Jean Gaudemet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Gaudemet (Dijon le 10 septembre 1908 - Paris le 17 mai 2001) était un juriste et un historien du droit français.

Docteur en 1934 et agrégé de droit en 1935, il fut professeur de droit à l'université de Grenoble en 1935, puis à l'Institut de droit canonique de l'Université de Strasbourg, de 1937 à 1964, et à l'Université de Paris II, de 1950 à 1978. En 1965, il fut élu directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section-sciences religieuses), succédant à Gabriel Le Bras.

Il fut président de la Société Jean Bodin, de l'Association des historiens des facultés de droit et de l'Association internationale du droit et des institutions, et vice-président de la Société d'histoire religieuse de France. Il a été fait docteur honoris causa de nombreuses universités européennes (dont Université Jagellon de Cracovie en 1964<[1]).

Il fut également consulteur de la Commission pontificale de Réforme du Code de droit canonique de 1969 à 1980, membre du Comité pontificale des Sciences historiques et conseiller du ministère français des Affaires étrangères pour les Affaires religieuses de 1970 à 1982, succédant à nouveau à Gabriel Le Bras.

Spécialiste de droit romain et de droit canonique, il contribua en particulier au renouvellement de l'histoire du mariage et du droit matrimonial en Occident.

Une famille d'universitaires et de juristes[modifier | modifier le code]

Petit-fils d'un professeur de droit, fils d'Eugène Gaudemet, professeur de droit à l'Université de Strasbourg, frère de Paul Marie Gaudemet (1914-1998), professeur de droit à l'Université Paris II, et gendre de Jean Percerou, professeur de droit à la Sorbonne, Jean Gaudemet est le père d'Yves Gaudemet professeur de droit public à l'université Paris II et d'Hélène Tallon, professeur de droit privé à l'université Paris II, de Marie-Odile Greffe, maître de conférences en histoire ancienne à l'Université de Nancy II et de Brigitte Basdevant, professeur d'histoire du droit à l'Université Paris-Sud, et le grand-père d'Alain Tallon, professeur d'histoire moderne à l'université Paris IV, de Sophie Gaudemet, professeur de droit à l'Université de Paris XI, d'Antoine Gaudemet, professeur de droit privé à l'Université Paris II et de Mathieu Gaudemet avocat au barreau de Paris.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • De nombreux articles dans la Revue de droit canonique, publiée par l'université de Strasbourg, à laquelle il collabora dès sa fondation en 1951.
  • La collation par le roi de France des bénéfices vacants en régale, des origines à la fin du XIVe siècle, Paris, Leroux, BEHE, 1935.
  • (avec Gabriel Le Bras) [dir.], Histoire du droit et des institutions de l'Église en Occident, Paris, Sirey, 18 vol.
  • La formation du droit séculier et du droit de l’Église aux IVe et Ve siècles, Paris, 1957.
  • L'Église dans l'Empire romain (IVe-Ve siècles), Paris, Sirey, 1958.
  • Les communautés familiales, Paris, Éd. M. Rivière, 1963.
  • Les institutions de l’Antiquité, Paris, Sirey, 1967.
  • Le droit privé romain, textes choisis et présentés par Jean Gaudemet, Paris, Librairie A. Colin, 1974.
  • (avec Charles Munier), Conciles gaulois du IVe siècle, Paris, Sources chrétiennes, 1977.
  • Le Gouvernement de l'Église à l'époque classique. Le gouvernement local, Paris, 1979.
  • Les Sources du droit de l'Église en Occident du IIe au VIIe siècle, Paris, Cerf, 1985.
  • (dir.), Administration et Église, du Concordat à la séparation de l’Église et de l’État, Genève, Droz, 1987.
  • Le mariage en Occident. Les mœurs et le droit, Paris, Cerf, 1987.
  • Le droit canonique, Paris, Cerf, 1989.
  • (avec Brigitte Basdevant), Les canons des conciles mérovingiens (VIe-VIIe siècles), Paris, Sources chrétiennes, 1989, 2 vol.
  • Les Sources du droit canonique (VIIIe-XXe siècle), Paris, Cerf, coll. « Droit canonique », Paris, 1993.
  • Église et cité. Histoire du droit canonique, Paris, Cerf, 1994.
  • Les Naissances du droit. Le temps, le pouvoir et la science du droit, Paris, Montchrestien, 1997.
  • Droit de l’Église et société civile (18e-20e siècles), Strasbourg, RDC hors-série, 1998.
  • Nonagesimo anno. Mélanges en hommage à Jean Gaudemet, Paris, PUF, 1999.
  • (avec Brigitte Basdevant-Gaudemet), Introduction historique au droit, Paris, LGDJ, 2000.
  • Sociologie historique du droit, Paris, PUF, coll. Doctrine juridique, 2000.

Recueils d'articles :

  • Études de droit romain, Naples, Jovene, Pubblicazioni della Facoltà di Giurisprudenza dell’Università di Camerino, 1979, 3 vol. (articles de 1938 à 1978).
  • Sociétés et mariage, Strasbourg, CERDIC, 1980 (articles sur l'histoire du mariage).
  • Les gouvernants à Rome : essais de droit public romain, Naples, Jovene, 1985.
  • Droit et société aux derniers siècles de l’Empire romain, Naples, Jovene, 1992.

Notices biographiques[modifier | modifier le code]

  • Marc Venard, « Jean Gaudemet », dans Revue d'histoire de l'Église de France, t. 87, no 219, juil.-décembre 2001, p. 325-327.
  • Joseph Mélèze-Modrzejewski, « Jean Gaudemet, un savant hors pair (1908-2001) », Revue historique de droit français et étranger, 79, 2001, no 4, p. III-X.
  • Anne Lefebvre-Teillard, dans ZRG, Kan. Abt. 88 (2002).
  • Michel Humbert, «Jean Gaudemet», Zeitschrift für Rechtsgeschichte, t. CXIX., 2002, p. 682-689
  • Raoul C. Van Caenegem, Legal historians I have known: a personal memoir, dans: Rechtsgeschichte, Zeitschrift des Max-Planck Instituts für europäische Rechtsgeschichte, 2010, S.252-299.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (pl) Doktorzy honoris causa, sur le site de l'université jagellonne de Cracovie