirée du Epistolae... de Gasparin de Bergame imprimé à Paris fin 1470 sous la direction de Heynlin (Réserve des livres rares et précieux, BNF[1]).

Johannes Heynlin, francisé Jean Heynlin « de Lapide » est un philosophe, théologien, prédicateur, imprimeur et humaniste allemand né à Stein (en latin lapis) près de Pforzheim, dans le diocèse de Spir, vers 1430 et mort à la chartreuse du Val-Sainte-Marguerite de Bâle, le 12 mars 1496. Il a été professeur à l'université de la Sorbonne au XVe siècle, et le principal agent, avec Guillaume Fichet, de l'importation de la première imprimerie en France.

Carrière[modifier | modifier le code]

Ses études se sont déroulées entre Erfurt (1446-1448), Leipzig (1448-1452) et Louvain (1453).

  • De 1453 à 1454 : il est à Paris, inscrit comme bachalarius alterius universitatis (bachelier es arts)[2].
  • 1455 : il devient maître es arts de l'université et sociétaire du collège de Sorbonne.
  • 1456-1460 : Paris, Sorbonne, procureur de la nation allemande de la faculté des arts à quatre reprises (21.10.1456 - 16.12.1456 ; 26.8.1457 - 13.1.1458 ; 19.11.1459 - 15.1.1460 ; juin - août 1460).
  • 1462 : Paris, bachelier en théologie.
  • 1464 : enseigne à l'université de Bâle.
  • 1467/1468 : de retour à Paris, prieur de Sorbonne.
  • 1469 : Paris, recteur de l'université.
  • 1471 : Paris, bibliothécaire de Sorbonne.
  • 1472 : Paris, doctorat en théologie.
  • 1474 : enseigne à Bâle.
  • 1478-1479 : Tübingen, curé de ville et (?) professeur de théologie[3].

Durant ces années il prêche dans de nombreuses villes, notamment à Berne.

  • 1484 : Bâle, curé de la cathédrale.
  • 1487 : Bâle, entre à la chartreuse du Val-Sainte-Marguerite à laquelle il fait dont de sa collection de 283 livres dont beaucoup sont conservés actuellement à la Bibliothèque universitaire de Bâle.

Directeur d'imprimerie et éditeur[modifier | modifier le code]

En 1469, Heylin fait venir à Paris la première presse à imprimer qu'il fait installer dans des locaux dépendants de la Sorbonne, sous autorisation du roi Louis XI et qu'il place sous la conduite de trois compagnons typographes allemands dont Ulrich Gering[4]. Le premier livre publié est un traité de grammaire latine intitulé Compendiosus de arte punctandi dialogus (fin 1470), tiré de l’Orthographia Clarissimi Oratoris Gasparini Bergomensis (1470).

Plus tard, à Bâle, il fréquentera l'atelier de Jean Amorbach avec lequel il collabore, notamment comme éditeur, conseiller et correcteur, fort de l'expérience parisienne antérieure.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Compendiosus de arte punctandi dialogus, tiré de Orthographia Clarissimi Oratoris Gasparini Bergomensis, 1470.
  • Premonitio circa sermones de conceptione gloriose virginis Marie, tiré de Meffret, Sermones de tempore et de sanctis, 1488.
  • Resolutorium dubiorum circa celebrationem missarum occurentium, 1492.

Autres éditions :

  • Resolutorium dubiorum / per … Johannem de Lapide. - Parisius : Johanne Lamberto, MCCCCCXI, II Mensis Junij - lire en ligne.
  • Decisiones casuum qui sacerdotibus in missarum celebratione contingere solent… per R. P. Fr. Joannem de Lapide, … nunc demum in usum atque utilitatem sacerdotum commodiore methodo per quaestiones digestae, Constantiae, 1598, 1 vol., in-12.
  • Libri artis logicae Porphyrii et Aristotelis cum commento magistri Iohannis de Lapide, 1495 - [Commentaire des œuvres d'Aristote, Gilbert de la Porrée, Porphyre].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Astruk-Gabriel, The Paris Studium, p. 119 et suiv.
  • Marichal, n. 603—608, 660 et suiv.
  • Budinszky, p. 144-145
  • Scarpatetti, t. 1, p. 264
  • VfLex III, col. 1213—1219
  • Max Burckhardt, Über zwei Bücherliebhaber in Basel um die Wende des 15. zum 16. Jahrhundert (Johannes Heynlin de Lapide und Hieronymus Zscheckenbürlin) Bâle, Universitätsbibliothek, 1942.
  • Friedrich Sander, « Johannes Heynlin von Stein. Ein Lehrer Reuchlins » in Pforzheimer Geschichtsblätter, vol. I, Pforzheim, 1961.
  • (de) Carl von Prantl: Heynlin de Lapide, Johannes, dans: Allgemeine Deutsche Biographie (ADB). Volume 12, Duncker & Humblot, Leipzig 1880, p. 379
  • (de) Piroska Máthé,  Heynlin de Lapide, Johannes dans Neue Deutsche Biographie (NDB), volume 9, Berlin : Duncker & Humblot, 1972, p. 98–100.
  • Marlis Zeus, « Johannes Heynlin "a Lapide", Lehrer des Johannes Reuchlin 50 Seiten » in Johannes Reuchlin, Humanist mit Durchblick, zus. 141 Seiten mit 32 Abb., Karlsruhe, Helmesverlag, 2011, (ISBN 978-3-940567-13-0).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cote Rés. Z. 1986.
  2. Astric L. Gabriel et Gray C. Boyce, éd., Auctuarium chartularii universitatis Parisiensis, t. 6 : Liber receptorum nationis anglicanae (alemaniae) universitatis parisiensis, Paris, 1964, p. 294-295.
  3. "… sanctae theologiae professor, plebanus huius loci Tuwingen…" (Astric L. Gabriel et Gray C. Boyce, éd., 'Auctuarium chartularii universitatis Parisiensis', t. 6 : 'Liber receptorum nationis anglicanae (alemaniae) universitatis parisiensis', Paris, 1964, p. 294-295).
  4. « Les Incunables : livres imprimés au XVe siècle » par Nicolas Petit, BNF, en ligne