Jean Giraudeau (chanteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Giraudeau et Jean Giraudeau (médecin).

Jean Giraudeau est un artiste lyrique (ténor), chef d'orchestre et directeur de théâtre français, né le 1er juillet 1916 à Toulon et mort dans cette ville le 7 février 1995.

Membre de la troupe de l'Opéra de Paris (RTLN), il a dirigé l'Opéra-Comique de 1968 à 1971.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une licence en droit, il se tourne vers la musique et obtient des premiers prix en chant (classes de Amadéo de Sabata et Renée Sabran), opéra et violoncelle en 1941. Il débute sa carrière de chanteur à l'Opéra de Montpellier en 1942 dans Mignon d'Ambroise Thomas (rôle de Wilhelm Meister). Il participe à la création de Martine de Henri Rabaud à l'Opéra de Strasbourg avant d'entrer dans la troupe de l'Opéra de Paris.

Il fait ses débuts sur la scène de l'Opéra-Comique le 23 juillet 1947 dans Les Pêcheurs de perles (Nadir). Il y crée plusieurs ouvrages dont Il était un petit navire de Germaine Tailleferre (Valentin), Marion ou la Belle au tricorne de Pierre Wissmer (Fabrice) et Madame Bovary d'Emmanuel Bondeville (Charles Bovary) pour la seule année 1951.

Il aborde aussi bien le répertoire sérieux - Blaise le savetier de Philidor (Blaise), Ariane à Naxos (Bacchus), Lakmé (Gérald), Le Barbier de Séville (Almaviva), Così fan tutte (Ferrando), Les Indes galantes, Manon (Des Grieux), Madama Butterfly (Pinkerton) - que les rôles bouffes : Les Mamelles de Tirésias (le Mari), L'Heure espagnole (Gonzalve/Torquemada). Sur la scène de l'Opéra Garnier, il incarne entre autres Tamino dans La Flûte enchantée.

Il est nommé « préfet du chant » par Georges Auric en 1964 avant de prendre la direction de la salle Favart de 1968 à 1971.

Carrière[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Wolff, Un demi-siècle d'Opéra-Comique (1900-1950), éd. André Bonne, Paris, 1953.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Centre for the History and Analysis of Recorded Music. Consulté le 12 janvier 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]