Jean Haraldsson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean ou Jón Haraldsson (né vers 1180, assassiné à Thurso en 1231). Jarl des Orcades et comte de Caithness de 1206 à 1231.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean ou Jón Haraldsson est le troisième fils du Jarl Harald Maddadsson et de sa seconde épouse Hvarflod (parfois nommée Gormflaith), fille du comte Malcolm de Moray. Il succède à son père conjointement avec son frère aîné David Haraldsson[1] et demeure seul Jarl après la disparition prématurée à la suite d’une maladie de ce dernier en 1214[2].

La principauté des Orcades vivait désormais sous la double suzeraineté de la Norvège qui avait été fortement réaffirmée par le roi Sverre de Norvège avec la nomination d’un gouverneur royal à la suite de la conspiration des «  Øyskjegger  » (i.e des Insulaires)[3] et du royaume d’Écosse pour le comté de Caithness .

En 1210 les Jarls Jón et Harald doivent se rendre à Bergen en Norvège et faire allégeance au roi Inge II de Norvège provisoire vainqueur de la guerre civile.

En 1222 les hommes libres du Caithness se soulèvent contre les pratiques fiscales jugées tyranniques de l’évêque Adam[4] qui est brûlé vif dans sa résidence d’ Halkirk. Le roi Alexandre II d'Écosse suzerain de la province réagit brutalement, il ordonne que 80 hommes ayant participé au crime aient les mains et les pieds coupés, leurs fils sont châtrés et leurs épouses bannies. Il inflige de plus une forte amende au Jarl à qui il reproche de ne pas avoir porté secours à l’évêque et lui reprend une partie de ses domaines en Écosse[5]

Les Orcadiens poursuivaient leurs pratiques de piratage en 1224. Jón est présent en Norvège pour s’en expliquer. Il doit y laisser comme otage son fils Harald le dernier héritier direct des Orcades qui meurt noyé deux ans plus tard en 1226 selon les Annale Islandaises. En 1230 dans le contexte du renouveau de la politique extérieure du roi Håkon IV de Norvège il doit soutenir l' expédition d’Uspak Haakon et d’Olaf II de Man aux Hébrides.

En 1231 Snaekoll Gunnasson, un héritier du Jarl Rognvald Kali Kolsson[6], réclame le rétablissement d’un partage des îles. Jón se fait l’ennemi du gouverneur royal norvégien Hanefr Ungi, qui était par ailleurs le cousin de Snaekoll. Hanefr croyant prévenir une attaque du Jarl le fait assassiner pendant les négociations dans une cave à Thurso à l’ automne 1231 à l’âge d’environ 50 ans [7]

Indigné par ce crime, les compagnons du Jarl, après une tentative de vengeance, décident de porter l’affaire devant le roi Håkon IV de Norvège au printemps 1232. Les principaux responsables du meurtre, Hanefr et Snaekoll, ne sont pas punis du fait de leurs relations à la cour. Les partisans du Jarl s’en retournent aux Orcades dans un seul navire qui fait naufrage. Ce qui provoque la disparition brutale de l’élite orcadienne[8]

Postérité[modifier | modifier le code]

Jón avait eu d’une épouse inconnue un fils Harald mort noyé en 1226[9]. La vieille dynastie des Jarl des Orcades étant désormais éteinte, le roi de Norvège donne l’investiture pour l’archipel à Magnus de la famille des mormaer d’Angus dont la mère Ingiborg était une sœur du Jarl Harald Ericksson et qui meurt dès 1239[10].




Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Annales Islandici: AD 1206 p. 85
  2. Jean Renaud, La Saga des Orcadiens, tr. par Jean Renaud, éd. Aubier, Paris, 1990 (ISBN 2700716426) chapitre CXII p. 255 & (la) Annales Islandici AD 1214 p. 91.
  3. Sverissaga chapitre 125
  4. successeur au Caithness de l'évêque Jón mort en 1213. Il avait doublé les impôts de l’ Église
  5. (en) John L.Roberts Lost Kingdoms, Cetic Scotland and the Middle Ages Edinburgh University Press 1997 (ISBN 0748609105) p. 75
  6. sa mère Ragnhildr était la petite fille du Jarl
  7. (la) Annales Islandici: AD 1231 p.107 .
  8. Jean Renaud, La Saga des Orcadiens, tr. par Jean Renaud, éd. Aubier, Paris, 1990 (ISBN 2700716426) chapitre CXII note n° 7 p. 287-288.
  9. (la) Annales Islandici: AD 1226 p. 101
  10. (la) Annales Islandici: AD 1239 p. 113

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mike Ashley The Mammoth Book of British Kings & Queens Robinson London(ISBN 1841190969) « John (I) », p. 455-456.
  • Jean Renaud, La Saga des Orcadiens, tr. par Jean Renaud, éd. Aubier, Paris, 1990 (ISBN 2700716426).
  • Jean Renaud, Les Vikings et les Celtes, éd. Ouest-France Université, Rennes, 1992 (ISBN 2737309018).
  • (en) John L.Roberts Lost Kingdoms, Cetic Scotland and the Middle Ages Edinburgh University Press 1997 (ISBN 0748609105).